Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Justice ghanéenne: Les charges de crime de sang contre Koné Katinan abandonnées ?

le Jeudi 27 Décembre 2012 à 06:01 | Lu 1242 fois

Koné Katinan Justin n'est-il plus poursuivi au Ghana pour ‘’crimes de sang’’ ? La justice ghanéenne semble avoir abandonné les charges portant sur le meurtre de deux individus en Côte d'Ivoire alléguées par les autorités ivoiriennes contre l'ancien ministre du Budget du dernier gouvernement de Laurent Gbagbo pendant la crise post-électorale.



Justice ghanéenne: Les charges de crime de sang contre Koné Katinan abandonnées ?
Selon une dépêche de l'AFP en date du 1er octobre, Koné Katinan Justin et Désiré Dallo, ancien ministre de l’Économie et des Finances dans le gouvernement Aké N'Gbo, étaient tous deux soupçonnés d'avoir tué les 25 mars et 29 mars 2011, Kamagaté Seydou, 83 ans, un soudeur et Diabaté Drissa, 37 ans, un négociant à Port-Bouët, la commune balnéaire d’Abidjan.

Le conseil juridique du porte-parole de Laurent Gbagbo, que nous avons eu, révèle ceci : «La justice ghanéenne a abandonné les charges alléguées contre le ministre Koné Katinan par l’État de Côte d'Ivoire, dans cette affaire imaginaire de crimes de sang portant sur le meurtre de deux personnes. L'affaire a été classée sans suite, faute de preuves apportées par le gouvernement ivoirien», a précisé l'un des avocats de Koné Katinan.

Effectivement, nous en avons eu la preuve à l'audience du jeudi 20 décembre dernier au cours de l’audience à laquelle nous avons rencontré à Accra, les avocats du mis en cause. ‘’ Affaire État de Côte d'Ivoire contre Koné Katinan Justin dans la procédure d'extradition demandée par le Gouvernement ivoirien pour crimes économiques’’, c'est ainsi que l'huissier de service au Tribunal de Grande Instance d'Osu (Osu Magistrate Court) à Accra, a appelé à l'ouverture de l'audience, le dossier instruit par le juge Aboagye Tandoh, président de ladite Cour de justice. Cette restriction des charges retenues contre le porte-parole de Gbagbo uniquement aux seuls ''crimes économiques’’ donne l’idée que la seconde charge portant sur les ‘’crimes de sang’’ à lui imputée a été purement et simplement abandonnée par les autorités judiciaires ghanéennes.

Voici d'ailleurs, à ce propos, ce qu'avait déclaré le juge ghanéen Ali Baba Bature du ‘’District Magistrate Court’’ d'Accra, saisi dans le cadre de l'allégation de ‘’crimes de sang’’, au cours de l'audience du 24 octobre dernier. «On ne peut pas accuser quelqu'un de meurtre et puis mettre autant de temps et de difficultés à apporter les preuves (…). A partir du moment où vous accusez, les preuves devraient être disponibles. Accusé, vous êtes libre!», avait commenté le magistrat ghanéen qui a accordé la liberté sous caution à Koné Katinan.

Avant de prendre cette décision, le juge Ali Baba avait apostrophé le procureur Officier de Police ghanéen, Abraham Annor, qui agissait pour le compte de l’État ivoirien, en ces termes : «Donnez-moi la loi selon laquelle la République du Ghana peut engager une action contre quelqu'un qui a commis un crime en dehors du Ghana (…). Au mieux, la Côte d'Ivoire peut demander l'extradition de l'accusé pour le juger là-bas». Une sortie qui incline à dire que le juge Ali Baba a effacé les charges alléguées contre Koné Katinan dans le cadre de la procédure de ‘’crimes de sang’’ en cours contre le proche de Laurent Gbagbo en exil à Accra.



Ce que Koné Katinan demande aux autorités ivoiriennes

Si c’était le cas, l’on pourrait dire que désormais, Koné Katinan Justin n'est poursuivi au Ghana que pour ‘’crimes économiques’’, avec demande d'extradition en Côte d'Ivoire formulée par l’État ivoirien, comme l’avait laissé entendre l’huissier de service à l’audience du jeudi dernier. A propos de cette autre charge pour laquelle le juge Aboagye Tandoh a promis de rendre sa décision le 17 janvier prochain, voici la réflexion faite par le conseil juridique de l'ancien ministre ivoirien du Budget que nous avons rencontré.

«La justice ivoirienne vient de libérer huit (08) prisonniers pro-Gbagbo détenus depuis plus de 18 mois. Parmi ceux-ci, se trouve M. Désiré Dallo, ministre de l’Économie et des Finances dans le Gouvernement du Premier ministre Aké N'Gbo. M. Dallo était, au même titre que M. Katinan, également inculpé du meurtre des ces deux anonymes ainsi que de crimes économiques. Si la justice ivoirienne libère ces personnalités, et nous nous en réjouissons, il n'y aucune raison qui justifie que M. Koné Katinan continue d'être poursuivi par l’État ivoirien au Ghana. C'est tout simplement une aberration», a analysé l'un des avocats de l'ancien ministre ivoirien du Budget avec qui nous avons échangé.

En somme, le porte-parole de Laurent Gbagbo en exil au Ghana depuis la fin de la crise postélectorale, demande aux autorités ivoiriennes d’aller jusqu’au bout de leur logique. Car, selon son conseil, si le Gouvernement ivoirien a fait libérer, par le biais de la justice, des ex-membres du Gouvernement Gbagbo également poursuivis pour ‘’crimes de sang’’ et ‘’crimes économiques’’, alors le pouvoir en place à Abidjan devrait abandonner les poursuites contre leur client. La grâce accordée à Aké Ngbo et les autres va-t-elle profiter aussi à Koné Katinan? Une question sans réponse pour le moment !



ANASSE ANASSE
L'Inter

Jeudi 27 Décembre 2012
Vu (s) 1242 fois



1.Posté par Hermann N'da le 27/12/2012 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"L'affaire a été classée sans suite, faute de preuves apportées par le gouvernement ivoirien"

C'est l'une des nombreuses preuves que ce "gouvernement" n'en est pas un. Un simple ramassis, ça et là, constitué de pédés, de drogués d'incultes, d'analphabètes etc...

Comment un gouvernement sérieux, à la tête d'un État sérieux, peut -il accuser un honnête citoyen d'avoir ôté la vie à un vieux soudeur de 83 ans, et gnrin gnrin gnrin, sans être capable d'en apporter la moindre preuve devant une cour de justice?

Aucune personne intelligente et réfléchie ne pouvait accorder du crédit à ces accusations aussi bien inintelligibles qu'invraisemblables.

Le pédé Mossi Drame ferait mieux de continuer à fouiller dans les fesses d'AHMED BAKAYOKO que de nous divertir par des accusations fallacieuses.

2.Posté par TCHEDJOUGOU OUATTARA le 27/12/2012 15:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci combattant Hermann. Ce qu'il ne faut pas ignorer, c'est pendant ces 20 dernières années ou Dramane a foutu la merde dans ce pays paisible qui n'avait accueilli son père en provenance de Sindou (Banfora) que dans le cadre de la main d'oeuvre agricole, il a toujours prêché le contraire de ce qu'il veut faire. De ce qui est..à l'image de sa bouche et des yeux asymétriques. Sinon, la vérité dans le harcèlement de Katinan et tous ceux qui sont forcés à l'exil est très simple : Dramane estime que s'il avait tous les ivoiriens qui peuvent lutter résolument, le gêner dans ses activités de destruction de la C.I, le problème était définitivement réglé. Il suit tous les mouvements du P.P. de Laurent GBAGBO. Il sait qu'il parcourt le monde en train d'expliquer " QUI EST REELLEMENT Dramane". En sa qualité de fils du Nord, ça fait mal. Très mal. Lorsque Hermann N'DA ressasse que Dramane est fils d'immigré, on dira que c'est la xénophobie. Mais lorsqu'un digne fils originaire de la partie septentrionale de la C.I témoigne à travers le monde sur cette diabolique réalité, c'est mortelle pour DRAMANE. Souvenez-vous : ASSOA ADOU, quel vieux de 83 ans a-t-il tué comme KATIAN et DALLO ? Lui qui a perdu son porte-feuille ministériel après l'irruption des petits de Dramane dans la nuit du 19 septembre 2002, porteurs de jouets, sur l'ensemble du territoire, pour être l'objet d'un mandat d'arrêt de Ouattara, tout juste au lendemain de sa déclaration depuis Accra qui barrait la UNE du quoitiden Notre Voie : " C'EST UN REGIME ETHNO-GENOCIDAIRE". Le monde entier connaît les vrais tueurs de C.I. Ces prétendus crimes économiques ? Mais la réponse à une seule question est toujours attendue de Dramane : Quel jour paiera-t-il les salaires des fonctionnaires ivoiriens pour les mois de décembre 2010, janvier, février et mars 2011 à l'effet d'évoquer valablement ces " Kwin Kwin Kwin ? Merde alors ! Dans tous les cas, Dramane qui était en train de boire sa tasse de sang des ivoiriens au détour d'un plat de mil du Faso a dû la déposer lorsqu'il écoutait HOLLANDE sur I. TELE proclamer, relativement à la situation Centrafricaine : " LA FRANCE N'EST PAS LA POUR FAIRE LA GUERRE POUR PROTEGER UN REIME..CE TEMPS ( DE SARKOZY QUI INSTALLE DRAMANE A COUP DE BOMBARDEMENT) est révolu. J'ai appris que depuis cette déclaration, l'asymétrie de ses yeux et de sa bouche s'est aggravée. Mais il n'a rien vu encore. Si Bozizé qui a eu de nombreuses années, après son coup d'Etat, pour mettre une vraie armée sur pied, n'a pu y parvenir, ce ne sont pas les zozos et autres dozo qui parviendront à contenir la rage de tous les agnis, abouré, adioukrou, alladjan, abidji, attié, abbey, dida, gouro, bété, wê, yacouba, kroumen visés par un plan d'extermination. En tout cas, ça sent bon pour DRAMANE. Il goûtera à la vrai C.I bien mélangée. Les enfants s'amusent pour le moment, et il se précipite à la fermeture des frontière. Il terminera par se cacher dans un terrier d'ou il sera tiré par la queue et sa tête frappée contre le sol comme un vulgaire rat...

3.Posté par Fati le 27/12/2012 16:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Enfin Merci mon Dieu ! plus rien ajouter.

4.Posté par Frusté et Choqué le 27/12/2012 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
quelle genre de justice avons nous? Avec un gouvernement de tarés et de goujats, je me demande bien où nous allons. c'est vraiment pitiant et piteux pour des soit disant docteurs et doctoresses en tueries et autres bêtises humaines. je suis déçu des soit disant burkinariens.

5.Posté par Miaou le 29/12/2012 01:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le problème, c'est qu'il y a encore des journalistes même des intellectuels...qui prennentce vaut rien au serieux qui nous bassinent avec des: "le président ouatra a dit"... ppffffffffffff...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !