Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Justice internationale: Comment l'Union africaine coince la CPI sur le dossier Gbagbo

le Vendredi 31 Mai 2013 à 12:27 | Lu 1645 fois

''Un vrai pavé dans la marre'', c'est ainsi que l'on pourrait qualifier la sortie, lundi dernier, du Premier ministre éthiopien, président en exercice de l'Union africaine (UA), lors de la célébration du 50ème anniversaire de l'Organisation de l'unité africaine (OUA).



Justice internationale: Comment l'Union africaine coince la CPI sur le dossier Gbagbo
Haîlemariam Desalegn, a donné un véritable coup de pied dans la fourmilière de la Cour Pénale internationale. Le petit-fils d'Haîlé Selassié (Empereur de l'Ethiopie de 1930 à 1974 et ancien dirigeant de l'organisme panafricain), ne s'est point embarrassé de fioriture pour dire haut ce que bien des chefs d'Etat africains penseraient ou murmureraient si bas à propos de la justice internationale basée à la Haye, aux Pays-Bas.

Haîlemariam Desalegn, du haut de la tribune de l'UA, a craché ouvertement dans la soupe de la CPI en dénonçant une justice à sens unique et ''raciale'', ne ciblant que l'Afrique et ses dirigeants. «Lors de la création de la CPI, l'objectif était d'éviter toutes sortes d'impunités, mais désormais le processus a dégénéré en une sorte de chasse raciale. (…). Les dirigeants africains ne comprennent pas les poursuites contre ces présidents (parlant des deux chefs de l'exécutif kényan sous le coup de la CPI, NDLR), je pense donc que la CPI doit bien voir qu'elle ne devrait pas pourchasser des Africains, (…). 99% des inculpés de la CPI sont Africains, cela montre donc que quelque chose est biaisé au sein du système de la CPI et nous contestons cela».

Dans ce discours apprécié par bien de ses pairs africains, le président de l'UA, qui s'appuie sur les procédures en cours de cette justice contre les dirigeants kényans, n'évoque pas la situation en Côte d'Ivoire. Cependant, la coïncidence de cette sortie avec la fin de l'échéance attendue pour connaître le verdict de l'audience de confirmation des charges contre l'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, encore détenu à la Haye, met la Justice internationale dans un profond embarras.

Cette justice que le président Soudanais, l'une de ces victimes, qui refusent encore de se rendre, a stigmatisé ouvertement sur une chaîne internationale, comme étant le ''nouveau visage de la colonisation pour terroriser les leaders africains''. C'est dans ce contexte, en effet, que d'ici le lundi 03 juin prochain - date buttoir -, la Juge unique du procès dans l'affaire ''Laurent Gbagbo contre le procureur'' portant sur des crimes commis durant la crise post-électorale de décembre 2010 au mois d'avril 2011, devra rendre sa décision.



Après Addis-Abeba, la juge Sylvia de Gurmendi très attendue



Le verdict de Sylvia de Gurmendi est très attendue actuellement dans les deux camps en Côte d'Ivoire. Mais, après les positions adoptées à Addis-Abeba, il le sera encore davantage sur l'ensemble du continent africain où les opinions divergent profondément sur le dossier.

D'aucuns trouvent justifié de recourir à un arbitre impartial pour connaître des dérives des dirigeants en Afrique. D'autres, à l'image du Premier ministre éthiopien - dont la sortie, certainement bien mûrie avec des pairs des régions australe et orientale de l'Afrique, partisans d'une auto-détermination du continent noir, est tout sauf un hasard -, y voient un appareil au fonctionnement opaque et brumeux, juste bon pour servir les causes de l'impérialisme contre les Africains et leurs leaders.

Dans sa défense, les avocats de Laurent Gbagbo n'ont pas hésité à stigmatiser la responsabilité de la France et de l'Occident via l'ONU, dans une politique de ''diabolisation'' visant à chasser du pouvoir leur client déchu. Une position qui se rapproche bien de celle défendue par l'actuel président de l'Union africaine et des chefs d'Etat africains qui accusent le CPI de cibler exclusivement le Continent noir.

La Juridiction internationale, depuis sa création, a, en effet inculpé une trentaine de personnalités dans 8 pays uniquement en Afrique, à la demande de ceux-ci, de l'ONU ou sur une auto-saisine de son procureur. C'est le cas des dossiers ivoirien et kényan. Il faut le noter, déjà dans la soirée du 23 mai dernier, toujours dans la dynamique de la célébration des 50 ans de l'OUA, le Conseil exécutif de l’UA, qui regroupe les ministres des Affaires étrangères des pays membres, a adopté une résolution qui demande à la CPI d’abandonner les poursuites contre les responsables kényans impliqués dans les violences post-électorales de 2007-2008. Parmi lesquels le président nouvellement élu, Uhuru Kenyatta et son adjoint William Ruto.

Or, la similitude avec le dossier ivoirien commande, en effet, que l'on les traite de la même manière. Du coup, si la CPI devrait suivre la recommandation des dirigeants et abandonner ses charges contre les dirigeants kényans, elle se trouve dans l'obligation de décider la même chose pour la Côte d'Ivoire. Une équation, qui coince les responsables de cette juridiction, vers qui tous les regards sont tournés, notamment à propos du dossier ivoirien actuellement au menu.

Les réactions, qui n'en disent pas moins

C'est à juste titre que, sans attendre que l'idée se propage, le porte-parole de cette institution a réagi spontanément, au lendemain du ''buzz'' à Addis-Abeba.

Fadi El Abdallah s'est empressé de monter au créneau pour rétorquer que ''la CPIne mène pas une chasse contre une ou deux personnes, mais qu'il s’agit de protéger des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers de victimes. «La Cour a été établie pour lutter contre l’impunité, les auteurs de crimes les plus graves dans les pays où le système judiciaire n’a pas été capable de les poursuivre. (…). Elle a ouvert un certain nombre d’enquêtes concernant le continent africain en même temps qu'elle mène des examens criminels dans d’autres pays comme la Colombie, la Géorgie, l’Honduras et l’Afghanistan. Sur les 8 enquêtes déjà ouvertes, 4 ont été à la demande des gouvernements africains eux-mêmes». Une réponse du berger à la bergère pour redonner de l'entrain à son institution ballottée.

De son côté, l'Accusation, qui sent le mauvais coup, ne baisse pas les bras. La procureure Fatou Bensouda dont les efforts se trouvent ainsi gravement remis en cause, prendra le relais du porte-parole en retournant aux dirigeants africains, leur pierre. «Nous savons tous qui sont ces voix. Ce sont les voix de ceux qui cherchent à protéger les auteurs de ces crimes. Ces voix ne soutiennent pas les victimes des crimes. Les vraies victimes sont les victimes de crimes de guerre, de crimes contre l'humanité et de génocide, pas ceux qui commettent ces crimes». Une réaction qui n'en dit pas moins sur la détermination de la procureure à défendre ses dossiers et à permettre aux juges de délibérer sans complexe et sans céder à une influence des dirigeants africains.



Félix D.BONY
L'Inter

Vendredi 31 Mai 2013
Vu (s) 1645 fois



1.Posté par WALACE le 31/05/2013 15:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hummmmmmm pourquoi vous les Bété de GAGNOA vous aimez mentir même
qui a parlé de GBAGBO lors du sommet de l'union africaine??????????
rien ne coince à la CPI , la sentence pour ne dire le verdict va tomber bientôt , il ne prendra pas moins de 30 ans ferme
croyez vous qu'on va continuer à protéger les criminels présidents en Afrique ?????????
ça c'est fini
dommage que la carrière politique de GBAGBO est finie entre quatre mûrs , bon c'est cela aussi la politique puisque pour ROBERT GUEI a fini dans une tombe à l'âge de la vraie fleure en politique
hummm gbagbo est méchant

2.Posté par kofi le 31/05/2013 15:49 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
toi.tu äs quoi à la place du cerveau?tu es un cancre wallace.t es trop bouché.yako.c est toi qui souffre.

3.Posté par korindo le 31/05/2013 20:42 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que le premier ministre ethiopien fustige la cpi là n‘est pas la question. Que le verdique de la cpi soit favorable a GBAGBO ou pas là n‘est pas la question. Tout ce passe sur le terrain se preparer a la liberation total de la servitude de ces puissances obscures qui nous empechent de voir la lumiere du developpement durable.

4.Posté par Hermann N'da le 31/05/2013 20:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chers amis de la RP, ce 31 mai, notre PR allume sa 68 eme bougie. Souhaitons-lui ensemble "JJOYEUX ANNIVERSAIRE MONSIEUR LE PRÉSIDENT "
Merci à tous.

5.Posté par Romain le 01/06/2013 01:10 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Joyeux anniversaire mon président le vrai et l'unique de la Côte d'Ivoire. Que Dieu te bénisse Prési. Amen

6.Posté par adou eliane le 01/06/2013 07:27 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
rien a dir vous avez tt dit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !