Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Incongruités et Ridicules à la CPI : la bombe d’Ocampo n’est qu’un pétard mouillé !

le Jeudi 31 Mai 2012 à 00:05 | Lu 1487 fois



Incongruités et Ridicules à la CPI : la bombe d’Ocampo n’est qu’un pétard mouillé !
La Révolution Permanente a lu comme vous, l’acte dit d’accusation de GBAGBO Laurent brandi à la face du monde entier par le Procureur Ocampo. Nous en retenons deux messages, trois analyses stratégiques, une seule conclusion que voici.

Le Premier message passé par Louis Ocampo

Son document a été écrit de toute évidence par un collectif de militants du RDR. Il l’a tout juste récupéré et apposé l’entête de la CPI (Cour Pénale Internationale). Combien de millions de dollars a-t-il encaissé pour y apposer sa signature, seule des enquêtes sérieuses nous le dirons un jour. Mais de toute évidence, Ocampo nous fait l’amitié de nous passer un message : il n’a aucune charge contre le Président GBAGBO mais des clichés de mensonge et de rumeurs propagés par le RDR d’Alassane Ouattara.

Ce n’est donc qu’un gros tas de mensonges, des faits inventés de toute pièce, des crimes fabriqués dans l’esprit tordu de ceux qui ont pondu ce document, qu’il est venu brandir en soutien à ces 20 années de calomnie et mensonge imposées aux Ivoiriens par Alassane Ouattara et les médias au service de la France.

Le deuxième message passé par Ocampo est on ne peut plus clair.

En quête de faits sensationnels, il ne s’est pas privé de faire des petites recherches sur Internet et de descendre dans les archives de la CPI pour ressortir les témoignages des victimes des crimes du génocide franco-onusien exécuté au Rwanda par les milices Hutu contre les Tutsi. Les faits décrits, les témoignages rapportés, les soi-disant victimes, sont une copie ridicule des procès verbaux d’auditions classifiées pour le Rwanda. Dès lors, le message que passe Ocampo au reste du monde est le suivant : il n’est pas un homme sérieux et il n’a fait que du faux grossier.


Notre analyse stratégique.

Il nous a fallu du courage et des poses de relaxation pour lire jusqu’au bout, ce document de la honte servi par Ocampo aux juges de la CPI.

Notre première impression à la lecture de l’introduction de ce document est qu’aucun juge sérieux ne peut le lire deux fois. Mais le travail d’Ocampo est l’acte préparatoire pour parachever une entreprise de diabolisation, de liquidation physique et de mépris fasciste, vieille de plus de 10 ans, conduite en Côte d’Ivoire par la France, le Bloc impérialiste et les renégats appartenant au cercle d’ami d’Alassane Ouattara. Les juges de la CPI sont dans le rôle de Ponce Pilate, Laurent GBAGBO, dans le rôle de Jésus Christ, Louis Ocampo symbolise les Israélites et Ouattara est le Barabbas d’Abidjan. Que les accusations soient farfelues ou saugrenues, comme elles le sont si bien, le sort du Président GBAGBO sera scellé, s’il se comporte comme le Christ. Au lieu de se contenter de bonnes tournures de phrases, de faire acte de soumission messianique comme si sa liquidation physique apporterait quelque chose à l’Afrique, eh bien, qu’il se batte en lançant la contre-offensive à la fois contre Ocampo mais surtout contre Alassane Ouattara et sa bande de malfaiteurs. Dans tous les cas, il demeure le Président en exercice de la Côte d’Ivoire et sa déportation n’y change rien.

C’est pourquoi notre seconde réaction est qu’il faut préparer une plainte pour faux en écriture publique et falsification de faits et témoignages contre le très sulfureux Ocampo. Les Juristes nous ont dit que lorsqu’un individu te dénonce en Justice, tu peux l’attaquer « reconventionnellement ». L’incongruité manifeste qui caractérise l’acte d’accusation d’Ocampo doit donc être dénoncée par voie de plainte judiciaire déposée en Argentine contre ce fonctionnaire onusien corrompu d’origine argentine. Nous recommandons le Mexique car la CPI ne fait pas partie des Juridictions que nous reconnaissons dans le monde. Elle est tout sauf une cour de Justice.

Notre troisième avis qui prend la forme d’une recommandation est qu’il faut commencer dès aujourd’hui à organiser des conférences d’explication sur les graves incongruités et le caractère très peu sérieux de l’acte d’accusation d’Ocampo. Cela veut dire qu’il ne faut pas se contenter de dire que c’est faux, ce n’est pas sérieux, c’est un mensonge grotesque et stupide. Non. Il faut communiquer très abondamment sur ce document faux et réclamer des poursuites judicaires contre ce fonctionnaire corrompu en exigeant que son immunité diplomatique ou son inamovibilité en tant que Magistrat soient levées.

Cela implique aussi qu’il y ait appel national à témoin et que les gens du Nord qui ont encore le sens de l’honneur, témoignent pour dénoncer publiquement les mensonges colportés par Ocampo pour les exposer à la révolte des autres, car ce Ocampo, après touché ses nombreux pots de vin, ne remettra plus les pieds en Côte d’Ivoire pendant que les fils du Nord eux, seront obligés d’y rester encore au milieu des autres.

Mais il ne faut pas s’arrêter à ces trois impressions et avis. Il faut faire mieux. Outre l’exception d’incompétence soulevée par les Avocats du Président GBAGBO, il faut déclencher la contestation citoyenne contre tous ces serviteurs du mensonge qui pour des intérêts matériels personnels, sont en train de compromettre à jamais l’Unité Nationale en Côte d’Ivoire.

Ce sera alors le lieu d’exiger que soient punis, les vrais criminels laissés de côtés pour juger les innocents, exactement comme les Israélites l’ont fait avec Barabbas, en faisant condamner un innocent à sa place.

Comme cela se voit, la bombe soi-disant d’Ocampo contre le Président GBAGBO est un pétard mouillé. Mas il faut le mouiller davantage en y déversant l’eau bénite de la Vérité. Et cela passe par une dénonciation internationale de ce document ridicule, mais aussi et surtout par un vaste mouvement citoyen qui reste au final, le seul gage pour un retour à l’Etat de droit et à la Nation ivoirienne.


A Très bientôt.

Hassane Magued

Jeudi 31 Mai 2012
Vu (s) 1487 fois



1.Posté par Nichiren le 31/05/2012 00:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La célérité dans la réaction ne me surprend guère, brave Guerrier. Même kouam, un ADOrateur, a reconnu que tu as du talent !.

2.Posté par slaye le 31/05/2012 07:03 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
lè gen jou avc kelke choz de trè dangereu kon apel "tassouman"(feu)é ceci è le"tassouman"d1 bomb a retadmen. la condamnation de GBAGBO ne fera k'actiser ce feu. l'histoir ns di kil n'y a pa d'arme violente ke la colèr du peupl!dc wait and see!

3.Posté par COMBATTANT JUSQUAUBOUT le 31/05/2012 11:06 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous avons tire beaucoup de lecons, de toute cette mascarade franco-onusienne, mais... Wait and see!

4.Posté par L''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''initier le 31/05/2012 11:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis entièrement d'accord avec Hassane. il faut que les juristes panafricain présent sur tous les continents fassent des conférences et démontre par la même occasion le mensonges d'OCAMPO et sa cliques de malfaiteurs. Cela doit se faire en FRANCE, dans toutes l'Europe, au USA, en ASIE, en Amérique du Sud, au CANADA et j'en passe. Tous les universitaires Africains, Européens, Américains,et autres doivent se mobiliser et porté la réplique à OCAMPO avant la date du Procès. Sur les Twitter, FaceBook et autres réseaux sociaux doivent en faire au tant. Moi de mon côté je commencerai déjà avec TWITTER et FACEBOOK.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !