Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Laurent Gbagbo, Alexandre Loukachenko et la jurisprudence Ouattara !

L'Afrique en mouvement - Afrik53 - Media Libre pour tous le Lundi 20 Décembre 2010 à 16:12 | Lu 597 fois



Laurent Gbagbo, Alexandre Loukachenko et la jurisprudence Ouattara !
Il y a quelques heures, Alexandre Loukachenko, le « Président » de la Biélorussie (officiellement dernier dictateur européen) s’est fait élire, une fois encore, avec un score soviétique dans l’indifférence de la communauté internationale qui ne veut surtout pas agacer la fière Russie de Vladimir Poutine. A cette occasion, des forces anti-émeutes biélorusses ont naturellement dispersé violemment une manifestation d'opposants à Minsk et l'un des candidats de l'opposition à la présidence, Vladimir Nekliaev, a été blessé.

L'opposition voulait protester contre la victoire attendue à la présidentielle du 19 décembre du chef de l'Etat Loukachenk, comme Alassane Ouattara et les siens en Côte d’Ivoire. Bien évidemment, il n’ y aura pas de sanctions de la communaité internationale contre le dictateur proche de Moscou. Et nous voyons bien que la « jurisprudence Ouattara : le pouvoir au gagnant ! » ne s’appliquera qu’en Afrique noire. Surtout pas en Biélorussie ou en Birmanie. Pourquoi ? Mais parce que selon les « stratèges du Monde civilisé » la Russie c’est la grande Histoire ! Rien à voir avec l’Afrique !

Dans son cours de 1830, le grand philosophe allemand Hegel n'a t-il pas déclaré :

« L'Afrique n'est pas une partie historique du monde. Elle n'a pas de mouvements, de développements à montrer, de mouvements historiques en elle. C'est-à-dire que sa partie septentrionale appartient au monde européen ou asiatique ; ce que nous entendons précisément par l'Afrique est l'esprit ahistorique, l'esprit non développé, encore enveloppé dans des conditions de naturel et qui doit être présenté ici seulement comme au seuil de l'histoire du monde ».

C’est à se demander si Henri Guaino le conseiller – théoricien politique et plume de Nicolas Sarkozy, à l’occasion du célèbre Discours de 2007 à Dakar, sur l’Homme Africain ne s’en est pas inspiré !?


AU NOM DES PRINCIPES DÉMOCRATIQUES ?


S’il fallait donc une preuve que le bras de fer entre Nicolas Sarkozy et Laurent Gbagbo n’avait aucune corrélation avec les principes démocratiques, la Biélorussie en est une.

Et c’est ici qu’il faut méditer sur la trahison de Jean Ping le Président « Gabonais » de la Commission de l’Union Africaine, qui a pourtant affiché des convictions édifiantes dans un livre méconnu : Mondialisation, Paix, Démocratie et Développement, Préface de Hubert Védrine, L’Harmattan, 2002, Paris.

Sa mission de bons offices en Côte d’ivoire de Jean Ping, s’est soldée par ce qu’il faut bien appeler un fiasco diplomatique à Abidjan, si l’on en croit cet article de Jeune Afrique : http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20101217105334/ . Malgré tout le respect que nous lui devons, la Raison veut que l’on dénonce l’immense gâchis de son mandat à la tête de l’U.A.

Cet ancien Ministre des affaires étrangères de feu Omar Bongo Ondimba aura eu l’occasion de démontrer l’efficacité de « la diplomatie de la paix » à la gabonaise en dirigeant la Commission de l’Union Africaine. Mais il apparaît désormais que de Madagascar au Gabon ou du Congo Brazzaville au Tchad en passant par le Togo, la présence de Jean Ping à Addis-Abeba n’aura pas servi à grand chose, au vu des premières convictions affichés par l’un des rares penseurs du Système Bongo.

Jean Ping dans le texte :

« Comment, devant les convulsions de tout un continent, continuer à jouer, comme on le fait encore aujourd’hui, les Ponce Pilate ? Comment rester sourd aux douleurs et aux souffrances des victimes innocentes de guerres trop souvent attisées de l’extérieur ?

N’est-il pas plutôt indispensable de réagir et de rechercher des solutions efficaces et durables à tous ces maux afin de rendre plus global «le « village planétaire » créé par la mondialisation ? Et pourtant, c’est sous les yeux du monde globalisé, en direct à la télévision et en temps réel, qu’un million de personnes ont péri massacré au Rwanda […], comme le disait Félix Houphouët Boigny paraphrasant Franklin Roosevelt : « la paix n’est pas un mot, c’est un comportement » ; et ce comportement, qui est de plus en plus adopté par les Gabonais dans leur ensemble, est un préalable à l’instauration d’une véritable démocratie ; pour organiser par exemple des élections libres, il faut un minimum de paix, au moins dans les bureaux de vote et aux alentours. Mais nous vivons une époque surréaliste marquée par le triomphalisme de théories simplistes universalisées. Il en est ainsi de la conviction selon laquelle il faut avant tout et quel soit le prix à payer imposer la victoire planétaire de la morale sur le mal, de l’universalisme occidental sur l’Etat-nation.

Pour y parvenir, le monde entier doit en tout premier lieu se convertir, sous peine de sanctions fatales, à la religion démocratique de marché et à certaines convictions et traditions politiques nationales projetées à l’échelle mondiale […]. Dans le « syllogisme démocratique » de Francis Fukuyama par exemple, les démocraties ne se feraient pas la guerre entre elles et il y aurait corrélation entre degré de développement et démocratie et entre ouverture à l’économie mondiale et développement ». Lire, Jean Ping, Mondialisation, Paix, Démocratie et Développement, Préface de Hubert Védrine, L’Harmattan, 2002, Paris.

NOUS DEVONS RÉAGIR

En résumé, tant que les intellectuels et les acteurs politiques Africains, continueront de penser que la Realpolitik se fait forcément au détriment des convictions et qu’ils persisteront dans une mauvaise lecture du Prince de Machiavel, en effet, l’Afrique sera exclue de l’Histoire. Tant que les leaders d’opinion négligeront la nécessité de se battre pour sauver la vie des populations et que le pouvoir politique sera confondu avec l’accès à une jouissance permanente alors qu’il s’agit de faire progresser la réalité, bien évidemment, nous donnerons du grain à moudre à ceux qui veulent exclure définitivement l’Homme africain de l’Histoire.

A nous de jouer !


Bruno Ben MOUBAMBA

bruno@moubamba.

Afrik53 - Media Libre pour tous
Lundi 20 Décembre 2010
Vu (s) 597 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !