Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Les choses du pays : Le ministre de la Justice à la presse: «il n’y a pas de prisonniers politiques en Côte d’Ivoire»

le Mercredi 1 Mai 2013 à 07:42 | Lu 867 fois



Les choses du pays : Le ministre de la Justice à la presse: «il n’y a pas de prisonniers politiques en Côte d’Ivoire»
Nord-Sud

«Pas de prisonniers politiques en Côte d’Ivoire»

Le ministre ivoirien de la Justice s’est prononcé, hier, sur la suite à donner au cas de l’ex-première dame, Simone Gbagbo, sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (Cpi).

L’Etat ivoirien est en train de réfléchir sur la suite à donner au transfèrement de l’ex-première dame, Simone Gbagbo arrêtée le 11 avril 2011, en même temps que son époux, Laurent Gbagbo. L’information a été donnée par le ministre de la Justice, Mamadou Gnénéma Coulibaly, au cours de la conférence de presse qu’il a animée à l’immeuble Sciam, au Plateau. « Nous sommes en train de réfléchir sur la réponse à donner à la Cpi, sur la question du transfèrement de Mme Gbagbo. Mais sachez qu’il n’y a aucune animosité contre personne», a-t-il assuré, précisant que la justice ivoirienne et la Cpi étant deux juridictions complémentaires, Mme Gbagbo ne pourrait être jugée par la juridiction internationale que si la Côte d’Ivoire n’en a pas la volonté ou la capacité. «Or ce n’est pas le cas pour l’instant», a souligné le ministre.

La question des prisonniers politiques

Outre le cas Simone Gbagbo, le garde des Sceaux s’est prononcé sur la notion de prisonniers politiques en Côte d’Ivoire en rapport avec les proches de l’ancien pouvoir, aujourd’hui incarcérés dans des geôles au Nord du pays. « Il y a à ce jour zéro prisonnier politique en Côte d’Ivoire », a déclaré le conférencier.

Le ministre Gnénéma Coulibaly a fait savoir que les détenus pro-Gbagbo ne sont pas des prisonniers politiques, parce qu’ils ont été pris « en cas de flagrance », dans le cadre de la crise postélectorale et non dans le cadre d’activités politiques. Le garde des Sceaux a aussi fait la lumière sur la question des Burkinabè dont le decret de naturalisation a été signé par l’ex-président Bédié. « Le Président Ouattara n’a signé aucun décret de naturalisation portant sur des populations de Koupéla, ni de la région de la Marahoué », a-t-il expliqué.

Duékoué et Nahibly,

les enquêtes avancent…

Le ministre a par ailleurs levé un coin du voile sur l’opération d’exhumation des corps des victimes de la crise postélectorale, lancée le 4 avril dernier. Les résultats des autopsies, confiera-t-il, ne seront pas disponibles avant les 12 du mois à venir. Ce sont au total 460 corps qui seront déterrés pour la seule ville d’Abidjan, a fait savoir le conférencier. Les évènements de Duékoué et de Nahibly, où des personnes ont été jetées dans des fosses communes, étaient également au centre de ces échanges avec la presse. « Les enquêtes avancent », s’est félicité le ministre qui a relevé la découverte de nouvelles fosses communes dans la région.

Aussi a-t-il tenu à rassurer, sur la suite judiciaire concernant ces évènements. « Les juges d’instruction ont émis des mandats d’arrêt. Ils n’ont pas encore mis la main sur les présumés coupables qui sont pour la plupart en fuite», a-t-il regretté. S’il y a un autre évènement qui a créé l’émoi au sein de la population ivoirienne, c’est bien la bousculade de la Saint-Sylvestre de 2012. Le juge d’instruction, aux dires du ministre, a déjà entendu 300 personnes. Gnénéma Coulibaly est optimiste, quant à la mise aux arrêts des auteurs de cette tragédie : «le parquet et le cabinet d’instruction sont en phase avec les personnes à poursuivre». Il a précisé que le procès des mis en cause du drame de la Saint sylvestre va débuter avant la fin de l’année judiciaire, en juin 2013.

Danielle Tagro

Mercredi 1 Mai 2013
Vu (s) 867 fois



1.Posté par HALIN BEBEL le 01/05/2013 10:51 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bla bla bla bla. Gninnimporte quoi!Cmt des pères de famille peuvent-ils mentir à ce point? Quelle éducation inculquent-ils à leurs enfants?

2.Posté par Charlie Bronx le 01/05/2013 12:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis mort de rire. Dites à gnenema qu'on ne lui demande pas s'il y a des prisonniers politiques en Côte d'Ivoire. On lui demande de libérer tous les prisonniers politiques de Côte d'Ivoire.

C'est à croire que même lui a fini par croire au story telling que le RDR distille dans le monde. Quand tu finis par croire à tes propres mensonges, on appelle ça de la mégalomanie.

3.Posté par Hermann N'da le 01/05/2013 18:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce type de discours est propre aux régimes dont la chute est inévitable;

4.Posté par De kartarin le 02/05/2013 23:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous savons tous que ces monstres à qui Nicolas Sarkozi a offert le pouvoir d'etat en COTE d'IVOIRE,sont de mauvaise foi.Alors affirmer qu'il n' y a pas de prisonnier politique en CI,on est tenter de dire que ce ministre ne sait pas ce c'est qu'un prisonnier politique.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !