Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

La bataille d’Abidjan et la capture de Laurent Gbagbo: quel rôle ont joué les Français?

le Mercredi 22 Janvier 2014 à 12:03 | Lu 1906 fois



RFI : Dans la bataille d’Abidjan, tout le monde se souvient des combats de la dernière semaine. Mais vous nous dites que le premier bras de fer, c’est dès le mois de janvier pour le carburant. Et ça commence à la sortie d’Abidjan sur l’autoroute du Nord...

Jean-Christophe Notin : Oui, puisque Gbagbo voulant éviter l’affrontement en direct avec les Français a choisi la manière détournée d’instaurer un blocus en fermant à la fois le port et l’aéroport. Donc, évidemment, la force française Licorne, basée à Port-Bouet dans Abidjan, aurait pu se retrouver rapidement à court de carburant. Elle a été obligée de constituer des convois très lourds avec des dizaines de blindés, de véhicules accompagnés d’hélicoptères qui devaient gagner Bouaké, la zone à peu près sûre où on pouvait instaurer un pont aérien. Donc, ces convois passaient par la sortie - ce qu’on appelle le corridor nord à Abidjan - où les forces pro-Gbagbo, elles, avaient instauré un barrage.

Et finalement, les convois français ont pu forcer les barrages sur l’autoroute du Nord.

Oui, parce que les Français ont une très grande expertise de ce genre d’événements grâce à la gendarmerie nationale. Les gendarmes mobiles qui sont équipés de blindés, eux-mêmes équipés de lames pouvant pousser les éventuels véhicules au milieu. Ça s’est relativement bien passé à chaque fois, mais on n’est pas passé loin, à plusieurs reprises, d’incidents assez graves.


A partir de février, le camp de Laurent Gbagbo perd des positions dans la ville, notamment à cause de ce commando invisible qui tend des guets-apens dans le quartier Abobo. Est-ce qu’on sait aujourd’hui qui était derrière ce commando invisible ?

Il y a eu beaucoup de fantasmes et de rumeurs sur le sujet. Maintenant que l’on dispose de l’analyse des services de renseignements auxquels j’ai pu avoir accès, on sait que c’était le légendaire « IB » [ Ibrahim Coulibaly, ndlr] qui avait participé à toutes les révoltes depuis une dizaine d’années, qui avait réussi à fédérer grosso modo une centaine de partisans qui ont mené des opérations coups de poing contre les forces de sécurité.

En mars, c’est le bombardement d’un marché d’Abobo, puis le vote du Conseil de sécurité en faveur de frappes anti-Gagbo. Le 4 avril, les frappes des hélicoptères de Licorne et de l’Onuci [opération de maintien de la paix de l'ONU en Côte d'Ivoire] commencent, mais le camp Gbagbo résiste farouchement et vous dites que les pilotes d’hélicoptère sont alors pris du « syndrome du faucon noir » ?

Oui, avec un guetteur s’installant sur un toit et tirant au lance-roquettes sur l'hélicoptère. C’est exactement ce qui s’est passé à Mogadiscio en 1993, « La chute du faucon noir » [bataille de Mogadiscio appelée ainsi, ndlr]. Ça aurait été une scène évidemment terrible et qui aurait contrebattu l’effet politique qu’on voulait pour l’opération.

Dans la nuit du 8 au 9 avril, il faut exfiltrer un diplomate britannique de sa résidence de Cocody tout près de celle de Laurent Gbagbo. Quatre hélicoptères français sont engagés. Et vous dites qu’à ce moment-là, les militaires français sont passés tout près de la catastrophe ?

Oui, une opération qui était encore inconnue à ce jour et que je révèle donc grâce à mes sources au sein des forces spéciales. C’est une opération impliquant une cinquantaine de forces spéciales, plusieurs hélicoptères et qui a donc failli très mal tourner : les forces spéciales se sont retrouvées quasiment bloquées contre un mur comme pour un peloton d’exécution. L’affrontement a duré plusieurs heures, les Français ont failli enregistrer plusieurs pertes au sol, mais également en l’air. Les hélicoptères ont été impactés.

Ce qu’on apprend dans votre livre, c’est que lors d’un redécollage d’urgence, un hélicoptère tape un lampadaire et il est sur le point de se crasher.

Oui, pour récupérer les hommes au sol, les pilotes ont pris des risques considérables. Ils ont tapé ces lampadaires. Ils les ont d’ailleurs sciés. Evidemment ça n’arrange pas trop la conduite d’un hélicoptère et ça aurait vraiment pu tourner au drame absolu.

Les Français comme les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) pro-Ouattara à ce moment-là sont surpris par la capacité de résistance du dernier carré de Laurent Gbagbo. Est-ce qu’il n’y avait que des soldats ivoiriens dans ce dernier carré ?

Non. Déjà le dernier carré est constitué des meilleures troupes de Gbagbo : les Cecos [Centre de commandement spécial], la Garde républicaine. Mais il y avait également beaucoup de mercenaires libériens et quelques Angolais qui étaient vraiment très motivés et par l’argent et par différentes substances que les Français ont pu retrouver sur place.

Des substances de quelle nature ?

De la drogue.

On arrive à la journée décisive du 11 avril : comme les FRCI du camp Ouattara n’arrivent pas à approcher la résidence Gbagbo, c’est une colonne de blindés français qui fait la percée. Il est 11H45. Il y a cette phrase inoubliable - c’est dans votre livre - d’un officier français de la base opérationnelle de Port-Bouet au capitaine qui commande le premier blindé de la colonne : « Balance-moi ton putain d’obus dans le portail de cette baraque ! »

Oui, c’est là où on voit une certaine exaspération à Paris qui veut absolument conclure ce jour-là. Donc les blindés français ont montré la voie de Gbagbo, les FRCI ne suivent pas. Donc le commandement français estime qu’il faut en plus pratiquer des ouvertures dans les murs pour être sûr que les FRCI rentrent, d’où ce fameux lieutenant-colonel qui donne l’ordre de « bréchage ».

Le « bréchage », en termes pudiques, c’est la frappe sur le portail de la résidence de Laurent Gbagbo.

Le portail et les murs.

Et derrière le portail, il y avait un anti-char ?

Oui, ça a été la grosse découverte. Une arme anti-aérienne qui n’était pas prévue et qui aurait pu tirer sur les assaillants s'il n’avait été détruit par le blindé français.

Qui a tiré un deuxième coup…

Oui.

Et alors, la question évidemment que tout le monde se pose : est-ce qu’après ce « bréchage », les Français ont participé à l’assaut de la résidence elle-même ?

Non, là c’est vraiment la limite absolue qui a été donnée par le sommet de l’Etat : ne pas entrer dans la résidence de Gbagbo. Ça se comprend également, la bataille est terminée. Il n’y a pas besoin d’engager des vies humaines françaises, risquer des vies alors que, de toute façon, Gbagbo est coincé.

Qu’est-ce que vous prouve que les Français n’ont pas participé à l’assaut final ?

C'est d'après les témoignages que j’ai recueillis au sein de la résidence française, qui était juste à côté des troupes qui étaient engagées. J’ai rencontré ceux qui, vraiment, non seulement ont détruit le mur, qui étaient en survol de la résidence, ça m’étonnerait quand même qu’avec une telle conjonction de témoignages on n’aboutisse pas à la vérité.

Laurent et Simone Gbagbo sont donc capturés, mais ce que vous dites, c’est qu’une fois l’assaut terminé, les Français vont rendre visite à cette fameuse résidence.

C’est une des surprises de ce livre. En soirée, quelques éléments français de différents services - DGSE, GIGN et l’ambassadeur également - se sont rendus sur place. Le but étant de vérifier le contenu des papiers de Laurent Gbagbo.

Mercredi 22 Janvier 2014
Vu (s) 1906 fois



1.Posté par Hermann nda le 22/01/2014 13:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ou est donc la différence entre faire des ouvertures pour aider les mercenaires de Dramane OUATTARA à accéder à la résidence du chef de l'Etat que vous appelez abusivement "bunker" pour les besoins de la cause, et PARTCIPER À L'ASSAUT FINAL?

Ou est la différence? Aucune. Votre guerre était-elle nécessaire? Qui a gagné les élections présidentielles de 2010 en CI? Cette question toujours d'actualité demeure sans réponse.

Vous avez attaqué la CI le 19 septembre 2002 par marionnettes de rebelles interposées. Vous avez achevé la première partie de votre guerre le 11 avril 2011. Vous devez l'assumer tout simplement. Quant au peuple de CI, sachez qu'il n'a pas encore dit son dernier mot.

Il ne peut JAMAIS choisir l'asservissement comme son mode de vie. Rira bien qui rira le dernier.

2.Posté par David le 22/01/2014 17:44 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Messieux les francais sachiez que ce qu'' un homme seme il le moissonne egalement . Ce n'' est pas france qui va echapper a la regle. A bon entendeur salut.

3.Posté par Yuotam le 22/01/2014 22:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La franSSe en pompier pyromane, voici le rôle que joue ce putain de pays en Afrique, sans l'Afrique c'est la soupe populaire chez eux, depuis combien de siècles que cette franSSe tue en Afrique en toute impunité des noirs le dernier date des massacres des Ivoiriens pour mettre en place un clown de la communauté internationale, en LIBYE pile poil pareil assassiner un gars pour voler les richesses de son pays.

D'ailleurs nous allons pas tarder à imiter en Côte d'Ivoire, un anti-BALAKA à l'IVOIRIENNE pour foutre dehors les Mossis et les GBINS de Watt à rat, ce sont des individus qui ne sont pas fait pour vivre dans une démocratie, voici des fumiers qui ont profité de l'hospitalité IVOIRIENNE pour tuer, violer, spolier, voler, occuper des biens qui ne sont pas à eux, comment peut on tolérer des chiens errants et des assassins en puissance de surcroît.

Coucou a toute la RP mes meilleurs vœux au général N'da Hermann ainsi qu'à David

4.Posté par Romx le 23/01/2014 00:27 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne comprend toujours pas comment les francais pouvaient défaire des barrages routiers, prendre l''aeroprt, détruire la résidence du président aussi facilement....!non mais .,! Les francais n''avaient je vous rapelle environ que 2000 soldat en CI.

5.Posté par Romx le 23/01/2014 00:34 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comment rst il possible qu''un armée de 2000 soldat puisse se promener en temps de guerre en CI sans subire de trés lourde perte..?? Les Afghans y arrive sans forêt pour se cacher..les irakiens aussi...!!

6.Posté par Jean-Claude EFFOLI le 23/01/2014 02:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Camarade Romx, nous n'étions pas en guerre ouverte avec ces français.Et puis en ce moment ,seuls ABEHI,KONAN BONIFACE,VASSIGBAUX,GOUANOU... n'étaient pas corrompus.La chaine de commandement était brisée.MANGOU,KASSARATE,BI POINT,LETTO,M'BIA,KESSI et autres ne travaillaient plus pour la COTE D' IVOIRE. Mais soyons serein. DIEU est au commande...

7.Posté par ALLEHAHIN le 23/01/2014 13:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Jean-Claude EFFOLI du poste 6 pour votre réponse. Je suis d'accord avec vous.

8.Posté par james le 23/01/2014 14:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Balance-moi ton putain d’obus dans le portail de cette baraque
Or donc ce n’était qu'une baraque.
Mais pour vos lugubres destin de voleurs et de tueurs des leaders et populations Africains, vous racontiez au monde entier que le Président Laurent GBAGBO se cachai abusivement dans un BUNKER.
Mais Dieu nous voit tous. Lui, Il est le Juste Juge.

9.Posté par Angoua d'Abolikro le 23/01/2014 16:37 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au match retour, chacun vera,même ceux ki l'ont renié, l'Eternel DIEU à l'oeuvre ds toute sa splendeur e sa fureur. Il leur fera avaler la poussière k'ils ont durant 1e decennie,rependu ds l'Atmospher d la Côte d'Ivoire. Ainsi chacun aura la recompense k'il mérite. Leur putain d fête, c'est pr bientôt !!!

10.Posté par Romx le 23/01/2014 17:08 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Mr jean-claude Effolie..
J''espére que le FPI mettra fin définitivement à la présence millitaire francaise dans le pays...Ce n''est plus négociable...il faut aussi annuller tout ces contrats de coopérations de dupes...!Cela suffit..!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !