Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

L'armée ivoirienne coupable d'exactions généralisées, selon Human Rights Watch

le Mardi 20 Novembre 2012 à 00:50 | Lu 1011 fois



L'armée ivoirienne coupable d'exactions généralisées, selon Human Rights Watch
L'ONG Human Rights Watch accuse l'armée ivoirienne d'avoir commis des atteintes aux droits de l'Homme, notamment des traitements inhumains et parfois des actes de torture, après une vague d'attaques lancées en août par des groupes armés.



L'ONG Human Rights Watch accuse l’armée de Côte d’Ivoire d’atteintes "généralisées" aux droits humains commises en août et au début du mois de septembre 2012. Dans un rapport de 80 pages intitulé "Bien loin de la réconciliation : Répression militaire abusive en réponse aux menaces sécuritaires en Côte d’Ivoire", publié lundi 19 novembre, l’organisation de défense des droits de l’Homme dénonce des arrestations arbitraires, des détentions illégales, des actes d’extorsion, des traitements inhumains et, dans certains cas, des actes de torture perpétrés par les Forces républicaines (FRCI) à l’encontre de partisans de l’ancien président Laurent Gbagbo.

Le gouvernement du président Alassane Ouattara a été confronté entre août et octobre à une série d'attaques armées, notamment à Abidjan, qu'il a attribuées à des fidèles de Laurent Gbagbo, ce que le camp de l'ex-président récuse. Auparavant, des attaques meurtrières avaient aussi eu lieu dans l'ouest du pays, à la frontière libérienne. Depuis avril, au moins 50 personnes, dont de nombreux civils, ont été tuées au cours de ces attaques "que le gouvernement ivoirien a imputé de façon crédible à des militants pro-Gbagbo résolus à déstabiliser le pays", écrit HRW après une mission de trois semaines à Abidjan entre août et septembre.

Une répression qui rappelle les violences postélectorales

Mais la "répression" qui a suivi les attaques d'août "a été marquée par des actes rappelant les crimes graves commis pendant la crise postélectorale de 2010-2011" ayant fait quelque 3 000 morts, écrit Human Rights Watch.

"Il y a eu des rafles dans le quartier de Youpougon, à Abdidjan, qui font suite aux attaques inacceptables du camp Gbabo pendant l’été à la frontière et à Abidjan. Une centaine de jeunes a été arrêtée par l’armée et emprisonnée dans des camps militaires où ils sont très maltraités", précise Jean-Marie Fardeau, directeur France de HRW à l’antenne de FRANCE 24.

Mettre fin à l’impunité

L’ONG dénonce l’impunité qui caractérise le camp pro-Ouattara qui ne tient pas ses promesses d’appliquer la même justice pour tous. "Aucun responsable militaire du camp Ouattara, connu pour avoir commis des crimes contre l’humanité ou des atrocités, n’a été poursuivi, arrêté ou ne fait l’objet d’enquête. Du côté de Gbagbo, plus de 120 personnes sont en prison ; il y a de bonnes raisons pour qu’ils y soient mais le fait que ce ne soit pas équilibré est inacceptable", ajoute Jean-Marie Fardeau.

Le pouvoir ivoirien doit tenir ses "promesses maintes fois répétées de mettre fin à l’impunité", exhorte l'ONG, estimant dans son rapport que "la justice des vainqueurs et les abus généralisés" contre des pro-Gbagbo présumés risquent de "replonger la Côte d’Ivoire dans le conflit.

Le gouvernement avait en effet promis d'ouvrir des enquêtes après que l'ONG Amnesty International a affirmé en octobre que "plus de 200 personnes", dont des pro-Gbagbo, ont été "arbitrairement détenues et torturées".

Capturé en avril 2011 par les forces fidèles à son successeur Alassane Ouattara, dont il refusait de reconnaître la victoire électorale, Laurent Gbagbo a été transféré à La Haye où il doit répondre de crimes contre l’humanité devant la Cour pénale internationale.


Source : France 24

Mardi 20 Novembre 2012
Vu (s) 1011 fois



1.Posté par MOSSOEEN le 20/11/2012 06:27 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LE PRESIDENT LAURENT GBAGBO EST CELUI QUI AGANE LES ELECTION EN COTE D IVOIRE.ET C'EST LUI QUI A DEMANDE LE RECOMPTAGE DES VOIES,LA REPONSE FUT UNE ATTAQUE MUSCLEE SUR LA PRESIDENCE TUANT DES MILLIERS DE CIVILS AUX MAINS NUES.TACHEZ DE RETRACER L'HISTOIRE COMME VECUE MR DE HUMAN RIGHT WACHT,ET C'EST MENSONGE QUI CONTINU CES ATROCITES DANS BEAU PAYS TRANSFORME EN VALLEE DE SANG.ET MAINTENANT QUE VOUS DENONCEZ CA mr de jean-marie fardeau.

2.Posté par alvers le 20/11/2012 12:14 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Jeunes dignes de ce pays,n'oubliez pas le match retour devra être d'un bon niveau,tous les quartiers dioulabougou devront disparaître ou changer de nom dans villes et villages du sud chacun devra développer sa région et y vivre

3.Posté par doriane le 20/11/2012 15:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cochons de france24, les frci, ce n'est pas l'armée ivoirienne. Arrêtez d'intoxiquer les gens. Tchrrrrrrrrrrrr!
Signé: doriane, la vraie Hassane Magued

4.Posté par TCHEDJOUGOU OUATTARA le 22/11/2012 08:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais Doriane, tu ne comprends pas quoi ? C'est l'armée burkinabè en voie de transfèrement en Côte d'Ivoire. Donc, Côte d'Ivoire, Burkina-Faso, jusqu'à l'achèvement de son oeuvre par l'Eternel, demeure bonnet-blanc, blanc-bonnet. Ce que nous retenons, c'est qu'on fait quoi maintenant ? Lorsque les gens de Human Right Watch attestent que leur ami OUATTARAOGO et ses hommes sont convaincus de crimes, de tortures contre les ivoiriens. Que Ouattaraogo n'a pas la volonté de sanctionner ces criminels. Qu'au contraire, il fait leur promotion. On fait quoi ? Dans un tel cas de figure, les dispositions du Traité de Rome sur la CPI ne sont-elles pas claires ? Les crimes à une échelle telle que par eux décrite. La torture.La CPI n'est-elle pas compétente pour juger de tels crimes ? Et dire qu'alors que ces gens stigmatisent une Justice des vainqueurs, leurs soucis se résument à extrader les pro-Gbagbo du Libéria, du Ghana pour les faire juges. Messieurs de Human Right, sachez qu'au-delà de vos réseaux d'amis, d'influence, il y a un vrai Dieu. Et dans leur rapport, ils se délectent de l'illégale extradition de Lida Kouassi du Togo. Messieurs, si vous êtes vraiment des protecteurs des droits humains, n'avez-vous pas été témoins du traitement subi par LIDA ? LIDA est plus criminel que SORO Guillaume, BEN Laden, TUO Fozié, KONE Zakaria, Chérif Ousmane, SOUMAILA BAKAYOKO...? Ou sont détenus ceux qui ont tué BOGA DOUDOU, DALI OBLE, DAGROU LOULA, Marcellin YACE, les gendarmes de Bouaké et leurs enfants, les danseuses d'Adjanou de Sakassou, ceux qui ont décidé d'exterminer les wê sur toute l'étendue du pays ? Ou sont-ils détenus ? Dans tous les cas, vous n'êtes pas Dieu. Et vos petites combines seront confondues. Regardez un peu l'état dans lequel se trouve l'UMP. Dieu existe effectivement. Que vous y croyiez faiblement ou fortement, il agira. Dieu n'aime pas le mensonge. Car satan est le père du mensonge. C'est pas le mensonge qu'il a introduit le péché dans la vie de l'Homme. Vos yeux verront...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !