Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Insécurité galopante: Une menace de déstabilisation plane

le Mercredi 27 Novembre 2013 à 04:46 | Lu 2487 fois

L'insécurité a atteint un niveau inquiétant en Côte d'Ivoire. Un journaliste tué, dont le corps a été retrouvé le lundi 04 novembre dans la lagune, du côté de Marcory-Anoumabo, un autre assassiné à son domicile dans la nuit du 14 au 15 novembre par des individus armés, un autre encore enlevé par des bandits le 19 novembre avant d'être relâché le même jour, et le dernier, agressé à son domicile.



A côté de ces faits qui s'enchaînent et qui inquiètent, il faut noter cette attaque qui a coûté la vie à deux éléments des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) à Cocody, dans la nuit du mercredi 13 au jeudi 14 novembre dernier. Ces tueurs auraient laissé une note au domicile où ils ont commis leur forfait, indiquant la mention ''on est ensemble jusqu'au 31 décembre''.

Dans la même nuit, une autre attaque plus meurtrière menée contre des éléments du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO), aurait fait 8 morts dans les rangs des forces ivoiriennes. Le vendredi 22 novembre dernier, c'est un machiniste de la Sotra qui était tailladé à la machette à Abobo, sans compter les nombreuses agressions à mains armées et autres braquages parfois meurtriers dont la presse n'est pas souvent informée.

Il faut aussi rappeler d'autres attaques perpétrées par un commando invisible à l'intérieur du pays, notamment à Agboville qui bat le record de ces attaques, ainsi que les phénomènes de coupeurs de route et autres bandes armées qui sévissent à Yamoussoukro et dans le nord du pays. Ça fait trop! Tout semble, en effet, dire que des individus armés circulent librement et mènent des attaques contre des cibles identifiées au préalable. L'affaire est prise avec beaucoup de sérieux au niveau du pouvoir, car des ministres et des personnalités de premier plan, selon nos sources, seraient visés.

A la faveur de la visite d’État du président de la République dans le Gbêkê, des dispositions sécuritaires corsées, matérialisées par un déploiement massif de corps habillés dans le nord, ont été prises pour parer à toute éventualité. Preuve que la menace est bien réelle. Les grandes oreilles et la grande muette multiplient en effet les efforts pour mettre la main sur ces déstabilisateurs tapis dans l'ombre. A en croire une source militaire qui s'est confiée à nous récemment, il y aurait un profond malaise entre des éléments FRCI et leurs supplétifs qui ont mouillé le maillot pendant la crise post-électorale, et qui estiment avoir été mal récompensés.

Ceux-ci ont décidé d'en découdre avec leurs aînés. Des gendarmes auraient été mis en mission à divers endroits du pays pour éviter d'éventuels affrontements entre FRCI et leurs supplétifs. D'autres soupçons sont portés contre des éléments d’Ibrahim Coulibaly alias IB, qui ont disparu dans la nature après la mort brutale du chef du commando invisible. Ils ne se sont pas ralliés, se considérant comme des cibles des nouveaux dirigeants. Ils ne seraient, non plus, dans l'adversité contre le régime en place, mais sont perçus comme une réelle menace.

Cette source explique que l'une des missions de l'opération '' Téré '' consiste à traquer tous ces pro-IB et toutes autres bandes armées cachées dans les massifs forestiers, notamment entre Agboville, Adzopé et Sikensi. Des militaires pro-Gbagbo exilés sont également dans le viseur. L'ultimatum lancé par le président de la République, Alassane Ouattara viserait à faire sortir ces militaires de leur cachette ; à défaut, à lancer une traque sans merci à leur encontre. «Ceux qui ne viendront pas seront considérés comme des ennemis et traités comme tels. Nous savons que certains vont choisir de se cacher ou tomber en brousse, mais nous savons où ils sont et nous irons les chercher», nous a indiqué un officier, sûr de son fait.

Trop d'armes circulent encore

Cette insécurité chronique dans laquelle la Côte d'Ivoire se trouve plongée depuis qu'elle sort progressivement de la crise, est due au fait que durant les batailles pour le contrôle du pouvoir d'Abidjan, beaucoup d'armes ont été distribuées. Selon un rapport d'Amnesty International, deux ans après sa prise du pouvoir, Laurent Gbagbo a été secoué par une attaque qui s'est transformée en rébellion armée. Cela a ouvert «un programme frénétique d'acquisition d'armes».

Selon ce même rapport, l’Angola, la Chine, la Biélorussie, la Bulgarie, l’Ukraine et Israël ont tous vendu des armes au gouvernement ivoirien entre 2002 et 2003. «L’embargo des Nations Unies sur les armes de 2004 n’a pas suffi à interrompre l’afflux d’armes dans le pays. Des armes ont continué à être fournies aux forces pro-Gbagbo pendant la crise post-électorale de 2011. Cela prouve que même un embargo des Nations Unies est insuffisant pour arrêter le commerce illégal d’armes », indique Salvatore Sagues, chercheur d’Amnesty International spécialisé dans l’Afrique de l’Ouest. Il ajoute que les armes acquises par la rébellion des Forces Nouvelles, qui ont contrôlé le nord du pays de 2002 à 2009, sont encore plus difficilement traçables, car la plupart ne sont pas enregistrées. Selon lui, «les Forces Nouvelles ont eu recours à des fusils d’assaut chinois, polonais et russes».

Des armes qui sont encore dans la nature et aux mains de personnes dont on ne maîtrise pas toujours l'état d'esprit ou le projet qu'elles nourrissent. «La détention de ces armes est illégale, mais elles sont faciles à démonter, cacher et transporter», reconnaît le Contrôleur général Désiré Adjoussou, président de la Commission nationale de lutte contre la circulation illicite des armes légères et de petit calibre (Com-Nat). Dans un rapport de cette structure, il est noté que «le trafic d’armes et de munitions est extrêmement répandu dans les villes et les villages [...], parfois avec la complicité de membres des forces de sécurité.

Lors de la crise post-électorale, tout le monde cherchait à se protéger et tout le monde était donc armé. Les armes sont maintenant facilement disponibles et il est aisé de s’en procurer ». Il y a aussi que pendant la crise post-électorale, des commissariats de police, des camps militaires et des brigades de gendarmerie ont été attaqués et des armes ont été emportées. Un véritable cocktail explosif que le gouvernement doit désamorcer.

Hamadou ZIAO
Source : L'Inter

Mercredi 27 Novembre 2013
Vu (s) 2487 fois



1.Posté par RENNAISSANCE le 27/11/2013 09:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vous n'aviez dit que l'indice de sécurité est de 1. Alors pourquoi tant d'alarme.
Rien que des mensonges et du folklore organisé.
personne n'est en sécurité dans ce pays.!!!

2.Posté par ADEDE le 27/11/2013 19:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Hamadou ZIAO, journaliste à Inter d'Abidjan, pourquoi êtes vous si méchant. Informer ne signifie pas travestir les faits. A t on besoin d'aller consulter le rapport d'Amnesty International pour savoir ceux qui ont acheminé les armes. Peux-tu me répondre sur les questions qui suivent : Qui a convoyé les rebelles du nord jusque dans les quartiers d'Anyama et Abobo? Qui a largué nourriture, armes et munitions pour les rebelles?
Dites moi où le camp rebelle a acheté ses armes depuis 2002. Amnesty International n'en parle pas est ce pas? Comme ce sont vos employeurs (français) qui les arment cela est normal. Ayez le courage de retracer ce qui s'est passé. Plus vous vous obstinerez à voiler la vérité plus elle sera évidente. Vous avez semé le vent attendez vous à récolter la tempête.
Je dis que vous racontez votre petite vie dans vos écrits et épargnez mon peuple de vos mensonges car personne n'est dupe. Bande de chasseurs de primes. C'est de l'inconscience de faire l'apologie de la médiocrité au risque de se fourvoyer.

3.Posté par Risto le 27/11/2013 21:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi vous publiez à chaque fois les écrits de ce rebelle ya t'il pas plus de vérités et de réalités à lire aidez nous à vivre on n'est fatigué de ces menteurs .
l'histoire même si c'est les menteurs qui l'écrivent leurs écrits laissent toujours des failles qui sont utilisés pour valider la vérité.
Que Dieu nous aides

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !