Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Laurent Gbagbo : un prisonnier qui dérange Les instances judiciaires tâtonnent quant à la position à adopter

L'Afrique en mouvement - Afrik53 - Presse Africaine & Internationale le Samedi 7 Mai 2011 à 09:08 | Lu 783 fois



L’audition de Laurent Gbagbo par la justice ivoirienne a été repoussée à vendredi. La procédure judiciaire lancée par le président de la communauté international de la Cote Ivoire Alassane Ouattara contre lui pose question. La justice ivoirienne chargée du dossier est-elle compétente pour le traiter ? Quelles périodes de son mandat devra- t-elle instruire ? Quel rôle jouera la CPI ?

La procédure judicaire lancée par le camp Ouattara contre le président Gbagbo connaît déjà des ratées. Laurent Gbagbo devrait être auditionné vendredi par la justice ivoirienne, alors qu’il aurait dû l’être mercredi. Ses avocats ont demandé quelques jours de plus pour mieux se préparer. Les auditions ont été instaurées sur l’impulsion d’Alassane Ouattara dans le cadre de l’ouverture d’une enquête préliminaire par le nouveau procureur de la République d’Abidjan, Simplice Kouadio Koffi. Elle doit réunir suffisamment d’éléments pour inculper Laurent Gbagbo assigné à résidence à Korhogo, dans le nord du pays, avant que des poursuites ne soient lancées contre lui, devant une juridiction nationale ou internationale, comme l’a promis l'Usurpateur en place.

Chef d’Etat Gbagbo n’est pas le seul à être mis sur le banc des accusés. Simone Gbagbo, son épouse placée en résidence surveillée à Odienné, sera interrogée 24h après lui. « L’audition de Simone Gbagbo a été repoussée pour les mêmes raisons », a affirmé Simplice Kouadio Koffi. Près de 200 personnalités de l’ancien régime assignées aussi à résidence à travers le pays seront entendues d’ici le mois de juin.

Elles « figurent pour la plupart sur la liste des personnes sanctionnées par l’Union européenne », a précisé samedi Jeannot Kouadio Ahoussou, le ministre de la Justice. « Les auditions se dérouleront sur les sites de résidences surveillées pour des raisons de sécurité car la situation à Abidjan est encore fragile, on ne veut pas prendre de risque. Laurent Gbagbo a été capturé vivant et il doit demeurer vivant », a-t-il estimé.

La riposte du clan Gbagbo

La riposte du clan Gbagbo ne s’est pas fait attendre. Malgré toutes les accusations dont fait l’objet du président Gbagbo actuellement, aucune charge n’est retenue contre lui. Ce qui remettrait en question la légalité de son arrestation le 11 avril par les forces d’Alassane Ouattara appuyées par l’Onuci et la force française licorne. Un point que n’a pas manqué de pointer du doigt Marie-Antoinette Singleton, la fille née d’un premier mariage de l’ex-première dame Simone Gbagbo.

C’est elle qui a organisé la défense du président Gbagbo en saisissant cinq avocats français : Jacques Vergès, Laurent Dumas, Gilbert Collard, François Epoma et Habiba Touré qui ont accepté de le défendre. Roland Dumas, ex-ministre socialiste des Affaires étrangères, et Jacques Vergès, sont connus pour être de proches conseillers de Laurent Gbagbo. En décembre dernier ils avaient dénoncé à Abidjan une « ingérence française et internationale » en Côte d’Ivoire et apporté leur soutien au président Gbagbo en multipliant les conférences de presse.

Les défenseurs de Laurent Gbagbo restent donc sur leurs gardes à la justice ivoirienne, dont ils réclament l’indépendance. « J’attends de la justice ivoirienne qu’elle agisse en toute indépendance. J’attends de voir, mais vu comment c’est parti, avec cette assignation à résidence, dont on a appris l’existence que quinze jours après, on est quand même un peu inquiet. Maintenant, pour la suite, on verra bien s’il s’agit clairement d’une affaire politique ou si la justice pourra agir en toute indépendance. Dans ce cas là, il n’y a pas de problème », a déclaré mercredi à RFI, Habiba Touré.

Ils sont également décidés à engager une bataille judicaire contre le clan Ouattara pour que leur client ne soit pas le seul à porter le chapeau. Ils ont porté plainte lundi en France pour crimes contre l’humanité après les massacres commis à Duékoué dans les semaines qui ont précédé la chute de l’ancien président. Même s’il s’agit d’une plainte contre X, elle pointe du doigt directement le clan Ouattara. Elle a été déposée au nom de la fille d’un exploitant forestier qui aurait été enlevé et assassiné le 30 mars dernier par des membres des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI).

Jacques Vergès a indiqué que les poursuites étaient susceptibles de viser également des éléments de la force française Licorne qui n’auraient pas, selon lui, empêché les exactions. Le Comité international de la Croix-Rouge a fait état d’au moins 800 morts dans cette localité tombée le 29 mars aux mains des forces fidèles à Alassane Ouattara.

La CPI hésite à intervenir

De multiples zones d’ombres entachent l’éventuel procès de l’ancien président, premier chef d’Etat dans l’histoire du pays à faire face à une procédure judiciaire d’une telle envergure. Pour le moment, Alassane Ouattara semble privilégier la justice ivoirienne pour juger son ancien rival. Mais la question de la compétence de celle-ci pour se saisir d’un dossier d’une telle nature semble bien compromise. Jusqu’ici les instances internationales sont restées timides face à cette affaire et semblent pour l’heure plutôt en retrait.

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Luis Moreno-Ocampo chargée de poursuivre les auteurs présumés de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité n’interviendra que lorsqu’elle aura conclu que l’appareil judiciaire ivoirien n’est pas en mesure d’instruire efficacement le dossier. C’est dans ce but que l’examen préliminaire des « massacres commis de façon systématique ou généralisée » dans le pays, destiné à établir si les crimes commis relèvent de la compétence de la Cour, a été lancé.

Mais la saisie du dossier par l’instance internationale pourrait remettre le feu aux poudres. Elle pourrait provoquer la colère des partisans de Laurent Gbagbo et jeter le discrédit sur le camp Ouattara qui n’est pas à l’abri, lui non plus, de poursuites judiciaires. Il est accusé de possibles crimes commis notamment dans l’Ouest du pays. Le chef d’Etat ivoirien a assuré que tous « les crimes seront punis, quels qu’en soient les auteurs ». Et la CPI a prévenu que, si elle engage un procès, les crimes relevant de sa compétence ne feront l’objet d’amnistie pour aucun des deux camps.

Alassane Ouattara a fait prisonnier Laurent Gbagbo. Mais le bras de fer judiciaire engagé pourrait bien ternir son image.

Afrik53 - Presse Africaine & Internationale
Samedi 7 Mai 2011
Vu (s) 783 fois



1.Posté par Toho le 08/05/2011 19:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que pouvons nous bien dire de la justice de ce monde? Elle est nul et en plus d'etre nul,elle est aussi guidé.Voila le grand dilhème qui attend les avocats de Mr Gbagbo.Une seule chose peut les rassurer,s'est que Dieu fait justice à l'opprimé.Donc on peu espérer à une justice céleste. Sinon pour ma part,le monde est guidé par les grands,et les petits son que des assistants de la chose.Bonne chance à Mr Dumas et à ces amis.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !