Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Instabilité / après Agboville: Des assaillants frappent à Yopougon et à Adzopé

le Samedi 22 Décembre 2012 à 07:26 | Lu 1123 fois

« La maison tremblait et j'ai eu l'impression qu'elle allait s'effondrer », a commenté un habitant du quartier Toits-Rouges dans la commune de Yopougon, hier vendredi autour de 11h.



Il nous contait les moments de frayeur qu'il a vécus dans la nuit du jeudi 20 au vendredi 21 décembre 2012, entre 3h30 et 5h du matin.

Selon des témoignages recueillis sur place, les assaillants, en tenue civile, sont arrivés à pied, à proximité de l'escadron de gendarmerie par un couloir mal éclairé et auraient ouvert le feu à l'aide de pistolets automatiques, sur les gendarmes. Il s'en est suivi des échanges de tirs. Mais les assaillants auraient pris le dessus grâce à des obus qu'ils lançaient dans la caserne. Ils se sont introduits dans la caserne qu'ils ont saccagée, avant de fondre dans la nature.

Pendant près de deux heures, l'escadron de gendarmerie de Yopougon a essuyé des tirs nourris. Le calme est revenu dans le quartier vers 5h05 du matin et des ratissages étaient en cours quand nous arrivions dans le quartier. Des renforts sont arrivés, selon des témoignages, de la base navale de Locodjro, de la Brigade anti-émeute (BAE) et du camp militaire situé sur la place de la liberté du Nouveau quartier, vers 6h du matin. Des éléments des FRCI basés au quartier Kowéit, arrivés aussi en appui, ont affirmé avoir interpellé deux suspects et annoncé la mort d'un civil dans les affrontements. Ce civil, Koné Djiguiba, était en garde à vue à la gendarmerie en question, quand elle a été attaquée.

Pris de panique, il aurait tenté de s'échapper et aurait reçu une balle à la tête. D'autres témoins nous ont fait savoir qu'il y aurait eu au moins un gendarme blessé dans ces affrontements. Mais à en croire l'Agence ivoirienne de presse (AIP), qui a cité une source militaire, deux (2) militaires auraient perdu la vie cette nuit-là. « C'est comme si ont pilait du foutou derrière ma maison », a déclaré un témoin à la presse, assurant que les assaillants s'exprimaient dans « un français approximatif ».

En sus, une source auprès de l'armée que nous avons rencontrée sur le théâtre des opérations, s'est convaincue que cette attaque n'aurait pas pu se mener sans une complicité au sein de l'escadron de gendarmerie de Yopougon, car, à l'entendre, « cela a été trop facile ». Il a toutefois nié le fait qu'il y ait eu des morts parmi les gendarmes au cours de ces violents affrontements.

Une autre source, à contrario, a annoncé qu'au moins quatre (4) morts et de nombreux blessés par balle auraient été conduits au Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Yopougon, indiquant qu'avant leur fuite, les assaillants ont saccagé la brigade de gendarmerie et incendié une dizaine de véhicules. Une partie du mur entourant la caserne de Yopougon a même été percée par un obus. L'ambiance était tendue dans la caserne et aux alentours.

Quand nous quittions les lieux, des gendarmes et autres éléments des FRCI, armes au poing, sillonnaient le quartier pour sécuriser le périmètre. Par ailleurs, une autre attaque contre les positions des FRCI à un corridor de la localité d'Agbaou, dans le département d'Adzopé, aurait causé la mort d'un soldat de l'armée ivoirienne et fait des blessés. La centrale thermique d'Azito, toujours à Yopougon, aurait été, elle aussi, la cible d'individus armés non identifiés, cette même nuit.

Le ministre auprès du président de la République en charge de la Défense, Paul Koffi Koffi, le Commandant supérieur de la gendarmerie, le Général de division Gervais Kouassi Kouakou, le Commissaire du gouvernement, Ange Bernard Kessi Kouamé et d'autres autorités militaires, se sont rendus sur les lieux pour constater les dégâts.


Hervé KPODION
L'Inter

Samedi 22 Décembre 2012
Vu (s) 1123 fois



1.Posté par doriane le 22/12/2012 09:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Arrêtez vos simulacres d'attaque. le mossi dents taillées naba kougri joue à se faire peur. Il finira par se brûler les ailes avec ce feu d'artifice qu'il allume partout comme Icare: Et ce sera tant mieux pour nous et tant pis pour ses couilles de maçon pédé cramées!
Signé: doriane, la vraie

2.Posté par Mister BIG le 22/12/2012 09:27 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci à toi Doriane la vraie. Ils n'ont encore rien vu. Cela ne fait que commencer. Salut à tous !

3.Posté par Srika Blah le 22/12/2012 20:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'essentiel, Koudou Gbagbo est toujours á son nouveau poste.

4.Posté par gbagbo boda le 22/12/2012 20:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
malgré tous ces attaques terroristes gbagbo est toujours a la haye et Ado toujours aux affaires,vous finirez par vous taire; dorianne la pute ta mère con

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !