Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Kadet Bertin explose : Libérer le président Laurent Gbagbo

L'Afrique en mouvement - Afrik 53 - Les News en Ligne - 24h / 24 - 7 / 7 le Mercredi 25 Mai 2011 à 14:42 | Lu 1243 fois

En exil à Accra au Ghana, l’ex-sécurocrate de Laurent Gbagbo fait des révélations. De son accident sur la route de Gagnoa ( en Côte d’Ivoire ) dans le mois de mars dernier, en passant par la crise postélectorale, l’arrestation de l’ancien président le 11 avril 2011 et l’affaire de coup d’Etat en préparation depuis le pays de John Atta Mills contre le Président de la République, SEM Alassane Ouattara, Kadet Bertin parle à cœur ouvert à travers cette interview exclusive accordée à l’Intelligent d’Abidjan.



Kadet Bertin explose : Libérer le président Laurent Gbagbo
Monsieur le ministre, vous aviez été victime d’un accident de la route au plus fort de la crise postélectorale. Comment vous portez-vous aujourd’hui?

Eh oui, cet accident ! C’était le vendredi 25 mars 2011, je partais rendre visite à ma mère à Gagnoa quand l’accident s’est produit sur l’autoroute du nord, à 96 km d’Abidjan. Vous connaissez le bilan : mon collaborateur, le MDL/C Yapo a trouvé la mort sur le champ et moi-même, je m’en suis sorti avec une fracture de l’humérus et de plusieurs côtes. Fait étrange, alors que l’accident s’est produit à 14 H 20, la nouvelle de ma mort était déjà répandue sur les ondes dès 13 H !

Transporté à la Pisam, j’ai eu la vie sauve grâce à la promptitude de l’équipe médicale de cette clinique, que je voudrais sincèrement remercier. A présent, je continue de me faire suivre par une équipe médicale privée. Vous savez qu’à un certain âge, il faut du temps pour que les os se consolident.

Malgré votre état de santé, on vous avait aperçu à la résidence de Cocody autour de Laurent Gbagbo. Que vouliez-vous prouver ?

Le vendredi 1er avril à 18 H, je suis sorti de la Pisam et j’ai transité par la résidence du Président. Le colonel Ahouma (paix à son âme) avait envoyé un véhicule me prendre à l’hôpital : il voulait que je passe à la résidence afin qu’il renforce le cortège qui devait me conduire chez moi. Je n’ai pas vu le Président, qui était déjà rentré dans sa chambre. Par contre, j’ai conversé un peu avec son épouse qui m’a adressé des mots de compassion et de prompt rétablissement. En sortant de la résidence, j’ai été entouré par une foule compacte, à laquelle j’ai lancé des encouragements depuis ma voiture. Je signale que j’ai quitté la Pisam ce jour-là à ma demande.

En effet, alors que mes membres étaient immobilisés dans un plâtre et que j’étais alité dans cet hôpital, j’ai vécu un véritable drame psychologique dans la nuit du mercredi 30 au jeudi 31 mars, à cause des tirs à l’arme lourde venant du côté de la RTI. A 3 H du matin, mon épouse et moi avons vu des chars de l’Onuci entrer à la Pisam en toute vitesse et en tirant. J’ai appris par la suite qu’ils sont venus y déposer des blessés. J’ai vu quelques-uns de ces blessés au 3ème étage où j’étais interné. Et donc ce vendredi 1er avril, ne me sentant plus en sécurité du fait de l’affluence des blessés de l’Onuci, j’ai demandé et obtenu mon départ de la clinique.

Dans l’opinion publique vous avez une image d’un dur, d’un méchant, d’un extrémiste, d’un radical, d’un sécurocrate du système. On vous assimile à tant de choses négatives. Avec le recul, aujourd’hui comment expliquez-vous cela ? Et que répondez-vous à vos détracteurs ?

Si cette image erronée est véhiculée, c’est du fait de certains journalistes venimeux en mal de sensationnel et adeptes de l’utilisation récurrente du conditionnel. J’attends toujours qu’on me présente un début de preuve de «ma dureté, ma méchanceté, mon extrémisme ou mon radicalisme». C’est très regrettable que ces «journalistes», souvent sous contrat, ne se bornent pas à relater les faits, rien que les faits.

A cause de ma proximité avec le président Gbagbo, dont j’étais le conseiller mais également le petit frère, puisque nous venons tous deux de Mama et que nos parents ont entretenu de bons rapports jusqu’à leur disparition, les gens ont pensé à tort que j’avais des pouvoirs illimités. C’est bien sûr totalement faux, mais je ne peux pas empêcher les gens de penser ce qu’ils veulent et de croire ce que des journalistes qui ne font pas leur travail écrivent.

Alors, il paraît que vous préparez un coup d’Etat depuis le Ghana ? Vous seriez parmi les cerveaux du coup ?

Tout ceci participe de la même stratégie de détourner les Ivoiriens des vrais problèmes par l’intoxication. Moi Kadet, préparer un coup d’Etat ? Je n’en ai ni les compétences, ni les moyens, ni même la culture. Les nouvelles autorités ivoiriennes ont mis mes comptes sous scellés. Elles peuvent donc à tout moment rendre public le contenu de ces comptes et montrer aux Ivoiriens si mes avoirs peuvent ou non financer un coup d’Etat.

D’autre part, mon père, chef de village qui faisait aussi office de juge, m’a nourri au lait de la justice et élevé dans la droiture. Au sein du FPI, le président Laurent Gbagbo m’a appris non seulement le respect de la loi mais aussi et surtout la culture du dialogue, à travers la confrontation des idées et non des armes. Je ne suis pas formaté pour la violence. Par contre, j’ai malheureusement dû la subir. Ma résidence a été totalement mise à sac après avoir fait l’objet de tirs d’obus nourris. Mon épouse sortie pour tenter de s’approvisionner a vu son véhicule mitraillé par des individus armés, alors qu’elle était à bord ; ces derniers lui ont laissé la vie sauve et ont pris le véhicule.

Je n’avais plus de domicile pour mettre ma famille à l’abri. Je ne pouvais plus recevoir les soins que nécessite mon état, puisque les hôpitaux ne fonctionnaient plus. Des personnes qui me sont chères, le président Laurent Gbagbo, son épouse, son fils Michel ainsi que d’autres amis sont en prison et Désiré Tagro a été assassiné. Avec les charges émotionnelles résultant de ces traumatismes, lorsqu’on a la chance d’être en vie et d’être accueilli par des âmes généreuses, on n’a vraiment ni le temps, ni l’envie de réfléchir à la préparation d’un coup d’Etat ; on fléchit les genoux et on remercie son Créateur.

Et comme on est conscient qu’on n’est pas chez soi, on évite de mettre à mal la générosité de ceux qui ont ouvert grandement leurs bras pour vous accueillir en fomentant des actes aussi inutiles et destructeurs de vies humaines que des coups d’Etat. Je m’inscris totalement dans la logique du président Laurent Gbagbo, qui, dès son arrestation le 11 avril, a appelé à l’apaisement : ses premiers mots ont été de demander notamment aux militaires d’arrêter les combats pour que la phase civile du règlement de la crise s’ouvre. Le président Pascal Affi Nguessan, dans la conférence de presse qui a conduit à son arrestation-déportation, a repris les mêmes propos du président Gbagbo.

Dans la même lignée, l’actuel chef du FPI et secrétaire général par intérim du CNRD, le Pr Mamadou Koulibaly, a appelé avec insistance tous les militants et sympathisants FPI/LMP ainsi que toute la galaxie patriotique à la cessation de toute belligérance afin de permettre le retour à l’Etat de droit et à l’opposition politique. Au regard de tout cela, je demande aux nouvelles autorités ivoiriennes d’aller faire leurs propres enquêtes pour être fixées sur toutes ces allégations fausses et nuisibles à mon endroit.

Vous qui avez géré les questions de sécurité et de défense autour du Président Laurent Gbagbo, qu’est-ce qui explique les bruits persistants de coup d’Etat hier comme aujourd’hui, puisqu’à votre époque l’alerte au coup d’Etat était aussi permanente ?

A l’époque, quand nous parlions de coup d’Etat, c’était réel : de 2000 à 2011, de façon visible et récurrente, le régime du Président Laurent Gbagbo a été l’objet d’attaques, comme vous le savez très bien. Souvenez-vous des 7 et 8 janvier 2001, du 19 septembre 2002, des 6 au 9 novembre 2004, des résolutions onusiennes visant la mise à l’écart de la Constitution et l’Assemblée Nationale, et la fin dramatique par la guerre post-électorale du 11 avril 2011. Donc quand nous parlions de coups d’Etat, ce n’était pas des inventions mais des faits avérés. Maintenant, s’il y en a qui parlent de coup d’Etat aujourd’hui, c’est à eux qu’il faut demander des explications concernant ce dont ils parlent. Moi, je ne sais ni comment préparer une rébellion ni comment faire un coup d’Etat.

Avez-vous des contacts directs et personnels avec les responsables du FPI, en prison comme en liberté ?

Je n’ai aucun contact avec ceux qui sont détenus ; par contre j’ai parlé avec le Pr Yao N’Dré, Président du Conseil Constitutionnel, et chaque fois que l’occasion m’est donnée, j’échange avec le Pr Mamadou Koulibaly, Président de l’Assemblée Nationale. Je soutiens totalement la démarche dans laquelle ils se sont engagés. Le temps de la bataille militaire est derrière nous. Une guerre nous a été faite et nous l’avons perdue. Ce que je demande souvent à ces deux personnalités qui sont en contact avec le régime en place, c’est d’avoir comme centre d’intérêt, la question de la sécurité pour tous et celui du retour à l’Etat de droit. Les Ivoiriens ont besoin de se sentir libres et en sécurité en Côte d’Ivoire.

Vous êtes au Ghana, pensez-vous vraiment que si vous étiez resté au pays, quelque chose de particulier aurait pu vous arriver ?

Je ne sais pas si quelque chose aurait pu m’arriver, je ne suis pas un devin pour savoir d’avance ce qui doit m’arriver. Je retiens cependant que j’ai été victime d’un accident dont les causes me sont encore inconnues ; je sais que le Président Gbagbo et son épouse ont été traités comme des moins que rien dès leur arrestation et déportés comme au temps colonial. Je tiens pour fait avéré que Tagro Désiré est mort sauvagement assassiné par balle tirée à bout portant et que beaucoup de camarades ont été traités comme des animaux et jetés à plusieurs dans des cellules exiguës. Si ces personnes ont subi de tels traitements, je ne pense pas que mon sort aurait été différent du leur.

On parle de vos connexions angolaises, de quoi s’agit-il exactement ?

L’Angola a des rapports d’Etat à Etat avec la Côte d’Ivoire et depuis le président Félix Houphouët-Boigny, les ambassadeurs s’y succèdent. La Côte d’Ivoire doit continuer d’entretenir de bons rapports avec ce pays ami. Les relations personnelles que j’ai avec certaines personnalités sont privées et n’intéressent que moi.

Monsieur le ministre, avez-vous espoir que la réconciliation se fera, et que les Ivoiriens vont réapprendre à vivre ensemble ?

Je crois que l’être humain est capable de créer les conditions de l’espoir. En ce qui nous concerne, les nouvelles autorités ivoiriennes gagneraient à relever rapidement deux défis prioritaires. Le premier défi est d’ordre sécuritaire. Il faut faire disparaître du quotidien des Ivoiriens tous ces combattants baptisés Forces Républicaines de Côte d’Ivoire, qui paradent dans les rues d’Abidjan, pillant et tuant impunément. Il faut mettre fin à la division de la ville d’Abidjan en zones d’insécurité gérées par des chefs de guerre notoirement connus pour leur bestialité depuis 2002. Laisser perdurer cette situation est la meilleure façon d’inverser les valeurs de promotion dans notre jeune société, en proclamant la subordination de la connaissance à la force brutale. Le second défi est d’ordre institutionnel.

Les récents événements sociopolitiques survenus en Côte d’Ivoire ont mis en évidence un conflit ouvert entre la Présidence de la République et la Primature dans le contrôle de l’Exécutif. L’affaiblissement progressif de la Présidence de la République, au regard des différents accords de paix, de Marcoussis (2003) à Ouagadougou (2007), a favorisé la montée en puissance de la Primature et, par voie de conséquence, a abouti à la chute de la première. Cette situation perdure même après la chute de Laurent Gbagbo. La question est de savoir jusqu’à quand la Primature va tenir la dragée haute à la Présidence de la République ? Ce mode de fonctionnement binaire de l’Exécutif ivoirien risque de dégénérer prochainement en une crise plus grave et plus violente qu’une hypothétique attaque de l’extérieur.

Que pensez-vous du Président de la République Alassane Ouattara et de sa volonté d’associer toutes les forces vives à la réconciliation nationale, ainsi qu’au gouvernement ?

Cette volonté de réconciliation, si elle est réelle, est louable, mais il serait bien qu’elle soit étayée par des actions concrètes. On ne peut pas vouloir associer toutes les forces vives au gouvernement et ne pas permettre auxdites forces vives de circuler, de se réunir, de pratiquer leurs activités politiques en toute sécurité dans leur propre pays. Maintenant qu’Alassane Ouattara est assis dans le fauteuil du Président de la République, je demande à Nicolas Sarkozy de libérer le président Laurent Gbagbo et tous les siens. Il semble qu’une commission pour la réconciliation nationale a été créée par le nouveau pouvoir. En attendant qu’elle décline un programme de travail effectif afin qu’à l’instar de beaucoup de compatriotes en exil forcé, je puisse rentrer en Côte d’Ivoire, je me préoccupe uniquement de mon état de santé.

Charles Kouassi

Source: L’Intelligent d’Abidjan

Afrik 53 - Les News en Ligne - 24h / 24 - 7 / 7
Mercredi 25 Mai 2011
Vu (s) 1243 fois



1.Posté par DJIMBO le 25/05/2011 22:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La Paix et la sécurité pour tous les Ivoiriens à l'intérieur comme en exile après cette crise politico-militaire ,sont des conditions sinéquanones pour une réconciliation vraie et définitive . Le camp gbagbo est un maillon incontournable dans la reconstruction de la Cote d'Ivoire actuelle et pour son futur à jamais .
Il faut que tous les fils de ce pays se sentent en sécurité et en paix quelque soit leur aura politique ou religieuse . Exclure les cadres du FPI ou de LMP c'est faire de la démocratie à reculons comme dans certains pays Africains .
Que Dieu guide les nouvelles autorités Ivoiriennes à en faire une priorité priorité des priorités pour que tous les Ivoiriens s'asseyent à la meme table pour se dire la vérité afin de se réconcilier pour toujours . I l y a eu trop de crimes de part et d'autres ,mais la réconciliation n'est pas impossible ,car chaque Ivoirien sait ce qu 'il veut dans son pays .
La paix pour qu'on commence à vous écouter encore et à danser vos zoulous et couper-décaler dans Abidjan ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !