Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

HRW invite la CPI à examiner les « crimes » des pro-Ouattara en Côte d’Ivoire

le Samedi 21 Juillet 2012 à 10:08 | Lu 1084 fois

L’Organisation internationale des droits de l’homme, Human rights watch, appelle la Cour pénale internationale (CPI) qui s’apprête à juger le président ivoirien déchu Laurent Gbagbo, à examiner les "crimes" des partisans de son rival Alassane Ouattara dans le conflit post-électoral de 2010 en Côte d’Ivoire afin d’"asseoir sa légitimité" dans le pays.



HRW invite la CPI à examiner les « crimes » des pro-Ouattara en Côte d’Ivoire
"La CPI ne peut pas différer plus longtemps l’examen des atrocités perpétrées par l’autre camp", interpelle, en référence aux partisans de M. Ouattara, Human rights watch qui regrette que la Cour n’ait émis de mandats d’arrêt que "contre un seul des deux camps du récent conflit ivoirien".

Au lendemain du second tour de l’élection présidentielle de novembre 2010, la Côte d’Ivoire a connu plus de six mois de violences qui ont fait au moins 3 000 morts.

"Alors que les forces fidèles à Laurent Gbagbo ont commis la plupart des crimes pendant les premiers mois de la crise post-électorale, les forces pro-Ouattara ont commis des crimes graves après le lancement de leur offensive militaire visant à écarter Gbagbo du pouvoir", affirme Human rights watch dans un communiqué dont Xinhua a reçu copie vendredi.

"Les forces armées des deux camps ont été impliquées dans des crimes de guerre et probablement dans des crimes contre l’humanité", assure le communiqué signé par Matt Wells, chercheur sur la Côte d’Ivoire.

Selon Matt Wells, ces "crimes" ont été documentés par la Commission d’enquête internationale mandatée par les Nations unies, l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci), Human rights watch, Amnesty international et la Fédération internationale des droits de l’homme.

A ce jour, 15 mois après l’arrestation de Gbagbo par les forces pro-Ouattara, la justice ivoirienne a engagé des poursuites contre plus d’une centaine de personnes civiles et militaires appartenant toutes au camp Gbagbo.

Human rights watch dénonce "la nature unilatérale des poursuites judiciaires" et estime que la CPI doit "examiner, de manière visible, toutes les allégations de crimes, indépendamment des appartenances politiques".

"En Côte d’Ivoire, la Cour doit confirmer clairement qu’aucune personne ayant commis des atrocités ne se trouve au-dessus des lois, quel que soit son rang militaire ou son appartenance politique", ajoute l’organisation qui croit savoir que "la légitimité de la Cour est en jeu" dans le pays.

"Tout retard en la matière ne fait que renforcer la position de ceux qui cherchent à utiliser la CPI à des fins politiques", indique l’organisation de défense des droits de l’homme qui ajoute encore que la situation a renforcé "le sentiment d’une justice des vainqueurs".

"La CPI n’a pas pour vocation de se faire discrète face au gouvernement en place, son rôle est de mettre en examen, de manière individuelle et impartiale, les auteurs de crimes relevant de sa compétence, sur la base de preuves concernant des responsables de haut rang", insiste Human rights watch.

Pour Human rights watch, le sentiment que la CPI agit comme un instrument au service de ceux qui détiennent le pouvoir pourrait alimenter davantage les tensions politico-ethniques.

"Aussi longtemps que la justice restera unilatérale, les plaies communautaires profondes dans le pays seront ravivées", prévient l’organisation internationale.

Samedi 21 Juillet 2012
Vu (s) 1084 fois



1.Posté par Dydy Kinuwani Célèbre Diamantaire le 21/07/2012 12:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Twitter
sa ira tôt ou tard la vérité finira par retentir comme si c'était la cloche de l''église.que dieu bénisse la ci

2.Posté par Kouadio KOUKOUGNON le 22/07/2012 19:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je vous fait une confidence:
Pourquoi la CPI tourne autour des criminels RDR sans décider à les toucher?
La raison vient premièrement de la partialité qu'a affiché l'ONU( qui est son organe mobile) envers Ouatara,
Deuxièmement ,et c'est le plus important, c'est la bataille effectuée à Abidjan. Devant la RTI à Cocody car là, j'ai vu de mes propres yeux des cadavres de blancs gisants par terre; aux environs de la RTI. beaucoup de Français et des soldats de l'ONUCI.
Puis vient l’hélicoptère abattu par les commandos marins de LOcodjro,, lorsque ceux-ci ont subi leur 1er missile de la part des Français.
Human Rights Watch et et l'ONU, et la France avec leur bras Dramane ont choisi de parler de crimes graves la mort de ceux que je viens de citer, rien de plus.
Je me résume, ils parlent de crimes graves commis par les FDS à cause de la mort des agents de l'onuci et des français parmi les combattants tombés en face, c'est tout.
Ils ont alors demandé à Alassane d'actionner le spectre de crimes graves à l'encontre de Gbagbo.Et ils le soutiendraient par des montages et leurs médias.De toutes les façons, ça arrange l'un et l'autre.
Sinon, comment comprendre, qu'on puisse négliger les crimes graves, et très graves qu'ont commis les Ouatara, lorsqu'ils ont égorger les villageois d'Anokoua-Kouté? pour ne parler que de ceux-là?
L'affaire c'est que des blancs(légionnaires)ont été tués aussi;voilà pourquoi.

3.Posté par Hermann N'da le 22/07/2012 20:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ils peuvent continuer de faire un traitement sélectif et discriminatoire de la situation en Côte d'Ivoire. Nous, on n'est plus à ce stade. Dans quelques jours, nous allons leur montrer que le vrai peuple de Côte d'Ivoire est indomptable. Ils ont cherché, ils ont trouvé.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !