L'info Réelle...
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Le silence coupable des élites africaines face à Boko Haram

News en temps réel - Info en temps réel & Utile 7J/7 le Mercredi 21 Mai 2014 à 06:10 | Lu 273 fois

Pourquoi entend-on si peu nos dirigeants sur le danger que constitue la secte islamiste nigériane?



On est coutumier du fait. Une fois de plus, le sort d’un Etat africain sera discuté hors du continent africain. En effet, le président français, François Hollande, vient de proposer la tenue prochaine d’un sommet à Paris sur la sécurité au Nigeria. Sauf contretemps, ce sommet, prévu pour regrouper le Bénin, le Niger, le Tchad, le Cameroun et le Nigeria lui-même autour de la France, devra se tenir le week-end prochain.

Ce sera certainement l’occasion pour le Nigeria et ses voisins de trouver les voies et moyens d’anéantir, ou à tout le moins, de réduire à sa plus simple expression Boko Haram. Autant dire que c’est une opération de salubrité publique tant Boko Haram est féroce. Ce mouvement terroriste qui sévit au Nigeria, faut-il le rappeler, s’est illustré, ces temps-ci, par l’enlèvement de plus de 200 adolescentes dans un lycée de Chibok dans le Nord-Est du pays.

La France montre qu’elle a pris la juste mesure de la menace que représentent les islamistes

L’onde de choc née de cet enlèvement d’enfants s’est propagée partout dans le monde. Aucun être humain qui jouit de toutes ses facultés mentales et morales ne saurait tolérer de telles pratiques. D’où la mobilisation planétaire autour du slogan « Bring back our girls ». Des personnalités, et non des moindres, comme la Première dame des Etats-Unis et la veuve de Nelson Mandela, sont de la bataille. Pour une des rares fois, ces temps-ci, la communauté internationale est unanime. Elle est choquée et prête à agir en réponse à ces islamistes.

Cette unanimité de la communauté internationale sur la nécessité d’une riposte vigoureuse contre Boko Haram est à saluer à sa juste valeur. On ne doit pas badiner avec le sort des enfants ; on ne doit pas prendre des libertés avec l’avenir du monde. Tolérer cette forfaiture de Boko Haram reviendrait à laisser ces enfants, ces personnes innocentes et sans défense entre les mains d’individus sans foi ni loi. Après s’être, tout comme les Etats-Unis et la Grande Bretagne, engagée dans les efforts pour libérer les otages aux côtés du Nigeria, la France montre qu’elle a pris la juste mesure de la menace que représentent ces islamistes, en convoquant ce sommet.

François Hollande mène, une fois de plus comme au Mali et en Centrafrique, le bon combat. C’est tout à son honneur et à celui de son pays, la France. Certes, en étant de toutes les batailles pour la sécurité en Afrique, la France défend d’une manière ou d’une autre ses propres intérêts. Mais c’est tout à l’honneur d’un Etat de savoir aussi défendre ses intérêts avec, qui plus est, la possibilité de sauver des vies humaines là où le laxisme et l’incapacité des dirigeants africains se sont révélés au grand jour. Car, il faut bien l’avouer, cette grandeur de la France contraste bien avec la faillite morale dont font preuve les chefs d’Etat africains.

Comme le dit une sagesse de chez nous, « la chèvre qui mord le visiteur indésirable aura humilié le chien » en palliant sa défaillance. C’est une énième humiliation pour les chefs d’Etat africains qui se font encore voler la vedette par les dirigeants occidentaux plus préoccupés par la sécurité des Africains que ceux qui devaient l’être en premier lieu. En effet, les présidents africains ainsi que l’Union africaine (UA) et ses organisations sous-régionales brillent par leur absence du débat ou leur nonchalance à prendre les mesures idoines. Même la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dont le siège est à Abuja au Nigeria, n’a pas eu une réaction à la hauteur du crime de Boko Haram.

Les chefs d’Etat africains, dans leur écrasante majorité, ne se remuent que si leur fauteuil est menacé

Comment l’Afrique peut-elle espérer être prise au sérieux quand elle se montre incapable, ne serait-ce que de crier son indignation quand ses enfants tombent entre les « griffes » de tels fous ? Car, ce qui indigne dans le comportement des chefs d’Etat africains dans cette affaire, c’est moins le fait de manquer de moyens et d’expertise pour combattre avec efficacité le terrorisme, que celui de ne pas daigner lever le petit doigt, de tenter quelque chose pour ramener les enfants dans leurs familles respectives, quitte à demander le soutien du reste du monde.

Le président nigérian, Goodluck Jonathan, incarne aujourd’hui le symbole de cette faillite morale. Il aura pris tout son temps pour avouer son impuissance et appeler à l’aide. Car, il a fallu que des femmes sonnent la révolte pour l’arracher de sa torpeur. C’est bien là le malheur de cette Afrique qui ne manque jamais l’occasion de montrer au reste du monde qu’elle demeure une « mineure » qui n’a pas encore le sens des responsabilités.

Cette Afrique-là se caractérise essentiellement par deux défauts. Le premier est le manque d’initiatives, d’idées de la part de ses dirigeants. En effet, aujourd’hui, l’Afrique n’a plus de visionnaires à la tête de ses Etats. Par conséquent, elle est toujours surprise par les évènements, ne tire presque jamais leçon de ce qui arrive dans l’un ou l’autre de ses Etats, et s’infantilise aux yeux du reste du monde, surtout de l’Occident. Le deuxième défaut est l’indifférence des chefs d’Etat africains quant au sort de leurs compatriotes. Ils se font un malin plaisir à exploiter la misère et l’ignorance des peuples, occupés qu’ils sont à « régner ».

C’est cette indifférence qu’on perçoit à travers la banalisation de la vie humaine et le refus de respecter l’âme de leur Etat, la Constitution. A l’opposé de leurs homologues occidentaux qui ne ménagent aucun effort quand un seul de leurs compatriotes est en danger, les chefs d’Etat africains, dans leur écrasante majorité, ne se remuent que si leur fauteuil est menacé. C’est ce que donnent à voir les récents évènements au Nigeria.

Alors que ces jeunes filles sont à la merci des fondamentalistes, les présidents africains n’y voient aucune raison de se réunir, pas même d’opérationnaliser enfin et au plus vite, la « fameuse » Force d’intervention rapide tant chantée. Pourtant, les mêmes dirigeants ne se sont pas fait prier pour organiser un sommet extraordinaire pour dénoncer les poursuites de chefs d’Etat africains en exercice par la Cour pénale internationale (CPI). C’est la preuve, si besoin en était encore, que bien des présidents africains ne se préoccupent que de leurs intérêts égoïstes, et non de leurs peuples. Et c’est bien dommage.

Il faut espérer que l’indignation et la mobilisation tous azimuts permettront de sonner le glas de Boko Haram qui aura prouvé, par cet acte, toute sa barbarie. Il est, du reste, heureux que des voix se soient élevées des profondeurs de l’Islam, avec la sortie d’autorités musulmanes, pour condamner avec la dernière énergie le fondamentalisme de ces terroristes.

Car aucune religion ne saurait tolérer de telles dérives. Il faudra, à présent, combattre ce mouvement jusque dans ses derniers retranchements et espérer qu’il ne soit pas trop tard pour ramener saines et sauves les filles à leurs parents. En tout cas, dans ce concert de laxisme, de légèreté et d’irresponsabilité des chefs d’Etat africains, il faut croiser les doigts pour que la riposte, organisée avec l’appui de toute la communauté internationale, porte tous ses fruits et au plus vite.

La société civile africaine doit, elle aussi, se réveiller. Il lui appartient de combler le vide béant laissé par les chefs d’Etat dans la défense des intérêts des populations. En d’autres termes, elle doit constituer une alternative crédible à même de restaurer l’image et l’honneur du continent aux yeux du reste du monde.

« Le Pays »

Info en temps réel & Utile 7J/7
Mercredi 21 Mai 2014
Vu (s) 273 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Tribune Ivoirienne | Débat / Reflexion | Blog Marc Micael | Tribune Libre | G.Mboumba | Farid Mnebhi | Blog Mondelibre




Bien Vivre en Bonne Santé



Les Articles les plus lus

Côte d'Ivoire : Étudiantes le jour, prostituées la nuit

0 Commentaire - 11/05/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

Mauvaise nouvelle pour ceux qui se rasent les poils pubiens

1 Commentaire - 08/07/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

Mine d’or d’Ity : Voici ce que gagne Didier Drogba

0 Commentaire - 24/03/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

»Le destin m’a condamné à la stérilité »

0 Commentaire - 04/06/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

Le stealthing, pratique sexuelle risquée qui se multiplie

0 Commentaire - 30/04/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

Aidez-moi, je suis devenue la maîtresse de mon mari

0 Commentaire - 18/06/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

Si vous avez du wifi à la maison ou au travail, lisez ceci !

0 Commentaire - 13/05/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7


Incroyable !