Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Leadership dans l’espace Cedeao: La guerre entre Ouattara et Blaise Compaoré a commencé

le Mercredi 11 Avril 2012 à 01:43 | Lu 1147 fois



Leadership dans l’espace Cedeao: La guerre entre Ouattara et Blaise Compaoré a commencé
La crise malienne ouvre une guerre de leadership entre Alassane Dramane Ouattara président en exercice de la Cedeao et Blaise Compaoré doyen des chefs d’Etats de la sous-région.

L’arrivée à la tête de la Côte d’Ivoire d’Alassane Dramane Ouattara longtemps voulue par la France après la disparition de Félix Houphouët Boigny (la «tour» de contrôle de la France en Afrique de l’Ouest) marque inéluctablement le début d’une guerre de positionnement entre Blaise Compaoré et Ouattara.

Paris semble avoir trouvé en Alassane Ouattara sa tête de pont dans son pré carré ouest-africain. Après avoir réussi à l’installer au pouvoir à coup de bombes, l’opération consiste maintenant, pour la France, à lui donner une stature de leader sous-régional. Mais, cette phase de positionnement de Ouattara, Paris ne l’avoue pas ouvertement pour ne pas froisser le président burkinabé Blaise Compaoré, le leader par défaut choisi par la France après la mort d’Houphouët. Le soin est laissé aux media français de faire le travail de communication pour incruster la nouvelle donne dans les mémoires. Dans la crise malienne, celle qui se déroule à Bamako, on l’a vu, Ouattara, président en exercice de la Cedeao, a été présenté par les media français comme la rampe de lancement de la bataille contre les putschistes de Bamako. Et cela malgré la désignation de Blaise Compaoré comme médiateur principal dans cette crise.

En fait, c’est la bataille de leadership dans l’espace Cedeao qui a commencé entre Ouattara et Compaoré, les deux alliés de la crise ivoirienne. Ainsi, à Djibril Bassolé, ministre des Affaires Etrangères du Burkina Fasso, Ouattara a flanqué Adama Bictogo, son ministre de l’intégration africaine. Le ministre des Affaires Etrangères du Nigeria étant resté très discret. Quand la médiation burkinabé a annoncé l’accord sur le retrait de la junte militaire au pouvoir, Ouattara s’est précipité pour annoncer dans un communiqué, en son nom, la levée de l’embargo imposé par la Cedeao à son initiative. Et les média français d’informer le monde de ce que Ouattara a levé l’embargo sur le Mali. Autre image de cet affrontement naissant, selon Rfi, au lieu de laisser l’initiative à Blaise Compaoré d’appeler Amadou Toumani Touré (ATT), l’ex-président malien, discuter avec lui du schéma de sa sortie de scène-décidé depuis Paris-après la reddition de la junte militaire, Ouattara s’est encore une fois précipité pour appeler ATT.

Mais, il ne serait pas arrivé à le convaincre sur le schéma de sortie de scène. ATT restant inflexible sur sa volonté de prononcer d’abord un discours à la nation malienne avant de se retirer. C’est finalement Blaise Compaoré toujours, selon Rfi, qui a pu obtenir d’ATT de renoncer à son discours à la nation. Au final, ce que les Maliens de la rue retiennent, selon plusieurs témoignages, c’est que Blaise Compaoré a compris la crise politique de Bamako et a su le démontrer alors qu’Alassane Dramane Ouattara est apparu comme celui qui n’a rien compris et a voulu asphyxier les Maliens par un embargo.

Cela se voit donc que dans la crise malienne, Ouattara et Compaoré se sont volontairement quelquefois marchés sur les pieds. Officiellement, il s’agit d’une solidarité au sein de la Cedeao. Mais officieusement, c’est une bataille heurtée de passage de témoin. D’un côté, on a Ouattara installé à la tête d’un pays économiquement puissant et veut l’être aussi politiquement. De l’autre côté, on a Blaise Compaoré, à la tête d’un pays enclavé mais qui est devenu au fur et à mesure-par des coups bas - très influent dans la sous-région. Le duo va-t-il virer au duel ? La crise malienne en offre déjà les prémisses.

Coulibaly Zié Oumar
notrevoie

Mercredi 11 Avril 2012
Vu (s) 1147 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !