Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Laurent Gbagbo à la CPI : « J'ai été arrêté sous les bombes Françaises »

le Lundi 5 Décembre 2011 à 17:30 | Lu 864 fois



Laurent Gbagbo le lundi 05 décembre en audience à la Cour pénale internationale à La Haye
Laurent Gbagbo le lundi 05 décembre en audience à la Cour pénale internationale à La Haye
Le 05 décembre 2011 par IvoireBusiness – Le Président Laurent Gbagbo a comparu pour la première fois ce lundi 05 décembre en audience à la Cour pénale

internationale (CPI) à La Haye.
Sanglé dans un costume sombre, un peu amaigri, mine légèrement pâle, et cheveux gris clairsemés, Laurent Gbagbo est apparu en grande forme et très sûr de lui. Il plaisantait même par moment. La juge en charge de l’audience paraissait par moment impressionnée.

D’entrée de jeu, Laurent Gbagbo a déclenché les hostilités en affirmant que les conditions de son arrestation n’ont pas été régulières.
« LES CONDITIONS DE MON ARRESTATION N’ONT PAS ETE CORRECTES », a-t-il déclaré.
Pour lui, c’est la France qui l’a arrêté le 11 avril dernier avant de le livrer aux rebelles de Ouattara.

« J’AI ETE ARRÊTE LE 11 AVRIL SOUS LES BOMBES FRANCAISES », dira-t-il précisant même que « C’EST L’ARMEE FRANCAISE QUI A FAIT LE TRAVAIL ».

Il s'est en outre réjoui des conditions "humaines" de détention à la CPI.

La prochaine audience de comparution de Laurent Gbagbo a été fixée le 18 juin 2012 par la Cour.

Mireille ( Mimi) Kouamé


Le président Gbagbo a aussi révélé aux juges les conditions de sa détention à Korhogo. "Je ne voyais pas le soleil. Je ne savais ce qui se passait dans le ciel que quand il pleuvait sur le toit. (…) L'enfermement sans pouvoir marcher, sans pouvoir voir le ciel, sans pouvoir sortir… ont fait que j'ai des nouvelles pathologies en plus de celles que j'avais déjà", a-t-il dit. Il a également expliqué qu'il a été transféré à La Haye suite à une audience "volée" avec le juge ivoirien d'application des peines, camouflée sous d'autres motifs, sans que ses avocats ni lui n'aient été préparés à la remise d'un mandat d'arrêt.

Le président Gbagbo s'est dit à "aller jusqu'au bout" de son procès, et attendre les "preuves" de ceux qui l'accusent, qu'il confrontera avec sa vérité à lui. La prochaine étape de ce procès, l'audience de confirmation des charges, aura lieu le 18 juin 2012, donc après le départ du procureur Louis Moreno-Ocampo. "Il s'agit d'une audience publique au cours de laquelle la Chambre préliminaire de la CPI décide de confirmer ou non, partiellement ou dans leur totalité, les charges retenues contre le Procureur à l'encontre du suspect et de renvoyer l'affaire, le cas échéant, en jugement devant la Chambre de première instance."

Venus pour encourager Laurent Gbagbo à l'occasion de la première audience dans le cadre de son procès à La Haye, des Ivoiriens d'Europe, soutenus par d'autres Africains – Sénégalais, Togolais… – n'ont pas pu communiquer leur chaleur au président renversé. En effet, la vitre séparant les acteurs du procès du public est une vitre sans tain. Gbagbo n'a donc vu ni les journalistes ivoiriens présents dans un compartiment spécial, en dépit du fait que certains se sont approchés de la glace pour lui faire un signe. Il n'a pas vu non plus ses supporters se trouvant dans l'espace réservé au public, bondé au point que son fidèle ami Guy Labertit n'a pas pu, malgré une invitation en bonne et due forme, y entrer.

A la fin de l'audience, les Ivoiriens d'Europe ont chanté en choeur l'Abidjanaise, suscitant la curiosité des journalistes occidentaux qui voulaient savoir de quel chant il s'agissait. A ce moment-là, comme s'il avait reconnu un air familier, le président Gbagbo a levé la tête… à leur grande satisfaction. Emus, les Ivoiriens qui ont fait le voyage de La Haye ont exprimé leur joie de voir un Gbagbo qui n'a rien perdu de sa pugnacité. Ils ont fait une haie d'honneur à la voiture qui le transportait au quartier pénitentiaire de la CPI, mais ne sont pas persuadés qu'il ait pu les voir, se trouvant dans un véhicule aux vitres fumées roulant à toute vitesse.

Lundi 5 Décembre 2011
Vu (s) 864 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !