Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

«Groupe d’experts» sur la Côte d’Ivoire: les leçons d’un étrange rapport

le Mercredi 1 Mai 2013 à 07:38 | Lu 1035 fois



«Groupe d’experts» sur la Côte d’Ivoire: les leçons d’un étrange rapport
Les bureaucrates onusiens chargés de « surveiller » l’embargo sur les armes visant la Côte d’Ivoire nous ont habitué à des rapports profondément « politiques ». Si depuis la fin de la crise post-électorale, ils servent surtout à criminaliser les cadres du FPI en exil, leur dernier rapport montre que Guillaume Soro et surtout les « comzones » sont désormais dans le collimateur d’un certain nombre d’intérêts haut placés.

Soro-FN

Comme le veut la « tradition », un seul aspect du dernier rapport du « groupe d’experts » onusiens chargé de surveiller l’embargo sur les armes et les diamants visant la Côte d’Ivoire et de vérifier l’application des « sanctions individuelles » a été commenté par la majorité des médias en fin de semaine dernière. Il s’agit des méfaits d’un « réseau politico-militaire » incrusté au coeur de l’Etat (en réalité les ex-comzones des « Forces nouvelles ») qui se livre à des crimes économiques très graves. Bon à savoir : les nombreux journalistes qui commentent les « copieux » textes produits par les Nations unies et les ONG internationales ne prennent souvent pas la peine de les lire en intégralité. Du coup, ils suivent « l’angle » mis en exergue par les agences de presse ou les journaux qui ont eu la « primeur » des documents en question.

L’on se souvient qu’avant même la parution du rapport à mi-mandat du « groupe d’experts » de la mi-octobre 2012, des « fuites » savamment organisées avaient déjà fait état de ce qu’il prétendait que des liens existaient entre les cadres du FPI en exil et des djihadistes maliens d’Ançar Dine. Bien entendu, dans ce texte qui avait fait grand bruit avant d’être rendu public, comme dans celui qui vient de sortir, il y a plus à lire que ce qui est fortement médiatisé. Et qui l’est parce qu’un certain nombre de groupes de pression, au siège de la Maison de Verre à New York mais aussi à Paris, ont intérêt à ce que certaines informations, vraies, fausses ou insuffisamment vérifiées, soient rendues publiques.

Derrière le mince vernis scientifique…

Avec le temps, les observateurs les plus avisés ont appris à lire et à décrypter les rapports d’un groupe d’experts auquel sont assignés des objectifs fondamentalement politiques, au-delà du mince vernis scientifique qui recouvre sa production textuelle. Ce Comité a été créé pour donner le plus de force possible à un embargo sur les armes qui, en réalité, ne devait avoir d’effet réel que sur le gouvernement Gbagbo, étant donné que les rébellions ne peuvent se fournir légalement en armes et s’appuient « naturellement » sur des Etats-parrains, qui se chargent de le leur en procurer. En l’occurrence, le Burkina Faso, fournisseur « officiel » des Forces nouvelles, n’a jamais été inquiété le moins du monde. Ce qui signifiait que l’embargo ne devait avoir aucun effet sur la rébellion d’alors.

Les sanctions individuelles, aussi, avaient été « pensées » contre Gbagbo et ses proches. Ils ont été six à être touchés, au plus haut niveau de l’Etat et de l’appareil politique anciennement au pouvoir, tandis que seul Martin Fofié Kouakou, un chef de guerre de Korhogo n’ayant de toute façon aucune intention de voyager ou de placer des avoirs à l’étranger, était épinglé du côté des rebelles ouattaristes. Les analystes ont été particulièrement édifiés lorsqu’un rapport des « experts » devant paraître en septembre 2010, affirmant que la réunification du territoire était un leurre et pointant le rôle trouble du Burkina Faso ainsi que le réarmement des FDS et des Forces nouvelles, dont certaines unités étaient « mieux équipées » que celles de l’armée régulière, a été « bloqué » pendant plus de six mois. Avant de paraître le 27 avril 2011, une fois que le « travail » contre Gbagbo était terminé.

De nombreux noms de « pro-Gbagbo jetés en pâture dans une Côte d’Ivoire où la torture est reine…

Depuis la chute du régime contre lequel l’embargo et les sanctions individuelles avaient été mis en oeuvre, le Groupe d’experts semble avoir trouvé une nouvelle « vocation » politique. « Surveiller » et « criminaliser » au maximum les cadres du FPI en exil, pour « prévenir » une éventuelle rébellion contre Ouattara. Il s’est ainsi fait une spécialité de recycler pour les accréditer des « informations » et des relevés d’écoutes téléphoniques fournis par les services d’Hamed Bakayoko, ministre de l’Intérieur d’Alassane Ouattara dont les méthodes manipulatoires sont connues de tous en Côte d’Ivoire. Une chose est sûre : en dépit de ses méthodes discutables, le Comité d’experts parvient à justifier, par ses « révélations », le refus de la mise en liberté provisoire du président Gbagbo et la batterie de sanctions onusiennes et européennes contre les cadres du FPI en exil. Dans son dernier rapport, il continue de « valider » le travail accusatoire des services de renseignements dirigés par Hamed Bakayoko.

Et à jeter en pâture les noms d’un certain nombre de responsables en exil. Il évoque, sans preuves matérielles, l’existence de cinq « factions » prétendument radicales ayant la ferme intention de renverser Ouattara par les armes et qui seraient dirigées respectivement par le colonel Alphonse Gouanou, Damana Pickass, Didier Goulia (alias « Roger Tikouaï), le commandant Jean-Noël Abéhi (aujourd’hui aux mains du régime) et Major Bamba. Les noms du porte-parole du président Gbagbo Justin Katinan Koné, de son avocate Lucie Bourthoumieux, de l’ancien ministre Touré Amara, du pasteur Moïse Koré sont jetés en pâture… comme pour accentuer la pression sur les autorités ghanéennes, à la fois caressées et considérées avec suspicion. Le jeune patriote Serge Koffi alias « Anaconda » est également cité. Il aurait été arrêté en février 2013.

Un prétendu « commandement tactique » en Côte d’Ivoire est aussi évoqué – et les noms des lieutenants Péhé « alias Emmanuel », qui serait le fils du colonel Katé Gnatoa, et Fabrice Bawa, sont cités. Blé Hervé alias « Gédéon », cité par le régime Ouattara comme le « cerveau » de l’attaque d’Akouédo, a été « tué », si l’on en croit les « informations » fournies par Hamed Bakayoko au « Groupe d’experts », qui se garde bien de citer ses sources sur un certain nombre de sujets. Le colonel Dadi, le maréchal KB, un certain « commissaire Loba » (sans autre précision) sont cités. Alors que l’ONU et les grandes organisations de défense des droits de l’Homme ont établi qu’en Côte d’Ivoire la torture régnait en maîtresse, cette légèreté dans des mises en accusation à la fois nominales et floues et cette « confiance » placée dans le dispositif répressif d’un pouvoir qui fait parler les prisonniers en les électrocutant, laissent songeur…


De graves accusations contre Guillaume Soro

En son point 26, le Groupe des experts écrit une phrase qui fait l’effet d’une bombe : « Au moment de l’attaque du camp militaire d’Akouédo, le 6 août 2012, le Groupe d’experts a reçu des informations fiables sur les contacts établis entre le commandement militaire de l’aile radicale du mouvement pro-Gbagbo au Ghana et de hauts représentants des ex-Forces nouvelles, notamment leur ancien Secrétaire général, Guillaume Soro, actuellement Président de l »Assemblée nationale, et son proche conseiller et Directeur du protocole, Kamagaté Souleymane, alias « Soul to Soul ».

Cette phrase est-elle le signal qui marque le début du « déboulonnage », ou de la tentative de « déboulonnage » de l’actuel président de l’Assemblée nationale, qui est visé de manière quasi-directe ? On attend les dénégations de Guillaume Soro. Niera-t-il tout en bloc ? « Livrera »-t-il « Soul II Soul » ? Une chose est sûre : le fait que ce rapport arrive quelques mois après des confidences de Damana Pickass selon lesquelles Soro fait une cour assidue aux pro-Gbagbo en exil la nuit, après avoir prôné le radicalisme parmi les pro-Ouattara le jour, accroîtra le malaise.

Les ex-rebelles ivoiriens ont-ils des relations avec Boko Haram ?

Les experts de l’ONU évoquent des « armes saisies à la frontière entre le Niger et le Nigeria », où le groupe terroriste Boko Haram est particulièrement actif. « Le Groupe d’experts a été informé que, le 12 mai 2012, la frontière entre le Niger et le Nigeria, les autorités nigériennes avaient saisi un lot d’armes et de munitions comprenant un lance-roquettes RPG-7, deux mitrailleuses légères, 19 fusils díassaut, un fusil à culasse mobile, un fusil de chasse de calibre 12 et 1 500 cartouches de munitions (de 7,62 x 39 mm et 7,62 x 54 mm principalement). Deux nationaux nigérians et un Ivoirien de Bouaké, qui transportaient les armes et les munitions, ont été arrêtés. Il apparaît, après analyse, que les armes et munitions saisies s’apparentent à celles qui sont le plus répandues en Côte d’Ivoire. En effet, la présence de 14 des 16 types de munitions de 7,62 x 39 mm saisis a déjà été signalée en Côte d’Ivoire. De plus, les deux fusils d’assaut AK-47 et le lance-roquettes RPG-7 avaient des caractéristiques communes avec les armes qu’utilisaient les Forces nouvelles.

Les numéros de série avaient été effacés mécaniquement, comme c’est le cas de nombreuses armes trouvées dans le nord de la Côte d’Ivoire. Pour le Groupe d’experts, cette saisie, ajoutée à celles qui ont été effectuées aux frontières entre la Côte d’Ivoire et le Mali, indique qu’il existe probablement des réseaux de trafic d’armes et de munitions en provenance de la Côte d’Ivoire. Bien qu’il s’agisse de petites quantités, c’est un fait inquiétant eu égard à la crise qui se poursuit dans le Sahel et aux répercussions qu’elle pourrait avoir dans le nord de la Côte d’Ivoire », peut-on lire dans le rapport. Autrement dit, les activités délictueuses des comzones de Guillaume Soro relèvent de ce que l’on appelle en anglais les « global concerns », qui peuvent avoir des répercussions sur d’autres pays.

A surveiller de très près, donc ! L’on remarquera également que dans ce dernier rapport, les liens entre l’ex-rébellion et Moustapha Chafi, un ressortissant mauritanien ayant l’oreille de Blaise Compaoré et accusé par la justice de son pays de liens avec Al-Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), sont mis en avant. « D’après les informations dont dispose le Groupe, au cours de la crise post-électorale, les Forces nouvelles auraient reçu des quantités importantes d’armes et de munitions en violation du régime des sanctions. L’opération aurait été le résultat des activités de courtage menées par Moustapha Chafi, ressortissant mauritanien, avec l’appui d’un ressortissant soudanais identifié par le Groupe. Le matériel aurait été transporté par avion du Soudan au Burkina Faso », est-il écrit. On remarquera par ailleurs que l’hypocrisie est à son comble dans la mesure où l’ONU a soutenu à fond les rebelles lors de la crise post-électorale…

Qui veut la peau des comzones ?

Dans son rapport, le « Groupe des Experts » demande subtilement « la peau » d’un certain nombre d’ex-Comzones. Les noms de Fofié Kouakou, de Koné Zakaria, d’Issiaka Ouattara dit « Wattao », de Hervé Ouattara dit « Vétcho » sont nommément cités comme ayant violé le droit international humanitaire. Leur « immunité » est critiquée. La « lenteur » des procédures judiciaires contre eux est dénoncée. L’emprise de leur « réseau », décrit comme une véritable mafia prédatrice qui ne cesse d’étendre ses tentacules, est présentée comme un vrai sujet de préoccupation. Alassane Ouattara est couvert d’éloges, ils sont agonis d’anathèmes.

Dans la mesure où les rapports du « Groupe des Experts » sont assez largement contrôlés par le Conseil de sécurité de l’ONU, et surtout par la « Nation tutrice » de la Côte d’Ivoire (la France), quel signal ce texte, et « l’angle » retenu par les grandes agences de presse, donnent-ils ? Les caisses de l’Etat ivoirien s’assèchent, en partie parce que les régies financières n’arrivent pas à réaliser leurs objectifs, notamment en raison des prédations du « réseau politico-militaire » qui « détourne » des centaines de milliards de FCFA.

Si l’Etat ivoirien n’arrive pas à collecter les sommes qui doivent être « recyclées » dans le cadre du Contrat désendettement développement (C2D), ce sont les entreprises françaises, qui comptent sur le Trésor public ivoirien pour réinvestir « la place », qui sont pénalisées. C’est tout le projet de « reconquête » de la Côte d’Ivoire qui est mis en danger. Le rapport des « experts » est le signe d’une volonté de mettre « de côté » un certain nombre de figures des Forces nouvelles. Dont l’utilité est devenue marginale et qui peuvent toujours se retourner contre l’homme qu’elles ont mis au pouvoir, si on leur enlève le pain de la bouche !

Théophile Kouamouo
Source : Nouveau Courrier

Mercredi 1 Mai 2013
Vu (s) 1035 fois



1.Posté par GBETIAYI GOUZOU le 01/05/2013 23:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci monsieur le journaliste. Mais j'ai toujours l'impression que nous évitons de tirer la conclusion qui s'impose. Pour moi, cette logique conduit à la vérité suivante: pour la FRANCE, sa communauté internationale et son champion OUATTARA, il n'y aura pas d'état d'âme. Si pour la réussite de leur entreprise contre la C.I., des amis, des partenaires, même ceux qui furent les plus utiles, doivent être sacrifiés, ils le seront , vu l'importance des intérêts en jeu; Des règles d'or existent:
1) pas de témoin gênants (pro GBAGBO)
2) pas de complice qui veille se retirer
3) pas de complice qui veille tirer la couverture sur lui ou dont l'impatience risque d'attirer les regards sur le groupe ( I.B.)
4) pas de complice dont les agissements retournent l'opinion contre la cause;
C'est dans ce dernier groupe que l'on puise des personnes à sacrifier pour peaufiner l'image de la cause et protéger les commanditaires.
Pour les contres vérités avancées par ces experts en manipulation, rappelons simplement que:
1) OUATTARA n'a pas gagné d'élection. Nous n'avons aucune preuve de sa victoire. On nous a peut être vaincus, mais on ne nous a pas convaincus. Trop de choses prouvent qu'il les a plutôt perdues, ces élections.
2) LES REBELLES, l'ONUCI les a transportés et nourris. L'ONUCI et LICORNE les ont armés, mis en première ligne du combat jusqu'à ce que tous soient convaincus de leur nullité avant de les remplacés et de combattre à leur place pour leur livrer le P.R. GBAGBO. Là, ils s'appelaient déjà FRCI
Les chefs militaires de ces rebelles n'ont donc pas été admis progressivement dans l'armée nationale après une victoire électorale de OUATTARA . En plus, c'est depuis 2002 qu'ils (la FRANCE, l'ONUCI et les rebelles) ont coupé le pays en deux et se livrent à ces pillages qu'on évoque aujourd'hui. Celui qui dirigeait ce pays en ce temps là a fait face, avec dignité, à toutes les charges de l'état sans se sentir obliger de sacrifier qui que ce soit. Bien au contraire, nominations,,amnisties, article 48 pour leurs chefs... Voilà ce qu'il leur a servi.
Voilà, à mon avis, monsieur le journaliste, le message et la raison de toutes ces manipulations, comme vous l'avez d'ailleurs démontré, très brillamment. C'était juste un appui d'amateur au pro que vous êtes. Merci et que DIEU soit avec nous..

2.Posté par yobo le 02/05/2013 07:15 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MERCI FRÈRE .....LE COMBAT DE LG NE RENTRE PAS DANS LEUR LIGNE DE CONDUITE . PLUSIEURS FOIS ON VOUS LES RÉPÈTE .POUR LA FRANCE ,IL FAUT UN HOMME POUR PROTÉGER LEURS INTÉRÊTS C'EST TOUT .QU' IL SOIT DE LA GAUCHE , DE LA DROITE ,EN BAS
EN HAUT ,TOUS POUR LEURS INTÉRÊTS .
DEVONS COMPTER SUR NOUS MÊMES ,SI NON CE QU' ILS FONT AVEC LEUR RAPPORT FARFELU ,JUSTE POUR NOUS DISSUADER ...QUI EST-CE QUI A MIS TOUS CES REBELLES LÀ AU POUVOIR ?????
EN TOUT CAS ILS NE POURRONT PLUS NOUS DISTRAIRE ....
signé. LA MAIN DE DIEU .

3.Posté par souscek, le 02/05/2013 16:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chers Amis,
Vous souvenez vous de MAM, michel aliot marie, "MENTEUSE APRES MENSONGES", capable de vous mentir en même temps qu'elle s'excuse du mensonge précedent ! elle avait une rétorique à chaque fois qu'elle vous avait "entubé" elle vous disait "tournons la page", c'est à dire oublions ! En fait depuis des siècles ils nous prennent pour des imbéciles, incapables de relire une page "tournée" ! Aujourdhui, les cancres qu'ils sont , sont dépassés par les NTIC, qui nous permettent d'échanger sur hier, aujourd'hui et demain ! ils sont donc pris à leurs propres pièges, car nous leur jettons à la figure des preuves irréfutables de leurs méfaits, qui, par la même occasion créent et renforce la cohésion dont nous avons besoin pour nous libérer ! Ainsi, en revisitant l'histoire, vous verrez que des "gbagbo", insoumis, dignes et fiers, l'Afrique en a toujours eu! Mais assassinés ou étouffés dans l'oeuf, nous n'avons jamais pu les défendre comme nous le faisons aujourdhui pour "GBABSON" faute de "connexion" ! Ce qui change aujourdhui, c'est que nous pouvons "contourner les MEDIA", (Mensonges Elaborés pour Déguiser l'Information & l'Actualité), nous vivons et échangeons en temps et en heure sur eux, leurs actes et même sur ce qu'ils veulent cacher ! Nous partageons nos analyses et nous allons vers un concensus né d'échanges fructueux ! De ces faits, notre vision devient collective et nous permet de tous nous exprimer, au nom de chacun, et croyez moi, ils en ont peur car ils n'ont pas cette variable dans leur logiciel de pensée ! Pendant dix ans, le peuple d'EBURNIE par sa résistance à mis en échec la deuxième diplomatie de la planète, qui à oeuvré et financé son démentellement ! GBAGBO leur a démontré que sur le plan de l'intelligence et du savoir être, l'Afrique supplante l'occident qui n'a plus recourt qu'à la sauvagerie, la barbarie, pour arriver à ses "faim" ! Comprenez par là que notre faiblèsse n'est que militaire, il à fallu trois armées pour venir à bout de nos vaillants FDS, et nous étions à trois jours d'une victoire historique ! Un jour je vous la raconterai ! Mais la réponse arrive, elle est en cour d'éllaboration et elle servira à toute l'Afrique !

Soyons forts et patients et restons éveillés !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !