Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Insécurité: décembre ! Le mois de tous les dangers. Les voleurs sont à l’affût.

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Lundi 29 Décembre 2014 à 17:54 | Lu 311 fois

Comme d’habitude, l’insécurité va monter d’un cran dans ce mois de décembre que la plupart des Ivoiriens considèrent comme le « mois de tous les dangers ». Les braquages d’établissements financiers ou de commerces seront récurrents, les agressions également, sans compter les vols à la tire, un pratique qui fera certainement plus de victimes.



Le vol à la tire a pignon sur rue dans la capitale économique ivoirienne. On pourrait même dire pour ironiser que les voleurs sont à chaque coin de rue. Voici comment ils opèrent.

Des hommes et des femmes…insoupçonnables

Ces indélicats personnages apparaissent sous tous les profils. Ce n’est plus ces infâmes personnes aux mines patibulaires, inspirant à première vue la crainte, des années 80 et 90. On a désormais affaire à des professionnels, toujours bien habillés. Se faisant passer pour des honnêtes citoyens. On pourrait leur donner le bon Dieu sans confession. Ces hommes et ces femmes de tout âge font preuve d’une grande dextérité pour ne pas éveiller les soupçons des victimes.

Leur technique est toute simple. Les voleurs à la tire opèrent généralement à plusieurs. Ils imaginent toutes sortes de scénarios pour dépouiller les pauvres gens de leurs biens. A cet effet, les voleurs travaillent en équipe : l’un fait diversion, l’autre vous dérobe et encore un autre s’éclipse avec le butin. Ces pickpockets recherchent les occasions où le vol est plus facile à opérer : les lieux où ils ont facilement accès, où de nombreuses cibles potentielles sont présentes et où ils peuvent aisément se fondre dans la masse. Leurs terrains de chasse sont Adjamé, les marchés aux puces de Belleville et Kouté

Adjamé, l’épicentre du phénomène

Les marchés, les rues commerçantes sont les lieux de prédilection de ces bandits. Ils ne se font pas remarquer mais surveillent tout autour d’eux pour frapper. Sur le boulevard très animé de Nangui Abrogoua reliant la grande mosquée au grand marché d’Adjamé, grouillent des pickpockets qui rivalisent de talents. A cet endroit, la moindre inattention peut être fatale.

« Des personnes se font dévaliser chaque jour ici », nous a-t-on confié. Et souvent sous le regard médusé des commerçants, contraints au silence par peur d’éventuelles représailles. Idem pour le lieu appelé communément ‘’Liberté’’ et le boulevard jouxtant la grande gare routière. Dans ces coins, les malfrats font de bonnes affaires, tant la circulation est dense.

Ils sévissent dans les transports en communs…

Les larcins dans les bus sont monnaie courante depuis des lustres. Les lignes desservant les communes de Koumassi, Vridi, Port-Bouët et Abobo sont la cible privilégiée des voleurs. Toujours avec les mêmes procédés ; ils font la poche aux usagers. Et les plaintes sont récurrentes à la Société des transports abidjanais (SOTRA). A tel point que certains machinistes ne manquent pas de faire des recommandations aux passagers en ces termes « sécurisez vos portables et vos porte-monnaie. Les voleurs sont là ». Se sachant démasqués les indélicats n’ont d’autres choix que de descendre à la prochaine station de bus.
Les plus téméraires opèrent seuls, à bord des ‘’Gbaka’’, les minicars de transport. Mais là, la technique est tout autre. Le voleur fait diversion avec des pièces de monnaie qu’il laisse tomber et lorsque son voisin de siège « en bon Samaritain », se plie en quatre pour les ramasser afin de les lui rendre, il se fait dépouiller purement et simplement.

Ces solitaires écument également les cars de voyage effectuant les longs trajets dans lesquels ils sèment la désolation. Mais la pratique qui fait rage en ce moment, c’est « le coup de la portière ». Des infâmes personnages circulant à bord de certains taxi-compteurs détroussent les gens qu’ils embarquent de leurs biens. Ils comptent généralement dans leur équipage, une femme aux allures d’honnête mère de famille. Les véhicules utilisés pour commettre leurs forfaits et très souvent dépourvus de compteurs.
Même les lieux de culte ne sont pas épargnés…

« Ils n’ont même pas peur de Dieu, il viennent voler dans les églises aussi. Ils sont vraiment terribles ces gens-là ». Telles sont les complaintes d’une dame qui s’est fait détrousser au cours d’un culte. Ces suppôts de Lucifer ne rechignent sur aucune occasion pour commettre un forfait. Ils sont de plus en plus attirés par les lieux de cultes et les grands rassemblements religieux ou festifs. Certains indélicats se payent même le luxe d’effectuer le déplacement à l’intérieur du pays lors des visites présidentielles pour accomplir leur sale besogne.

F.B

Afrik53.com : Infos 7J/7
Lundi 29 Décembre 2014
Vu (s) 311 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !