Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Fermetures des banques : LES BANQUES IVOIRIENNES PRETES À RELEVER LE DÉFI

L'Afrique en mouvement - Afrik53 - News le Mercredi 23 Février 2011 à 12:37 | Lu 703 fois



Fermetures des banques : LES BANQUES IVOIRIENNES PRETES À RELEVER LE DÉFI
Je suis très ému ce matin par votre grande mobilisation à cette rencontre visant à vous informer que la Bicici est désormais dans le giron de l’Etat. Je suis venu vous inciter à la reprise du travail, à répondre à l’appel de la nation et vous assurer de la détermination de l’Etat à tout faire pour que cet établissement bancaire reprenne immédiatement ses activités ». Ces propos ont été tenus, hier, aux environs de 11 heures, au personnel de la Bicici par le ministre de l’Economie et des Finances, Désiré Dallo, à la salle de conférences de la Cerrae au Plateau.

Accompagné du ministre délégué au Budget, Justin Koné Katinan, l’argentier du gouvernement a tenu à dire ouvertement aux agents de la Bicici, nationalisée jeudi dernier par décret présidentiel, que la fermeture de cet établissement sans préavis, ni information ouvre la voie d’un challenge pour chacun d’entre eux. «Vous êtes là nombreux –plus de 200 agents – pour relever avec l’Etat, le défi imposé à la Côte d’Ivoire. Votre forte mobilisation est rassurante. Merci d’être restés en contact avec le ministre Katinan», a-t-il également renchéri à l’endroit du personnel qui était conduit par le directeur des ressources humaines et porte-parole, Abou Kouaho.

Le ministre reconnaît qu’il y a des problèmes techniques, mais ceux-ci vont être rapidement résolus pour permettre aux épargnants de pouvoir faire des opérations dans les plus brefs délais. «L’Etat fera tout pour que la banque dont il a totalement pris possession redémarre ses activités», a-t-il insisté le sous un tonnerre d’applaudissements. Il a, en outre, informé le personnel d’une décision imminente de nomination d’un nouveau responsable pour conduire les activités de la banque. Après l’ouverture de cette rencontre, le ministre Désiré Dallo a eu, dans la même matinée de lundi, une importante réunion avec l’Association professionnelle des banques et établissements financiers de Côte d’Ivoire (Apbef-Ci) conduite par son président, Jacob Anematekpo, et les directeurs généraux des banques ivoiriennes que sont la Bni, la Bfa, la Bhci, Versus Bank, la Cnce (Caisse d’épargne).

Objectif, échanger avec ces professionnels de la situation provoquée par la fermeture en série des banques internationales, à l’exception (en cas jusqu’à hier) de la Bridge bank. Il en ressort que sur les 20 banques compte le pays, aujourd’hui, seules les 6 banques à capitaux majoritairement ivoiriens fonctionnent. Ce sont d’ailleurs elles qui vont accueillir les fonctionnaires et agents de l’Etat «abandonnés» par les banques internationales dont notamment la Sgbci et la Bicici qui cumulaient à elles seules plus de 80 600 fonctionnaires.

Ces banques ivoiriennes s’organisent, au dire de leurs dirigeants, à gérer au mieux les salaires d’au moins 20 000 fonctionnaires et agents de l’Etat que chacune accueille. «Nous sommes prêts mais il faut renforcer l’aspect sécuritaire parce que c’est un flux inattendu», ont dit, presqu’en chœur, les banquiers ivoiriens. Lesquels entendent travailler en synergie pour relever ce défi et surtout, pour minimiser certaines charges liées aux investissements en logistiques. Dans cette option, des structures comme la Cnce comptant un réseau de 160 agences dont 101 fonctionnelles actuellement peuvent jouer un rôle indispensable. En tout état de cause, « ces banques ivoiriennes vont s’adapter en termes d’investissements en logistiques et en recrutement de ressources humaines», a annoncé le ministre Dallo dans un entretien à nous accordé.

Cependant, les six banques susmentionnées ont exprimé au ministre les problèmes de soldes de compensation laissés par les banques qui ont fermé et lui ont demandé que des solutions y soient apportées par la Bceao Côte d’Ivoire. Ce à quoi, il a promis de s’y atteler aussitôt. Non sans indiquer que la défection des banques internationales amène à se poser la question sur le rôle de l’Etat dans le système financier de la Côte d’Ivoire. Pour le ministre de l’Economie et des Finances qui a saisi cette occasion pour dire que « pour l’instant, les encaisses (argent disponible) permettent d’assurer le fonctionnement normal de l’Etat», il faut mettre en place «un pôle financier de l’Etat pour éviter d’être soumis aux aléas politiques», c’est-à-dire ces fermetures de banques qui ne reposent que sur des considérations politiques et non techniques.

Parlant de ces fermetures, Justin Koné Katinan qui en est révolté comme bien d’autres Ivoiriens, les a qualifiées «d’actes racistes posés par les responsables de la Bicici et de la Sgbci ». C’est pourquoi, s’adressant à la suite du ministre Désiré Dallo, aux agents des deux banques qu’il a, à son tour rassurés hier (le matin, ceux de la Bicici et l’après-midi, ceux de la Sgbci), il a dit : «C’est vous qui avez fait ces banques, qui avez contribué à les enrichir. Montrons que nous avons en Côte d’Ivoire toutes les compétences humaines requises et que nous sommes capables de faire fonctionner ces banques sans ces dirigeants qui ont abandonné et qui ont mis dans l’embarras les épargnants».

Au cours de cette rencontre, le ministre délégué au Bulget a annoncé aux agents des banques, et particulièrement à ceux de la Bicici, le paiement, ce jour-même de leur salaire au siège de leur banque. Une autre nouvelle qui a arraché un tonnerre d’applaudissements à ces employés dont les emplois ont été sauvés de justesse par le Président Laurent Gbagbo qui a pris le décret de prise de participation totale dans le capital de la Bicici.

Pour les autres épargnants des deux grandes banques nationalisées, ils devraient, ce jour ou demain, pouvoir faire leurs opérations aux guichets de leur banque. Mais tout commencera par les sièges et progressivement l’opération s’étendra aux agences selon leur importance. Ces nationalisations de la Bicici et de la Sgbci elles définitives ou pourrait-il avoir un retour de ces banques dans leur configuration ancienne ? « Pour nous, il n’est plus question qu’une banque appartienne désormais à 100% à l’étranger », a coupé le ministre Katinan.

Notons à toutes fins utiles qu’au cours des échanges que le ministre de l’Economie et des Finances, Désiré Dallo, a eus avec l’Apbef-Ci, la nécessité pour ces banques ivoiriennes d’engager une communication grand public, mais aussi une autre en direction des opérateurs économiques et épargnants particuliers afin de les assurer de la continuité de leurs activités et rallumer la flamme de la confiance entre ces catégories socioprofessionnelles et le système bancaire ivoirien s’est posée.

GOORÉ BI HUÉ


Afrik53 - News
Mercredi 23 Février 2011
Vu (s) 703 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !