Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Les Frci vont devenir Fanci: Quand Ouattara navigue à vue

le Mardi 6 Septembre 2011 à 09:19 | Lu 455 fois



Les Frci vont devenir Fanci: Quand Ouattara navigue à vue
C’est le quotidien Le Patriote, la voix du pouvoir Ouattara qui l’a annoncé. « Frci, c’est fini, Fanci de retour ». Nul ne sait encore les raisons officielles de ce revirement à 180% du nouveau pouvoir, mais on imagine aisément que c’est parce que l’appellation Frci rime avec de graves exactions de toutes sortes notamment des crimes contre l’humanité et crimes de guerre etc. Leur nom est gâté, comme dirait l’autre. De sorte que les militaires de l’armée nationale qu’on avait pris l’habitude d’appeler Fds pour Forces de défense et de sécurité, continuent de ne pas se sentir concernés par l’appellation Frci.

« Moi, je suis un vrai militaire, pas un Frci », répètent à volonté les ex-Fds qui ne veulent en aucun cas être associés à « leurs frères d’armes » à la gâchette facile venus du nord. Malgré tout, le nouveau Ouattara a tenté d’imposer cette nouvelle appellation de Frci. Il a commandé de nouveaux treillis portant l’inscription Frci. Le conseil national de la presse distribue régulièrement des avertissements et autres blâmes aux organes de presse qui présentent les Frci comme l’armée de M. Ouattara.

Et puis, sans crier gare, le pouvoir se rend compte qu’il avait fait le mauvais choix. Alors qu’il avait eu l’occasion de se ressaisir plus tôt. En effet, à l’occasion du séminaire de Grand-Bassam, certains avaient émis l’idée de revenir à l’appellation Fanci (Forces armées nationales de Côte d’Ivoire) telle qu’inscrit dans les lois ivoiriennes. Ils estimaient que le nouveau nom apparu dans un contexte de belligérance, ne pouvait pas réunifier l’armée. Mais, au moment où se tenait le séminaire de Grand-Bassam, les vainqueurs de la guerre étaient encore trop forts pour céder quoique ce soit. Il était question d’effacer tout ce qui pouvait encore rappeler Laurent Gbagbo.

Les Mangou, Kassaraté et autres qui ont perdu la guerre étaient là juste pour acquiescer. C’était Frci ou rien. L’armée qui a gagné la guerre devient la nouvelle armée nationale. Le chef d’état-major de l’armée qui a gagné la guerre devient le chef d’état-major de la nouvelle armée nationale. Ne dit-on pas qu’on ne change pas une équipe qui gagne ? Sauf que là, Ouattara a oublié que sans la campagne de communication à outrance soutenue par la communauté internationale, le monde entier aurait découvert depuis longtemps que son armée avec laquelle il est allé à la conquête du pouvoir n’était ni disciplinée, ni professionnelle encore moins pénétrée des vertus républicaines que l’on disait absentes dans l’armée restée loyale à Laurent Gbagbo.

Il a fallu seulement cinq mois d’exercice du pouvoir pour que Ouattara se rende compte que malgré tout, l’image des ex-Fds était de loin meilleure à celle de ses soldats. Alors, il est contraint de faire une marche-arrière sous la pression des événements et de l’opinion. C’est la preuve patente qu’il a fait le mauvais choix. Comme dans maints autres domaines d’ailleurs. C’est surtout la preuve du pilotage à vue, de la débrouillardise, voire de l’amateurisme qui caractérise la gestion des affaires de l’Etat sous le régime actuel. Des Com’zone ont pris le contrôle d’Abidjan et y font règner leurs lois. Ils taxent les entreprises et les opérateurs économiques qui n’ont aucun. La force publique vend ses services au privé. Des hommes armés occupent indûment des édifices publics et des domiciles privés et l’Etat est contraint de négocier avec ceux-là.

On avait promis de restaurer l’autorité de l’Etat. Mais celle-ci ne se manifeste que contre les plus faibles. Ainsi, un ministre se faisant appeler Buldozer peut envoyer détruire sans sommation des commerces de pauvres gens alors qu’il faut des mois de négociations pour faire partir des hommes armés qui occupent illégalement des commissariats, des domiciles privés et des bâtiments publics ? Où est donc l’Etat ?
Le problème du nouveau pouvoir, c’est qu’il croit qu’il suffit de changer le nom d’une structure pour changer ses pratiques. En réalité, les Frci n’auront pas les vertus des Fanci parce qu’ils s’appellent désormais Fanci. La preuve, les mêmes n’ont pas adopté des comportements républicains tout simplement quand on s’est cru obligé de les appeler Forces républicaines. Ainsi, même sous l’appellation de Fanci, les mêmes continueront de s’illustrer par les exactions massives que tout le monde dénonce y compris leurs partenaires onusiens.

On peut donc affirmer sans craindre de se tromper que Ouattara vient de commettre une autre erreur d’appréciation qui est en fait une faute de gestion politique. La solution aux exactions n’est pas tant dans les changements de nom que dans la qualité des hommes. Et comme, Ouattara a décidé de ne gouverner qu’avec ceux qu’il a sous la main, c’est-à-dire ceux qui l’ont porté au pouvoir, il ne peut qu’aller d’erreur en erreur.

En vérité, la seule décision qui pourrait lui donner un certain répit, c’est que les Frci entrent en caserne et n’en sortent que quand le pays est attaqué. Or, sur ce terrain, l’autorité du chef de l’Etat a déjà montré ses limites. Puisque malgré ses appels incessants, ses soldats n’ont pas l’intention de s’effacer. Dans ces conditions, faut-il désespérer du nouveau pouvoir ?




Augustin Kouyo

Source : Notre voie : Dernière Mise à jour : 05/09/2011 (Auteur : Augustin Kouyo I)

Mardi 6 Septembre 2011
Vu (s) 455 fois



1.Posté par marie le 06/09/2011 15:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les grands conseillers Français trouveront au prochain rattrapage dont ils auront besoin un autre nom fabuleux.

2.Posté par qquartar le 06/09/2011 22:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon frere il n'y a rien en face . IL faut désespérer de se pouvoir sanguinaire . Tout le peuple de COTE D'IVOIRE sait que OUATTARA non seulement est nul en politique ,mais aussi nul dans sa propre profession d'économiste . Puisque lors de la réunion du G8 ,il a demandé 13000 milliards de franc CFA pour faire devenir la C.I un pays émergeant . L'économiste a oublié qu'aucun pays ne peut se développé avec l'argent des contribuables d'un autre pays .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !