Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

La Côte d’Ivoire sous Ouattara: Les nouvelles révélations de Ben Soumahoro

le Samedi 17 Août 2013 à 01:05 | Lu 6431 fois



La Côte d’Ivoire sous Ouattara: Les nouvelles révélations de Ben Soumahoro
Le texte a été signé et posté le 2 août 2013. Il a été récupéré par des réseaux sociaux le 7 août 2013, le jour de la célébration du 53ème anniversaire de la Côte d’Ivoire indépendante. Le texte du député Mamadou Ben Soumahoro, Big Ben pour ses intimes, contraint à l’exil par l’accession d’Alassane Dramane Ouattara au pouvoir, nous révèle que ce sont des Français qui ont la réalité du pouvoir par le biais d’un gouvernement officieux de l’ombre. Un texte qui aide à comprendre pourquoi tout va si mal en Côte d’Ivoire.
En l’an de grâce 1990, Alassane Dramane Ouattara déclare, au cours d’une conférence de presse dans les locaux de la BCEAO à Abidjan-Plateau, que s’il avait un parti unique en Côte d’Ivoire il ferait des miracles. Le multipartisme venait d’être réintroduit dans le système de gouvernement de la République (avril 1990), après des revendications et des manifestations consécutives aux décisions d’application des mesures économiques et sociales impopulaires imposées par les institutions financières internationales au gouvernement de Félix Houphouët-Boigny et après « l’échec » des plans successifs de Moïse Koumoué Koffi et Arsène Assouan Usher. Alassane Dramane Ouattara réclamait le retour au parti unique, quelques mois à peine après son historique abrogation par Félix Houphouët-Boigny lui-même et par le PDCI-RDA. Alassane Dramane Ouattara qui n’était pas encore Premier ministre mais seulement président d’un obscur organisme inventé par lui-même pour soit disant redresser l’économie nationale malade, a tourné en ridicule les plans de Moïse Koumoué Koffi et Arsène Assouan Usher pour mieux atteindre son objectif : celui de devenir chef du gouvernement de la République.

1989-1993 : Un passage déjà catastrophique !

Malgré le puissant appui occulte dont il bénéficiait auprès de Félix Houphouët Boigny, Alassane Dramane Ouattara a tenu à garder son poste de gouverneur de la BCEAO à Dakar, parce qu’il n’était pas totalement assuré du succès de son entreprise. Il faut simplement retenir que l’homme voulait un parti unique pour la simple et bonne raison que l’opposition qui avait réussi à déstabiliser le grand Félix Houphouët Boigny lui faisait déjà peur. Tout son comportement et sa méthode de gouvernement ont démontré par la suite qu’Alassane Dramane Ouattara n’était pas et n’avait aucune chance de devenir un démocrate : arrestation de Laurent Gbagbo en 1992, introduction de la carte de séjour pour les étrangers, imposition du certificat de nationalité pour l’obtention de la carte Nationale d’identité, collecte des taxes et impôts par des agents encadrés par les forces de l’ordre, pressions extraordinaires sur les opérateurs économiques Libanais pour des paiements d’impôts anticipés, menaces permanentes sur les enseignants dont les salaires avaient été réduits de moitié, dissolution de la Fesci, mise sous le boisseau des partis d’opposition par une loi anticasseurs, confiscation et musèlement de la presse et de l’audiovisuel par une loi liberticide, arrestations extrajudiciaires courantes, délits d’initiés, etc. Tout cela se passait entre 1989 et 1993. Déjà !

Depuis avril 2011, gouvernance à vue !

En ce qui concerne la gouvernance actuelle de Alassane Dramane Ouattara, il est temps de mettre les barres aux « t » et les points sur les « i » devant l’inflation galopante des fautes, crimes et mensonges d’un homme qui a introduit la violence, la fraude électorale, la haine de l’autre, le vol institutionnel, le mépris de la vie humaine, une croyance narcissique hypertrophique en sa seule et unique personne, qui le rend dangereux.
Si vous ne connaissez pas Ouattara, lisez la petite histoire qui va suivre et vous aurez tout compris : « un homme se mire dans une glace. Mon Dieu ! S’écrit-il. S’il existe un homme plus beau que moi, je voudrais qu’on me le présente ». Pour Ouattara, tous les Ivoiriens sans exception sont nuls. A partir de quoi, il s’est octroyé le droit de nommer n’importe qui n’importe où pour faire n’importe quoi. Tout cela n’a aucune importance pour lui puisque tout le monde est nul. Et il croît tout seul pourvoir faire au vice l’hommage de la vertu. Imaginez une salle de classe où le professeur pose à ses élèves une question piège : « Savez-vous la différence entre Dieu et Alassane Ouattara ? ». Réponse : « Non ! ». Solution : « Dieu lui, ne se prend pas pour Alassane Dramane Ouattara » !

Laissons là ces aspects du caractère de ce personnage singulier, pour la simple et bonne raison que les médecins conseillent de ne pas interpréter une posture qui entre dans la pathologie psychiatrique. Cet homme là a introduit aussi dans notre pays une pratique qui elle, fera durablement beaucoup de mal à notre démocratie naissante et à la paix. «Si je perds les élections c’est qu’on aura organisé des fraudes massives». Cela s’appelle une prédiction créatrice. Aujourd’hui, Alassane Dramane Ouattara a profité du fait avéré que l’opposition tout entière ressemble désormais à un théâtre d’ombres pour asséner ses vérités et tirer à son seul profit les bénéfices de ses théories fumeuses et dangereuses. Il ne faut pas s’y tromper.

Pour moi, le PDCI-RDA fait aussi partie de l’opposition. Mais il semble être le seul à ne pas le savoir.
Tous les observateurs sérieux ont fini par se rendre compte qu’Alassane Dramane Ouattara n’avait aucun plan pour gouverner la Côte d’Ivoire. Quand il arrive dans ce pays en 1989, il trouve en place un Félix Houphouët-Boigny déjà diminué, un gouvernement affaibli par la crise systémique mondiale mais il s’aperçoit aussi que pour ne pas être débordé, le Président Félix Houphouët-Boigny a institué une organisation du gouvernement qui avait donné tous les pouvoirs à quatre personnalités dont les activités tournaient autour de la Direction et Contrôle des Grands Travaux (DCGTX). Antoine Césaréo régnait alors en Grand Maitre de l’ordre de ce « gouvernement de l’ombre », auquel Félix Houphouët-Boigny avait donné tous les pouvoirs d’une primature véritable.

Il ne manquait plus qu’un décret pour donner une réalité politique à cet organe technique informel. Pour sauver les apparences du régime Présidentialiste, le Président Félix Houphouët-Boigny n’a jamais signé ce décret. Cette « équipe de surdoués » comptait donc Antoine Césaréo (DCGTX), Alain Belkiri (Secrétaire Général du gouvernement), Guy Nairay (Directeur de cabinet du Président de la République) et Norbert Kouakou (DG de la CAISTAB). Un point, un trait. Le vrai gouvernement de la République réduit à la portion congrue, ressemblait à un ectoplasme et aucun ministre n’osait porter la contradiction à Antoine Césaréo, qui avait fini par devenir le vrai patron du pays. Il était trop exemplaire et trop puissant pour durer. Son règne prendra fin très vite, dès que Dominique Nouvian Folloroux aura pris pieds au palais Présidentiel auprès de Félix Houphouët-Boigny. Mais ceci est une autre histoire…

Quand Alassane Dramane prend le pouvoir en avril 2011 dans les conditions qui n’ont échappé à personne, il n’a en tête qu’une seule formule de gouvernement : le modèle Antoine Césaréo. Alassane Dramane Ouattara ne nourrit alors qu’un seul projet, faire revenir Antoine Césaréo pour reproduire le même schéma Houphouëtien de l’époque glorieuse. Mais il y a un os. Dominique Folloroux qui voyait en Césaréo un obstacle à ses projets politiques, était à la base de la rupture du contrat personnel non écrit qui liait Félix Houphouët-Boigny à l’ingénieur-général Français. Cet homme exceptionnel, qui avait fini par aimer profondément Félix Houphouët-Boigny, quitte la Côte d’Ivoire les larmes aux yeux mais il avait au moins compris d’où venait le coup de boutoir de son « expulsion ». Comme Alassane Dramane Ouattara n’avait aucun autre plan pour exercer le pouvoir dans un pays qu’il ne connait pas, la réhabilitation d’Antoine Césaréo est devenue incontournable à ses yeux.

Et il a dû l’imposer à son entourage et même à son épouse. A moins que ce ne soit l’inverse. Mais c’est bonnet blanc, blanc bonnet. Ou alors Amadou Gon Coulibaly et Serrey Eiffel, anciens adjoints de Césaréo à la DCGTX, ont pu être les fers de lance du retour de leur ancien mentor. Toujours est-il que l’équipe se reconstitue. Pas forcément avec les mêmes. Alain Belkiri n’a pas accepté l’offre, Guy Nairay et Norbert Kouakou sont morts mais Nicolas Sarkozy de Nagy Bosca, trouve des solutions rapides. Ainsi le « Shadow Cabinet » de Ouattara se compose comme suit :

- Antoine Césaréo : ministre des Travaux publics, ministre des Affaires étrangères et du Commerce international de la Côte d’Ivoire ;
- Phillipe Serey Eiffel : ministre des Finances de la Côte d’Ivoire ;
- Général Claude Réglat : ministre de la Défense de la Côte d’Ivoire ;
- Général Marc Paitier : ministre de l’intérieur de la Côte d’Ivoire ;
- Christian Delmotte : ministre de la santé de la Côte d’Ivoire ;
- Anne Meaux : ministre de la communication de la Côte d’Ivoire ;
- Cédric Lombardo : ministre de l’environnement de la Côte d’Ivoire que Dominique Folloroux a ramassé au palais pour récompenser sa mère Liliana Lombardo d’avoir trahi Simone Gbagbo son amie inséparable ;
- Jean Louis Blanc : ministre chargé du Parc automobile du Palais présidentiel ;
- Fréderic Bedin : ministre chargé des Grands Evénements de la Côte d’Ivoire ;
- Olivier Payet : ministre des Cuisines du Palais présidentiel – ancien chef cuisinier de l’hôtel Tiama et beau-cousin de Dominique Folloroux ;
- Dominique Nouvian Folloroux Ouattara : super-ministre et chef auto proclamé du Gouvernement de l’ombre.

Après quoi, vous aurez compris pourquoi Alassane Dramane Ouattara se fout totalement d’avoir un gouvernement compétent, efficace et national. Quelques « bougnoules » lui suffisent pour faire illusion sur le plan international alors que le vrai pouvoir est ailleurs. Une Mercedes Benz, une 4 X 4, une Résidence de fonction, une secrétaire parfois très particulière, quelques maitresses, des conférences à l’Etranger sans comptes rendus, les gros plans de la RTI pour frimer au quartier, quelques costumes de chez Francesco Smalto suffisent au bonheur de ces nègres fascinés par les apparences. La Côte d’Ivoire ? On s’en fout !

Et des ministres-tocards pour les affaires domestiques

Les raisons profondes des choix qui peuvent surprendre et même choquer viennent de ces dispositions que l’on vous cache. J’ai décidé de vous faire découvrir quelques uns de ces ministres-tocards, en essayant de ne pas trop blesser leur vanité. Evidemment, la liste n’est pas exhaustive et le choix a été tiré à la courte paille.

l Adama Toungara : De tous ces ministres corrompus et incompétents, le pire n’est pas Adama Toungara qui est placé aujourd’hui sous les feux de la rampe pour avoir perdu le tiers de son ministère et la totalité de son honneur. Parce qu’en fait, comment supporter la présence de ses collègues qui le regarderont désormais avec des yeux de merlans frits tous les mercredi matin, sans écoper d’une poussée d’hypertension artérielle ? Pourtant Adama Toungara est le seul à qui une telle mésaventure n’aurait jamais dû arriver aujourd’hui. Directeur Général de PETROCI dans les années 1970 et éminence grise du même ministère des Mines, il avait réussi à se faire « virer » par Félix Houphouët-Boigny qui pourtant lui portait une réelle affection.

L’homme a été brutalement remplacé alors par Daouda Thiam, ministre des Mines du Général Robert Guéi après le coup d’Etat de 1999 et actuel Conseiller spécial d’Alassane Dramane Ouattara pour les Mines. Chaque Ivoirien sait maintenant que c’est Adama Toungara qui a conduit à la découverte du pétrole au large de Grand-Bassam, ce qui a emmené Félix Houphouët-Boigny à boire le premier verre de champagne de sa vie. L’histoire ne dit pas si le champagne était du «Trouillard». Personne ne peut m’expliquer comment Adama Toungara peut encore avoir commis les mêmes fautes au même endroit. Les détracteurs de l’ingénieur du pétrole diplômé de l’université de Californie disent de lui qu’il est atteint d’une propension congénitale et maladive au gaspillage, à la luxure et à la concussion. Ses amis eux, sont profondément choqués et déçus.

l Alain Lobognon : Un homme sorti de nulle part et qui aspirait déjà en 1995, à devenir le Président des Jeunes Républicains (RJR) alors que pour la fonction, il avait été frappé par la date de péremption, parce qu’il avait au moins 40 ans. Aucun jeune de l’époque n’avait envie de se voir représenté par cet extraterrestre qui semblait avoir été lobotomisé à la suite de troubles invisibles à l’œil nu. Alain Lobognon, le bien nommé, sortait sans doute du laboratoire du Docteur Frankenstein (version Boris Karloff) et son allure faisait peur aux jeunes républicains qui étaient habitués à d’autres standards de représentations physiques. Pour ne pas vous torturer davantage, il faut dire tout simplement que «la tête» du candidat Lobognon ne leur convenait pas.

Et Alain Lobognon qui venait de Port-Bouet comme « Godzilla » venait de la mer, fut brutalement jeté par l’électorat jeune du parti dans un fracas épouvantable. Alain Lobognon que personne ne voulait connaître, ni avant ni après l’élection, est arrivé quatrième et dernier après Touré Vazoumana (troisième), Amadou Coulibaly (deuxième) et Odjé Tiakoré qui a eu la faveur des votants au congrès de Daloa en 1998. Dès lors, la trappe s’est ouverte sous les pieds d’Alain Lobognon qui n’est plus entré dans aucun calcul du RDR. Alors que l’on croyait que la nuit s’était étendue sur ces projets, la créature du Docteur Frankenstein refait surface au milieu de la rébellion de 2002 où il fait merveille parce qu’il a le physique de l’emploi.

Il s’accroche désespérément à Soro Guillaume et sa fidélité au « maître des ténèbres » de Bouaké lui vaudra d’être nommé ministre. Par la suite tout le monde aura compris qu’il a été maintenu au gouvernement au double motif qu’il appartenait au clan des « Soro Boys » et qu’il était Krou, argument en béton pour servir de faire-valoir à la secte tribale nordiste du RDR. Vous avez sans doute remarqué que personne n’a parlé de diplôme, de qualification ou même de compétence. Ce n’est pas nécessaire parce que le monde de Ouattara a donné un autre sens et un autre contenu au mot « technocrate ». Il suffit d’arriver dernier à une élection, avoir du sang sur les mains, n’avoir rien dans la tête pour être coopté par ceux qui vous ressemblent, « And So On ». Ce ne sont pas les exemples qui manquent, même au sommet du RDR et du gouvernement lui-même !

Alassane Dramane Ouattara ne sait pas que la Côte d’Ivoire existait avant lui et qu’elle continuera bientôt de vivre après lui et sans lui. Que ses amis lui demandent de faire un peu attention, parce que les Ivoiriens ne sont pas des « bougnoules ». Ils ne disent rien pour l’instant. Mais pour combien de temps encore ?

l Bruno Nabagné Koné : Les preuves de l’incompétence de Koné Bruno s’étalent sur tous les murs de Côte d’Ivoire Telecom et Orange, au point que les Français ont étés obligés de le ramener discrètement en France en attendant des jours meilleurs pour son mentor Alassane Dramane Ouattara. Je pensais que la promotion-canapé était exclusivement réservée aux femmes. C’était mal connaitre les pratiques du clan Ouattara. Il existe là-bas ce qu’on appelle «la collaboration horizontale» (…) Des bébés peuvent naître dans cette administration joyeuse pendant que «les Blancs travaillent ».

l Kandia Kamissoko Camara : La preuve évidente du mépris d’Alassane Dramane Ouattara pour l’Etat, la République et le Peuple Ivoiriens se matérialise dans la nomination de Kandia Kamissoko Camara en qualité de ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement technique. Rien au monde ne peut objectivement justifier un tel choix sinon la triple volonté d’Alassane Dramane Ouattara de punir les Ivoiriens pour l’avoir rejeté dès le départ de son aventure ubuesque de conquête du pouvoir d’Etat en Côte d’Ivoire, de ne l’avoir pas aimé… Kandia Camara est une Ivoirienne, mariée à un Guinéen descendant d’une grande famille ayant servi loyalement la République de Côte d’Ivoire. Kandia Camara est même inscrite en bonne place au palmarès national du sport.

Au plan politique son seul fait de guerre a consisté à créer une petite ONG sans militant et sans membre du nom de CORACEF à l’intérieur du PDCI-RDA dans les années 90. CORACEF était un organe fantôme inopérant dans la mesure où le PDCI ne reconnait jamais les courants. Sentant assez rapidement que le PDCI allait la jeter, elle s’est précipitée fort opportunément dans les bras du RDR qui venait de naître en 1994. Voici pour la « brillante carrière politique » de la non moins brillante handballeuse. En dehors de cela, elle s’était plutôt illustrée par des actes passablement impudiques au bahut de Bouaké sur ses congénères internes qui l’avaient surnommée « Wara ». Kandia Camara qui possède un culot incommensurable que j’ose qualifier de professionnel avec votre permission, a prétendu qu’elle avait fait des études pour enseigner l’Anglais alors qu’elle n’a jamais parlé un traître mot de la langue de Kate Middleton.

Elle s’est solidement accrochée à la famille Ouattara pour se frayer un chemin dans la secte tribale du RDR dont elle est devenue assez rapidement un membre influent. Son manque total de « classe » et son agressivité sur les plateaux de télévisions ont fait la joie du mentor du RDR qui s’est cru obligé de récompenser Kandia Camara en la nommant au ministère de l’Education de la République. L’affaire est tellement grave qu’elle a laissé les enseignants d’abord la communauté internationale ensuite, sans voix. Les Ivoiriens qui la connaissent bien se sont écriés : « Mon Dieu qu’est-ce qui nous arrive ! ». Pour insulter l’intelligence des Ivoiriens Ouattara n’aurait pas pu trouver pire. Seul point positif de la nomination de Kandia Camara au gouvernement de la République, le développement exponentiel du commerce des mèches à tissages brésiliennes et Nigérianes et des produits cosmétiques éclaircissants du Ghana. Le pouvoir d’achat de « Wara » a changé ! Ma sœur, Ministre-là c’est doux deh !

l Hamed Bakayoko : Très peu de choses pour camper le personnage. Il n’était rien avant, il n’est rien après, sauf qu’on signale assez régulièrement à l’attention des Ivoiriens qu’il a fait de sommaires et fugaces études de Médecine après l’obtention du Baccalauréat en Haute Volta (actuel Burkina Faso), qu’il est un danseur émérite de « Ndombolo » et de «Bachégué », qu’il est un loubard professionnel, et un tenancier de bars en Côte d’Ivoire et en France Rue de la Croix-Vert à Paris, savamment introduit par ce fait dans les milieux de la pègre ; en somme notre petit Al Capone quoi ! Je vous ordonne donc d’être fiers de nôtre Grand Ministre de l’Intérieur.

Mais il y a quand même une tâche au milieu de ce beau tableau. Hamed Anliou Bakayoko est quand même celui qui a conduit « le commando » qui a mis fin à la vie de l’Etudiant Thierry Zébié. Pourquoi cette accusation qui lui met du sang sur les mains revient-elle de manière si récurrente sans qu’il ne se trouve personne pour la démentir ou pour l’expliquer !? C’est tout cela qui fait de Hamed Bakayoko « l’homme qu’il faut à la place qu’il faut ». Voilà comment ça se passe maintenant qu’il est le premier flic et le premier loubard de la République. Pour le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité de Alassane Dramane Ouattara :

- Quand un homme parle seul, c’est qu’il est habité par une grande angoisse. Il faut qu’il en trouve les raisons. N’oubliez pas qu’il y a des caméras de surveillance partout y compris dans votre salle de bain, quand vous en possédez une ;
- Quand deux personnes se parlent, cela s’appelle un échange. Ça peut poser problème, on ne sait jamais, c’est inquiétant ;
- Si trois personnes se rencontrent pour bavarder, normalement cela s’appelle une conversation. Mais cela peut être convivial ou dangereux. La prudence est recommandée aux services ;
- Quand quatre personnes se rencontrent pour se concerter, c’est forcément un complot. Le CCDO est aussitôt alerté. Mais la conspiration est forcément gbagboïste ;
- Cinq personnes réunies dans une unité de lieu et de temps, Mon Dieu c’est un coup d’Etat, de préférence ourdi par les pro-Gbagbo ;
- Quand les intrigants sont au nombre de six et plus c’est automatiquement une révolution des « anciens mercenaires libériens » pro-Gbagbo. Toutes affaires cessantes il faut supplier « Licorne et ONUCI » d’intervenir. A cela, il faut ajouter l’adoubement de ses « frères de lumière » les Francs-maçons, la protection de la fratrie Ouattara, le contrôle et la gestion par le Super-ministre des enlèvements quotidiens d’opposants pro-Gbagbo, des exécutions extrajudiciaires, des disparitions de paisibles citoyens, et des coups tordus ordonnés par Alassane Dramane Ouattara lui-même. Ainsi va la sécurité «façon HamBak-Magellan » dans notre beau pays.

· Gaoussou Touré « Multiproduits » : Il est assez surprenant qu’un banquier, même autoproclamé et funambule de la finance comme Alassane Dramane Ouattara ne se soit pas aperçu avant de le nommer au gouvernement, qu’un de ses ministres en l’occurrence Gaoussou Touré a failli deux fois et a été renvoyé de la SGBCI pour des faits qui auraient dû le conduire à la MACA pour au moins 20 ans. Ces faillites frauduleuses étaient liées à la mauvaise gestion de ses affaires personnelles qui l’ont emmené à spolier les pauvres paysans du Nafana de plusieurs milliards de FCFA dus au titre de plusieurs récoltes impayées d’anacardes (Noix de Cajou). De plus, le désormais ministre des Transports a détourné tous les fonds de la COOPEC d’Odienné montée avec l’argent des cadres, sans jamais rendre des comptes aux actionnaires. Comment un banquier central devenu président de la République, peut-il ignorer ces faits punis par la loi ?

Sous le régime de Laurent Gbagbo, le Gaoussou Touré « multi-produits » qui aspirait à devenir Président du Conseil général du Denguélé, a vu sa candidature annulée par une décision de justice. Les Odiennéka ont ainsi été sauvés de ses projets funestes. Comment Alassane Dramane Ouattara a pu ne pas s’en apercevoir? Bien sûr qu’il savait ! Mais Alassane Dramane Ouattara se fiche totalement des lois Ivoiriennes établies avant lui et il avait de surcroît une dette à payer à son grand et généreux protecteur Lamine Diabaté qui est en fait l’oncle de « Massogbai », l’épouse de Gaoussou Touré.

D’autre part, contre toute attente la répartition nouvelle des attributions au gouvernement a transféré à Monsieur Gaoussou Touré des décisions qui revenaient de droit au ministère des Infrastructures économiques. Les magouilles ne se sont pas fait attendre : attribution du deuxième terminal à conteneurs du Port autonome d’Abidjan, réaction bien comprise de Jean Louis Billon, Cour de Justice de l’Uemoa, Martin Bouygues, Vincent Bolloré et consorts, charivari au gouvernement, corruption galopante au bord de la lagune Ébrié ; Silence pesant de Alassane Dramane Ouattara, qui savait pertinemment qu’on en arriverait là avec son ministre Gaoussou Touré. Alassane Dramane Ouattara doit apprendre à respecter les Ivoiriens.

l Raymonde Goudou Coffie : Madame Raymonde Goudou Coffie dont personne n’a jamais remarqué le militantisme au RDR, s’est brusquement retrouvée « scotchée » dans une suite-junior de la République du Golf, où elle s’est distinguée par son agitation particulière et ses propos agressifs à l’encontre des proches de Laurent Gbagbo et du Président en exercice qu’il était au moment de son arrestation en 2011. Voici ce qu’elle déclarait alors, exactement au moment où Laurent Gbagbo était emmené dans sa première prison à l’Hôtel du Golf avec son épouse Simone. Madame Raymonde Goudou Coffie était hystérique. Aux dires des témoins oculaires, elle bavait de rage : « Je savais que Wattao allait nous trahir. Il a laissé cet imbécile vivant au lieu de le bousiller !».

Dixit Raymonde Goudou. Laurent Gbagbo n’a pas été tué, n’en déplaise à Madame Goudou Coffie. Mais on aura remarqué sa macabre détermination. Pourtant personne ne connaissait cette pharmacienne Alassaniste zélée, dans les cercles du pouvoir Gbagbo. Par conséquent personne, a fortiori Laurent Gbagbo, n’a pu lui faire du mal. Il faut savoir que chez les Ouattara, il faut toujours montrer « patte blanche » pour comprendre le comportement et les propos de cette dame au demeurant charmante.

Pour mieux comprendre encore le cas Raymonde Goudou, il faut savoir que comme son patron Alassane Dramane Ouattara, elle a quelque chose à cacher dans son rapport à la Nation Ivoirienne. Raymonde Goudou épouse Coffie est Française de naissance, d’un père Antillais Goudou Charles. Cet homme, le père biologique de Raymonde, était très connu en Côte d’Ivoire où il a résidé pendant de nombreuses années… Pourquoi n’en parle-t-elle jamais ni en public ni en privé ? Voici au moins une preuve qu’elle n’est pas apatride. Alors, qu’est ce qui la fait courir la Raymonde Goudou, au point d’en vouloir à un tel degré à Laurent Gbagbo qui ne la connait même pas ?

·Anne-Désirée Oulotto : La mythomanie, la capacité de dissimulation, l’opportunisme bruyant sont les qualités indispensables pour faire partie du cercle concentrique le plus proche de ce «Président» qui est passé maître dans l’art de mentir avec l’autorité de l’Etat. A ce jeu-là, Anne- Désirée Oulotto s’est supérieurement surpassée au point de devenir la «bonne à tout faire» de Madame Dominique Nouvian Ouattara. C’est en partie ce qui explique son transfert au ministère de la Famille (quelle famille ?), de la Femme et des « Children of Riviera Golf». En dehors de sa lourdeur intellectuelle, sans compter l’incompétence qui ne lui est pas exclusive dans le panier à crabes du « Dramanistan », il faut reconnaître son mérite d’avoir su s’émanciper du dictat de la mensuration… Peut-être est-ce bon de s’arrêter là aujourd’hui par charité Chrétienne, pour les raisons que vous ne savez pas.

Fait le 02 août 2013
Mamadou Ben Soumahoro
Ancien Député Indépendant à
l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire






Samedi 17 Août 2013
Vu (s) 6431 fois



1.Posté par agent007 le 17/08/2013 03:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Honorable BIG BEN vous êtes formidable.

2.Posté par nea le 17/08/2013 04:30 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci BIG BEN "WARABA" , je venais à peine de lire le résumé des universités d''été que Eugène kacou a animé où il cita votre nom parmi les meilleurs présentateurs des journaux télévisés de la RTI que je vous relie un peu plus loin. Merci big ben.

3.Posté par doriane le 17/08/2013 11:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oh Big Ben! Comme vous me manquez; merci de nous fournir ces informations supplémentaires.
Que Dieu Vous garde et assure votre retour triomphal dans notre nouvel Jérusalem!
Signé: doriane, la vraie

4.Posté par WALACE le 17/08/2013 14:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
mort de rire
si le ridicule tuait
ce gars croit que quoi?
qu'il est crédible encore devant les ivoiriens??????
un griot de RTI qui par la force des choses s'est retrouvé ministre et député grâce à OUATTARA , c'est lui qui veut nous faire croire à des je ne sais quoi dire , et puisque les animaux du FPI sont des rat palmiste qui oublient vite , car ce monsieur BEN SOUMAHORO quand il était avec OUATTARA et mangeait dans l'assiette de OUATTARA il n'y a pas ce qu'il n'a pas dit sur GBAGBO et ses collabos , je me rappel quand GBAGBO avait dit ceci: tous les ennemis du FPI sont des gros porteurs de Boubou, imaginez vous la réponse de cet anima BEN à l'encontre de GBAGBO ,,,,,???
puisque au FPI l n'y a que des animaux qui vivent parmi nous humains en côte d'ivoire , alors ils le soutiennent avec des notes de félicitation, si le ridicule tuait

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !