Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Les déplacés ivoiriens accusent la communauté dioula après l'attaque de leur camp

le Lundi 23 Juillet 2012 à 18:39 | Lu 673 fois



Les déplacés ivoiriens accusent la communauté dioula après l'attaque de leur camp
DUEKOUE (Côte d'Ivoire) — "C'était la mort": après l'attaque sanglante de leur camp près de Duékoué (ouest de la Côte d'Ivoire), des déplacés de l'ethnie guéré accusent des membres de la communauté dioula et l'armée et évoquent un bilan plus lourd qu'annoncé.

Cendres encore fumantes, tentes déchiquetées, bâches déchirées: le camp de Nahibly, à l'entrée de Duékoué, qui accueillait quelque 5.000 personnes, n'est plus que ruines.

Vendredi, une foule venue de la ville a attaqué et incendié le site, gardé par des Casques bleus de la mission onusienne Onuci, en représailles à la mort de quatre personnes dans un quartier dioula de Duékoué, tuées par des "braqueurs" qui se seraient cachés parmi les déplacés. Au moins sept déplacés ont été tués selon l'ONU, mais les premiers témoignages ont fait état de neuf corps.

Parmi la centaine de personnes, surtout des femmes et des enfants, réfugiées devant la mairie après cet embrasement, on accuse les "Dioula", nom générique pour les membres des ethnies du Nord, très présents dans la zone.

"Les Dioula sont rentrés, ils sont venus contre nous", raconte à l'AFP Dérothée Téhé, en tenant sa fillette dans les bras. "A Duékoué, ils ne veulent plus voir les Guéré", assure-t-elle.

Comme cette mère, la majorité des pensionnaires du camp étaient des autochtones guéré, aux relations depuis longtemps explosives avec les Dioula. Un contentieux aggravé par la crise postélectorale de 2010-2011 aux quelque 3.000 morts: les Dioula sont considérés comme partisans du président Alassane Ouattara, tandis que les Guéré sont vus comme favorables à l'ex-chef de l'Etat Laurent Gbagbo.

Les militaires ivoiriens des Forces républicaines (FRCI) sont aussi mis en cause. La Ligue ivoirienne des droits de l'Homme (Lidho), une importante ONG, a accusé des "éléments identifiés" comme FRCI d'avoir appuyé l'attaque, de même que des "dozos", chasseurs traditionnels redoutés qui leur servent de supplétifs, surtout dans la région.

"Les FRCI ont tiré, ont tué des gens", tonne un déplacé, plein d'une colère froide.

"Dites au président de la République que la population de Duékoué lui dit de changer l'armée de Côte d'Ivoire", lance Sebon Dakin, un lycéen de 21 ans. Pour lui, l'armée actuelle est surtout composée "de jeunes Dioula".

Les FRCI comptent beaucoup d'ex-rebelles pro-Ouattara venus du Nord, déjà mis en cause dans les tueries de Duékoué de mars 2011, qui avaient fait des centaines de morts.

Le lycéen n'épargne pas non plus les soldats de la paix marocains: "devant l'Onuci on nous tue, on brûle des gens", "l'Onuci n'a rien fait".

"Ils ne veulent plus voir les Guéré"

"Les Marocains ont fui pour nous laisser", dénonce aussi Dérothée. "Machettes, couteaux, haches", "c'était la mort", se souvient cette mère, encore choquée.

Près d'elle, des femmes préparent un maigre repas sur un feu au milieu de cris d'enfants.

"Ils ont brûlé tous nos biens. On ne sait même plus où aller avec la famille, les +dozos+ nous attendent", ajoute Dérothée.

Pour elle et d'autres, le bilan officiel de l'assaut est en-deçà de la réalité. "On nous dit six corps, sept corps, c'est mensonge!", s'indigne Sebon. Dans Duékoué bruissant de rumeurs, de nombreux habitants parlent de personnes tuées lors de leur fuite en forêt. Pas de confirmation de source indépendante pour l'heure.

A l'hôpital de Duékoué, qui accueille 57 blessés, Germain Gueï Mohon est allongé sur un matelas dans un couloir.

Invalide, il n'a pu fuir. "On m'a frappé avec ma propre canne", raconte cet homme jeune, visiblement sonné. Mais "un FRCI a dit +ne le tuez pas, il est malade+. Il m'a mis sur son dos, il m'a sauvé".

L'armée a expliqué n'avoir pu contenir une "population en furie". Son chef, le général Soumaïla Bakayoko, était sur les lieux dimanche. "Nous ne pouvons pas autoriser que des gens se fassent justice", jure-t-il, promettant de renforcer la présence des forces régulières et de limiter l'emprise des "dozos".

Côté ONU, on s'efforce de venir en aide aux déplacés, mais beaucoup restent introuvables, cachés en brousse.

Ndolamb Ngokwey, coordonnateur humanitaire des Nations unies, défend l'Onuci: la dizaine de Casques bleus présents au camp ont été "débordés" par "plus d'un millier de personnes".

Mais d'ores et déjà "le mythe est tombé", admet une responsable onusienne dans la région: "les déplacés pensaient qu'ils étaient sous la protection des Nations unies".

Copyright © 2012 AFP.

Lundi 23 Juillet 2012
Vu (s) 673 fois



1.Posté par gnamien le 24/07/2012 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
l'onu, cette bande de petits voyous convoyés sur les tropiques pour faire du tourisme, ne peuvent en aucun moment apporter assistance à personne en danger.les ong ont été toujours des agents doubles des puissants pays que nous connaissons.eux véritablement n'ont rien à cirer, due les gens meurent ou pas, ils s'enfoutent, seul le tout puissant peut sauver nos pauvres frères guéré pris dans un engrenage.personnellement je demande le départ de ces nomades appelés dioula à rentrer chez eux, chacun a au moins un chez lui.

2.Posté par Hermann N''da le 24/07/2012 15:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'ONU. Le 10 septembre 1960 à Nantes, Charles DEGAULLE, relativement à la situation au Congo, la traitait de Machin. C'est encore plus que vrai aujourd'hui.
Par ailleurs, les populations majoritairement proches de GBAGBO n'ont plus droit à la vie depuis que le soi disant économiste mais en réalité incompétent a usé de violences pour s'installer au pouvoir après avoir ôté la vie à plus de 3000 personnes alors qu'on l'invitait simplement au recomptage des voix.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !