Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

La répression contre les ex-FDS se poursuit: Des soldats de la Garde républicaine arrêtés

le Jeudi 4 Août 2011 à 21:10 | Lu 796 fois



Trois soldats de la garde républicaine ont été mis aux arrêts depuis le mardi dernier. Ils sont gardés au 4ème arrondissement en zone 3. Il s’agit de l’adjudant-chef Kokobo, de l’adjudant-chef Bédé Koffi et du major Yaté. Ils sont accusés d’avoir tué, à Wassakara dans la commune de Yopougon le 20 mars dernier, un certain Amara Cissé, parent d’Alassane Dramane Ouattara, chef de l’Etat ivoirien.

Selon les informations, le vendredi dernier à la caserne des sapeurs pompiers de l’Indenié où ils étaient allés toucher leur solde du mois de juillet qu’ils ont été informés par le payeur que leurs avoirs étaient gelés. Le capitaine Toutoukpo, chef comptable les oriente donc vers le parquet militaire pour trouver une solution à leur problème.

Le mardi 2 août, Kokobo, Bédé et Yaté se présentent donc au 17ème étage de la tour A, à la cité administrative au Plateau, siège du parquet militaire. Le commissaire du gouvernement, Ange Kessi Bernard n’est pas présent. Les soldats sont donc reçus par un de ses collaborateurs, le capitaine Roger Kouassi. Au bout de l’entretien, un mandat de dépôt pour chacun des trois soupçonnés de meurtre.

Un mois plus tôt, le 5 juillet, le quotidien le Patriote publiait une liste de soldats de garde républicaine accusés de désertion, de vols, de vente illicite de munitions. Les trois soldats mis aux arrêts figuraient sur cette liste. « Pourtant, ils n’ont jamais déserté ; ils sont restés au pays et sont présents à tous les rassemblements. A preuve, chaque mois, ils perçoivent leurs soldes main à main », témoigne un proche du dossier. Un proche qui s’étonne d’ailleurs que l’on accuse des soldats de la garde républicaine d’avoir assassiné quelqu’un à Yopougon qui n’est point une zone de compétence de la garde républicaine.

L’adjudant-chef Kokobo, chef de garage et responsable du carburant habitait à Abobo. Comme lui l’adjudant-chef Yaté vivait à Abobo. Armurier, chef du magasin d’armement, l’adjudant-chef Bédé Koffi habitait à la caserne de Treicville. Depuis que son domicile a été détruit par les bombardements franco-onusiens, il est dort où il peut.
Aujourd’hui, certains n’hésitent pas à parler de règlements de comptes à la garde républicaine. De sorte que c’est la peur au ventre que les soldats se rendent au travail. « On peut être arrêté à tout moment », fait remarquer un soldat interrogé. Selon lui, un ancien garde du corps de Mamadou Ben Soumahoro a été arrêté récemment au rassemblement. Quelques jours avant, c’est un certain Mermoz, un caporal qui était mis aux arrêts alors qu’il prenait la garde à la présidence. Désormais, c’est un climat de méfiance totale qui règne à la garde républicaine.

Augustin Kouyo

Source: Notre voie

Jeudi 4 Août 2011
Vu (s) 796 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !