Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Interview de Justin Koné Katinan : « Le retour à la normalité politique en CI, c’est la libération du Président GBAGBO »

le Samedi 14 Septembre 2013 à 00:00 | Lu 663 fois



Interview de Justin Koné Katinan :  « Le retour à la normalité politique en CI, c’est la libération du Président GBAGBO »
. Vous venez d’être acquitté par le tribunal d’Osu à Accra après un procès qui a duré un an. Quels sont vos sentiments sur cet acquittement?

Je suis traversé par un sentiment ambivalent. Je suis animé d’un sentiment de grande joie, qui se juxtapose malheureusement à une profonde peine. Cette peine qui se justifie par le fait que le président Laurent Gbagbo, celui-là qui a tout donné à la Côte d’Ivoire, pour reprendre l’expression du camarade Abou Drahamane Sangaré, vice-président du Fpi, et celui à qui le peuple ivoirien continue de s’identifier, est maintenu de façon absolument illégale en prison. Ils sont nombreux nos compatriotes et nos frères d’Afrique et d’ailleurs qui ont le sommeil perturbé à cause de la détention inadmissible de cet homme.

De ce fait, aucune joie ne peut être totale, surtout pas la mienne. Cependant dans la nuit la plus noire, chaque rayon de lumière est une source d’espérance. Dans ces circonstances, Il faut savoir exprimer sa gratitude. C’est pourquoi, je voudrais avant tout propos rendre gloire au Dieu Unique qui est toujours juste. Je suis l’expression achevée de sa présence aux côtés des faibles et des persécutés. Ma foi chrétienne a été la source unique de mon espérance devant cette épreuve où se jouait ma vie.

C’est le philosophe et écrivain français, Jean Paul Sartre qui disait qu’à chaque fois que quelqu’un fait quelque chose de positif, il rappelle à l’humanité que cela est possible et faisable. La Justice ghanéenne vient de rappeler que la quête de l’indépendance de la justice est avant tout l’œuvre du Juge lui-même. Exerçant une fonction divine, ( Dieu est le Juge Suprême), il n’a de censeur que Dieu. En disant le droit dans un contexte de fortes pressions politico-diplomatiques, le Juge Aboagye Tandoh a élargi le domaine du possible dans un espace africain qui focalise sur lui, toutes sortes de récriminations, qui partent de la corruption de l’appareil judiciaire, à sa soumission au pouvoir politique. Je voudrais sincèrement exprimer ma reconnaissance et mon admiration à la justice ghanéenne à travers le Juge Aboagye Tandoh.

Mais il a fallu que le gouvernement ghanéen, qui a subi toutes les formes de pressions de la part de son homologue ivoirien et de ses soutiens, accepte de se soumettre aux lois du Ghana. J’exprime au président John Mahama, à son prédécesseur John Evans Atta Mills, de regretté mémoire, au gouvernement et à la classe politique dans son ensemble, au nom du président Laurent Gbagbo et en mon nom propre, ma profonde gratitude. J’associe à ses remerciements tout le peuple ghanéen, qui accueille dans un esprit de grande fraternité tous les exilés ivoiriens et ceux venant d’ailleurs. Je relève avec la fierté d’être africain, la grande sagesse de ce peuple, qui donne une leçon de démocratie qui contraste avec les clichés que les afro-pessimistes véhiculent sur ce continent.

Je voudrais saluer avec déférence, le président John Jerry Rawlings, qui s’est déplacé en personne pour me rendre visite dans ma prison. Il porte partout le combat du président Laurent Gbagbo. Pour les personnes de notre génération, il fait partie avec Thomas Sankara, des icônes qui ont éveillé nos consciences de jeunes africains et entretenu nos rêves pour une Afrique qui peut gagner. J’associe à ces remerciements avec autant de déférence, le président Thabo Mbeki qui a suivi cette affaire avec une très grande attention et qui ne ménage aucun effort pour dénoncer l’injustice dont est victime le président Laurent Gbagbo. Je remercie également l’Ambassadeur des Etats Unis au Ghana, qui a toujours dépêché une délégation à chaque jour de mon procès. Je finis ces remerciements par là où j’aurais dû commencer. J’adresse mes vifs remerciements et mes chaleureuses félicitations à mon équipe d’avocats composée de Maitre Lucie Bourthoumieux et de maître Patrice Sogbodjor. Leur talent a été déterminant dans cette affaire.

Je crois fermement que si Madame Bourthoumieux n’était pas avec moi, les jours de mes arrestations, j’aurais eu très peu de chance de passer devant un juge. Elle m’a sauvé d’une mort certaine. Je lui suis indéfiniment reconnaissant. Je marque toute mon amitié à la cellule juridique de la coordination du FPI en exil composée des éminents hommes et femmes de droits de notre pays. Son président, le professeur Tano Félix, le professeur Hubert Oulaye , madame le ministre Jeannine Badjo, tous agrégés de droit, et surtout à maître Dakoury Roger, pour sa présence continue à mes côtés au tribunal. J’y associe la cellule de communication dirigée par les Ministres Lia bi et Koffi Koffi Lazare et à l’ensemble de leur formidable équipe avec un regard particulier sur les internautes notamment ceux qui animent mes différents espaces de communication, et les blogueurs qui ont donné la preuve de l’immensité de leur talent. Que Dieu rétribue chacun d’eux au-delà de ses espérances.

• Comment avez-vous vécu une année durant l’absence ou la restriction de votre liberté de mouvement?

Cela été le moins qu’on puisse dire très pénible pour moi. Mais jamais je n’ai douté de la victoire finale. La très grande chaine de solidarité surtout spirituelle autour de moi m’a convaincu de la justesse du combat que nous menons. Parce qu’il ne faut pas se méprendre, je n’ai aucun mérite particulier que celui d’avoir bénéficié de la confiance du président Laurent Gbagbo. Je n’ai reçu que l’expression de la grande affection que tous combattants de la liberté ont pour le président Laurent Gbagbo. Autrement dit ce n’est pas la personne de Koné Katinan Justin qui a bénéficié de cet élan de solidarité, mais Koné Katinan en tant qu’acteur pour le compte exclusif d’un grand homme : Laurent Gbagbo. Ayant vécu ces moments terribles en association avec tous les maillons de cette chaine de solidarité, c’est évident que je les associe pleinement au bonheur de la victoire. A ce titre :

Je voudrais remercier mon épouse et mes enfants, toute ma famille au sens africain du terme qui part des plus proches et se prolonge aussi loin que possible par l’effet d’un lien de sang qui se détend à l’infini, sans pour autant jamais se rompre. Je remercie également les camarades de la Direction du parti, tous les membres du comité central, les militants et l’ensemble des Ivoiriennes et des Ivoiriens.

A ce niveau, j’adresse une motion spéciale au Docteur Assoa Adou, notre doyen, président de la Coordination du FPI en exil qu’il dirige avec une grande dextérité. Évidemment en le citant, c’est l’ensemble du bureau de cette coordination que je vise. Je ne peux occulter tous les autres exilés qui ont fui leur pays pour avoir supporté le président Laurent Gbagbo. Ce seul fait est devenu le crime le plus puni en Côte d’Ivoire. Enfin je reste infiniment redevable à tous ceux qui ont donné de leur argent pour m’aider dans la situation très difficile que ma famille et moi avons traversé. Que Dieu le leur rembourse avec un taux d’intérêt exponentiel. Pour répondre à votre question, j’ai été formaté au Fpi dont je suis militant depuis septembre 1989.

J’ai retenu de la formation de mes maîtres, que rien n’est figé. Une intelligence figée est en soi déjà le signe d’une profonde maladie morale. J’ai compris très tôt que l’objectif de mes persécuteurs était de m’immobiliser. Nous nous sommes réorganisés autrement au niveau du « Porte-parolat », pour continuer la mission. Ici encore, que tous ceux qui sont avec moi dans cette mission confiée par le président Laurent Gbagbo en soient remerciés. Ils m’ont encadré et nous avons continué notre mission. Aujourd’hui, avec l’avancement des moyens de communication, vouloir immobiliser une personne est une épreuve à la limite vaine. On peut être à Accra et être en même temps ailleurs. C’est ce que nous avons su faire.

• Au plan politique, en quoi cela a pu véritablement être un obstacle à vos activités en tant que Porte-parole de Laurent Gbagbo?

Lorsque le président Laurent Gbagbo m’a fait l’insigne honneur de me choisir comme son porte-parole le 26 mai 2011, il m’a donné une feuille de route. Conformément à cette feuille de route, je devrais accomplir certaines missions. C’est ce que j’ai fait du 6 juin 2011 au 24 août 2012, le jour de mon arrestation. Donc de ce point de vue cette immobilisation d’un an a un tant soit peu perturbé notre travail, mais comme je l’ai dit, nous nous sommes réorganisés autrement pour contourner cet obstacle là où c’était possible.

• Au fait de quoi, vous accusait-on au juste, tant les chefs d’accusations semblaient varier au gré des humeurs de vos accusateurs?

Je rappelle que les mandats émis par les autorités judiciaires ivoiriennes contre les ministres et les hauts fonctionnaires proches du président Laurent Gbagbo, contiennent tous les mêmes motifs. Crimes économiques. Il m’est reproché d’avoir, en tant que ministre du budget, commis des vols à main armée dans plusieurs banques et institutions financières du pays, y compris à la Bceao. En d’autres termes, on me reproche d’avoir braqué ces banques et sociétés de février à mars 2011. Je suis également poursuivi en tant que complice dans la commission des mêmes infractions.

Le montant est évalué à 380 milliards de F CFA. Dans l’acte d’accusation qui a été lu devant le juge, il est mentionné que j’ai commis ces infractions pour soutenir le président Laurent Gbagbo qui faisait face à un embargo. Pour la seconde affaire, j’ai été accusé d’avoir tué moi-même, après avoir conspiré avec le ministre de l’économie et des finances, deux personnes dont j’ai entendu les noms la première fois le lundi 1er octobre 2012 devant le EMS Court. Il s’agit d’un certain Kamagaté, soudeur de son état et âgé de 83 ans que j’aurais tué le 29 mars 2011 à Port-Bouët, et un autre répondant au nom de Diabaté Drissa, négociant âgé, quant à lui, de 38 ans également domicilié à Port-Bouët. J’aurais tué ce dernier le 19 mars. Même là aussi on fait du rattrapage.

• L’accusation en définitive vous semblait-elle grotesque, dénuée de sens?

Ces deux accusations ont été toutes portées devant deux juges différents. Le mandat d’arrêt international de la deuxième affaire relative au double meurtre a été émis le mardi 25 septembre 2012, le jour même où le Juge m’accordait une liberté provisoire pour la première affaire, relative au braquage des banques. Après un mois de détention, le second juge, las d’attendre les preuves qui étayent le double meurtre, et ayant compris qu’il s’agissait d’une fausse accusation qui cachait mal un mobile politique, m’en a finalement déchargé le mercredi 24 octobre 2012. Finalement il ne restait plus que l’affaire relative au vol à mains armées des banques, pour laquelle le juge a refusé mon extradition pour les raisons qu’il a bien développées dans sa décision. En définitive que ce soit le vol à mains armées ou le double meurtre, toutes ces accusations sont absolument grotesques et dénuées de tout sens.

• Un ministre du gouvernement actuel vous a publiquement accusé d’avoir fui le pays, emportant avec vous des sacs d’argent de la Bceao. Est-ce techniquement possible?

Je crois avoir suffisamment expliqué l’impossibilité aussi bien technique que pratique d’une telle opération. 380 milliards c’est une somme énorme dont le transport nécessite une logistique qui ne peut passer inaperçue. Pour un calcul simple, à supposer que la somme volée soit composée de billets de 10 000 f Cfa, la coupure de CfA la plus importante, un milliards c’est 100 milles coupures de 10 000. Soit 100 paquets de 10 millions. Tous ceux qui ont eu à transporte 10 millions, savent que cela pèse au moins 2 kg. Un milliard pèse donc au moins 200 kg. Rapporté au 380 milliards cela représente un poids de 76000kg soit 76 tonnes. Les valises les plus grandes ne peuvent contenir un poids de 100 kg.

A supposer que par extraordinaire, j’ai pu trouver des valises de 100 kg, il m’en aurait fallu au moins 760. Je ne suis pas Hercules. C’est tout cela qui enlève tout sérieux à cette accusation. Je rappelle que 380 milliards c’est 38 millions de billets de 10 000. C’est-à-dire que je distribue 10 000 à chaque ivoirien, la population ivoirienne étant estimée à 25 millions il m’en restera encore 13 millions de billets de 10 000.
J’avoue que j’ai été très peiné de voir comment mon pays s’est donné en spectacle dans un autre pays pour soutenir l’insoutenable.

• Avant le verdict du Juge ghanéen, votre procès était tantôt perçu comme politique, tantôt comme de droit commun. Quel était pour vous l’interprétation la plus plausible ?

Le gouvernement ivoirien le voulait de droit commun, moi j’étais convaincu qu’il s’agissait d’une affaire politique. Le juge est arrivé à la même conclusion que moi. Il ne faut jamais perdre de vue que le gouvernement ivoirien et ses parrains internationaux se sont évertués à soutenir qu’il n’y avait pas de prisonniers politiques en Côte d’Ivoire. Le Secrétaire général de l’Onu en personne a affirmé qu’il n’y avait pas de prisonniers politiques en Côte d’Ivoire. Du président Laurent Gbagbo jusqu’au moindre soldat, tout le monde était considéré comme des prisonniers de droit commun. Ayant célébré la démocratie à la bombe, ils ont écrit en Côte d’Ivoire d’autres critères pour définir les prisonniers politiques. C’est pourquoi, la décision du Juge Aboagye Tandoh est un véritable coup de tonnerre, dans le ciel ivoirien artificiellement dépeint d’un bleu reposant.

• Quels sont les arguments que le juge a développés pour débouter vos accusateurs?

Le juge avait à répondre de façon cumulative à 5 questions :
• Les infractions pour lesquelles je suis poursuivi dans mon pays sont-elles considérées comme telles au Ghana?

• Ces infractions sont-elles réellement constituées?

• N’ont-elles pas un caractère politique?
• Y-a-t-il une convention d’extradition qui lie les deux pays ( le Ghana et la Côte d’Ivoire)?

• Si je suis extradé, est ce que je pourrai bénéficier d’un jugement impartial et si ma vie ne sera pas en danger dans mon pays?

Le Juge Aboagye Tandoh a répondu de la façon suivante :

• En ce qui concerne le premier point, le juge a reconnu que le vol à mains armées constitue une infraction punie aussi bien en Côte d’Ivoire qu’au Ghana. Il a rappelé les différents articles des codes pénaux des deux pays.
• Sur le second point, le juge a passé en revue toutes les preuves apportées par l’accusation et le témoignage du témoin à charges. Il a relevé trois éléments qui ont forgé sa conviction.

• Le témoin à charge a reconnu que dans les preuves apportées par le gouvernement ivoirien au soutien de son accusation, lesquelles preuves sont constituées exclusivement des Procès-verbaux d’auditions des directeurs généraux des banques ou des sociétés qui auraient subi mon vol à mains armées ou de leurs représentants, mon nom figure dans quatre des dix dépositions. Mais il reconnait que nulle part dans ces dépositions il est fait mention de vols à mains armées.
• Sur les autres dépositions dans lesquelles mon nom ne figure pas, une seule de ces dépositions fait état de vol à mains armées.

• Mais le déposant a affirmé clairement dans sa déposition que les vols ont été commis dans son établissement entre le 19 et 21 avril 2011. Or A cette date a dit le Juge, j’étais déjà au Ghana et mon attestation de réfugié émis par le Ghana Refugies Board ( l’organisme qui gère les réfugiés au Ghana), établit nettement que je suis rentré dans ce pays le 13 avril 2011. Il est donc évident qu’en toute logique, je ne pouvais être l’auteur de ce vol. Mieux, le déposant affirme sans ambigüité que le vol a été commis par les FRCI.

• Le juge a relevé le fait que les banquiers eux-mêmes qui ont fait les dépositions ne mentionnent pas de vol à mains armées, d’où vient-il que l’Etat se substitue à eux pour m’accuser de cette infraction. Je rappelle que la BCEAO qui est censée avoir subi le plus grand préjudice n’a jamais porté de plainte.
• Il est revenu sur le fait que j’ai suffisamment démontré à la barre l’impossibilité matérielle de commettre ce crime et que l’accusation n’est pas arrivée à me confondre à la barre.

• Il a rappelé en outre que les banques ont été ouvertes suivant une procédure légale avec l’autorisation expresse du président du Tribunal d’Abidjan, l’ordonnance délivrée à cet effet par ce Juge faisant foi. De tels faits ne peuvent constituer des infractions.
Il en a conclu qu’il y avait trop d’ombres qui sont autant de doutes sur le fait que j’ai commis ces crimes.
• Sur le point relatif au caractère politique ou non des poursuites engagées contre moi, le juge a fait le raisonnement suivant :
• J’étais ministre du budget et c’est dans ce cadre que j’ai agi.
• Je suis haut cadre du Fpi, le parti du président Laurent Gbagbo et qu’il est notoirement établi que beaucoup de cadres de ce parti ou qui lui sont proches sont en prison
• J’ai été arrêté une deuxième fois pour une affaire de meurtre qui a été abandonnée faute de preuves.
Il en déduit qu’il est difficile de soutenir que la demande d’extradition est dénuée de mobiles politiques. Or il est constant que la constitution ghanéenne interdit l’extradition pour des motifs politiques.

• Sur le quatrième point relatif à l’existence ou non d’une convention d’extradition entre la Côte d’Ivoire et le Ghana, le juge a fait les observations suivantes :
• Il n’existe pas de convention bilatérale d’extradition entre les deux pays. Le gouvernement ivoirien a fondé sa demande sur la convention de la Cedeao.
• Or sans remettre en cause le document de ratification de cette convention par la Côte d’Ivoire, le Juge a dit que sur la base des informations en sa possessions et étayées par un document produit par le procureur ghanéen qui agit par commission rogatoire pour le compte de l’Etat ivoirien, seulement cinq pays ont ratifié la convention d’extradition signée entre les Etats membres de la Cedeao. Le Juge a énuméré ces Etats qui sont le Burkina Faso, le Benin, le Cap vert, le Ghana et… la Côte d’Ivoire n’y figure.

En tout état de cause, à supposer que la Côte d’Ivoire ait ratifié cette convention, le document de ratification apporté par le gouvernement ivoirien établit que cette ratification est intervenue en Août 2012, c’est-à-dire, un an après l’émission des mandats d’arrêts. Au Ghana, une loi ne peut rétroagir. Le Juge en conclut qu’au moment de l’émission des mandats d’arrêts, la Côte d’Ivoire n’avait pas de fondement légal pour les rendre exécutoires. Le gouvernement ne peut revendiquer le bénéfice d’une convention qu’il n’avait pas ratifiée.


• Sur le dernier point relatif à ma sécurité dans mon pays, le juge a soutenu que dès lors que le gouvernement ivoirien m’a reconnu la qualité de réfugié, il a reconnu de facto que ma vie était en danger en Côte d’Ivoire. Il n’était donc pas possible pour le même gouvernement de m’extrader dans le pays dans lequel, lui-même a reconnu que ma vie était en danger.
Sur tous les points de droit, l’accusation a perdu. L’on se rend compte en définitive que le procès en extradition est un procès complet dans lequel le Juge se prononce sur le fond de l’affaire.

• Pendant une année, vous avez été au centre de tractations politiques (tête-à-tête Mahama- Ouattara), et judiciaire relativement à votre extradition en Côte d’Ivoire, pensez-vous dans votre cas que le droit a prévalu sur les arrangements politiques?

Je reconnais que le Ghana a été soumis à une pression énorme de la part du gouvernement ivoirien et de ses soutiens, allant jusqu’à la fermeture unilatérale de la frontière ivoiro-ghanéenne par le gouvernement ivoirien. Il y a des aspects de cette pression diplomatique que j’évoque dans mon prochain livre dont le titre est le « procès », un livre à la fois écrit en français et en anglais. Souffrez donc que je ne puisse m’étaler sur cette question. Mais ce qui est essentiel et je crois que c’est la leçon qui doit être retenue, le Juge ne s’est pas laissé influencer par cette pression.

• N’y avait-il pas similitude entre votre cas et celui du ministre Lida, extradé manu militari du Togo où il résidait vers la Côte d’Ivoire sans décision judiciaire ?

Jusqu’à ce jour je ne connais pas les chefs d’inculpation du ministre d’Etat Lida Kouassi. Je ne sais pas si lui-même en sait plus. Je sais qu’il a été extradé du Togo de façon extrajudiciaire, enfermé dans une prison à Bouna puis libéré provisoirement nous dit-on, sans jamais avoir été entendu par un Juge. Je dirais que j’ai eu plus de chance que lui.

• En tant que leader politique, quelle lecture faites-vous (forcée ou volontaire) dans le cas de Lida, Blé Goudé, Dibopieu?

Moi je ne juge du caractère volontaire ou non de leur départ de leur lieu d’exil. Je retiens seulement que j’ai eu plus de chance qu’eux de passer devant un juge comme l’exigent les textes de la CEDEAO. Étant en prison, ils ne peuvent se défendre, donc je crois qu’il n’est pas juste de juger quelqu’un qui ne peut répondre. Nul ne peut décrire exactement les conditions de leur départ vers la Côte d’Ivoire.. Ne précipitons pas nos jugements. Dans la situation qui est la leur aujourd’hui, ces personnes ont plus besoin de notre soutien que d’autre chose. Prions pour eux.

• Dans ce qui est convenu d’appeler l’affaire Katinan, les autorités ivoiriennes ont annoncé vous avoir arrêté tantôt au Cameroun, tantôt en Afrique du Sud, tantôt à l’aéroport d’Accra au Ghana, quelle est la vérité des faits?

Je n’ai jamais été arrêté ni au Cameroun, ni en Afrique du Sud. J’ai été arrêté au Ghana précisément à Accra. Je préfère ne pas m’étendre sur cette affaire rocambolesque. Mon prochain livre en parle. Dans cette affaire j’ai volontairement adopté un profil bas pour ne pas confondre davantage les autorités de mon pays. Je suis énarque et pour moi, le respect des institutions de l’Etat est sacré. L’Etat et la République exigent un grand respect même, si j’ai beaucoup de raisons à la fois objectives et subjectives de ne pas aimer ceux qui les incarnent aujourd’hui.

• Désormais libre de tout mouvement, pour quel agenda politique?

Je n’ai qu’une et une seule mission : œuvrer aux côtés du Fpi et de tous les combattants pour la justice du monde entier, qui se mobilisent pour obtenir la libération et le retour du président Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire. Le peuple l’attend. La Côte d’Ivoire et l’Afrique le réclament.

• Depuis la libération de son président du Fpi, Affi Nguessan, le FPI amorce une reconquête du terrain politique et diplomatique. Selon certaines personnes « les lignes sont en train de bouger en Côte d’Ivoire ». Qu’en pensez-vous?

C’est certain que depuis la sortie de prison du président Affi, du doyen gardien du temple du Fpi, Abou Drahamane Sangaré et des autres cadres du parti, le terrain politique est saisi d’une sorte de frémissement favorable à notre parti mais il faut reconnaitre qu’il y a longtemps que les lignes bougent en Côte d’Ivoire. Le président Miaka et son équipe ont fait un travail titanesque dans un contexte absolument hostile. Je me joins à toutes les autres voix pour leur dire merci. Il y a aussi cette formidable mobilisation autour du président Laurent Gbagbo et de la Côte d’Ivoire qui a fait bouger les lignes.

Il faut saluer tous les acteurs de cette mobilisation. Mais il reste évident que le président Affi et les autres cadres du parti qui sont libérés viennent apporter leur pierre à l’édifice qui a été maintenue contre vents et marées. Très peu de partis au monde auraient pu résister à la bourrasque animée par une coalition mondiale qui a secoué notre parti. Mais « nous sommes infrangibles » comme l’a dit récemment le Camarade Laurent Akoun. C’est l’âme que les pères fondateurs de notre parti lui ont insufflée.

• Un tandem Affi et Katinan pour des actions politiques d’envergure sur le terrain est-il envisageable?

Il n’y a pas de tandem Affi-Katinan. Il y a un chef de parti et un cadre de parti qui travaillent tous deux dans le cadre du parti. Ma mission du porte-parole ne peut s’exercer en dehors du parti. Je suis membre du Secrétariat général du Fpi et conseiller du président Affi Nguessan. J’ai une mission ponctuelle qui m’a été confiée par le président Laurent Gbagbo. Je l’exerce sous l’impulsion du parti. Il n’y a donc pas de tandem mais une unité d’action dans un objectif commun : obtenir la libération sans condition du président Laurent Gbagbo.

• Quels sont selon vous les conditions d’un retour à la normalité politique en Côte d’Ivoire au moment où on parle de réconciliation, et au moment où, le régime a libéré certains de ses prisonniers politiques?

La première c’est la libération du Président Laurent Gbagbo et son retour dans son pays; la deuxième est la libération du Président Laurent Gbagbo et son retour dans son pays; la troisième est la libération du président Laurent Gbagbo et son retour dans son pays; l’avant dernière condition est la libération du président Laurent Gbagbo et son retour dans son pays; la dernière condition est la libération du président Laurent Gbagbo et son retour dans son pays.
Son peuple l’attend.

• L’actualité politique est aussi le vote au parlement des lois controversées sur la nationalité et le foncier rural. En quoi ces lois votées sont-elles confligènes?

Le Chef de l’Etat ivoirien a dit que ces questions étaient tellement importantes qu’elles ont justifié à elles seules la rébellion et toute la désolation qu’elle a semée dans le pays. De telles questions ne peuvent se régler sans un large consensus. Or l’on agit dans ce domaine comme si l’on voulait narguer les Ivoiriens. Je me suis largement prononcé sur ces question dans mon livre « Côte d’Ivoire, l’audace de la rupture » qui est dans les rayons des librairies depuis plus un mois. Il y a des matières explosives qu’il faut savoir manipuler. Depuis 1960 et même bien avant, les Ivoiriens sont restés constants sur la question de la nationalité. On ne peut venir les contraindre à la baïonnette et leur faire accepter l’inacceptable.

Ces questions méritent un débat national. Le gouvernement ivoirien donne l’impression d’avoir un agenda caché aux Ivoiriens. La précipitation avec laquelle il opère sur ces matières est très suspecte. Il expose le pays à des risques graves pour des questions électorales. Je suis prêt à m’associer un front de refus de ces lois. Si nous restons inactifs devant cette opération de prédation de notre pays, nous seront autant comptables de ce qui pourrait advenir dans notre pays. Le gouvernement doit absolument ouvrir le débat. Je remarque que l’Onu s’est félicitée de l’adoption de ces lois. Vous comprenez donc l’issue de la crise postélectorale. La Côte d’Ivoire est devenue le champ d’implémentation des formules magiques sorties des laboratoires d’une gouvernance mondiale pilotée par l’Onu pour le bonheur du capitalisme sans morale. La loi sur la nationalité telle que votée va envenimer les conflits fonciers parce que la loi 98-750 du 23 décembre 1998 relative au foncier rural établit un lien solide entre la nationalité et le foncier. La nouvelle loi sur la nationalité prépare des lendemains sombres pour le pays. Il est indispensable que le peuple soit associé directement à la réflexion sur ces matières.

• Selon des rumeurs, Bédié proposerait à Ouattara, son allié un poste de vice-présidence à la tête de l’Etat ce, en violation de la Constitution. Doit-on regarder les bras croisés l’application des textes conflictuels de Marcoussis ?

Il y a eu tellement de violations de la Constitution en Côte d’Ivoire que finalement, elles tendent à s’ériger en principe. Linas-Marcoussis est pour moi, le cimetière de l’Etat ivoirien et de la démocratie. J’ai même entendu le président Bédié revendiquer l’application des accords de Linas-Marcoussis au Pdci, Il appartient au peuple suffisamment instruit d’exiger la résurrection de l’Etat ivoirien des enfers de Linas-Marcoussis.

• En tant que Porte-parole du président Laurent Gbagbo détenu à la Haye, quels sont ses dernières nouvelles depuis qu’il a appris la décision de justice?

Le président Laurent Gbagbo est resté égal à lui-même. Altruiste accompli, il se soucie du sort des autres même quand le sien est plus grave. La libération de chaque prisonnier politique lui apporte un soulagement. Il me charge d’ailleurs de transmettre toutes ses félicitations à tous les prisonniers qui ont recouvré la liberté. Il continue de prier pour les autres en espérant qu’ils recouvreront eux-aussi, leur liberté très prochainement.

• A quel niveau se situe le combat pour sa libération des geôles de la CPI?

Ce combat est celui de chacun de nous. L’on veut écarter le président Laurent Gbagbo de la vie politique en Côte d’Ivoire. Mais à la pratique, les promoteurs de cette idée se rendent compte qu’elle ne peut prospérer, parce que le peuple le veut ainsi. Depuis le début le schéma est resté identique. L’instrumentalisation de la politique pour éliminer un adversaire politique. Sinon comment expliquer que celui à qui l’on attribue l’entièreté des morts dans une guerre soit celui-là même qui l’a perdue. On dit Gbagbo a perdu la guerre, mais c’est lui qui a tué tous ceux qui sont morts. Le vainqueur de la guerre n’a tué personne. Nous devons continuer de nous battre pour le retour glorieux du président Laurent Gbagbo. C’est un combat qui ne peut connaître de répit. Il n’y a pas de repos pour celui qui combat l’injustice.

• Y-a-t’il espoir de le revoir parmi les siens en Côte d’Ivoire?

Il ne s’agit pas d’un espoir, mais d’une certitude. Le retour du président Laurent Gbagbo est une exigence à la foi morale, spirituelle et politique. C’est toute la Côte d’Ivoire qui est maintenue en prison à la Haye. Et comme nul ne peut emprisonner définitivement tout un pays, le retour du président Laurent Gbagbo s’impose de lui-même, parce qu’il y a des formes d’injustice qui ne se rattrapent jamais et qui tuent définitivement tout le corps social.

C’est La libération du président Laurent Gbagbo et son implication dans le débat politique qui marqueront le début de la réconciliation en Côte d’Ivoire. Pour reprendre les paroles du sage du Fpi, le président Sangaré, Gbagbo n’est pas une partie du problème de la Côte d’Ivoire. C’est tout le problème de la Côte d’Ivoire. C’est donc avec lui et non en dehors de lui que l’on résoudra le problème de la Côte d’Ivoire. La fuite en avant a atteint le terminus.


Réalisé par Francesca Adeva
(Francescaudreyyahoo.fr)
(In « Le Temps » du 11 septembre 2013)


Samedi 14 Septembre 2013
Vu (s) 663 fois



1.Posté par seducteur le 14/09/2013 08:23 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
kone katina le bete
cest le peuple de cote d''ivoire qui demande la cpi de juger laurent gbagbo et l''en fermer aux noms du peuples ivoirien.
et lancer un mandat contre affi qui a refuser les resultat des urnes pour cela il a eu 3000 morts

2.Posté par Douba le 16/09/2013 10:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vs êtes vraiment le dernier des ignorants de la planète. Mr le seducteur vs n'avez encore rien compris. Je vs demande de consulter vos statistiques et arreter de distraire les internautes epris de bonne moralité.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !