Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Fête de l'indépendance: Le président Gbagbo s'adresse aux ivoiriens

le Vendredi 5 Août 2011 à 21:17 | Lu 1894 fois



Fête de l'indépendance: Le président Gbagbo s'adresse aux ivoiriens
Ivoiriens, Ivoiriennes, peuples de CÔTE D’IVOIRE, très chers compatriotes, très chers habitants de la CÔTE D'IVOIRE.

Je voudrais, en ce jour solennel qui marque le 51ème anniversaire de J'Indépendance de notre pays, me joindre à chacun de vous pour rendre d'abord gloire à Dieu, notre Maître qui continue de manifester sa fidélité à noble pays, malgré les tribulations de ces derniers moments.

Ensuite, chaque anniversaire étant une occasion à la fois de faire le bilan et de dégager les perspectives, je voudrais me permette de partager avec vous quelques réflexions sur le sens profond de la journée de ce 7 août.

Cette réflexion est un exercice de prospection de nous-mêmes qui s'impose à chaque citoyen de ce pays, mais surtout aux dirigeants, et aux responsables politiques et administratifs qui ont la charge de conduire le destin de notre nation, surtout dans le contexte actuel de grands traumatismes causés à notre peuple, qui n'aspire qu'à vivre sa souveraineté en tant qu'acteur et sujet de l'humanité, et non pas comme simple objet ou simple spectateur de la construction de sa propre histoire.

L'Indépendance est une notion forte, qui renvoie à un mouvement de rupture. La rupture ici ne s'entend point d'un isolement ou d'un repli sur soi, position idéale des faibles, mais elle correspond plutôt à une métamorphose de la conscience, qui fait passer celui qui s'en prévaut, de la servitude à sa pleine responsabilisation dans le processus de construction de l'humanité.

Je continue de croire que notre monde tire sa liberté et son dynamisme de la liberté de chacune de ses composantes. Cette conviction est restée la boussole de toute mon action politique, elle ne m'a jamais quitté. C’est pourquoi, dans mes fonctions de Chef d'Etat et de Président de la République, je me suis efforcé malgré l'adversité, de donner corps à cette notion qui semblait devenir évasive et insaisissable pour nos compatriotes.

Je mesure mieux de ma position, les grandes souffrances, mais en même temps le grand mérite de tous ces hommes qui, à travers l'Histoire, ont combattu pour la Liberté et l'Indépendance de leur peuple. Je pense notamment à Martin LUTHER KING, dont l'engagement politique jusqu'à la mort a permis, plus de quarante ans après, l'élection de Barack OBAMA comme Président des ETATS-UNIS d'Amérique; à GHANDI, dont l' œuvre continue de nourrir l'âme de la grande INDE; au Général de GAULLE qui a refusé la fatalité de la défaite pour restaurer la grandeur perdue de la France; à Mao TSE TOUNG, qui a rompu les liens de la servitude au prix d'énormes sacrifices pour donner à la CHINE sa gloire d'aujourd'hui.

Je loue le courage de MANDELA, de Kwame NKRUMAH, de Patrice LUMUMBA et de tous les autres dignes combattants de l’Afrique, qui sont des exemples de don de soi pour la liberté et la fierté du peuple africain. Je salue plus particulièrement la mémoire de nos illustres pères qui ont combattu pour dessiner les contours de ce que nous appelons Indépendance. Leur mérite est tout à fait grand dans le contexte qui était le leur.

Mais nous devons avoir à l'esprit que leur combat serait vain si nous nous arrêtions à admirer seulement leurs acquis. Les symboles de l’Etat et les armoiries de la République nous rappellent chaque jour notre devoir et notre responsabilité devant notre propre destin. Chacun est appelé à leur donner un sens réel. C'est le combat permanent qui doit mobiliser toutes les énergies des filles et fils de notre pays.

En ce qui me concerne, je continue de refuser la position de la monture dans laquelle l'on veut absolument maintenir le peuple africain. En effet, je reste persuadé que dans le rapport dialectique du cavalier et de la monture, quelles que soient la qualité et la quantité du foin que le cavalier donne à la monture, la position de celui-là (le cavalier) reste largement confortable par rapport à la position de celle-ci (la monture).

Dans un monde de compétition, il est illusoire de croire qu'un peuple peut assurer le bonheur parfait d'un autre peuple; l'Histoire ne donne aucun exemple de ce type. C'est pourquoi, dès ma prise de fonction en tant que Chef d'Etat, j'ai inscrit mes engagements politiques, économiques et sociaux, dans le sens de l'affirmation de notre souveraineté, qui constitue à mes yeux le préalable à tout épanouissement.

Sur le plan politique, le respect de la Constitution, symbole du contrat social qui fonde notre Nation, est une exigence absolue qui ne peut s'accommoder de compromis possibles. Je reste persuadé que si nous tous, nous avions donné à notre Constitution le caractère sacré qui est le sien, la crise ivoirienne aurait connu un meilleur dénouement dans de plus brefs délais. La Constitution reste le gage de notre souveraineté nationale. Elle mérite une mobilisation sans faille autour d'elle.

Je voudrais à ce niveau de mes propos, rendre hommage à tous nos valeureux combattants de la liberté, dont certains ont perdu la vie pour la défense de notre Constitution. Je pense particulièrement à nos braves soldats des Forces de Défense et de Sécurité (FDS), toutes unités confondues.

Depuis 2002, ils se sont opposés avec héroïsme, dans des conditions souvent très difficiles, à la vassalisation de notre peuple. À chaque fois qu'ils étaient proches de l'emporter, ils en ont été empêchés par la FRANCE. Ça a été le cas en novembre 2004 et en mars 2011, lorsqu'au prix de mille sacrifices, les FDS avaient pris le dessus sur l'ennemi dans la bataille décisive de la ville d'Abidjan. Elles n'ont donc pas perdu la guerre contre l'ennemi officiellement déclaré. Je leur réitère ma grande fierté et je leur demande donc de ne point cultiver un quelconque complexe d’une armée vaincue.

Je joins à ces hommages tous ces milliers de jeunes, de femmes et d'hommes, martyrs de notre jeune Histoire, qui au prix de leur vie, ont su matérialiser notre volonté d'assumer notre destin commun en tant que peuple libre, car souverain.

Je loue le courage et la bravoure du Premier Ministre, le Professeur Aké Gilbert-Marie N'GBO, Professeur émérite d'économie, par ailleurs Président de l'Université d'Abidjan-Cocody, et de l'ensemble des membres de son Gouvernement qui sont soit en prison, soit en exil, pour avoir choisi le camp de la liberté et de la dignité africaines.

J'associe à ces hommages également tous ces grands fonctionnaires de l'Etat qui ont tout perdu et qui vivent dans le dénuement total pour n'avoir rempli que leurs devoirs. Je garde une profonde pensée pour tous ces anonymes exilés, emprisonnés ou vivant dans la peur à cause de leur foi en la grandeur de notre pays et de l'Afrique. L'Histoire leur restituera leur gloire.

Je remercie également ces innombrables Africains vivant en Afrique et ailleurs qui portent chaque jour notre combat qui est surtout le leur, partout où le besoin se fait sentir. Je les rassure de toute mon amitié. Enfin, à tous ceux des autres peuples qui croient au destin de notre continent et qui se sont engagés à nos côtés, je leur témoigne ma profonde gratitude.

Je demande la libération de tous les prisonniers politiques, car il m'appartient à moi, et à moi seul, de rendre compte au peuple souverain de CÔTE D'IVOIRE du mandat qu'il a bien voulu me confier depuis octobre 2000.

Toujours sur le plan politique, le respect de nos Institutions me paraît être un autre aspect tout aussi important de l'exercice de notre souveraineté. C'est pourquoi nous avons négocié avec les Autorités françaises la rupture des Accords de défense qui nous liaient à l'ancienne puissance coloniale. La crise que connaît notre pays nous aura appris que dans ce monde à compétition ouverte du fait de la mondialisation, les conflits d'intérêts peuvent naître entre les nations, même les plus amies. Dans ces conditions, il vaut mieux se donner une marge de manœuvre dans l'exercice de son droit de défense.

Or, ces Accords de défense, dans leur rédaction ancienne, confiaient la défense de notre souveraineté nationale de façon exclusive et entière à une puissance étrangère. Ils limitaient notre liberté d'action. Dans la même logique, la fermeture de la base militaire française du 43ème BIMA est une exigence en adéquation avec la profonde aspiration de notre peuple. L'intervention militaire française violente dans la crise électorale ivoirienne me conforte dans mes choix. Le massacre de nos compatriotes, civils pour la plupart, et surtout jeunes, par l'armée française, nous amène à nous interroger sur le sens de l'Indépendance de notre peuple.

En l’espace de six ans (2004-2011), l'armée française a tiré et tué des citoyens ivoiriens qui ne revendiquaient rien d'autre que leur droit à la liberté. C'est le plus grand traumatisme de ma vie. Mais en même temps, ces deux massacres affermissent ma conviction que le combat pour la souveraineté demeure une question existentielle pour notre peuple. Je ne me lasserai jamais de le mener. Pour cette cause, aucune humiliation ne sera de trop pour moi. J'entends mener ce combat en faisant corps avec mon peuple, avec le concours de tous les combattants de la liberté du monde entier sur la terre de nos ancêtres.

Sur le plan économique, j'ai inscrit mon action dans la logique de l'affirmation de notre souveraineté. En effet, de 2001 à 2011, la CÔTE D'IVOIRE a vécu sur fonds propres en dépit de la division du territoire en deux. Nous avons pu assurer toutes nos obligations en tant qu'Etat à l'intérieur, et tous nos engagements à l'extérieur. Dans la même logique, malgré les difficultés dans la mise en œuvre de la réforme du secteur café-cacao, le transfert de sa gestion aux paysans témoigne également de notre volonté d'affranchir les bases de notre économie de toute aliénation.

Les notions de budget sécurisé et autres, loin d'être de simples diversions thématiques, traduisent ma pensée profonde selon laquelle nous devons compter d'abord sur nous-mêmes pour assurer notre développement. Et la CÔTE D'IVOIRE en a les moyens. Je rappelle que pour le seul exercice budgétaire 2010, malgré une fin d'année tumultueuse, les services des Impôts, des Douanes et du Trésor ont mobilisé plus de 2 200 milliards de nos francs.

Qu’il me soit permis de saluer ici, tous les fonctionnaires et agents de l’Etat de ces grandes administrations qui ont su traduire dans les faits dix ans durant notre volonté de souveraineté. Pour l'année 2011, ces services s'étaient engagés à mobiliser près de 2500 milliards de francs CFA. Malheureusement, le poids de la dette, notamment extérieure, limite la portée de nos performances. L'impact social n'a pas été la hauteur de cette performance du fait du poids de la dette.

C'est pourquoi, dès ma prise de fonction, j'ai élevé cette question au rang de priorité nationale. Le poids de la dette nous rend servile. Notre Indépendance passe aussi par notre affranchissement des chaînes de cette dette. C'est à juste raison que malgré les difficultés de tous ordres, nous avons continué de la rembourser.

Le point de décision de l’Initiative PPTE atteint en 2009, malgré la situation de crise, traduit la reconnaissance de nos efforts par la Communauté financière internationale. Nous devons tous avoir à l'esprit qu'aucun pays ne peut se développer avec l'effort exclusif des contribuables d'un autre pays. De même, un pays qui combat dans un autre pays, combat d'abord et avant tout pour les intérêts économiques de son peuple. C'est à la fois utopique et dangereux de croire et de soutenir le contraire. La CÔTE D'IVOIRE a les moyens de vivre sans endettement excessif, pourvu qu'elle ait la pleine et libre administration de ses richesses. Je reste convaincu que c’est l'une des raisons pour lesquelles nous sommes victimes des attaques que nous subissons.

