Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Lazare Koffi Koffi: ‘‘Ouattara veut faire détruire les camps de réfugiés au Ghana’’

le Jeudi 6 Octobre 2011 à 22:00 | Lu 646 fois



A la veille de la visite du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, à son homologue ghanéen, Lazare Koffi Koffi, ex-ministre du Gouvernement Aké N’Gbo et cadre Fpi en exil, dans cette interview, livre les dessous de ce déplacement.

Le chef de l’Etat, Alassane Ouattara rend aujourd’hui visite à son homologue ghanéen. Avez-vous été informé de son déplacement?

Oui, nous l’avons appris mais pas de manière officielle. Nous savons que le chef de l’Etat, M. Ouattara, effectue une visite d’Etat en terre ghanéenne à l’invitation du Président Atta Mills, ce jeudi 6 octobre. Au-delà de ce qu’on pourrait croire, cette visite est une visite d’amitié pour aplanir un certain nombre de malentendus notamment les problèmes de sécurité entre les deux Etats. Mais aussi, je le pense, la question de l’exploitation du pétrole dans les eaux frontalières des deux pays, pétrole convoité par la France, le mandant de Ouattara.



Au-delà de ces questions stratégiques, Ouattara ne devait-il pas aborder le problème des exilés politiques et réfugié ivoirien sur le sol ghanéens?

Certainement. Je pense que Ouattara vient aussi s’assurer qu’aucun coup d’Etat ne viendra du Ghana. La presse qui lui est proche a tellement parlé de préparation d’un coup d’Etat ces derniers temps que, malgré le démenti ferme de son ambassadeur Bernard Ehui Koutouan en poste à Accra, M. Ouattara est gagné par une certaine fébrilité. Malgré toutes les assurances qui lui ont été données de ce que le Ghana ne peut pas servir de base arrière à un coup de force, Ouattara n’est pas tranquille. Il a le sommeil troublé.

Ensuite, sur la question du retour des exilés et réfugiés ivoiriens qui dérangent tant Ouattara, ce dernier, a-t-on appris, viendrait pour négocier le retour de gré ou de force des exilés. Sur cette question, il faut savoir que la présence des nombreux exilés à l’extérieur donne une très mauvaise image du régime de Ouattara. Il faut tout de même dire qu’il y a environ 41 anciens ministres en exil, une centaine d’anciens DG, Pca, Ambassadeurs au Ghana et dans certains pays de la sousrégion.

On ne peut même pas dénombrer les jeunes élèves, étudiants, militaires, policiers, gendarmes, artistes, journalistes qui sont exilés. Ouattara est en situation difficile face à ses soutiens occidentaux qui refusent jusque-là de lui accorder les milliards promis tant que son régime sera vu comme un régime totalitaire qui a contraint de nombreux Ivoiriens à l’exil et à vivre comme des réfugiés.

L’initiative PPTE a pris un coup de froid. Il vient donc au Ghana, pour obtenir le retour desdits réfugiés dont certains sont présentés par la presse proche de lui, comme actifs dans la préparation d’un coup d’Etat.



Ne pensez-vous pas que les conditions sont plus ou moins réunions pour un retour des réfugiés en Côte d’ivoire?

Sur ce point, il faut être clair avec Ouattara. On n’a jamais vu de par le monde des milliers de gens fuir leur pays, s’ils ne se sentent pas en insécurité. Personne ici parmi les vrais réfugiés qui ont fui la mort réelle dans leur pays ne retournera au pays sans des garanties fermes sur leur sécurité et sur leur avenir social. On les a contraints à sortir du pays par les exactions quotidiennes du camp Ouattara. Mais Ouattara ne peut pas les contraindre à retourner au pays pour une mort certaine. La propension d’éléments FRCI et des Dozo à commettre chaque jour des meurtres et autres exactions impunis ne rassurent guère sur un éventuel retour.



Pourtant, il nous ait rapporté que les réfugiés se préparent à accueillir chaleureusement

Non, ce n’est pas vrai. Il ne s’agit pas de vrais réfugiés mais d’infiltrés comme on en connait partout qui profitent de toute occasion pour avoir de l’argent. Cependant, il nous est revenu que pour donner un verni médiatique d’un homme aimé de son peuple, des cars sont mis en circulation depuis Lomé pour conduire des militants du RDR et du PDCI et des soi-disant réfugiés pour lui réserver un accueil populaire à l’aéroport d’Accra. De l’argent est distribué dans certains centres d’accueil de réfugiés pour obtenir cette adhésion populaire. Depuis quelques temps, nous avons pu noter la présence de nombreux Burkinabé venus gonfler les rangs des réfugiés ivoiriens à Lomé. Les vrais réfugiés ne se sentent pas concernés par cette visite.




Ouattara a rencontré récemment les responsables du FPI, il se rend au Ghana échangé avec les autorités ghanéennes et les réfugiés ivoiriens. N’agit-il pas dans le sens souhaité?

C’est purement politique. Depuis un certain temps en effet, Ouattara manoeuvre pour isoler le Président Gbagbo aussi bien de ses soutiens interne qu’externe pour pouvoir allègrement conduire le Président Gbagbo devant la Cpi. Pour ce faire, il veut établir un régime aux apparences démocratiques acceptables de ses parrains, en recevant récemment le FPI et ses alliés à Abidjan, en organisant une visite d’Etat dans la zone chaude du moyen Cavally et en s’approchant du Président ghanéen présenté comme un ami du Président Laurent Gbagbo.

Mais au bout de tout cela, il se rend bien compte que tous ses efforts sont voués à l’échec, tant que les cadres FPI en exil au Ghana continueront de s’exprimer. Après avoir poussé vainement ses nouveaux thuriféraires militants du FPI à obtenir notre silence, nous devinons aisément qu’il vient négocier notre rapatriement forcé ou à défaut nous affaiblir et mettre, pourquoi pas, à mal la coordination du FPI en exil vis-à-vis du peuple frère du Ghana et de son gouvernement.



Comment s’y prendrait-il?

Nous avons appris qu’au-delà de la mobilisation qu’il fait organiser pour son accueil, il veut rencontrer les Ivoiriens du Ghana parmi lesquels certains déjà acquis à sa cause vont tenir des discours au nom des exilés pour demander leur retour massif non sans avoir condamné ceux qu’ils appellent les «extrémistes» et manifester leur indéfectible soutien à Ouattara qu’ils reconnaitront comme leur Président légitime. Après quoi, le HCR au Ghana sera invité à détruire les camps des réfugiés et donc à livrer les Ivoiriens au pouvoir Ouattara.

Mais face à ce scénario, nous restons confiants et sereins. Nous avons confiance au Gouvernement ghanéen dont le pays est réputé dans la sous-région comme un pays respectueux des libertés et protecteurs de tous ceux qui y viennent chercher l’asile. C’est le lieu de remercier le grand peuple du Ghana et son gouvernement qui nous ont ouvert grandement les portes de leur beau pays pour nous épargner une mort certaine.



De ce point de vue donc, vous n’envisagez pas de revenir au pays?

Non, on ne peut pas nous demander de revenir au pays dans ces conditions. Surtout que chaque jour que Dieu fait, Ouattara déroule sous nos yeux la vraie nature de son pouvoir. Ouattara ne peut pas gouverner sous les feux de la démocratie parce que ce n’est pas un démocrate. Il ne veut pas de contre-pouvoir avec la dissolution de l’Assemblée Nationale et des Conseils généraux. Les exécutions sommaires des pro-Gbagbo, les arrestations et les emprisonnements quotidiens sont là pour nous rappeler que les conditions ne sont pas réunies pour un retour au pays natal.



Soro a déclaré, samedi dernier, à Bouaké que la réconciliation se fera sans Gbagbo. Et son ministre des Droits de l’homme, Coulibaly Gnénéma, affirmait aussi, que le transfert de Gbagbo à la CPI, faciliterait la réconciliation. Quels commentaires faites-vous de ces propos?

Ces propos du Premier Ministre et de son ministre des Droits de l’homme traduisent bien la peur affichée du camp Ouattara vis-à-vis du Président Gbagbo. Ils savent qu’il est le vrai vainqueur des élections présidentielles de 2010 et donc qu’il détient la légitimité du peuple. N’ayant pas pu l’assassiner comme tout le laissait présager, Ouattara et ses alliés cherchent à l’éloigner du peuple en le traduisant devant la CPI. Ce faisant, ils pensent ainsi avoir les mains libres pour gouverner la Côte d’Ivoire. Mais ils se trompent.

Le calme apparent qu’on observe dans notre pays tient au fait que le Président Gbagbo, quoique détenu, réside encore en terre ivoirienne. Les Ivoiriens observent et retiennent leur colère. Mais le jour où il sera enlevé du milieu d’eux pour une autre destination, cela ouvrira, j’en suis convaincu la voie à toute sorte de manifestations aux effets que nul ne peut prévoir. De la même manière que nul ne peut essayer de mourir pour voir comment est la mort, qu’on n’essaie pas de transférer Gbagbo, devant la Cpi.

Propos recueillis par Frank Toti

ftoti@nouveaucourrier.com

Source: Le Nouveau Courrier

Jeudi 6 Octobre 2011
Vu (s) 646 fois



1.Posté par AKANAMIN le 07/10/2011 01:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis d'accord avec le ministre sur la réponse qu'il apporte à la derniére question. A savoir tant que GBAGBO est encore en CI, nous regardons en pensant que ouattara sera gagné par la sagesse. Mais qu'ils mettent en exécution leur funeste plan de cpi, ils verront ce qu'ils n'ont jamais vu,même la présence de la licorne et de l'onuci, ils verront. Ce jour la CI disparaîtra.On attend de voir.

2.Posté par Marie le 07/10/2011 16:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De quelle sagesse parlez-vous? Il n'a pas de conscience!!! Ni lui,ni les sbires qui sont ses amis

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !