Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Franc Cfa et Croissance Economique - La Côte d’Ivoire n’a pas d’autres choix que de battre monnaie

L'Afrique en mouvement - Afrik53 - News le Jeudi 3 Février 2011 à 08:29 | Lu 483 fois



La création de la monnaie nationale en Côte d’Ivoire fait l’objet d’un débat même au-delà des frontières du pays. Certains nostalgiques trouvent ici l’opportunité de distiller leur pessimisme légendaire qui les suit comme la peau des fesses. On peut lire dans certains journaux sur la place d’Abidjan qu’il faudrait 15 ans aux autorités d’Abidjan pour créer une monnaie. Disons tout simplement que ceux-là soit, ignorent les mécanismes, soit sont de mauvaise foi et dans ce dernier cas, sont juste dans leur logique de désinformation.

Il est temps que l’on s’arrête un moment pour se poser, économiquement parlant, les questions fondamentales à savoir: la Côte d’Ivoire se sent-elle bien ? Si oui, tant mieux! Sinon, que faut-il faire pour vivre mieux ? A travers ce document qui se veut pédagogique, nous essayons de souligner les atouts d’une monnaie nationale d’une part et la capacité de la Côte d’Ivoire de battre sa propre monnaie d’autre part. Pour commencer notre propos, nous vous présentons un bref historique du F cfa, nous exposons par la suite le rôle d’une banque centrale avec celui de la Bceao en prime avant de peindre les variables qui militent en faveur de la capacité de la Côte d’Ivoire de battre monnaie.

Le Franc Cfa : historique

Au 19e siècle, le continent africain dans son ensemble a joué un rôle important dans l’économie internationale en sa qualité de pourvoyeur d’Or au système monétaire du globe. L’Afrique a ainsi aidé non seulement à monétiser l’économie méditerranéenne au moyen-âge mais aussi à maintenir la balance de paiement de ces économies. Malheureusement, l’effectivité de la participation des pays d’Afrique, particulièrement ceux d’Afrique de l’Ouest dans le système monétaire international est apparue seulement avec l’utilisation du franc français.

L’environnement économique défavorable d’âprès guerre a vu le retrait du franc français et son remplacement par le franc Cfa dans les colonies françaises d’Afrique. Cette nouvelle monnaie est introduite avec un taux de change fixe avec le franc français. Notons que le Trésor français gère le franc Cfa à travers un compte dit d’opérations et « garantie » la convertibilité du Cfa avec d’autres monnaies.

L’Afrique du franc Cfa est scindée en plusieurs organes dont l’Uemoa (Union monétaire ouest-africaine) qui est dotée d’une banque centrale (Bceao). L’Uemoa regroupe huit (8) pays dont la Côte d’Ivoire et est sensée faciliter le commerce sous-régional avec une politique fiscale commune. Le Trésor public français est représenté dans la région par les différentes banques centrales dont la Bceao. L’on se demanderait le rôle d’une banque centrale en général et celui de la Bceao en particulier.

Quel est le rôle d’une banque centrale et comment opère-t-elle ?

Une banque centrale est chargée de gérer la politique monétaire d’un ou de plusieurs pays. Ce rôle lui est confié par un ou plusieurs chef (s) d’Etat. La banque centrale joue le rôle de banque des banques. Elle émet la monnaie papier, elle fixe les taux d’intérêts et supervise ainsi les marchés financiers.

Nous venons de citer (3) points clés dans le fonctionnement d’une banque centrale. Pour simplifier les choses, prenons un exemple concret. M. Konan va vers la Biao (sa banque) dans le but d’avoir un prêt pour l’achat de sa voiture, de même la Biao se tournera vers la Bceao, la banque centrale (sa banque donc) pour de la liquidité afin de satisfaire M. Konan, d’où le rôle de banque des banques de la Bceao (la banque centrale).

Le deuxième rôle comme nous l’avons dit est d’émettre de la monnaie, c’est cette action de la Bceao qui permet aux habitants d’Abidjan, par exemple, de savourer les nouveaux billets « craquants » qu’on appelle aussi monnaie fiduciaire.

La banque centrale fixe enfin le taux d’intérêt directeur. En effet, tout prêt a un coût déterminé en amont par le taux directeur banque centrale. C’est sur la base de ce taux que les banques commerciales reçoivent des prêts de la banque centrale et/ou de leurs paires. On est donc en droit de se demander les bases sur lesquelles la banque centrale fixe son taux directeur. C’est ici, que nous comprendrons les effets des décisions de la Bceao sur la vie de chaque individu depuis Koudougou (au Burkina Faso) jusqu’à Abidjan.

En effet, selon les techniques modernes de gestion d’une politique monétaire, outre l’injection de billets frais dans l’économie en vue d’en garantir la liquidité, la banque centrale dispose du maniement du taux d’intérêt directeur. Ce dernier levier permet à toute banque centrale de baisser ou de relever le niveau de la monnaie en circulation dans un pays. Ainsi, quand la quantité de la monnaie n’assure pas un fonctionnement normal de l’économie, la banque centrale y injecte une certaine quantité d’argent ou en limite sa circulation. Ce mécanisme se fait à travers la variation du taux d’intérêt directeur qui a un effet sur le niveau de l’inflation, c’est-à-dire la cherté de la vie. Qu’est ce que cela signifie?

En clair, la banque centrale se fixe pour premier objectif de maintenir le taux d’inflation (ou cherté de la vie) à un niveau d’équilibre prévu, soit 3% pour la Bce (Banque centrale europeenne) et 2% pour la Bceao (voir une étude de Amada Combey et Kako Nubukpo 2010, de l’Université de Lomé). Si la banque centrale estime que la cherté de la vie à court terme est susceptible de dépasser le niveau d’équilibre requis, elle se donne le droit mais non l’obligation de remonter son taux d’intérêt directeur, pendant une session du comité de politique monétaire.

Ceci se traduira par une réduction ou une augmentation de la quantité de monnaie dans l’économie. On est tous d’accord que quand l’argent manque, la demande de biens baisse et partant les prix et vice-versa. Notons que l’augmentation des prix peut être due, soit au fait qu’il y a trop d’argent dans le pays ce qui gonfle la demande de biens et donc les prix, soit que les prix des produits importés (qui viennent de France ou de Chine par exemple) sont élevés. Notons que le prix du pétrole est souvent à la base de la croissance des prix des produits importés.

La dynamique du mouvement du taux d’intérêt banque centrale s’inverse quand l’inflation, est projetée en deça de son niveau d’équilibre, c’est à dire quand le niveau d’équilibre des prix va décroissant. Cela signifierait que l’économie ne fonctionne pas à plein temps d’où le chômage rampant et partant, la baisse des richesses à l’échelle nationale. Dans ces conditions, la banque centrale réduit son taux directeur pour rendre le loyer de la monnaie accessible aux consommateurs par le biais de leurs banques commerciales. En effet, quand le prix de l’argent baisse ainsi à la banque centrale, les banques sont censées faire des prêts qui à leur tour, permettent aux entreprises d’investir plus et aux individus de créer d’autres entreprises.

Ceci, à moyen terme devrait assurer la reprise économique.

Malheureusement, il peut s’avérer que le levier du taux d’intérêt directeur soit inefficace et que l’économie continue de souffrir. C’est le cas aux Usa et en Europe où malgré un taux d’intérêt directeur avoisinant zéro pour cent, l’économie a eu du mal à redécoller. Dans ce cas précis, la banque centrale a un autre moyen, celui de faire appel à la planche à billets. C’est le cas en Europe et aux Usa ou la Fed (banque centrale américaine) a injecté et continue de fournir des milliards de dollars à son économie. Cela s’appelle le “ quantitative easing” pour les anglo-saxons. Ceci dit, la Bceao fonctionne-t-elle selon les normes ci-dessus?

De la position de la Bceao, la banque centrale de l’Uemoa

Au vu des études jusque-là, menées par plusieurs chercheurs, il y a un doute sur le rôle de la Bceao en termes de régulateur de l’économie au profit de ses mandataires. Il est même démontré sur la base des données fournies bar la Bceao, l’évidence que l’institution, n’a pas forcément pour objectif d’apporter l’énergie nécessaire à la croissance économique de l’Uemoa. “La banque n’est pas gérée” comme le dirait l’autre, pas par manque de compétence mais plutôt par manque de pourvoyeur de décision.

La banque centrale de l’Uemoa serait aux ordres des représentants du Trésor français. La Bceao suivrait ainsi l’évolution du taux d’intérêt de la Bce (la Banque centrale européenne) et ou le taux de change de l’euro par rapport au dollar et partant, celui du franc Cfa contre le dollar américain. Les tableaux (1 et 2) ci-dessous présentent l’évoluion des taux de change entre l’euro et le dollar américain d’une part (Figure 1) et ceux du franc Cfa contre le billet vert (dollar américain). Ne cherchez y surtout pas de différence, vous n’en verrez aucune entre ces deux courbes parce qu’il n’y a en pas. Ceci dit face au dollar les problèmes de l’euro sont ceux de l’Uemoa. Ainsi des pays classes parmi les plus pauvres du monde partagent la galère en termes de commerce extérieur, avec l’Union européenne. L’Uemoa n’a pas le choix, il n’y a pas d’alternative. En termes de commerce extérieur, la Côte d’Ivoire qui pilote l’économie de la sous-région, reste perdante, car elle est membre de fait de la zone euro avec une monnaie trop forte.

1- Courbe d’évolution de la parité de l’Euro contre le dollar américain de janvier 2000 à décembre 2010 (Source Bloomberg)

2- Courbe d’évolution de la parité du franc Cfa contre le dollar américain de janvier 2000 à décembre 2010 (Source Bloomberg).

D’après les données fournies par la Bceao et la Bce (Banque centrale européenne), il ressort que la banque centrale de l’Uemoa, suit presque point par point, les décisions de la Bce. Ce phénomène n’est pas linéaire sachant que les deux banques centrales n’ont pas les mêmes objectifs. Un exemple palpable et dramatique ici, c’est qu’en 2007-2008, pendant que les Ivoiriens faisaient des marches de protestation contre l’inflation (ou cherté de la vie) qui avait court dans le monde entier, la Bce (Banque centrale européenne), relevait tranquillement son taux d’intérêt directeur pour contrer la folie prix, comme le recommande la théorie économique.

Pendant ce temps, nous constipations sans surprise aucune, que la Bceao n’avait pas d’autres moyens que de rester de marbre face a la débâcle des économies qu’elle est sensée aider. Encore une fois, la compétence interne en la matière n’a pas fait défaut mais plutôt le pouvoir de décision se faisait désirer vu que les représentants du Trésor public français à Dakar disposent d’un droit de veto dans le comité de pilotage de la politique monétaire de l’Institution ouest-africaine. La figure ci-dessous indique ce que nous affirmions plus haut.
3. Evolution des taux directeur de la Bceao (courbe rouge, de haut) et de la Bce (courbe bleue, de bas). Cliquer sur le lien pour accéder à la figure. (Source Bceao et Bce)

Evolution des Taux directeurs Bceao-Bce

En clair, la Bceao ne ferait, non seulement pas usage d’aucun levier majeur à sa disposition pour procurer une nécessaire santé aux économies de l’Uemoa, pis, elle se serait trouvé une nouvelle vocation qui est au-delà des limites de son mandat en voulant couper les vivres à l’un des pays les plus avancés de l’union. Ceci dit, le désir de concrétiser une volonté populaire qui est la création d’une monnaie nationale en Côte d’Ivoire, ne peut qu’être légitime et salutaire.

D’ailleurs, la Côte d’Ivoire n’a pas d’autres choix que de chercher la croissance par les moyens légaux avec une banque centrale qui répondrait à ses besoins. Beaucoup de citoyens s’interrogent et à juste titre, sur la faisabilité d’un tel bond en avant étant donne que la C^^ite d’Ivoire, qui compte plus que 45 pour cent de Pib (ou richesse) de l’union, est dans une crise post-electorale majeure. Le pays croule en ce moment sous des pressions économiques et politiques en provenance du monde entier et principalement de la France et des Usa.

En effet, battre monnaie obéit bien plus à des conditions économiques qu’à autre chose. Dans le cas de la Côte d’Ivoire, on devrait plutôt se demander si les fondamentaux sont présents, en d’autres termes, si les conditions nécessaires et suffisantes sont réunies pour la création d’une monnaie. La Côte d’Ivoire a-t-elle les moyens (dans tous les sens du terme), de créer et gérer sa propre monnaie ? Si oui, quelles en seraient les conséquences ? Tel est l’objectif de notre argumentaire qui suit.
Rappelons que ce document se voulant pédagogique, nous essayerons de toucher, avec simplicité, au détail, pour permettre au lecteur, même presque moyen, de se forger une opinion à la lumière d’un minimum de connaissance.

Des conditions nécessaires et suffisantes pour la création d’une monnaie nationale en Côte d’Ivoire

La monnaie, en tant que moyen d’échange, est incontournable dans la vie de tout individu et partant, d’une Nation. La Côte d’Ivoire possède-t-elle les éléments pour participer aux échanges internationaux avec une monnaie propre à elle ? Nous répondons par l’affirmative car les bords de la lagune Ebrié regorgent de biens très convoites par d’autres Nations. La Côte d’Ivoire est premier producteur mondial de cacao et le pétrole, le gaz et d’autres ressources minières sont logés dans son sous-sol. La Côte d’Ivoire a donc les moyens de participer aisément au commerce international. A partir de ce moment, l’on peut se demander si la Côte d‘Ivoire a, en son sein, la matière grise nécessaire et une structure bancaire adéquate pour gérer sa propre monnaie.

Concernant le premier point à savoir la matière grise, c’est-à-dire des hommes pourvus de compétences nécessaires pour penser et rendre effective la politique monétaire d’une banque centrale, la réponse ne peut qu’être affirmative. On est à tout le moins tous d’accord que les preuves de compétence dans ce domaine sont légion. Pour exemple, le gouverneur actuel de la Bceao maitrise tous les contours d’une politique monétaire et il ne saurait refuser d’apporter son expertise à son pays, quant au Premier ministre actuel de l’Etat de Côte d’Ivoire, le professeur Aké N’Gbo, il tutoie à souhait la politique monétaire, le professeur Mamadou Koulibaly est connu de tous pour ses connaissances en la matière. Nombreux sont les Ivoiriens qui enseignent l’économie a l’intérieur et a l’extérieur du pays.

On se rappellera toujours Nicolas Agbohou. Du point de vue structure bancaire adéquate, notons que la Côte d’Ivoire bénéficie d’un réseau de plusieurs banques nationales qui sont en concurrence avec d’autres banques étrangères. Toutes ces banques ont des agences à travers le pays. La poste de Côte d’Ivoire bénéficie d’un réseau qui peut servir pour la distribution de la monnaie.

Toute cette structure est coiffée par une agence nationale de la Bceao qui est parfaitement dans la position de jouer le rôle principal. De quoi auraient donc peur les autorités d’Abidjan? Rien ! Cela dit la lutte sera âpre car l’Uemoa sans la Côte d’Ivoire, son poids lourd, le Trésor français aura un manque à gagner à coup sûr. Il est évident que l’Elysée jouera toutes ses cartes pour empêcher la réalisation d’un tel projet, ce qui est tout à fait normal (de son point de vue) car les intérêts gouvernent les actions et la France joue ici ses intérêts. La Côte d’Ivoire a donc tout intérêt à lutter pour sa survie.

Les dangers que court la Côte d’Ivoire à battre monnaie.

Le principal danger à gérer une monnaie, réside dans l’éventualité d’une attaque menée par des investisseurs contre une parité « injustifiée » d’une monnaie par rapport à une autre. En effet, une monnaie se renforce au fur et à mesure que les fondamentaux de son économie s’embellissent. Ainsi, les investisseurs se débarrassent d’une monnaie dont le pays connait des difficultés économiques.

Contre cette logique, il se trouve des dirigeants qui, par fierté, décident de ramer contre le vent et ils perdent toujours. Pour éviter de telles mésaventures, il ya deux possibilités : la première, c’est de poser des balises en fixant la parité de la monnaie avec un panier de plusieurs autres monnaies nationales (celles de Nations avec lesquelles l’on commerce le plus souvent). Une autre décision de politique monétaire, que nous trouvons d’ailleurs meilleure, c’est de laisser flotter sa monnaie et ne jamais essayer de la défendre au cas où elle ferait l’objet d’attaques, car c’est toujours peine perdue. Nous allons apporter un peu plus de détail sur ce point.

Naturellement, là où il y a commerce, on a vocation de faire du profit. Outre la vente de matières premières ou produits finis, les Nations échangent une panoplie de biens dont la monnaie elle-même. En effet, pour acheter une voiture aux Usa, l’Ivoirien a besoin du dollar américain. Si le billet vert (dollars) est à l’image de l’économie américaine, donc fort, notre consommateur devra débourser beaucoup plus de Franc Cfa que dans le cas d’un dollar faible. Inversement quand M. Sansan Kouao, vend ses tonnes de cacao à New York, et que le dollar est fort par rapport à l’euro donc par rapport au Franc Cfa, notre agriculteur revient tout en joie car il recevra beaucoup de Franc Cfa.

C’est dire que d’autres éléments tels que le taux de change, par exemple, sont en jeu dans la gestion d’une monnaie. Notons que le taux de change peut être fixe (cas du Franc Cfa par rapport à l’Euro), semi-flottant (cas de la Chine qui impose des barrières à ne pas franchir pour sa monnaie) ou complètement flottant (cas de l’euro). Les dangers qu’il y a à gérer une monnaie à taux flottant, réside dans la fierté des autorités monétaires a défendre leur monnaie contre une baisse de sa valeur. Ici, on s’expose à l’appétit des traders professionnels qui, vu l’état de santé de l’économie du pays en question, sont tellement convaincus (et à juste titre) que la valeur actuelle de ladite monnaie est trop levée, qu’ils (les traders) vont s’attaquer à la monnaie, dans le sens de réduire sa valeur.

Comment cela se passe-t-il dans la pratique? Prenons le cas du milliardaire américain George Soros, qui a parié que la livre sterling, la monnaie du Royaume-Uni devrait perdre de valeur en 1992. Ce trader a donc vendu à découvert 10 milliards de pound (livre sterling) sur le marché financier (qu’on appelle aussi FX). Au départ, l’autorité monétaire à Londres a voulu défendre son « bébé » en prenant des mesures contre l’offre de vente de Soros. Evidemment, on ne lutte pas contre la loi de l’offre et de la demande. Résultats, la monnaie anglaise a fondu. Soros a eu raison, il est devenu milliardaire.

La leçon ici est de comprendre que l’on a nullement besoin de défendre la parité d’une monnaie surtout pour la Côte d’Ivoire, pourquoi? Simplement parce que la Côte d’Ivoire n’a pas besoin d’une monnaie forte. Le pays étant dans une position d’exportateur net (vendre plus et acheter moins), il bénéficierait d’un taux de change faible, ce qui accroîtrait ses gains. Tenez, nous avons, par exemple, la Chine d’un côté, qui se bat pour que sa monnaie reste faible et de l’autre, les Américains qui font pression pour que la parité du Rinminbi (monnaie chinoise) avec le dollar, remonte pour refléter la puissance économique de la Chine et ainsi moins pénaliser l’économie de l’oncle Sam.

En définitive, gérer sa propre monnaie n’a rien de sorcier et ne peut qu’être bonheur vu les possibilités que s’offre la banque centrale de dynamiser l’économie et donc gonfler les richesses de l’Etat quand il le faut. Abidjan n’a d’autres choix que de battre monnaie.
Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire.

By Danon Gohou
Une correspondance particulière


Afrik53 - News
Jeudi 3 Février 2011
Vu (s) 483 fois



1.Posté par Bey le 03/02/2011 10:28 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Reste à savoir combien de temps il faudra avant que le pays ne puisse disposer de sa monnaie. Rien n'y a été dit dans l'article.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !