L'info Réelle...
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

La Côte d'Ivoire aurait - elle été vaincue militairement par le Burkina Faso et la France ?

News en temps réel - Isaac Pierre Bangoret le Mercredi 20 Août 2014 à 02:02 | Lu 1263 fois



Certains intellectuels ivoiriens (africains), partisans d’Alassane Ouattara, s’évertuent à dépeindre les pro-Gbagbo, les démocrates ivoiriens, sous les traits d’amateurs politiques, incapables d’appréhender les enjeux de la realpolitik ; un terme forgé par Otto Von Bismark. Cette notion issue du scientisme allemand au cours du XIX ème siècle désigne une posture de politique étrangère qui se veut pragmatique, par opposition à une politique idéaliste.

Pour ce courant politique, les relations entre les différents pays ne reposent pas, en fait, sur les idéologies prônées par les régimes en place mais plutôt sur les intérêts économiques de chacun d’eux. La realpolitik est empreinte d’un certain cynisme parce qu’elle ne s’embarrasse pas d’idéologies, de valeurs morales ou religieuses.

De « grandes démocraties », comme la France, peuvent, au nom de la realpolitik, passer, sans sourciller, des accords économiques avec des dictatures africaines qu’elles ont, elles-mêmes, installées. Affirmer que l’Élysée a créé, depuis le Burkina Faso, en collaboration avec Blaise Compaoré, les conditions favorables à une guerre en Côte d’Ivoire, pour soumettre les démocrates de ce pays à leur diktat, n’est qu’une vérité de la Palice.

Si les partisans ivoiriens et français de cette posture de politique étrangère n’ont que faire de l’éthique, leur volonté d’intenter un procès contre le président Gbagbo devant la Cour pénale internationale, d’emprisonner des membres de l’opposition ivoirienne n’est pas l’expression de leur amour pour le droit, entendu comme règle morale, sociale. Ils ne peuvent, par conséquent, prétendre jeter, en Côte d’Ivoire ou au Burkina Faso, les bases d’un État de droit, naturellement opposé à leurs intérêts respectifs. Parler d’émergence 2020 en Côte d’Ivoire est une hyperbole, qui tiendrait du miracle puisque la démocratie n’y est encore qu’un vain mot.

Le régime d’Abidjan semble indexer dans le désert un oasis à l’horizon 2020, qui n’est en réalité qu’un mirage. La realpolitik affaiblit, en effet, dans nos pays, en voie de développement, le capital de confiance entre le peuple et les gouvernants, prêts à ne défendre que leurs intérêts réciproques, à abandonner le navire dès qu’il chavire. Évoquons seulement deux faits pour inviter le peuple ivoirien et burkinabé à prendre conscience des conséquences négatives de la realpolitik prônée par Alassane Ouattara, la France et Blaise Compaoré, sur nos populations respectives, régies par des institutions politiques faibles, incapables de fonctionner, de manière autonome.

Durant la crise que connut notre pays à cause du contentieux électoral, les banques étrangères, françaises protégées par nos gouvernants s’en allèrent, au grand dam de nombreuses victimes ivoiriennes qui ne furent pas dédommagées. Le second fait est récent ; il s’agit de l’épidémie de la fièvre hémorragique Ebola cachée aux populations ivoiriennes et burkinabé pour préserver les intérêts d’Alassane Ouattara, de Blaise Compaoré et des multinationales françaises. L’attitude des gouvernants de ces différents pays est propre à la realpolitik.

Ces deux faits nous invitent à nous poser, de manière objective, la question suivante: Alassane Ouattara est-il bel et bien au service de la Côte d’Ivoire, notre pays, ou du Burkina Faso ? Une analyse plus approfondie de la guerre menée contre le président Gbagbo et l’armée républicaine ivoirienne, avec l’aide de ressortissants du Burkina Faso, de Blaise Compaoré, et de la France, nous amène à conclure qu’Alassane Ouattara n’est, en fait, que l’acteur principal d’une guerre à l’issue de laquelle le Burkina Faso est sorti victorieux.

Il faut que les Ivoiriens se rendent à l’évidence ; notre pays a été vaincu militairement par le Burkina Faso, grâce au soutien de la France. Toute nation vaincue, à l’issue d’une bataille, est naturellement occupée par celle victorieuse. La France vaincue fut occupée par l’Allemagne Nazie et le gouvernement français, à la solde des envahisseurs, était, en grande partie, formé de collabos. L’occupation de notre pays, de
nos zones riches, de nos réserves mondiales, de nos forêts classées par des populations burkinabé, des pseudo-paysans qui semblent être, en réalité, des mercenaires au service de l’Élysée qui écument nos forêts, dans l’attente d’une conquête définitive de notre pays, n’est que le panorama d’un pays vaincu par la nation d’origine des envahisseurs : le Burkina Faso. La lutte politique précède, en général, celle militaire.

C’est ce qui nous est donné de constater avec la nationalité ivoirienne obtenue sur simple déclaration par des millions d’apatrides, de burkinabé. L’adoption d’une telle loi viole un principe fondamental qui régit les relations internationales : le PRINCIPE DE RÉCIPROCITÉ. Si Alassane Ouattara fût au service de la Côte d’Ivoire et non du Burkina Faso et de la France, il aurait normalement défendu, vis-à-vis du pays de Blaise Compaoré, ce Principe, aussi bien sur le plan politique, commercial, que social. Le principe de réciprocité est l’expression de la souveraineté d’une nation ; le fondement des accords gagnant-gagnant entre deux pays supposés égaux.

Si Alassane Ouattara ne cautionnait pas la victoire du Burkina Faso sur la Côte d’Ivoire, si notre pays n’était pas occupé par ces vainqueurs, à l’issue de cette guerre tant souhaitée par la France, les diplomaties ivoiriennes et burkinabé auraient oeuvré, en vue de l’adoption des mêmes lois au Burkina Faso. Elles auraient aussi permis aux Ivoiriens d’acquérir des titres fonciers, la nationalité burkinabé sur simple déclaration, des contrats leur permettant d’exploiter, par exemple, le manganèse de ce pays. Tous ces accords gagnant-gagnant auraient été signés par des peuples souverains, conformément aux principes fondamentaux suivants: le principe de réciprocité, le principe de subsidiarité, le principe de nécessité, et celui de proportionnalité.

Nous savons que la nationalité ivoirienne concédée à des ressortissants burkinabé par Alassane Ouattara vise un but essentiel ; sa réélection à laquelle sont opposés, à dessein, des millions d’Ivoiriens qui ne sont pas forcément des partisans du président Gbagbo. Nous ne pouvons avoir des élections transparentes, justes en Côte d’Ivoire, et au Burkina Faso que si nous réussissons à juguler cet électorat transnational d’Alassane Ouattara qui n’est que la manifestation politique de l’occupation de notre pays par le Burkina Faso. Aucun Chef d’État légitime, garant de la Constitution du pays qu’il prétend servir ne peut ignorer le principe de réciprocité.

Ces intellectuels ivoiriens, africains, partisans d’Alassane Ouattara qui se contentent d’exhorter les Ivoiriens au travail pour sortir de la misère suscitée volontairement par le régime d’Abidjan et la France, pour mieux nous avilir, se doivent de se mettre à l’école des leaders politiques afro-américains. Sans le courage, l’obstination de Martin Luther King et de tous ces leaders politiques afro-américains, aux noirs américains n’auraient jamais été concédés des droits civiques. Ces descendants d’esclaves auraient été condamnés à travailler, jusqu’à nos jours, dans les plantations des esclavagistes du sud qui les auraient abattus, par milliers, dans les rues de Ferguson, pour se flatter d’être des peuples supérieurs appelés naturellement à dominer les peuples inférieurs.

Si nous Ivoiriens, Africains, n’assumons pas notre destin face à une France esclavagiste, colonialiste, protectionniste, nous ne sortirons jamais de l’ornière. Les esclavagistes se sont toujours servis de régisseurs pour dominer les esclaves. Le choix d’un soldat, Gilbert Diendéré, chef d’État major de la présidence, comme successeur de Blaise Compaoré à la tête du Burkina Faso (lire l’article de Newton Ahmed Barry publié sur Ivoirebusiness.net et Africa24monde.com), confirme l’assertion, selon laquelle ce pays est le bras armé de la France pour achever sa guerre en Côte d’Ivoire et au Mali.

Seul un militaire, à la tête du Burkina Faso devenu pratiquement le gendarme de l’Afrique de l’Ouest, est capable de cerner la complexité de cette guerre menée par la Métropole pour briser toute aspiration des démocrates ivoiriens, burkinabé et maliens à la démocratie. Les Burkinabé seraient-ils devenus les régisseurs des plantations (des ex-colonies) des esclavagistes de la Métropole (de la France)? Que doivent faire les Ivoiriens face à cette subtile invasion, à cette victoire déguisée du Burkina Faso, des
partisans de Blaise Compaoré sur notre pays ?

Au nom du respect des principes de réciprocité, de nécessité, de subsidiarité, de proportionnalité, les partis politiques de la Côte d’Ivoire pourraient inviter le régime d’Abidjan à éliminer de la liste électorale tous les étrangers qui ont acquis la nationalité ivoirienne depuis 2010, puisque des millions d’Ivoiriens sont contraints à demeurer hors de leurs pays. Ces exilés seront absents lors des présidentielles de 2015. Il est, par conséquent, inconcevable de voir des étrangers, des ressortissants burkinabé, reconduire à la tête de la Côte d’Ivoire Alassane Ouattara, l’acteur politique qui démontre, à travers ses actes, qu’il a oeuvré à la victoire militaire du Burkina Faso sur notre pays, en lieu et place des ivoiriens bannis de leur terre, privés du droit de vote, incapables de choisir leurs propres représentants.

Nous avons, en définitive, la Côte d’Ivoire peuplée, plutôt occupée, avec la bénédiction de l’Élysée, par un électorat transnational d’origine Burkinabé acquis à la cause d’Alassane Ouattara et du clan de Blaise Compaoré. A la figure politique installée à la tête de la Côte d’Ivoire est concédé par l’Élysée le pouvoir politique et économique, au militaire installé à la tête du Burkina Faso est accordé, logiquement, le pouvoir militaire pour suffoquer dans la violence, dans le sang, les démocrates ivoiriens, africains. Si la Côte d’Ivoire n’est pas un pays vaincu et occupé par des ressortissants armés du Burkina Faso, pourquoi les militaires ivoiriens sont-ils encore pourchassés, arrêtés, emprisonnés, torturés, puisque la guerre contre Gbagbo et les forces républicaines ne visait qu’à installer à la tête de notre pays Alassane Ouattara, le candidat de l’Élysée, suite au contentieux électoral ?

Quand prendra donc fin la crise postélectorale en Côte d’Ivoire ? Elle prendra certainement fin lorsqu’à la tête de toutes les institutions politiques ivoiriennes ne seront installés que des collabos, qui reconduiront Alassane Ouattara en 2015, et soumettront totalement notre pays aux régisseurs burkinabé, à la solde de Blaise Compaoré, de Diendéré, et de la France. Grâce à la vigilance des Ivoiriens les partisans de la realpolitik seront vaincus dans notre pays, afin que triomphent le droit, les valeurs morales sur le cynisme, l’avidité de ces hommes politiques.

Isaac Pierre BANGORET (Écrivain)

Isaac Pierre Bangoret
Mercredi 20 Août 2014
Vu (s) 1263 fois



1.Posté par Ko Diawoo le 20/08/2014 09:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
compaoré n'est qu'un garde floco,

2.Posté par Sily Camara le 20/08/2014 16:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Doucement, doucement, nous sommes pressés. Rira bien qui rira le dernier.

3.Posté par Kpao le 20/08/2014 23:55 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L orskon ocupe un teritoir on impose son identite on prend pas l identite des vainku cela demontre la superiorite de l IVOIRIEN

4.Posté par Hermann nda le 21/08/2014 16:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Remarque pertinente @ kpao .

5.Posté par Osdansgorge le 21/08/2014 21:15 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand la coupe sera remplie, elle se déversera, et là le soleil se lèvera sur la Côte d''Ivoire!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Tribune Ivoirienne | Débat / Reflexion | Blog Marc Micael | Tribune Libre | G.Mboumba | Farid Mnebhi | Blog Mondelibre




Bien Vivre en Bonne Santé



Les Articles les plus lus

Côte d'Ivoire : Étudiantes le jour, prostituées la nuit

0 Commentaire - 11/05/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

Mauvaise nouvelle pour ceux qui se rasent les poils pubiens

1 Commentaire - 08/07/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

Mine d’or d’Ity : Voici ce que gagne Didier Drogba

0 Commentaire - 24/03/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

»Le destin m’a condamné à la stérilité »

0 Commentaire - 04/06/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

Le stealthing, pratique sexuelle risquée qui se multiplie

0 Commentaire - 30/04/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

Aidez-moi, je suis devenue la maîtresse de mon mari

0 Commentaire - 18/06/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7

Si vous avez du wifi à la maison ou au travail, lisez ceci !

0 Commentaire - 13/05/2017 - Info en temps réel & Utile 7J/7


Incroyable !