Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Libération des prisonniers politiques : Ouattara n’a pas tenu parole

le Lundi 2 Janvier 2012 à 08:31 | Lu 500 fois



Le 15 décembre dernier, le chef de l’Etat, Alassane Dramane Ouattara, avait promis un geste d’apaisement au Nonce apostolique. Mgr Ambrose Madtha qui sortait d’un entretien avec M. Ouattara avait déclaré que le chef de l’Etat avait accédé à sa requête de voir les prisonniers politiques recouvrer la liberté. Selon lui, Alassane Dramane Ouattara a fait la promesse de faire libérer les détenus politiques afin qu’ils passent les fêtes de fin d’année en famille.
Aujourd’hui, 2 janvier 2012, on peut affirmer que le chef de l’Etat ivoirien n’a pas tenu parole. Puisque les prisonniers ne sont toujours pas libérés.

Au bilan, on note seulement 3 détenus qui bénéficient depuis le 30 décembre de la liberté provisoire. Il s’agit de Dr Blé Christophe, médecin du président Gbagbo et les journalistes Franck Anderson Kouassi et Hermann Aboa. Là encore, à part la libération effective de Hermann Aboa, les choses coincent curieusement pour Dr Blé et Franck Anderson Kouassi. C’est dire que la moisson est très maigre parce que le gros lot de prisonniers politiques croupissent toujours en prison et sont dans des conditions qu’on peut imaginer intenables. Et pourtant, Alassane Dramane Ouattara avait donné l’assurance au Nonce apostolique de remettre en liberté ses propres détenus politiques. Sinon le diplomate n’aurait jamais pris le risque d’être aussi affirmatif.

Au-delà de cette fausse promesse, ce qui peine dans la situation de ces détenus, est qu’il n’y a pas de motif valable de les maintenir dans l’enfer où ils se trouvent. Qu’est-ce qui explique raisonnablement la longue détention de ces personnes qui sont, d’elles-mêmes, allées trouver refuge à la Pergola sous la protection de l’Onuci avant que Dramane Ouattara et son pouvoir ne les fassent prisonnières ? En outre, pourquoi pour les mêmes chefs d’accusation, a-t-on libéré certains et gardé d’autres en prison ? A quelle logique de justice obéit cette façon de faire ?




Benjamin Koré benjaminkore@yahoo.fr
notrevoie

Lundi 2 Janvier 2012
Vu (s) 500 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !