Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Les raisons profondes de la brouille : GOUVERNEMENT : Ouattara-Billon, la rupture !

le Mardi 25 Juin 2013 à 07:17 | Lu 1021 fois

Le torchon brûle entre le président de la République, Alassane Ouattara et son ministre du Commerce, de l'Artisanat et des Petites et moyennes entreprises (PME), Jean-Louis Billon.



Ouattara et Billon ne sont plus sur la même longueur d'onde
Ouattara et Billon ne sont plus sur la même longueur d'onde
A l'origine du malaise entre les deux hommes, les sorties, pour le gênantes, du ministre Billon. Celui-ci n'a cessé de dénoncer, ces derniers temps, l'attribution du marché du deuxième terminal à conteneurs, à l'issue d'un appel d'offres au Groupe Bolloré. Le ministre est allé jusqu'à saisir la Cour de justice de l'Union économique monétaire ouest-africaine (UEMOA) ; il l'a fait savoir le samedi 15 juin 2013, en marge du New York Forum Africa, à Libreville, au Gabon.

Jean-Louis Billon estime en effet que l'attribution de ce marché s'est opérée dans une certaine ''opacité'', non sans rappeler « que le premier terminal (que gère déjà le Groupe Bolloré) avait créé les conditions d'un monopole d'où l'ouverture à la compétition en créant le deuxième terminal ». Avant de se réjouir de ce que l'UEMOA ait jugé recevable sa plainte parce qu'il y a un monopole qui pourrait contribuer au renchérissement des prix. Venant d'un ministre du gouvernement, duquel il doit être pourtant solidaire, ces propos ont fait mouche.

Et ce, d'autant qu'ils prennent le contre-pied de la position officielle du Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, qui lui, croyait avoir tranché en justifiant l'attribution de ce deuxième terminal à conteneurs au Groupe Bolloré par la « meilleure offre financière » qu'aurait faite le soumissionnaire français. Le Premier ministre a fait cette mise au point au cours d'une rencontre avec la presse, à l'immeuble SCIAM au Plateau. Le chef de l'Etat lui-même s'était prononcé sur le sujet, en mai, en déclarant que le Groupe Bolloré a été le meilleur. « La compétition était ouverte et cette attribution s’est faite dans le respect des règles de l’art », avait-il soutenu.

On peut alors comprendre qu'il prenne la mouche après les sorties de son ministre, qui sonnent comme un désaveu. Mais le président Ouattara, selon ses proches, ne laisse rien transparaître. Il n'est cependant pas exclu qu'il garde sa réaction sur le sujet pour le prochain remaniement ministériel qui pourrait intervenir d'ici quelques semaines.

Mais du côté du ministre Billon, l'on semble s'être préparé à l'éventualité d'un départ du gouvernement, à en croire des indiscrétions. Au ministère du Commerce, l'équipe Billon a fait les cartons et le ministre pourrait présenter sa démission ou attendre le prochain remaniement pour partir. Un signe qui ne trompe pas : le fait que Jean-Louis Billon se soit fait investir président du conseil régional du Hambol, le samedi 22 juin 2013 à Katiola.

Le faisant, il choisit de quitter le gouvernement, la fonction de ministre étant incompatible avec celle de président de conseil régional. C'est d'ailleurs pourquoi certains de ses collègues comme Charles Koffi Diby, Patrick Achi, Mabri Toikeusse, Kouassi Adjoumani ont quant à eux décidé de se faire remplacer par leur premier vice-président dans leurs régions d'origine, conformément à la loi. Nos sources d'information révèlent que ''le ministre partant'' s'apprêterait à dévoiler une autre affaire dans les jours qui viennent. Billon pourrait à nouveau dénoncer les conditions d'attribution d'un marché à la société dénommée BIVAC.



Les raisons de la colère de Billon



Mais pour comprendre ce qu'il convient désormais d'appeler ''l'affaire Billon'', il faut remonter à son origine et ses implications. A ce sujet, il ressort de nos investigations que Jean-Louis Billon, avant qu'il ne soit ministre, avait entrepris des démarches auprès du ministre des Infrastructures économiques, Patrick Achi, pour lui demander de ne pas accepter la participation du Groupe Bolloré à l'appel d'offres concernant le deuxième terminal à conteneurs que s'apprêtait à lancer le gouvernement. A cette époque, Billon était le patron de la société MOVIS, arrivée en deuxième position derrière Bolloré et pour laquelle il se bat aujourd'hui.

Nos sources affirment que le ministre Achi lui aurait donné son accord. Après la dissolution du gouvernement Ahoussou Jeannot, Billon est appelé pour faire partir du gouvernement de Kablan Duncan. Chose qu'il accepte et démissionne de MOVIS, à la tête de laquelle se trouve son frère. Mais entre-temps, les données changent. Le chef de l'Etat retire au ministère des Infrastructures économiques, le Port et l'Aéroport et les place sous la tutelle du ministère des Transports géré par Gaoussou Touré. Le ministre Billon démarche son collègue et lui fait les mêmes propositions qu'au ministre Patrick Achi, à savoir, restreindre l'appel d'offres en excluant le Groupe Bolloré. Gaoussou Touré lui demande alors de lui fournir des textes qui permettent d'écarter d'office un candidat dans un appel d'offres. Une manière pour le ministre du Transport de renvoyer poliment son collègue à sa copie.



C'est une cabale de Bolloré



Mais Billon n'en démord pas. Son collègue lui promet alors d'en parler au Premier ministre. Ce que le ministre Gaoussou Touré fait. Mais pour Kablan Duncan, ce serait prendre un grand risque que d'écarter un candidat à un appel d'offres alors qu'aucun texte ne le permet. Il opte pour une compétition ouverte avec l'acceptation de tous les dossiers. C'est donc à l'issue de l'appel d'offres que le Groupe Bolloré remporte le marché. Jean-Louis Billon se sent trahi et décide d'écrire, par deux fois, à son collègue ministre pour protester contre l'attribution de ce marché. « Il s'est plutôt comporté comme un avocat de la société MOVIS, lui qui est censé observer la neutralité en la matière », a indiqué une source proche du dossier.

Des membres du gouvernement pensent que la plainte de Billon est liée au fait qu'il espérait influencer l'appel d'offres en intégrant l'équipe gouvernementale. « C'est l'affaire du siècle qu'il a perdue », souffle un proche du chef de l'Etat. Joint par téléphone, hier dans la soirée, pour en savoir davantage, le camp Billon dément les informations selon lesquelles le ministre du Commerce aurait démarché ses collègues pour restreindre l'appel d'offres. « Billon ne rentrera jamais dans ces combines. Par courtoisie, il est allé voir ses collègues pour leur dire de faire attention sur ce qui se trame.

Sa démarche s'inscrit dans un cadre de courtoisie. Cela ne veut pas dire qu'il a fait des démarches dans ce sens », a indiqué un proche de Jean-Louis Billon. Pour lui, aucun ministre ne peut se permettre une telle démarche dans un système libéral adopté par le chef de l'Etat de Côte d'Ivoire. « Il ne peut démarcher des ministres, mais il peut donner des conseils. N'oublions pas qu'il est le ministre du Commerce et qu'il pourrait être interpellé par des organisations internationales sur la question », a-t-il soutenu. Pour lui, il n'y a aucun doute, ''l'UEMOA va le (Billon) suivre''. Et ce proche du ministre du Commerce d'accuser ''le Groupe Bolloré d'être derrière toute cette cabale''. « Ce sont des méthodes dilatoires et on le sait », a-t-il affirmé. Comme quoi, l'affaire Billon-Bolloré nous promet bien des surprises dans les jours à venir.



Y.DOUMBIA
L'Inter

Mardi 25 Juin 2013
Vu (s) 1021 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !