Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Les âmes mortes de Facebook

le Jeudi 26 Décembre 2013 à 09:25 | Lu 399 fois



Certaines personnes non seulement contractent une assurance-vie ou pensent à rédiger un testament mais aussi donnent des indications concernant leurs archives électroniques. Elles ne sont pas nombreuses, alors que la législation est, comme à l’accoutumée, en retard par rapport aux nouvelles technologies. Après la mort d’une personne sa famille devra intenter une longue procédure en justice afin d’obtenir la protection de la mémoire du défunt et avoir le droit de disposer de ses biens « virtuels ».

Il s’agit cependant d’un aspect assez important de la vie de ceux qui ont une activité intensive sur les réseaux sociaux, qui utilisent largement leur messagerie électronique, mettent en ligne leur photos, vidéos, contenus audio, mènent un blog ou laissent des commentaires sans parler d’un porte-monnaie électronique et d’autres informations bancaires.

Ce problème a deux aspects : juridique et ethnique. Un profil inactif peut être attaqué pour y mettre toute sorte de contenus allant des appels extrémistes à la propagande de la drogue, explique Ourvan Parfenov, analyste en chef du Centre public régional des technologies Internet et coordinateur du Centre de sécurité sur Internet en Russie.

« Dans certains services, s’agissant d’un profil sur un réseau social qui autorise les commentaires, l’impossibilité de revoir le contenu pourra aboutir à l’apparition d’un grand nombre de messages parasitaires envoyés par des utilisateurs extérieurs. »

Ce problème doit être réglé au niveau législatif. Il faut que les parlementaires et les juges se prononcent sur le statut des profils sur Internet comme ils l’ont fait pour l’e-commerce.

« Les règles qui régissent la succession existent depuis très longtemps et procèdent du droit romain. La législation civile russe a des normes assez claires dans ce domaine. Mais ici il faut qu’il y ait une décision de la juridiction suprême afin de préciser le statut juridique des « actifs Internet » des individus. »

Le législateur finira par se pencher sur cette question, mais en attendant il vaut mieux penser dès maintenant à ce que deviendra votre « héritage virtuel » après votre mort

Jeudi 26 Décembre 2013
Vu (s) 399 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !