Connectez-vous S'inscrire
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net


Notez

L’Argent de la BCEAO, le malheur des Ivoiriens !


le franc CFA émis par la BCEAO a donc été créé par la France, pour servir les intérêts de la France et pour piloter les projets français dans les anciennes et nouvelles colonies. Dès lors, pour la déstabilisation de la Côte d’Ivoire, le CFA émis par la BCEAO va jouer son rôle premier : permettre d’atteindre les objectifs de la France en Côte d’Ivoire.



La Chronique de Hassane Magued
La Révolution Permanente N°0072/08/11

La BCEAO est la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest. Cette institution a été créée par le Colonisateur français le 04 avril 1959 par la Transformation de l’Institut d’Emission de l’Afrique Occidentale Française et du Togo en Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest d’abord pour conduire une politique protectionniste dans les Colonies françaises.

A l’époque coloniale, le franc CFA frappée par l’Institut d’Emission de l’Afrique Occidentale Française avait à un moment donné une valeur supérieure au franc français, empêchait les autres puissances coloniales de commercer avec les colonies françaises d’Afrique de l’Ouest. Ainsi, ces puissances étaient obligées de racheter les matières premières avec la France et non directement dans les colonies où les grandes industries agricoles coloniales françaises produisaient de grandes quantités de matières premières agricoles comme le café et le cacao grâce aux travaux forcés.

Ensuite, cette monnaie alors arrimée au franc français a été utilisée comme un instrument de politique budgétaire jusqu’à ce jour, grâce aux devises générées par le commerce international des colonies devenues ex-colonies dans la forme. Ces devises sont logées pour 65 pour cent d’abord et ensuite pour 50 pour cent, au Trésor français. Je laisse le soin aux Economistes pour nous instruire sur la question. Revenons donc à l’objet de cet Article 72ème de la Révolution Permanente.

Alors pour récapituler, le franc CFA émis par la BCEAO a donc été créé par la France, pour servir les intérêts de la France et pour piloter les projets français dans les anciennes et nouvelles colonies. Dès lors, pour la déstabilisation de la Côte d’Ivoire, le CFA émis par la BCEAO va jouer son rôle premier : permettre d’atteindre les objectifs de la France en Côte d’Ivoire.

Que s’est-il passé avant l’attaque du 19 septembre 2002 ?

Tout commence avec l’affaire du braquage de la BCEAO par un certain Prosper Sia Popo, alors Chef vigile au sein de l’Agence Centrale BCEAO d’Abidjan Plateau. C’était le 27 août 2002 environ 20 jours avant l’attaque de la Côte d’Ivoire le 19 septembre 2002 par la rébellion de Monsieur Dramane OUATTARA l’ex-MPCI, rebaptisée Forces Nouvelles par la France et plus tard, FRCI par OUATTARA lui-même lorsqu’il en prend officiellement le commandement en mars 2011.

A l’époque, tout l’espace UEMOA regroupant les 8 Etats de l’Afrique de l’Ouest ayant en commun le franc CFA, fut en émoi. 20 milliards de francs CFA auraient été soustraits frauduleusement des coffres forts de l’Agence Centrale de la BCEAO à Abidjan Plateau. Incroyable !
Les premières informations font alors état de ce que le sieur Sia Popo, se serait enfui avec le butin de 20 milliards de francs CFA en liquide en passant par le Ghana. Trois jours avant l’attaque d’Abidjan, soit le lundi 16 septembre 2002, Sia Popo est arrêté avec brio par le “redoutable” Blaise Compaoré puis dans la foulée, il est extradé vers la Côte d’Ivoire.

L’arnaque est enfin révélée au sujet de l’affaire Sia Popo

Voici pour ceux qui ne le savent pas encore, ce qui s’est réellement passé. Ces informations ont été données par des sources très proches du dossier. D’abord le Sieur Sia Popo, capturé magistralement par le “chasseur de prime” Blaise Compaoré n’a pas pu ouvrir les Coffres forts de la BCEAO hyper blindés et contrôlés par un puissant système informatique qui aurait été mis en place par la société Bull France. Le coffre principal serait équipé d’un dispositif de destruction par perforation multiples des billets dès que le coffre est forcé à l’ouverture par un individu qui ne fait pas entrer les codes de sécurité exacts. Ces codes sont gérés à partir d’un serveur central installé à Dakar et relié à toutes les Agences BECAO. Ce serveur a pour rôle, entre autres, de gérer la sécurité des coffres forts mais aussi de consolider et centraliser les états journaliers des opérations réalisées en chambre de compensation par les Banques commerciales et autres établissements de crédit.

Donc Sia Popo n’a pas pu forcer le coffre fort pour partir avec 20 milliards de francs CFA. Mieux, les montants sortis sont supérieurs à 20 milliards de francs CFA. Le sieur Sia Popo a tout simplement été convaincu de jouer le bouc émissaire contre forte récompense mais aussi de convoyer du liquide vers le parrain des futurs événements du 19 septembre 2011.

Pour simplifier, disons tout net qu’il devait remettre de l’argent liquide à Blaise Compaoré, qui devait à son tour, utiliser cet argent pour payer les frais de location des mitrailleurs lourds à pédale, des grenades offensives et autres matériels militaires mis à disposition par le Guide Libyen, Mouammar Kadhafi. Eh oui ! C’est lui qui aurait fourni les armes lourdes qui ont servi à attaquer les camps militaires d’Abidjan dont celui d’Agban.

Alors une fois l’argent réceptionné par Blaise, il brandit Sia Popo comme un code de communication à l’attention des commanditaires de l’attaque pour dire : c’est fait, vous pouvez y aller ! Après quoi, il se fit fort d’extrader Sia Popo vers la Côte d’Ivoire. Dès lors que Sia Popo est incarcéré, l’attaque devait être lancée dans les 72 heurs au maximum pour ne pas qu’il parle sous la pression. Ainsi, pendant l’attaque, Sia Popo devait être libéré puis disparaître de la circulation. Il connaissait même le nom de celui qui devait conduire le détachement qui devait le libérer.

Mais la libération de Sia Popo, incarcéré à l’Ecole de Gendarmerie d’Abidjan alors dirigé par l’ancien Colonel Guiai Bi Poin, va échouer grâce à la perspicacité de cet excellent officier qui a vite compris que l’assurance et l’arrogance de Sia Popo cachaient un projet d’évasion et donc a pris le soin de mettre en place un dispositif de veille. Je vous prie de ne pas demander plus de détails sur ce qui sait passé dans la nuit du 19 septembre 2002 au risque de nous éloigner du sujet principal traité dans le présent article de la Révolution Permanente.
Voici donc comment le premier pseudo braquage de la BCEAO a servi à déclencher le processus de déstabilisation de la Côte d’Ivoire.

Le secret des braquages des Agences BCEAO de Bouaké, Korhogo et de Man par le MPCI et la Force Licorne

Oui, les hommes de Dramane OUATTARA qui poursuivent fallacieusement aujourd’hui Laurent GBAGBO pour “crime économique”, ont braqué trois Agences de la BCEAO respectivement en 2003 (Bouaké et Man) et en 2004 (Korhogo). Officiellement, la BCEAO a annoncé avoir perdu plus de 58 milliards de francs CFA alors que certaines sources annoncent 300 milliards de francs CFA dans ces actes de braquage. Pour l’histoire, voici les circonstances dans lesquelles ces braquages sont intervenus.

A cette époque, la France avait coupé le pays en deux à partir de Bouaké : Zone Forces Nouvelles et Zone gouvernementale. Les zones minières (or et diamant) dûment identifiées en territoire rebelle et le rançonnage des populations ne suffisaient plus à entretenir la rébellion et à couvrir certaines dépenses de la Licorne. Plus grave, Laurent GBAGBO a réussi à se rapprocher du Guide Libyen pour le convaincre de retirer ses armes de la Côte d’Ivoire. Cet accord aboutira plus tard à la première visite du Guide Libyen en Côte d’Ivoire.

Alors, à court d’argent et désarmés pratiquement, la rébellion va organiser le braquage de la BCEAO avec l’aide de soldats français de la Licorne pour financer leur réarmement par la France, l’enrichissement des Chefs de guerre et les dépenses liées au fonctionnement du MPCI rebaptisé Forces Nouvelles par la France. Plusieurs milliards sont ainsi récupérés.

Selon nos sources, les milliards emportés sont partis d’Abidjan pour se retrouver dans les deux Agences braquée en août 2003. Le même procédé a du être utilisé pour Korhogo en 2004.

Après quoi, le dispatching a été fait. Soro Guillaume s’en tirera avec plus de 10 milliards de francs CFA dont il va loger environ 7 milliards en Afrique du Sud. Le reste servira à financer des projets immobiliers au Sénégal, notamment à Dakar puis au Burkina Faso où le “pseudo Chef” de la rébellion et ses hommes vont investir des sommes faramineuses dans la construction de OUAGA 2000, un ensemble immobilier qui fait la fierté du Burkina Faso. Le reste de cet énorme butin de guerre servi par la BCEAO à la rébellion de OUATTARA et de la France, financera la construction d’immeubles et d’hôtels à Abidjan et dans certaines villes avec un somptueux hôtel construit par le chef rebelle Ouattara Issiaka alias Watao, dans la ville d’Agboville.

Les circuits empruntés après les faux braquages de la BCEAO à Bouaké, à Man et à Korhogo

C’est là que la BCEAO va jouer son énième rôle dans la déstabilisation de la Côte d’Ivoire. Pour créer des circuits verts, certains cadres de cette institution vont utiliser des prête-noms pour créer des agences de Change à Abidjan. Ces Agences vont très vite être agréées par la BCEAO et permettront un recyclage de l’argent volé et son transfert hors des frontières de la Côte d’Ivoire.

Mais ces gros mouvements financiers n’attireront l’attention de personne ; je veux dire ni le siège de la Banque Centrale à Dakar ni l’Agence d’Abidjan ne se sentiront interpellées par les gros mouvements financiers réalisés par ces toutes nouvelles Agences de change et de transfert d’Argent. C’est normal. Parce que le circuit est au vert. Il a été huilé. Nos sources révèlent que ce même circuit a servi aux détournements dans la filière café cacao.

Mais pour convoyer l’argent de Bouaké ou Man vers Abidjan, ce sont des personnes de bonne volonté, des hommes de confiance accompagnés d’hommes de confiance armés qui vont faire le boulot. Là encore la négligence de l’armée ivoirienne, notamment Police, Gendarmerie, Douanes, va rendre les choses faciles.

Une fois le recyclage terminé à travers les circuits verts “non surveillés” par BCEAO, la rébellion va retrouver une nouvelle santé de fer pour aujourd’hui mettre la Côte d’Ivoire à sac avec l’appui désormais officiel de la France.

Une nuisance nommée BCEAO en 2011

Dans les Statuts de l’Institution, elle est neutre et ses agents sont protégés par une immunité. Mieux, l’Institution ne peut recevoir d’injonction de la part des Etats membres encore moins de ses organes de surveillance comme le Conseil des Ministres de l’UEMOA ou la Conférence des Chefs d’Etat. Mais la BCEAO va servir d’instrument de guerre contre la Côte d’Ivoire en s’érigeant en censeur politique de la Côte d’Ivoire.

En plein contentieux électoral, la BCEAO va d’abord décider de fermer ses agences en Côte d’Ivoire pour compter du mercredi 26 janvier 2011. Ensuite elle va déconnecter les Agences de Côte d’Ivoire du système bancaire sous-régional pour provoquer l’isolement bancaire de la Côte d’Ivoire. Elle va par ailleurs enjoindre les autres banques qui n’ont pas suivi les mouvements de fermeture sans préavis enclenchés par les banques françaises, de fermer sous peine de sanction. Le but visé : asphyxier l’Economie ivoirienne et aider Dramane OUATTARA à vaincre Laurent GBAGBO.

Dans un communiqué publié par la Presse le 11 février 2011, Jean-Baptiste Compaoré alors Gouverneur par intérim après le limogeage de Philippe-Henry Dacoury-Tabley menace en ces termes : « La BCEAO rappelle aux établissements de crédit de l`Union monétaire ouest-africaine (UMOA) que ses agences sont fermées depuis le mercredi 26 janvier 2011, sur l`ensemble du territoire de la Côte d`Ivoire, jusqu`à nouvel ordre. La BCEAO demande instamment aux établissements de crédit de l`Union, et en particulier ceux établis en Côte d`Ivoire, de s`abstenir de contribuer à la violation de la fermeture de ses agences dans ce pays.

“Toute opération effectuée par un établissement de crédit avec lesdites
agences ou dans leurs locaux (…) est passible de sanctions”.

Conséquence : les entreprises vont fermer, plus de 200 000 Ivoiriens vont perdre leur emploi en moins de deux mois, plusieurs personnes vont trouver la mort faute d’argent pour se soigner et les dégâts se poursuivent aujourd’hui.

Des précautions à prendre

La Révolution Permanente a déjà pris en compte cette donne. La nuisance BCEAO sera neutralisée. Au moment de la Révolution, des actions précises seront initiées pour anéantir les velléités de gestion de la Côte d’Ivoire par une Banque Centrale instrumentalisée pour déstabiliser le pays qui la fait vivre.

Et ce n’est pas l’affaire de la seule Révolution Permanente. Chaque Ivoirien doit aussi prendre ses dispositions pour ne plus subir le sort connu après la fermeture des banques françaises et le terrorisme économique perpétré par la BCEAO en violation de toutes les règles qui la régissent.

Un combat se gagne avec la collaboration de ceux au profit desquels il est mené. Ensemble, nous devons prendre des précautions pour neutraliser la nuisance BCEAO lorsque l’heure de la libération sonnera. Et nous y sommes.

A très bientôt.

Hassane Magued

Hassane Magued
Jeudi 1 Septembre 2011
Vu (s) 916 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

C.I - Politique | C.I - Présidence | C.I - Gouvernement | C.I - FPI | C.I - Blé Goudé | C.I - Laurent Gbagbo | C.I - PDCI | C.I - RDR | C.I - Lider | C.I - Autres Partis | C.I - Société | C.I - Economie | CI-Présidentielle 2015 | C.I - Affaire à suivre | C.I - Education | C.I - Faits Divers | C.I - Diplomatie | C.I - Sport | Débat Ivoirien | C.I - Faits Bizard | C.I - Réactions | Le CRI-Panafricain | Hassane Magued | C.I - Le Peuple Veut Savoir







Flash Info
13/12/2014 09:43

Pour amélioration de votre site...

Nous informons nos lecteurs, pour permettre au meilleur affichage de notre site pour ceux qui ont un bas débit, nous avons réduit les photos dans nos sites...La rédaction
Afrik53.com - News 7sur7...

Suivez Nous...
Facebook
Twitter
Mobile
Rss
Newsletter




Créer ou Consultez vos mails

Google

Publicite Afrique

La Lutte Pour l'Afrique Libre





Infos Du Jour...

Quatrième Dimanche de l'Avent

0 Commentaire - 21/12/2014 - Afrik53.com - News 7sur7...

Côte d'Ivoire : Arafat "zappe" Bédié

0 Commentaire - 20/12/2014 - Afrik53.com - News 7sur7...

Les Articles les plus lus

France - Gouvernement : le jour du remaniement

1 Commentaire - 26/08/2014 - Afrik53.com - News 7sur7...