Sur le plan social, notre détermination à préserver la souveraineté de notre peuple, a fait naître en chacun de nos concitoyens l'énergie nécessaire qui mobilise autour de la Nation. Malgré les anathèmes jetés sur notre jeunesse en galvaudant les grandes valeurs du patriotisme qu'elle incarne, nous avons enregistré des progrès sérieux sur la prise de conscience de notre destin commun. De ce point de vue, notre pays est devenu porteur d'une nouvelle espérance pour toute l'Afrique combattante. Toutes les grandes nations se nourrissent de leur patriotisme. La CÔTE D'IVOIRE qui ambitionne de devenir une grande nation ne peut rougir du sien.

Mes chers compatriotes, de mon lieu de détention, je continue de garder la foi en notre combat. Comme dans tous les combats, il y a des batailles perdues. Mais l'essentiel reste la finalité qui correspond à l'objectif du départ. Qu'une bataille perdue, ne nous détourne pas de notre objectif final qui est l'affirmation de notre existence en tant que communauté de destins libre et souveraine.

L'Indépendance que nous célébrons aujourd'hui exige de nous d'énormes sacrifices. Sur l'humus des corps de combattants tombés pour la liberté, germent toujours les grains de l'espérance des générations à venir. C'est la chaîne de solidarité des générations qui se perpétue jusqu'à la fin des temps. La génération qui se dérobe à ses devoirs de solidarité reste définitivement débitrice de celles qui la suivent, pour ne pas dire de l'humanité toute entière.

Les grandes puissances qui nous en imposent aujourd'hui sont passées par ces épreuves. Leurs générations actuelles jouissent des dividendes de luttes menées par leurs ancêtres. C'est une vieille loi de la nature à laquelle nous devons nous soumettre pour acquérir au bout du compte, notre pleine souveraineté. Demeurons toujours mobilisés et confiants. Car, jamais un peuple qui lutte pour acquérir sa liberté n’a été vaincu. C’est aussi une vérité historique.

Je n'ai jamais cessé de croire que le problème ivoirien doit se régler entre nous, Ivoiriens, avec l'appui sage de l'Afrique. Je continue de m'interroger donc, sur les motivations qui ont gouverné l'action des Autorités françaises, dans un conflit qui était en traitement au niveau africain. J'observe que la crise ivoirienne s'est fortement enlisée chaque fois que le Gouvernement français s'y est impliqué au-delà du raisonnable.

C'est pourquoi j'en appelle au débat politique inter-ivoirien sous l'égide des Africains. L'Afrique a toutes les compétences pour gérer ses propres contradictions. Elle doit s'assumer pleinement si elle veut cesser d'être le théâtre des expériences les plus inimaginables qui méprisent ses propres valeurs. C'est seulement à ce prix que nul n'osera encore contester sa contribution pourtant évidente, à la construction de l'Histoire de notre humanité.
Que Dieu vous bénisse, que Dieu bénisse la CÔTE D'IVOIRE.

Bonne fête de l'Indépendance à toutes et à tous !

Laurent GBAGBO

Vendredi 5 Août 2011
Vu (s) 1894 fois



1.Posté par L'africain fier de l'être le 05/08/2011 23:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Monsieur le Président. Ce sont là des paroles sages et qui nous confortent dans notre choix. Ceux qui ont des oreilles ont entendu. Que Dieu notre Père Céleste vous bénisse et soit votre bouclier à toute épreuve ouattariste.

2.Posté par landry le 06/08/2011 02:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur le Président Laurent Koudou Gbagbo nous sommes avec toi jusqu’à la fin de nos jours que Dieu te garde te fortifie dans sa grâce,merci pour le réconfort que vous nous accordé dans votre message.
Vous serez et resterez toujours le président dans la tête des ivoiriens mais surtout des vrais.........

3.Posté par guy le 06/08/2011 05:13 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
prési ton mesage a la nation vien de ns donne la joie de vivre, tu manke a ton peuple, ke dieu tou puissan te garde.

4.Posté par pelé le 06/08/2011 05:27 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
prési kan tu a di a ado (cè pa parceke tu es economise ke tu peu etre président il pensè ke cetai film ,prési il voi dedan cè tro congelé pou lui.il voulai mange 1cou cè dur) on es ensemble prési a vie ke dieu te garde en cè main

5.Posté par dougloudou le 06/08/2011 08:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
PRESI lecombat est là dressé devant nous et c'est un devoir pour
chaque ivoirien, africain de le faire. nous ne devons pas avoir peur
de perdre la vie, les biens. sachons que la patrie on l' "aime, on ne l'agresse pas et on meurt pour elle".PRESI courage, la leçon est comprise . Que DIEU vous comble de sa grace.
A BIENTOT WIDI tiiiiii.

6.Posté par le patriote le 06/08/2011 11:16 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Presi si je ne t'avais pa connu je ne saurai pa beaucoup de chose merci pour ta leçon de patriotisme que Dieu vs protège

7.Posté par soro bango le 06/08/2011 13:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
presi, tu es vraiment un homme. Comme on dit "tu finis avec". voici des gens qui ont le pouvoir, toi tu es en prison, mais ils ont toujours peur parce qu'ils savent que tu es un esprit. Que Dieu te garde et te fortifie. Je t'aime prési

8.Posté par BOLI GBATE WLEYOU le 06/08/2011 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Prési, je pense qu'un tel combat ne peut être gagné sans allié. L'histoire nous le prouve. Pour limiter les dégats et l'impact de la lutte sur la nation, il fallait s'allier aux nations qui ont connu un passé pareil. Les exemples foisonnent : le Vénézuela, la corée du nord, la chine, le Brésil l'inde pour ne citer que ces pays. La France réussira toujours à nous diviser pour mieux nous avoir si nous luttons de manière solitaire.

Par ailleurs, je ne suis pas pour une lutte ouverte contre la France. Nous pouvons et nous allons recouvrer notre liberté et notre indépendance rien que par le travail. La Côte d'ivoire n'est pas autosuffisante au plant alimentaire. Or le nord de notre pays est le sud du Burkina et du Mali. C'est à dire la partis la plus fertile de ces deux pays voisins. Mais malgré cela nous importons le riz et pire le PAM appuie notre pays en matière de vivres pour nos cantines scolaires. La faim sévit dans la corne de l'Afrique sans qu'un seul pays africain y apporte de l'aide alimentaire. Au regard de tout cela. lutter pour notre souveraineté c'est bien mais utiliser les moyens et le potentiel dont nous disposons pour nous autosuffir tout en luttant, c'est encore mieux. Les blancs n'iront pas jusqu'à déterrer nos cultures. Ils ne nous empêcherons pas non plus de former nos mécaniciens aux technologies pour monter des outils agricoles ici en Côte d'voire. Ils ne nous empecheront pas de construire des universités dans les principales régions du pays.
Pour moi, la souveraineté ,la liberté sont une finalité et non le préalable à notre bien-être etant donné que nous avons les moyens de tempérer l'appetit génant et nocif des occidentaux. Nous perdrons trop d'hommes et trop de temps si nous optons pour une lutte frontale et une rupture brusque. Les temps ont changé et les moyens de lutte aussi. Loumouba serait encore en vie et aurait réussi s'il avait procédé autrement et tenant compte de la trop petite marge de manoevre dont il disposait. Une lutte peut être noble et ne jamais aboutir si on n'a pas utilisé la tactique qu'il fallait.

9.Posté par qquartar le 06/08/2011 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci mon PRESIDENT ! Par ce message à la nation vous nous avez apporté un grand reconfort et nous en sommes heureux . Du courage et soyez rassuré que nous sommes avec vous pour la vie . Que l'ETERNEL des Armées vous garde .Mais l'énnémi tombera .

10.Posté par k.moussa le 06/08/2011 15:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BONJOUR A TOUTE LA NATION AINSI QU A TOUS MES PREDECESSEURS. PAR AILLEURS LES MESSAGES PRECEDENTS DE CERTAINS LECTEURS NE SONT PAS D ORDRE A CONTRIBUER A LA STABILITE DE LA PAIX DANS NOTRE PAYS. DES IDIOTS COMME BOLI GBATE WLEYOU, SORO BANGO,ET LANDRY N ONT RIEN COMPRIS AU MESSAGE DE L EX PRESIDENT.SE JOUANT AUX FIDELES CES GENS REFUSENT DE S INSCRIRENT DANS TOUTE FORME DE PARDON.CEPENDANT PENDANT QU ON Y EST OU ETAIT ILS LORSQUE LES COMBATS FURENT ENGAGES? ETRE FIDELE A L EX PRESIDENT OUI MAIS AUSSI AIDER LE PRESIDENT AU POUVOIR A METTRE LE PEUPLE EN CONFIANCE ET DONNER A LA C.I SON ANCIEN VISAGE. RETENEZ QUE LA GUERRE N EST PAS BONNE.CECI ETANT LES INCITATIONS A LA VIOLENCE NE SONT PLUS A L ORDRE DU JOUR.OK?

11.Posté par contribution le 06/08/2011 17:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
que Dieu ait toujours de la compassion pour tous nos illustres personnalites arbitrairement incarcere par ouatt et sa tribu.a propos de haine personne n est mieux place pour interpeller un ivoirien,sinon vous auriez interpelle ouattara dramane quand il menacait de rendre ingouvernable ce pays, proclamme sa cessession par le journal le patriote,faire appel a l ecomog pour tuer violer piller les pauvres ivoiriens qu il pretend diriger aujourd hui.cette nouvelle facon de faire vient tout droit des habitudes de ouattara dramane, alors permettez tout de meme qu on lui rappelle cela de temps a autre au lieu de penser que c est de la haine de la division.ce fait n est pas nouveau,prions plutot pour notre pays .EMMANUEL..................................

12.Posté par Marie le 06/08/2011 19:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
K.MOUSSA, il est bien facile de parler de reconciliation, de pardon, quand soit même on ne fait rien pour cela; qu'on continue par brimer, tuer les autres.Surtout lorsqu'on n'a rien fait pour apaiser les larmes de tous nos parents qui pleurent même s'ils sont du sud, de l'ouest,car il est soit disant le président de tous les ivoiriens.On ne force personne pour aimer quelqu'un,Sarko et Ado ,ts les autres assassins l'apprennent a leur dépend
Maintenant,Milles fois MERCI, pour ce message digne; ne vous inquiètez pas, vous nous avez ouvert les yeux, le coeur; nous irons tjrs de l'avent jusqu'à la victoire finale.Si, ce n'est point nous, ce sera nos enfants; cette souveraineté, cette Liberté avec un grand L la C.I. l'aura ainsi que notre chère AFRIQUE.

13.Posté par natacha le 06/08/2011 20:17 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci a toi!toi qui a su ns donner la joie de vivre,toi qui su donner la liberter d\'expression,tu tjrs su ns rassurer. Que le DIEU d\'abraham, de david te comble de sa grace soit benis.

14.Posté par Diara Ibrahim le 06/08/2011 20:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui c''est ça un vrai Président. Il faut liberer l''''''''afrique du colonialisme Français. Les Français pillent nos ressources minières. Nous devons continuer le combat.

15.Posté par intrus le 07/08/2011 16:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
DIEU BENISSE LAURENT GBAGBO ET TOUTE LA COTE D IVOIRE DES HOMMES FIERTS

16.Posté par Le senoufo le 07/08/2011 19:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que les frères du nord réalisent que le combat de GBAGBO LAURENT est pour eux et les leurs aussi. Il est donc inintelligents de servir de bras séculiers a la france pour détruire sa propre nation. Ou sont les Mobutu? les Moubarak... Ils ont luttée conte les leurs pour contenter le voleur, l'usurpateur. La crise libyenne nous enseigne une de plus qu'aucun état, quelque soit sa puissance militaire ne peut obtenir de victoire dans un autre état.
Quand on se bat pour une cause juste, Dieu, parce-qu'il existe, soutenant la justice parce que Lui-même JUSTICE; octroie la victoire. Il est donc temps que mes frères nordistes de la rébellion, retournent les armes contre ceux qui les ont armés.

17.Posté par dominik le 08/08/2011 00:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Prési ton combat est juste et notre peuple vaincra l''adversité car Dieu seul est maitre de tous les peuples qu''il choisit il saura le moment venu te libérer de toutes ces tribulations.
Nous serons vainqueurs "IN GOD WE TRUST" Dieu te garde

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !