Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Faux coup d’Etat de Lida et Katé: Le pion de Ouattara arrêté à Accra

le Jeudi 13 Septembre 2012 à 00:23 | Lu 1502 fois



Faux coup d’Etat de Lida et Katé: Le pion de Ouattara arrêté à Accra
A force de faire feu de tous bois contre les réfugiés politiques ivoiriens au Ghana et ailleurs, Alassane Ouattara et son régime ont fini par se fourrer le doigt dans l’œil. Le scénario du complot de coup d’Etat monté par eux pour appâter des militaires et des civils en exil vient de capoter. Dans l’affaire qui a conduit le gouvernement togolais à extrader honteusement le ministre Lida Kouassi et à attirer le lieutenant-colonel Katé Gnatoa dans un guet-apens à Abidjan, leur bras droit a été arrêté à Accra. Le scandale couve au pays de John Dramani de nos jours. Nous avons eu accès au dossier.

Il s’appelle Prosper TAo Tsikata, alias Chairman. Arrêté par la police ghanéenne, à l’issue de recherches minutieuses, le 13 juillet 2012, il n’a pas tardé à passer aux aveux. D’origine togolaise mais n’ayant aucun lien de parenté avec le respectable et honorable Kodjo Tsikata du Togo, Chairman Tsikata est plutôt du genre truand de grand chemin. C’est cette qualité qui a dû lui permettre de se faire « embaucher » par les hautes autorités ivoiriennes, notamment par notre superflic, Hamed Bakayoko, pour le compte du chef de l’Etat ivoirien, Alassane Dramane Ouattara.

Objectif : Monter un scénario de putsch dont les acteurs ne pouvaient être que les militaires et autorités pro-Gbagbo exilés au Ghana. L’opération devait conduire les hautes autorités ghanéennes à expulser de leur territoire les réfugiés ivoiriens trempés dans «le coup d’Etat» contre leur pays, la Côte d’Ivoire.

Chairman Tsikata avait le profil de l’emploi. A son service, on dénombre de nombreux jeunes libériens pour accomplir ses basses besognes (escroqueries, trafics de tous genres et même assassinats). Au cours de ses déplacements à Abidjan, il a toujours été logé par l’actuel mi-nistre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, dans un hôtel non loin du siège du Pdci-Rda à Cocody. Il est mis à sa disposition un véhicule de luxe de type Hamler pour ses déplacements. Parce que, en Côte d’Ivoire, outre Hamed Bakayoko, Chairman Tsikata se la coulait douce avec le soutien de Ibrahim Ouattara, le frère cadet d’Alassane Ouattara, Directeur financier de la présidence sous son frère aîné, surnommé Photocopie pour sa grande ressemblance faciale avec son ainé de chef de l’Etat. C’est dire toute la proximité entre Chairman et le président ivoirien. Mais de quoi s’agit-il en réalité ?

Au départ, un deal hollywoodien entre Ham’Bak et Tsikata…

Selon les aveux obtenus par les flics ghanéens, Chairman Tsikata a été approché par Hamed Bakayoko, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur de Côte d’Ivoire. Ham’Bak, pour ses intimes et pour les chanteurs de la Rumba congolaise, lui a proposé à peu près le deal suivant : Alassane Ouattara ayant échoué dans ses tentatives pour amener le Gouvernement ghanéen à lui livrer les Ivoiriens en exil au Ghana, Chairman Tsikata devait l’aider à monter un pseudo coup d’Etat contre le régime d’Abidjan.

Ouattara avait besoin de ces genres de preuves pour obliger le Ghana à exécuter les mandats d’arrêt internationaux émis contre les pro-Gbagbo exilés en territoire ghanéen. Dans les milieux diplomatiques de la sous-région, on raconte, sans que cela ne soit véritablement confirmé, qu’Alassane Ouattara a brandi un CD, «preuve du complot», à une réunion de la CEDEAO pour accuser le Ghana et même menacer de traduire ce pays devant l’ONU pour son manque de coopération dans le processus de pacification musclée de la Côte d’Ivoire. Cet aspect du scénario est-il vrai ou s’agit-il d’une prévision qui n’a pas été exécutée ? Nul ne le sait.

Toujours est-il que Chairman Tsikata, propriétaire d’une société de gardiennage illégale, non déclarée dans les livres de l’administration ghanéenne, dispose d’agents dans les quartiers d’Accra pour avoir des informations sur les réfugiés ivoiriens au Ghana. C’est par ce moyen qu’il a pu entrer en contact avec le lieutenant-colonel Katé Gnatoa, alors exilé au Ghana, auquel il a demandé dans un premier temps une grosse somme d’argent pour soit disant réaliser un coup d’Etat en Côte d’Ivoire. Parce que très vite, Tsikata a réalisé que, dans leurs atroces souffrances de l’exil provoqué par la guerre de la coalition franco-onusienne en Côte d’Ivoire, certains militaires ivoiriens réfugiés au Ghana ne rejettaient pas l’envie d’une revanche sur Ouattara. Face au refus du colonel Katé aussi bien pour l’argent dont il ne dispose pas que pour le coup d’Etat, Chairman Tsikata propose de tout financer lui-même, à condition qu’une reconnaissance de dette soit signée entre lui et les bénéficiaires du coup d’Etat projeté.

De plus, Tsikata affirme que les militaires ivoiriens vivant au Ghana n’avaient aucun rôle actif à jouer dans le scénario du coup d’Etat parce que lui-même avait à sa disposition 800 mercenaires déjà positionnés à Abidjan pour faire « le travail ».
Là, de toute évidence, Katé Gnatoa cède à la tentation, tant l’homme lui parait déterminé à aider les Ivoiriens qui le désirent pour « réparer » l’humiliation faite à l’armée ivoirienne. En chemin, quelques militaires ivoiriens mordent aussi à l’hameçon. Katé est leur chef. D’autres marquent leur désaccord pour cette opération qui n’est pas de leur vision des choses. Ils essaient de dissuader les « convaincus » de Chairman Tsikata, en vain. A la fin, un message de proclamation de coup d’Etat en Côte d’Ivoire est enregistré et gravé sur CD. Le tournage a eu lieu dans le bureau de Chairman Tsikata.

Dès le départ, l’homme se frotte les mains et informe aussitôt les commanditaires de l’opération à Abidjan, c’est-à-dire Hamed Bakayoko et Ibrahim Ouattara dit Photocopie, de ce que le plan est en bonne voie de succès. Selon les aveux de Chairman Tsikata, les deux metteurs en scènes et producteurs du film effectuent le déplacement à Accra pour lui remettre de l’argent, tiré dans les caisses du contribuable ivoirien.

C’est avec cet argent que Chairman Tsikata a pu faire confectionner les uniformes militaires par un tailleur ghanéen, acheter les chaussures militaires, se procurer le drapeau ivoirien et mettre en place tout un décor digne d’un scénario hollywoodien : photos montage avec des personnalités telles que les présidents Obama, Georges Bush, Feu Atta Mills, la Reine d’Angleterre, etc. De quoi à appâter ses victimes. Toute la scène s’est déroulée dans son bureau. C’est dans son bureau que les militaires se sont habillés dans les uniformes et chaussures fournies par lui. Après la réalisation de la vidéo, Chairman Tsikata a récupéré uniformes et chaussures et les a gardées par devers lui. Le film vidéo obtenu devait être utilisé pour le message des putschistes à la télévision ivoirienne, la RTI, au terme du « coup d’Etat ».

Puis, les choses coincent…

Après l’enregistrement du «message des putschistes», Chairman Tsikata insiste auprès du chef des candidats au putsch, le colonel Katé, pour garder le CD. C’est l’élément de preuve dont Ouattara et son régime rêvaient et c’est la source de toute la richesse que Chairman Tsikata entendait tirer du trésor ivoirien via Hamed Bakayoko et Photocopie. Or, voilà que le CD réalisé, Katé se braque et refuse de le laisser entre les mains du producteur exécutif.

L’officier ivoirien, visité par une tardive et éphémère lucidité, trouve suspecte l’insistance de Chairman. Mais au lieu de mettre le CD en lieu sûr pour voir venir les choses, il le confie à un certain Pierre parti d’Accra à Abidjan, sûrement «pour préparer le terrain». Bien entendu, Chairman Tsikata rejoint au quartier de Marcory et a récupéré, précisément au supermarché Cap sud, la cassette en rassurant ses victimes que tout était près pour l’opération et que lui-même se chargeait de déposer l’enregistrement à la télévision où il aurait déjà tout organisé et planifié. La cassette a atterri, en vérité, entre les mains d’Hamed Bakayoko et de Photocopie. Restait le traquenard à réaliser contre Katé Gnatoa et ses compagnons.

En avant pour le «coup d’Etat»

La cassette rendue à ses commanditaires et acheteurs, Chairman Tsikata repart au Ghana, loue un bateau et organise ce qui devait être « la marche des mutins sur Abidjan, en Côte d’Ivoire ». A bord du bateau, il y avait Chairman lui-même avec un de ses acolytes, le Lt-colonel Katé et le Capitaine Zadi. Pendant le voyage, Chairman Tsikata est constamment en communication. A chaque appel, il répondait « je rappelle » ou « je ne suis plus loin ». Finalement le bateau s’arrête à Alf Asssinie et, de là, ses passagers montent à bord d’une Pick up 4x4 pour se rendre à l’hôtel Peti Bassam, à Abidjan.

Là Chairman Tsikata et son acolyte vont réserver des chambres pour les 2 officiers militaires. Cette formalité qu’ils ont effectuée en laissant leurs autres compagnons à bord de la 4x4 dure plus de 30 minutes. Lorsqu’ils reviennent à la voiture, ils balancent les numéros des chambres aux 2 militaires et s’éloignent à toute vitesse. Tous ceux qui reconnaissent Katé et Zadi croient à une bonne opération de marketing politique des autorités d’Abidjan qui allaient, encore une nouvelle fois, célébrer en grandes pompes à la télé « le retour de deux autres militaires pro-Gbagbo grâce à la politique de la main tendue du président Alassane Dramane Ouattara, première vraie chance de la Côte d’Ivoire ». La chanson est connue ici…

Le capitaine Zadi a trouvé suspecte l’ambiance dans le hall de l’hôtel. Il n’a pas voulu rejoindre sa chambre. Pour des putschistes, tout parait trop class avec les réservations du sieur Tsikata. Il a même attiré l’attention du Lt-colonel Katé. Mais le «chef mutin» est trop engagé et n’a pas voulu le suivre. C’est même Katé qui essaie de rassurer Zadi : « Il n’y aura rien ! », lui dit-il. Mais cela ne rassure pas le capitaine Zadi. Qui s’éloigne des lieux pour observer de loin. Il a eu le flair. Cinq (5) minutes après son éloignement de l’hôtel, Zadi voit surgir des hommes armés. Les coups de feu déchirent l’air. Le Lt-colonel Katé venait de tomber dans le piège. Grièvement atteint, il est arrêté. La suite, les ivoiriens la connaissent.

Le 12 juin 2012, dans un One Man Show à la télé comme il les affectionne, Hamed Bakayoko brandit Katé et Lida Kouassi comme étant les cerveaux d’un putsch déjoué. Le film du message réalisé par Tsikata et délivré par Katé est projeté. Mais tout est trop beau et trop léger pour convaincre les Ivoiriens. A commencer par le gouvernement Ouattara lui-même. Au conseil des ministres qui a suivi le spectacle de Ham’Bak, aucun communiqué officiel n’est produit ni pour féliciter le superflic ivoirien ni pour donner des précisions sur l’évènement et la suite qui lui sera réservée. Tout au plus, Ouattara n’aura tiré qu’un seul et honteux bénéfice de ce coup d’Etat monté : Obtenir l’extradition mafieuse de Moïse Lida Kouassi du Togo. Mais pompeusement arrêté, extradé, torturé et humilié pour « coup d’Etat avéré », l’ancien ministre d’Etat, ministre de la Défense du Président Gbagbo, Moïse Lida Kouassi, n’est finalement poursuivi que pour «crimes économiques».

Quant au Gouvernement ghanéen, véritable destinataire ou cible de l’opération, il ne s’est pas laissé attendrir par l’exhibition d’Hamed Bakayoko à la télé. Le scénario des faits tel que relaté par celui-ci, avec à l’appui la production de la « preuve » filmée, était tellement grotesque qu’il a obligé le Gouvernement de feu le président ghanéen Atta Mills à utiliser ses propres services de renseignements pour mieux appréhender la situation. Le 25 juin 2012, grâce au témoignage écrit d’un agent secret français publié par le quotidien Notre Voie, le gouvernement ghanéen trouvait matière à…enquêter. Les policiers ghanéens ont mis le grappin sur le sieur Tsikata. Le truand a tout craché sur le faux complot monté par le régime Ouattara pour obtenir la tête des exilés ivoiriens au Ghana. Au pays de feu le panafricaniste Dr. Kwame NKrumah, le scandale de l’arrestation de Tsikata a été ébruité par le journal «The Insight» qui, dans sa parution du vendredi 31 août au dimanche 2 septembre 2012, numéro 1417, en a fait sa grande Une sous le titre : «Arrested : Agent of Ivorian security in BNI hands» (Arrêté : Un agent de la sureté ivoirienne entre les mains du BNI).

La vérité, c’est que les Ivoiriens en exil au Ghana n’organisent pas de coups d’Etat. Le strip-tease politique télévisé d’Hamed Bakayoko n’a été qu’un show médiatique monté dans le but d’avoir la peau des exilés ivoiriens en poussant le Ghana à livrer ces exilés. Les autorités ghanéennes tireront-elles toutes les conséquences de droit et diplomatiques de cette attitude des autorités ivoiriennes sur leur territoire ? Affaire à suivre.
C.E.

Dossier réalisé par César Etou (cesaretou2002@yahoo.fr)

Jeudi 13 Septembre 2012
Vu (s) 1502 fois



1.Posté par Hermann N'da le 13/09/2012 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MERCI CESAR ETOU
LE TEMPS, UN AUTRE NOM DE DIEU

Le TEMPS est un autre nom de DIEU. Notre beau pays est aux mains de vulgaires individus et de véritables truands comme HAMED BAKAYOKO qui n'a aucun parcours intellectuel sérieux. Nourri à la mamelle de la tricherie, de la violence et de la malhonnêteté depuis son jeune âge, cet individu sans repère sérieux se retrouve, par des concours de circonstances malheureuses, à ce poste de responsabilité.
Et comme l'habitude est une seconde nature, BAKAYOKO ne peut que continuer de mettre en application ce qu'il sait faire de mieux. Voila où nous en sommes avec ces gens qui s'assemblent parce qu'ils se ressemblent trait pour trait au point même où certains se font appeler PHOTOCOPIE.
En regardant l'enregistrement vidéo avec les commentaires approximatifs, dans un français nul et l'expression du visage du commanditaire BAKAYOKO sur TCI, même mon fils qui n'a que 10 ans a été catégorique sur le caractère douteux de ce scénario.
Mercredi ou jeudi prochain, un individu comme celui-là participera encore au conseil des ministres pour prendre des décisions qui engagent la vie du peuple de CI. Pourvu que cela dure...

2.Posté par doriane le 13/09/2012 12:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oh honte à ces bouffons du moro naba dramane zoungrana zampligré yamto'ogo! Putchistes, ils étaient, puchistes ils restent et demeureront! ils sont incapables de faire autre chose que d'organiser des pucths; même dans les mises en scène de coups d'état, ils sont nuls. Or il faut être intelligent pour réaliser un film vraisemblable. Ils n'ont pas la cervelle pour cela; résultat: personne n'a cru à leur bacha grottesque!Et la muraille du mensonge est tombé. Dieu soit loué!

3.Posté par Hermann N'da le 13/09/2012 12:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BORIBANA POUR DRAME MAN

C'est pour empêcher que la masse populaire puisse avoir accès à toutes ces graves informations que drame man a fait suspendre les JOURNAUX BLEUS, encore cette semaine-ci, pour la énième fois.
C'est le lieu de dire que ce pouvoir a une PEUR BLEUE.
Un pouvoir qui redoute le débat contradictoire, la liberté d'expression et le droit à l'information au 21ème siècle est condamné à disparaitre.
Tous les ingrédients et symptômes sont désormais réunis pour mettre fin au règne moyenâgeux du sieur drame man et sa clique.

4.Posté par DJAFOUL le 13/09/2012 13:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
hummmmm Benis soit le nom de DIEU. qui vivra verra et DIEU pardon donne moi la vie pour voir comment ces démons là vont finir

5.Posté par DJAFOUL le 13/09/2012 13:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
hummmmm Benis soit le nom de DIEU. qui vivra verra et DIEU pardon donne moi la vie pour voir comment ces démons là vont finir

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !