Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Germain Séhoué (Journaliste à Le Temps) « Le CNP œuvre pour la pensée unique en Côte d’Ivoire »

le Mardi 16 Août 2011 à 16:23 | Lu 489 fois



Le quotidien Le Temps sera de retour dans les kiosques ce jeudi 18 août 2011, suite à une suspension de deux semaines. Germain Séhoué, journaliste de cet organe, qui reprend également d’une autre suspension (de 2 mois), pour un motif différent, se prononce sur les sanctions qui pleuvent sur Le Temps.

Après avoir écopé d’une semaine de suspension, le quotidien Le Temps sort ce jeudi d’une autre suspension de deux semaines infligée encore par le Cnp, que se passe-t-il entre cette organisation et Le Temps?

Il se passe que la presse libre en Côte d’Ivoire est véritablement en danger. Tant qu’Eugène Dié Kacou sera à la tête du Conseil national de la presse, les journaux qui ne sont pas aux ordres et leurs journalistes seront persécutés et acculés au silence.

Le Temps a repris un article d’un site internet ouvert au grand public où cet écrit reste accessible au monde entier, mais Eugène Dié Kacou, le tout-puissant président du Cnp, trouve judicieux de brimer Le Temps pour avoir repris cet article. Mais en agissant ainsi, il est en train de faire la promotion de la presse en ligne qui n’est pas encore sous son escarcelle. Parce que l’article incriminé, « Quatre Daltons aux Etats-Unis pour prendre des instructions » fait désormais l’objet d’une intense curiosité qu’il devrait éviter. Mais ça, c’est une autre question. Mais je veux dire, condamner un journal à deux semaines de suspension pour un article que le monde entier continue de voir ailleurs, c’est exagéré.

Vous estimez donc qu’il a frappé plus fort qu’il ne faut ?

C’est même un acharnement de la part du président du Cnp contre Le Temps qui fait partie, on le constate, des journaux qui dérangent comme Aujourd’hui, Notre Voie, Le Courrier... Depuis qu’il a été replacé à la tête du Cnp, Eugène Dié Kacou n’essaie même plus de faire de la régulation, mais du terrorisme et de la prédation contre les journaux pro-Gbagbo. C’est un règlement de comptes systématique et il n’a aucun état d’âme. Il veut voir ces journaux disparaitre et y veille. C’est du terrorisme qu’aucun sens démocratique ne peut accepter.

Peut-on dire qu’il a reçu mission de fermer ces journaux ?

Ou il a reçu cette mission ou c’est un agenda qu’il s’est imposé lui-même pour faire absolument plaisir au Président Ouattara. Dans tous les cas, nous constatons qu’Eugène Dié Kacou est un obstacle à l’expression plurielle de l’opinion dans un pays comme la Côte d’Ivoire qui est en train de construire sa démocratie. Le chef de l’Etat Alassane Ouattara, est un ami de grands pays où le niveau de la démocratie est mesuré à l’aune de celui de la liberté de la presse. Pour soigner son image, il n’a donc pas besoin de terrorisme contre une partie de la presse. Comment dans un pays où deux candidats ont disputé le fauteuil présidentiel, et que celui qui a été vaincu au bout d’une guerre, a tout de même de millions de partisans, l’on veuille empêcher cette population d’avoir sa part d’information ou d’opinion ?

Comment peut-on prétendre aller à la réconciliation vraie en la privant d’information ? Eugène Dié Kacou sera heureux de voir fermés tous les « journaux bleus » de sorte à contraindre les Ivoiriens à la pensée unique. Mais à quel siècle nous ramène-t-il ainsi ? Même si l’ancien régime est vaincu et qu’il a ses péchés, il a quand même permis des avancées dans le domaine de la presse, et Eugène Dié Kacou ne vient pas d’arriver à la tête du Cnp. Et il a permis ou toléré des aberrations de la part de certains confrères proches du Rhdp, aujourd’hui promus pour leur activisme et leur incivisme. Des confrères qui écrivaient contre les Institutions de la République, des choses dont la gravité était inimaginable ailleurs, des choses que, naturellement, nous autres, ne pouvons pas écrire, même pas la moitié, en termes de dose et de nuisance.

Et quand c’est le même Eugène Dié Kacou qui nous traque et s’acharne sur nos journaux, nous prenons l’opinion nationale et internationale à témoin. Il ne fait plus de la régulation, mais de la prédation. Et cela n’est pas à l’avantage du nouveau pouvoir. Parce que ce n’est pas un compliment lorsque les gens se demandent en disant : « Mais qu’est-ce qui se passe ? C’est Ouattara dont on parlait avec tant d’espoir qui malmène de la sorte les journalistes ? On se trompe ou quoi ? » Ce n’est pas un compliment pour un homme à cause de qui l’Onu et la France n’ont pas hésité à faire la guerre à la Côte d’Ivoire et à bombarder les symboles d’une République pourtant souveraine. Je suis persuadé que le président du Cnp ne rend pas service à son bienfaiteur, au contraire, il le discrédite.

Vous-même journaliste, êtes sous une suspension de deux mois, Le Temps une suspension de deux semaines pour un article repris, qu’entendez-vous faire maintenant face à cette répression ?

Légalistes, nous purgeons notre peine, mais nous n’entendons plus nous taire. Vous ne pouvez frapper un enfant avec une telle violence et lui interdire de pleurer. Eugène Dié Kacou s’abrite derrière un juridisme du genre « toute décision, qu’elle émane d’une juridiction ou même d’une autorité administrative, est fonction des circonstances l’ayant occasionnée » pour mener son combat personnel et/ou exécuter une feuille de route secrète liberticide. Il veut faire disparaître Le Temps à cause de son engagement et ses révélations qui dérangent, mais également pour régler ses propres comptes.

Lorsqu’il avait suspendu Le Temps Hebdo pour huit (8) semaines, et cela avant les élections, Le Temps avait produit une série d’articles pour dénoncer son parti pris. Alors Eugène Dié Kacou a eu du mal à le digérer. Mais on ne gère pas les affaires de l’Etat avec ses humeurs ou la rancune. Or, Dié Kacou est rancunier comme un sorcier. Une décision qui transpire la rancune et la vengeance n’est pas crédible. Voyez comment il se rue contre nous avec une promptitude et une violence déconcertantes. Je n’ai jamais vu un aîné aussi rancunier !

Et je me demande si c’est parce qu’il a souffert lui-même des suspensions dans sa propre carrière de journaliste qu’il nous applique sans retenue ce régime malheureux. Mais ce n’est pas parce que vos parents vous ont copieusement battu pendant votre enfance que vous allez forcément brutaliser vos enfants d’une autre époque. Ce n’est pas notre faute s’il a souffert avant… alors qu’il nous laisse en paix…

Pourquoi dites-vous toujours « Eugène Dié Kacou » plutôt que le Cnp ?

Je le désigne nommément parce que c’est lui qui a été nommé par décret et c’est lui seul qui fait la pluie et le beau temps au Cnp. Le collège des membres n’existe que de nom et lorsque le Cnp vous dit qu’une décision a été prise à l’unanimité, cette unanimité se résume en la seule personne et volonté de son président Kacou. Dans ces conditions, il faut dissocier les innocents membres du Cnp du terrorisme de son président. Il veut compter sur les Frci pour régler ses comptes, faire taire les journalistes et sevrer la population en information.

Or, les Frci nous lisent beaucoup et beaucoup d’entre eux nous confient aussi leurs préoccupations que nous traitons avec soin afin qu’ils puissent être entendus. Quand ils ont du mal à se faire écouter, c’est vers nous qu’ils se dirigent pour poser leurs problèmes et c’est normal. Parce que tout n’est pas rose pour eux. Donc il ne se rend même pas compte qu’il fait du mal à toute la population.

Je voudrais, à cause du parti pris écœurant d’Eugène Dié Kacou, inviter l’UNJCI à ne plus associer la Cnp à ses activités tant qu’il voudra « exterminer » les journalistes et les journaux indépendants du nouveau régime. Une structure qui, par la faute de son président, ne montre pas l’exemple de hauteur, n’est pas censée donner des leçons autres. Les personnes ressources, pour animer des séminaires sur des sujets devant véritablement sensibiliser les journalistes et conduire à la réconciliation, il y en a sur la place. Le Cnp n’est plus crédible. Il n’a de souci que pour « tuer » la presse bleue, c’est inadmissible !

www.eburnienews.net

Mardi 16 Août 2011
Vu (s) 489 fois



1.Posté par karim Ouattara le 16/08/2011 21:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qu'est-ce que l'on peut attendre d'un alphabete hisse? Eugene D Kacou n'a jamais ete journaliste mais un animateur radio. Il ne peut pas garantir la libre expression car il n'est pas habitue aux verites journalistiques mais a l'expression de gaiete , a l'animation. Un aveugle peut-il conduire des aveugles encore ridicules des bien voyants? Penser un jour a mettre a la tete des institutions de haut niveau , des hommes aux tetes pleines en Cote d'Ivoire et vous verrez.

2.Posté par ouattara le 16/08/2011 22:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ouattara on ta voter la c''est pour ça. se que tu fait, faut arreter.
si tes venu pour ça ou tes quitter faut aller la bas.
on veut pa de sa dans notre beau pays la.
tes mannigance là dieu voit ça. nous on veut la paix en cote d''ivoire

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !