Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

L’ENTRETIEN D’AFRICAVIEW.NET - un collaborateur de Charles Blé Goudé tabassé par les soldats FRCI

le Samedi 5 Mai 2012 à 07:32 | Lu 6687 fois



L’ENTRETIEN D’AFRICAVIEW.NET - un collaborateur de Charles Blé Goudé tabassé par les soldats FRCI
www.africaview.net - Bonjour monsieur, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs svp?

C. M.B dit article 48: Madame bonjour! Merci pour l'occasion. Je suis un des coordinateurs du Cojep connu sous le nom d’article 48. Je travaille en tant que particulier en dehors de mon militantisme au Cojep.

www.africaview.net - Le 04 Mai 2011 est un jour qui vous a marqué au point où vous en faites cas sur votre page facebook, pour ce que vous avez vécu après la chute de Gbagbo.
C. M.B dit article 48: Effectivement, Cela fait un an jour pour jour (4 mai 2011- 4 mai 2012), que les FRCI de la région d’Adiaké me passaient à tabac sous le fameux prétexte de recherches d'armes ou de miliciens. Cela s'est fait pendant quatre jours. Et oui quatre jours d'enfer et de méchanceté gratuite, je peux vous le dire.

www.africaview.net - Pouvez-vous nous expliquer ce qui s'est passé exactement ce jour du 04 Mai 2011?

C. M.B dit article 48: J’ai été arrêté après dénonciation d’un indicateur. J’ai été ensuite conduit dans un camp. Là-bas, les FRCI ont sorti une liste de gens qu’ils recherchaient et après vérification de mon identité, ils se sont rendus compte que j’étais tête d’affiche sur leur liste des recherchés. Ils m’ont demandé de dénoncer les autres sur la liste. Comme je leur ai fait comprendre que je ne connaissais pas les autres, ils m’ont fait passer à tabac pendant plus de 7 heures. Après ce calvaire, ils m’ont mis à poiles, totalement nu comme un vers de terre et m’ont jeté dans leur double cabine à l’arrière qui était ouvert. Ils m’ont ensuite conduit dans des lieux différents à la recherche de je ne sais quoi.

Ils pensaient pouvoir trouver dans gens qui étaient sur leur liste. Et comme ils n’ont rien trouvé, ils m’ont ramené dans leur camp et ont recommencé à me battre. Après tout cela, vue que je ne leur disais toujours rien puisque je ne connais personne sur leur fameuse liste, alors ils ont décidé de passer à une vitesse supérieure pour me faire parler. C’est là qu’ils ont fait du feu et ils ont commencé à enlever des braises pour les éteindre une à une partout sur mon corps. C’est ce qui a donné toutes ces grandes ouvertures sur mon corps que vous voyez. Ceux qui m’ont arrêté étaient du groupe d’un certain Commandant Fongnon. Le groupe s’appelait KOSOVO. Ce groupe m’a torturé pendant quatre jours.

www.africaview.net - Qui est-ce qu’ils recherchaient au juste?

C. M.B dit article 48: Ils recherchaient des responsables de LMP. Et comme moi je suis un coordinateur du Cojep, alors j’étais pour eux un des bons éléments, sur qui il fallait mettre la main.

www.africaview.net - Vous étiez seul à subir ces tortures?

C. M.B dit article 48: Non, j’ai trouvé d’autres jeunes là-bas que je ne connaissais pas. Croyez-moi, ces éléments dits FRCI ont même arraché une oreille à un jeune qui était avec nous dans ce camp et qui a succombé quelques jours après lorsqu’il a été transféré à la suite de ses blessures à l’hôpital de Trechville. Je rends gloire à Dieu d’avoir préservé ma vie.
www.africaview.net - Et comment tu as pu sortir de ce camp de torture?
C. M.B dit article 48: Je suis sorti sur intervention des uns et des autres.

www.africaview.net - Un an plus tard, après cet enfer que tu décris, quel sentiment as-tu?

C. M.B dit article 48: Bon tout ça c’est du passé, alors vivons le présent pour pouvoir construire ensemble un pays prospère et digne. Aujourd’hui je suis en vie et tout ceci est derrière moi. Moi je suis de la pensée positive et je ne garde pas de rancune. Je laisse hier derrière moi et c’est le présent ainsi que l’avenir qui préoccupe. Pour moi, hier n’existe plus! Il faut aider tout le monde à pardonner à mon avis. Il faut aider les autres en leur pardonnant tout le mal qu’ils ont fait et aussi en se pardonnant soi-même. Nous sommes des humains et chacun de nous est fautif quelque part. La vérité fera surface tôt ou tard.

www.africaview.net - Que pensez-vous du Président Gbagbo et de ce parcourt de Combattant qu’il continue d’avoir ?

C. M.B dit article 48: Pour moi, le vrai Président de la Côte d’Ivoire c’est bel et bien Laurent Gbagbo. Il n’y a pas de spéculation là-dessus.

www.africaview.net - Vous voulez dire qu’en Côte d’Ivoire il y a un vrai président et un faux président ?

C. M.B dit article 48: Je n’ai pas dit cela. Je dis que celui qui a été élu par le peuple de Côte d’Ivoire, c’est bien Laurent Gbagbo, mais la Communauté dite Internationale en a décidé autrement. Ce qui fait qu’Ouattara est le chef d’Etat aujourd’hui et ça je n’en disconviens pas. Mais la vérité sur ce fait, tout le monde la connaît.

www.africaview.net - Penses-tu que les ivoiriens peuvent vraiment se pardonner dans le contexte actuel? Pensez-vous que cela est possible tant que le Président Gbagbo et ses collaborateurs sont en prison ?

C. M.B dit article 48: Comme je vous l’ai déjà dit, je suis de la pensée positive et il n’y a pas de place pour la rancune dans ma vie. Je pense que tout le monde devrait en faire autant pour que nous nous pardonnions afin de pouvoir avancer vers un avenir meilleur. Gbagbo nous a montré la voie à suivre. Nous devons pouvoir comprendre que les hommes passent, mais le pays demeure.
Une de mes philosophie dans la pensée positive est que tout ce qui nous arrive a une raison valable et peut s’expliquer. Alors, sans le pardon du mutuel, nous ne pourrons jamais atteindre ce que notre destinée nous réserve.


www.africaview.net - Avez-vous un dernier mot à l’endroit de nos lecteurs?

C. M.B dit article 48: Je voudrais leur dire qu’hier n’existe plus, et donc il faut vivre le moment présent, aider les autres, leur pardonner leurs fautes et se pardonner soi-même. Tels sont mes modes de vie et je pense que c’est ce que Dieu nous recommande. Je profite de l’occasion ici pour remercier tous ceux qui m'ont apporté soutient moral ou financier, sans oublier ma belle famille qui continue de m’aider.
Que Dieu vous bénisse et vous le rende au centuple.

www.africaview.net - Merci à vous pour ce témoignage poignant.
C. M.B dit article 48: Merci à vous aussi! Vive la Côte d’ivoire, et que triomphe la Vérité Vraie!

Propos recueillis par Marie-David Houphouët
Source : AFRICAVIEW MAGAZINE


Samedi 5 Mai 2012
Vu (s) 6687 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !