Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

La manipulation de la CPI contre Gbagbo mise à nu

le Mercredi 30 Janvier 2013 à 11:26 | Lu 3419 fois



La manipulation de la CPI contre Gbagbo mise à nu
Les failles du dossier de Bensouda contre Gbagbo

La procureure près la CPI n’en finit pas de se ridiculiser et de prouver aux personnes de bonne foi ayant une bonne connaissance de la Côte d’Ivoire et une bonne intelligence des concepts que l’institution dans laquelle elle officie est un jouet idéologique aux mains des puissances occidentales. Et non une juridiction digne de respect.

Est-ce le signe d’un léger mouvement de panique ? En tout cas, alors que le bureau du procureur près la Cour pénale internationale (CPI) basée à La Haye avait fondé toutes ses charges contre l’accusé Laurent Gbagbo autour du concept de «coauteur indirect» de crimes contre l’humanité, il change brutalement de braquet en s’appuyant sur l’article 25-3-d du statut de Rome. C’est en tout cas ce qu’il est donné de voir dans la version publique expurgée du «document amendé de notification des charges» datée du 25 janvier dernier, et rendue publique hier.

«Jusqu'ici, Laurent Gbagbo était poursuivi pour crimes contre l'humanité en qualité de co-auteur indirect des meurtres, viols, actes inhumains et persécutions commis, sous ses ordres, par ses partisans. Désormais, le procureur a ajouté une nuance à ses accusations, en poursuivant aussi l'ex-chef d'Etat ivoirien pour sa responsabilité directe dans la mise à exécution des crimes. Cette nuance - juridiquement très technique - vise, pour le procureur, à augmenter ses chances d'obtenir la mise en accusation de l'ancien chef d'Etat», explique le site Internet de la BBC. Il semblait en tout cas curieux d’emblée qu’un «coauteur indirect» soit la seule personne à comparaître devant les tribunaux internationaux alors que les «auteurs directs» désignéspar laCPInes’y trouventpas… et que certains d’entre eux, comme Philippe Mangou, chef d’état-major des Forces de défense et de sécurité au moment des faits et nouvel ambassadeur de Côte d’Ivoire au Gabon, ont même été promus...

Mensonges, omissions, légèretés...

L’audience de confirmation des charges devra permettre de répondre à une question: ya-t-il eu une «politique»,un «plan commun» de nature criminels mis en place par Laurent Gbagbo pour «rester au pouvoir» par tous les moyens ?

D’ores et déjà, on peut imaginer que le prouver sera particulièrement difficile pour le procureur. Qui tentera d’impressionner les juges et de leur dire, en substance : «C’est vrai que je n’ai pas la preuve absolue de mes allégations. Mais avec toutes les accusations qui viennent de partout contre cet homme, mieux vaut juger au fond, et ne pas prendre le risque de relâcher ce Gbagbo contre qui les Nations unies et Human Rights Watch ont écrit des choses aussi graves.»

En tout cas, le document de notification des charges que défendra Fatou Bensouda est, par endroits, particulièrement léger. «Gbagbo était déterminé à rester au pouvoir. Quelque temps avant l’élection de 2010, aidé par des membres de son entourage immédiat, parmi lesquels Simone Gbagbo et Charles Blé Goudé, il a adopté une politique visant à attaquer son rival politique Alassane Dramane Ouattara (Ouattara) ainsi que des membres du cercle politique de celui-ci, ainsi que des civils considérés comme ses partisans, dans le but de conserver le pouvoir y compris par la force létale», écrit Bensouda. Comment se fait-il que dans ce contexte, Ouattara et ses proches ont pu faire campagne librement dans le Sud du pays contrôlé par les Forces de défense et de sécurité (FDS), tandis que Gbagbo et ses lieutenants, agresseurs désignés, ont fait les frais de violences inouïes de la part des victimes désignées ? Mystère.

« Avant l’élection, Gbagbo a pris des dispositions dans la poursuite de la Politique pour faire ensortede se maintenir au pouvoir en cas de défaite électorale. Il a consolidé son autorité absolue ainsi que le contrôle qu’il exerçait sur les Forces de défense et de sécurité ivoiriennes (FDS)», écrit Bensouda. En quoi le renforcement du lien entre l’armée et le chef supérieur des armées, auquel la Constitution donne l’autorité absolue sur les troupes nationales, estil la preuve d’un plan de refus anticipé du verdict des urnes ? Dans les démocraties avancées, le chef de l’Etat distend-il ses relations avec les militaires avant l’élection présidentielle ? Les mesures sécuritaires prises par Laurent Gbagbo n’étaient-elles pas tout simplement liées à la situation particulière de la Côte d’Ivoire,qui allait aux urnes avec une rébellion qui n’avait pas désarmé et qui constituait un véritable danger pour la Nation, au-delà d’un quelconque pouvoir ? Les accusations de Bensouda traduisent un prisme partisan frappant...

Cette manière de présenter les faits de manière totalement biaisée est omniprésente dans le document de Bensouda. Qui annonce que le président du Conseil constitutionnel était «un allié» de Gbagbo sans noter que celui que la Commission électorale indépendante était un cadre de la coalition soutenant Ouattara.« Les deux candidats se sont proclamés simultanément Président de la Côte d’Ivoire», ment Bensouda. Qui a pourtant affirmé plus haut que c’est le Conseil constitutionnel qui a fait prêter serment à Gbagbo (comme le veut la Constitution), tandis que Ouattara a prêté serment par écrit (ce qui n’a aucune valeur juridique).

Au point 10 de son document, Bensouda écrit :« Dès l’annonce des résultats provisoires de l’élection par la CEI, Gbagbo a donné l’ordre à ses forces armées d’assiéger l’hôtel du Golf et ses résidents». Cette affirmation est rigoureusement fausse. La liberté d’aller et de venir de l’hôtel du Golf était garantie jusqu’à la marche insurrectionnelle du 16 décembre 2010, qui visait à conquérir militairement la RTI.

Gbagbo aurait ciblé les communautés de l’Ouest, «traditionnellement» favorables à Ouattara !

En son point 14, le document de Bensouda situe le début du conflit armé entre FDS et FRCI pro-Ouattara au 25 février 2011. Sur quelle base cette date a-t-elle été choisie ? Bensouda refuse catégoriquement deciter le «commando invisible» parmi les forces pro-Ouattara en dépit des déclarations d’officiels – y compris le ministre des Mines et de l’Energie dudit Ouattara – revendiquant la paternité de cette milice armée meurtrière.

En son point 21, ce texte, tout à son «enthousiasme» orienté, finit par dire que «les nombreuses communautés de l’ouest de la Côte d’Ivoire» sont «traditionnellement acquises» à Ouattara, ce qui fait qu’elles ont été ciblées par Gbagbo. Doit-ons’attendre à ce que demain, la CPI nous apprenne que les massacres à caractère génocidaire de Duékoué ont été commandités par Gbagbo ? A l’allure où vont les choses...

En son point 21, Bensouda prétend que les maisons des pro-Ouattara et des membres des ethnies considérées comme telles «étaient souvent marquées, soit avec les lettres D (Dioula) ou B (Baoulé) soit avec une croix peinte en noir, pour que les assaillants puissent les identifier».

Volonté objective de tromper ! En réalité, ces mentions sont le fait des agents du ministère de santé, qui les utilisaient dans le cadre des campagnes de santé publique, pour signaler les maisons déjà visitées. Tout le monde le sait en Côte d’Ivoire, mais Fatou Bensouda compte sans doute sur le fait que ce sont des étrangers qui ne savent rien aux réalités ivoiriennes qui jugeront Gbagbo. Mais qui peut sérieusement croire que l’ange de la mort écrit avec de la craie blanche, alors qu’il suffit d’un peu d’eau pour faire disparaître ses marques ?

Le reste du document accusatoire produit par Bensouda est à l’avenant. Le procureur près la CPI additionne bavures réelles des FDS, méfaits imaginaires et témoignages confus pour les attribuer en vrac à... Gbagbo. Elle confond allègrement mesures de protection du territoire et attaques ayant pour but de tuer. Elle tente ainsi de criminaliser les dispositions prises pour «empêcher tout accès à la RTI» le 16 décembre 2010. Elle ose dire, en dépit des nombreuses vidéos disponibles, que les manifestants pro-Ouattara qui allaient prendre la RTI n’étaient pas armés.

Après avoir fini de lire le document de Bensouda, l’on est tenté de dire que, par son interprétation violemment partisane et volontairement manipulatrice de l’histoire récente de la Côte d’Ivoire, la justice internationale et les Nations occidentales qui la téléguident participent à rendre impossible la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire.

Et à convaincre les vainqueurs du moment, qui se livrent en toute impunité à des crimes contre l’humanité,du bien-fondé de leurs forfaits. N’ont-ils pas affaire à des monstres ? La CPI a-t-elle un jour écrit dans un quelconque document qu’ils avaient fait quelque chose de mal ? Non, et c’est là tout le drame.

Philippe Brou
Le nouveau Courrier

Mercredi 30 Janvier 2013
Vu (s) 3419 fois


Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

26.Posté par charlie bronx le 01/02/2013 13:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Non, non et non !!!!

La pression, il faut la mettre sur Altit. Plus sur Bensouda !!!

Ce que vous êtes têtus quoi !!

25.Posté par De kartarin le 31/01/2013 23:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La diaspora africaine,les patriotes ivoiriens,tous les resistants et tous ceux qui sont épris de justice doivent se mobiliser à la HAYE avant l'audience de confirmation des charges contre le président GBAGGO,pour dire à FATOU BENSOUDA et à la COUR PENALE INTERNATIONALE, qu'elles sont dansle FAUX dans ce dossier du PR GBAGBO.Et que l'institution prétendument appelée judiciaire ,qu'elle dirige en courage la création des rebelillons et les crimes de certains pays occidentaux en AFRIQE et le reste du monde.
.

24.Posté par LaRédemption le 31/01/2013 21:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci combattant Hermann N'Da pour cette belle analyse à laquelle je souscris entièrement. Une chose est sûre chers combattants de la RP, le PR Gbagbo sortira de ce lieu de captivité des dignes fils de l'Afrique. Que la CPI cherche à se donner une virginité dans le droit c'est son problème car comme le dit notre Serge Kassy National "Son C... est dehors". Coucou à tous les combattants et que Dieu nous garde.

23.Posté par TCHEDJOUGOU OUATTARA le 31/01/2013 20:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tous mes respects mon général. Ton développement supplémentaire est totalement vrai et pertinent. Oui, depuis la semaine dernière, les représentants des deux parties ( Dramane-GBAGBO) au sein de toutes les Commissions étaient tombées d'accord sur tout sauf au sein d'une seule : La Commission des Droits de l'Homme. Mais en dehors de cette Comisssion qui concentre les vraies solutions à la réconciliation, de quoi parlaient les autres ? Du départ de Youssouf BAKAYOKO et les rebelles du MPCI, MPIGO & MJP de a CEI. Mais, cette question étant reglée par la trame des Acoords principal et complémentaires de Prétoria qui fixent la fin du mandat de cette CEI bizarre après l'élection législative, elle était loin d'être un vrai plat.

Or, Dramane voulait par ces stranpontains distraire le FPI. Mais, comme mon Général, tu l'as indiqué, il a été demandé aux gens de Dramane d'offrir la paix aux ivoiriens par la question principale de la libération du P.R que mon Général Hermann a soulevée, appuyée la retrocession de leur liberté aux autres prisonniers et un retour très attendu des exilés.

Et à cela, les gens de DRAMANE ont opposé les arguments quemon Général Hermann a rapportés.

Et mon Général de faire observer que c'est pourquoi, en cas de résistance de Dramane " la CPI s'aménage une porte de sortie".

Mon général, c'est sur ce point que je te reviens. Ne nus y trompons point. La CPI étant dans une soumission nauséabonde, si daventure Dramane n'était pas contraint à agir comme le lui ont prescrit les hommes des règles de l'art du FPI, ladite CPI est prête à entrer bêtement en voie de condamnation d'un innocent ccomme le P.R. C'est pourquoi, c'est amintenanat qu'on doit mettre la C.Ien ébullition, quel qu'en sera le rix à payer. Il n'y a pas de dossier à la CPI. Je sais de quoi je parle. Je n'en dirai pas plus ici.

C'est pourquoi, j'ai dit tout récemment aux patriotes d'Europe de ne pas tomber dans le piège de Ouattara en s'agrippznt à l'affaire BLE GOUDE.
C'est fait exprès. ourquoi c'est maintenant qu'on va chercher BLE GOUDE ?
Mais pour tout simplement diviser, distraire la galaxie qui impacte le cours de cette affaire surtout en Europe. Et avec cette affaire de prétendu deal que Ddramane a insidieusement injecté dans l'affaire, je constate déjà que des patriotes se battent.
Or, si ça continue comme ça, Youpi pour Dramane. Ne nous leurrons point. Le combat est à notre portée. Que chacun y aille maintenant et tout de suite de son ingéniosité, sans crier gare.

L'heure est grave, très très graaaaaaaaaaaaaave. Le système qui a cautionné la déportation est certes en place ( OBAMA & BANKI MOON) mais sérieusement édenté par la chute inattendue de Sarkozy qui en faisait une affaire perso.

Ne croisons pas les bras. Mettons dès maintenant la C.I sous électricité.....démocratique par les seuls moyens auxquels Dramane est sensible.

Obligeons Dramane à se saisir de son bic pour signer comme il avait obligé GBAGBO par sa rébellion à signer un document faisant de lui un candidat exception à une éléction présidentielle ivoirienne à laquelle il n'aurait jamais eu droit dans la présente incarnation....Hauts les coeurs !


22.Posté par Guy le 31/01/2013 19:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Prenons l'histoire en temoin
En 1970 : les Baoulés de feu Boigny ont massacré 15 villages des bétés ethnie de Gbagbo plus de 4000 morts avec l'aide des militaires français .Les fosses communes existent encore.Je me rappelle que le president Bedié avait demandé pardon à la television nationale au nom des baoulés , les ivoiriens le savent.
En 2002 les dioulas se signalent dans une rebellion depuis le nord du pays
En 2011 toujours avec les blancs, les betés , les guerés les yacouba, les atiés et autres ethnies que les gens du nord seront massacrés par les gens du nord avec l'aide dese blancs.
Je me demande pourquoi les we sont ils les cibles ?
Quand et quand prendrions nos responsabilités poue éviter cette humiliation ?
Tous les we doivent se reveiller
merci à tous

21.Posté par Hermann N'da le 31/01/2013 18:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Repos mon Colonel !

Faut pas rester trop longtemps au serré. C'est pas bon.

Revenant à la situation politique, j'ai pu avoir un long entretien téléphonique, dans la semaine, avec un représentant du FPI, membre d'une des commissions chargées de discuter avec le gouvernement.

Lors de nos échanges, le Monsieur m'a révélé que la libération du PR figure en bonne place sur la table des négociations. Toutefois, chaque fois que la question est abordée, les représentants du gouvernement avancent que la libération du PR n'est plus de leur ressort à partir du moment où Laurent GBAGBO se trouve déjà à la Haye.

Cet argumentaire a été battu en brèche par les représentants du Parti qui n'ont pas manqué de leur présenter des pistes de solution préconisées par les Avocats de GBAGBO en direction de Dramane.

En résumé, la CPI n’attend qu'un engagement écrit à elle, adressé, par Dramane en faveur de la réconciliation nationale, pour mettre Laurent GBAGBO à la disposition de la justice ivoirienne.

Sans donner mon appréciation personnelle sur cette option, je fais simplement remarquer que la CPI est dans un embarras sans nom, face au dossier GBAGBO. C'est donc cette situation qui la pousse à prévoir ses propres "solutions" de rechange au cas où Dramane ne lui envoie aucun signal.

Dramane aussi a des problèmes. Ces partenaires et bailleurs de fonds lui exigent des élections locales inclusives. Mais l'orgueilleux Dramane qui craint également les conséquences imprévisibles que pourrait générer le retour de GBAGBO en CI, a du mal à prendre une décision.

Le FPI, qui représente l'opposition significative a bien compris le jeu et l'enjeu des négociations qu'il refuse de lâcher le bon bout qu'il tient en ce moment.

20.Posté par ARML le 31/01/2013 16:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
toi pêti Nda tu as tout dit ....ton vizion ca va river...JE PLAISANTE MAIS TU AS TOUT DIT LE RESTE N'EST QUE CONJECTURE...OVAJAB

19.Posté par TCHEDJOUGOU OUATTARA le 31/01/2013 16:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au serré, Mon Général. A vos ordres. Mais Général, je ne partage pas ton opinion. Oui, si c'était le droit, il n'y avait pas match au regard du document de notification des charges à confirmer ou à informer en février 2013. Oui, il n'y aurait pas de match car, dès lors qu'on fait allusion à l'élection présidentielle ivoirienne du 28 novembre 2010, le débat est clos au regard des réponses qui coulent de source des questions suivantes : 1°)- LA CEI a-t-elle proclamé les résultats provisoires ? Non, en termes de délai, de cadre et du fonctionnement de l'institution. 2°)- En C.I quelle est l'Institution ayant vocation à proclamer les résultats définitifs d'une élection présidentielle ? Réponse : Le Conseil Constitutionnel. 3°)- L'avait-il fait dans les délais légaux ? Réponse : Oui. 4°)- Ce conseil avait-il le droit d'annuler partiellement des résultats douteux ? Réponse : Oui.5°)- Le certificateur de l'ONU, quel était son rôle ? En tant que représentant du S.G. de l'ONU, il devait certifier la procédure, le déroulement normal du processus électoral. Ne t'était-ce pas lui qui certifiait en dernier ressort le résultat de l'élection présidentielle ? Réponse : Jamais. SUR LES CRIMES : 6°)- Pour l'Installation de leur D.G. Brou Aka Pascal le 17 décembre 2010, s'agissait-il d'une marche pacifique de civils matée par les FDS de GBAGBO ? Réponse : Non, il s'agissait d'une insurection avec des roquettes depuis l'Hôtel du Golf " Alaka Djigui Doni" = Moussa, abaisse un peu la roquette.. 7°)- Dans quelle position se trouvaient dès lors les FDS ? Légitie défense ou agresseurs ? Réponse : Etat de légitime défense incontestable. 8°-) A ABOBO, le bombardement du marché d'Abobo, était-ce possible ? Réponse : Non, car toute la zone avait été abandonnée par les habitants. Il n'y avait plus personne dans la zone. Une visualisation du fils produit par BENSOUDA ne montre que les corps tués par de prétendus Obus alors que tous les étales aux alentours sont intacts. Conclusion, les corps ont été déplacés en ces lieux. 9°)- Et les 7 femmes du rond point ayant permis à l'ONU de prendre sa résolution qui a permis le bombardement de la Résidence Présidentielle ? Montage : car, il est prétendu que les marcheuses venaient en face du char des gendarmes venant en face. Or, selon le témoignage de leur partenaire journaliste Leslie, c'est de de dos que Dramane a fait tuer ces femmes au moyen d'une arme 12, 35 alors que les chars Russe des FDS sont de 14. Donc manipulation. Au total, tout est faux. Mais mon général Hermann, des sons qui nous viennent d'eux disent qu'ils tiennent coûte que coûte à confirmer ces imaginaires charges. C'est en cela que j'appuie mon prédécesseur ADN : il nous faut nous mobiliser. C'est ce langage que ces diaboliques là comprennent. Ce n'est pas une affaire de droit. Si c'était une affaire de droit, même le paysan au village sait que GBAGBO n'a rien fait. Si c'était le droit, pouviez-vous imaginer SORO Guillaume dans le fauteuil de Président de l'Assemblée Nationale après avoir froidement fait assassiner les Boga Doudou, Dagrou Loula, Marcellin Yacé tandis que des innocents croupissent dans leurs prisons ? Chers combattants, celui qui est capacable de poser un acte retentissant avant la date d'audience doit le faire maintenant. Laissez tomber cette affaire de droit. Il n'y en a pas. Utilisons le langage qu'ils compennent le mieux. Et j'ai plaidé...

18.Posté par Adn le 31/01/2013 13:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le système des nations unies n'aime que la force ; alors pensons à autre chose que ces verbiages creux distillés ici et là.

17.Posté par mahomet de l'arabie saoudite le 31/01/2013 09:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
OK ! BENSOUDA ,TU VIENS DE DIRE POUR NOUS ET POUR MON PRÉSIDENT LAURENT GBAGBO MAINTENANT QUE DIS-TU POUR LA RÉBELLION D'ALASANE OUATTARA DE DEPUIS 2002 A 2011 ?. CAR LA GUERRE S'EST BIEN PASSÉE ENTRE DEUX PARTIES ?. SOYONS HONNÊTE UNE FOIS DANS NOTRE VIE SUR CETTE TERRE ET NE PRENEZ PAS LE PEUPLE IVOIRIEN POUR DES NAÏF OU DES MOUTONS. DE TOUTES LES FAÇONS SI LE PRÉSIDENT DES IVOIRIENS S.E.M LAURENT KOUDOU GBAGBO N'EST PAS LIBÉRER, IL Y AURA JAMAIS DE RÉCONCILIATION ET DE PAIX.

16.Posté par fatim.1. le 30/01/2013 23:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ha lá combattant HERMANN tu me rassures tu peux pas comprendre.On croise les doigts que cette affaire aille dans le sens de ton analyse.Que DIEU ROTEGE LE PRESIDENT IVOIRIEN et CONFONDE SES ENNEMIS.

15.Posté par Hermann N'da le 30/01/2013 22:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
CHER(E)S AMI (E)S DE LA RP, RESTONS SEREINS

LA CPI CHERCHE UNE PORTE DE SORTIE

S'il s'agit du droit, le débat deviendra très vite inintéressant. Mais au delà de cette considération, il faut remarquer qu'avec ces nouvelles accusations directes, la CPI et Bensouda cherchent manifestement une porte de sortie.

En réalité, juridiquement, il était plus aisé pour Bensouda d'accuser GBAGBO en qualité de coauteur indirect en tant que Chef de l’État. et donc chef suprême des armées.

En requalifiant son principal chef d'accusation qui fait désormais de GBAGBO un acteur direct des crimes à lui reprochés, Bensouda veut donner l'opportunité à la défense du PR de briser ses arguments fallacieux , pour qu'enfin, GBAGBO soit libéré sur la base d'"arguments juridiques".

En effet, il sera impossible à Bensouda de démontrer l'action directe de GBAGBO dans les tueries, alors qu'il se trouvait pratiquement enfermé dans ce qu'ils ont, eux-mêmes appelé "bunker".

La tactique juridique en préparation est de permettre aux Avocats de GBAGBO de "démonter" cette accusation fantaisiste pour que le monde entier retienne que GBAGBO a été libéré sur la base du droit.

Telle est donc la dernière option choisie par la CPI qui est , en ce moment, très embêtée par ce dossier encombrant.

C'est ça qui est la Vérité !

14.Posté par DAVID LE ROI le 30/01/2013 21:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je voudrais savoir jusqu'à quand bensouda va me demontrer que GBAGBO n'avait pas le droit d'agir comme il l'a fait.
la constitution a proclamé gbagbo president, l'onu et la communauté internationale a proclamé ouattara president.
que bensouda donne ses preuves et on va commencer le debat

13.Posté par kone cote d''ivoire le 30/01/2013 21:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MERCI MON FRERE TRAORE DIARRA ON A BEAU PARLER C'EST ZERO...PLANIFIONS DES PETITES ATTAQUES A LA BOMBE OU AUX GAZ BUTANES C'EST CA QUI EST LA VERITE SINON TOUT CE QU'ON DIT LA C'EST ZERO CHEZ EUX...

12.Posté par kone cote d'ivoire le 30/01/2013 21:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
N'IMPORTE QUOI TOUT CA...LA SEULE SOLUTION POUR QUE TOUTES SES PERSONNES ET ORGANISATIONS NOUS RESPECTENT C'EST LES ATTENTATS OU LA GUERRE...UNE VRAIE REVOLUTION ARMEE SINON NE COMPTONS PAS SUR SES GENS...LE MONDE EST NUL ET RIDICULE...TOUS POUR DES INTERETS POLITIQUES SINON LE PRESIDENT GBAGBO N'A RIEN FAIT...ILS ONT TOUT ORGANISE ET PLANIFIE...ECOUTER LES GARS IL NOUS RESTE UNE REVOLTE POPULAIRE...TUONS LA PEUR EN NOUS ET COMMENCONS DES PETITS GROUPES DE REVOLTE ET D'ATTENTAS MEURTRIERS COMME LE FONT LES PAYS ARABES...JE LES COMPRENDS MAINTENANT PARCE QUE LES FAIBLES SUBISSENT TOUJOURS ET LE MOSSI EST FORT PARCE QU'IL A TOUT BRAQE AUX BLANCS...A BON ENTENDEUR SALUT...GUERRIER COMBATTANT INVISIBLE...

11.Posté par David le 30/01/2013 19:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Arrêter de vous plaindre chez ivoiriens la libération de notre pays est entre nos mains. Tant que nous n'aurons pas le courage d'affronter ces envahisseur parce qu'il faut le dire avec courage , nous sommes sous occupation française la recolonisation est là sous nos yeux ,nous allons toujours pleurer. L' Eternel Dieu des armées nous soutiendra parce que nous sommes dans nos droit . Notre survie sur cette terre d' Eburnie est menacé si nous ne nous levons pas pour prendre le taureau par les cornes . Que le Dieu tout puissant nous aide à défendre cette terre qu'il nous a donné pour y vivre.

10.Posté par Traoré Diarra le 30/01/2013 17:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La CPI et l' O NU soutiennent les rébellions. On a assez parlé, glosé, re-expliqué, ces gens-là n' en ont cure. Il faut passer à une autre étape. Une rébellion contre eux, là comme ça ils vont respecter les gens.

9.Posté par charlie bronx le 30/01/2013 15:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La question à se poser, c'est "comment ça se fait qu'il y ait autant de failles dans la charge du procureur et que Me Altit n'en relève rien ?"

Il faut prendre l'affaire de manière atypique : si, en réalité, Bensouda voulait aider GBAGBO, comment s'y prendrait elle d'autre qu'en insérant volontairement des failles dans son argumentation? Pouvait elle annoncer tout bonnement qu'elle ne le poursuit plus ?!

Le fait est que Bensouda a inséré des faiblesses structurelles dans son argumentation, à un tel point qu'on peut raisonnablement croire qu'elle l'a fait exprès...pour tendre une perche à la défense du président GBAGBO. La bonne question est donc pourquoi Altit persiste à vouloir condurie le président à l'abattoir en adoptant une démarche qui certainement ne marchera pas au lieu de relever des choses comme "GBAGBO s'est maintenu au pouvoir". Un bon avocat n'aurait pas manquer de faire remarquer à la cour que pour vouloir se maintenir "indûment" au pouvoir, il faudrait ne plus avoir le droit, en vertu des lois nationales reconnues par la CPI, d'être au pouvoir ! Pourquoi Altti n'interpelle tout simplement pas la cour sur les raisons pour lesquelles GBAGBO aurait eu tort de rester au pouvoir?

Dans cette affaire, ce n'est pas Bensouda qui m'inquiète le plus. C'est Altit qu'il faut examiner de près.

8.Posté par Toony23 le 30/01/2013 14:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que tous ceux qui croient en une justice venant des hommes se ressaisissent car elle n'a jamais existé et elle n'existera jamais. Tout le monde entier contre la Côte d'Ivoire te qui combattra pour nous? C'est L'ETERNEL DES ARMEES qui le fera quand il décidera du jour, de l'heure, de la minute et de la seconde. Ne mettez pas votre foi aux avocats de Laurent Gbagbo. Ils font partis de la secte des francs maçons et de la rose croix. Ils se connaissent tous et c'est une mascarade ou une mise en scène qu'ils nous présentent car depuis des années ils avaient scellé le sort du Président des Ivoiriens. Ne soyez pas étonnés demain si on condamnait Laurent Gbagbo des années de prison. Souvenez-vous des propos de blaise compaoré en 2003 qui disait que Le Président GBAGBO mérite d'être traduit à la CPI. DIEU dit dans sa parole: Maudit soit celui qui place sa confiance en l'homme. jérémie 17 v 5. Donc arrêtez de placer votre confiance en des êtres incapables de vous sauver d'une ruine soudaine

7.Posté par DJAFOUL le 30/01/2013 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
franchement c'est du grand n'importe quoi elle qui est socialiste vraiment l'Afrique n'est pas sur le point de changer hein et c'est malheureux vivement DIEU.Membres de la RP c'est le moment de fléchir les genoux pour le pays hein

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !