Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Faut - il gérer le FPI comme un syndicat ?

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Mercredi 27 Août 2014 à 01:25 | Lu 292 fois



Faut - il gérer le  FPI comme un syndicat ?
Un internaute, un cyberactiviste anti-Affi notoire dont nous taisons le nom, a publié il y a quelques jours un post incendiaire contre le président du FPI.Voici ce qu’il dit en substance:

<< Sous le fallacieux prétexte d’une nécessité non moins politicienne, de s’adresser, visiblement pour les besoins de sa cause, aux Secrétaires nationaux chargés des fédérations, le Président AFFI, selon le compte rendu de Notre Voie, quotidien officiel du Front Populaire Ivoirien du jeudi 21 août 2014, s’est autorisé de graves propos, entre autres, du type :
1°-Faut-il changer la ligne du parti ?
2°-Faut-il gérer le parti comme un syndicat ou tirer les leçons du passé ?
3º-Je sais les erreurs que nous avons commises et que nous ne devons pas répéter.
4°-Certains parmi nous croient dur comme fer que nous n’avons aucune responsabilité dans ce qui nous est arrivé.
5º-Nous devons avoir la force de reconnaître notre part de responsabilité dans la situation qui nous est arrivée.
6º-Le FPI est face à son destin >>.

Et notre Analyste improvisé de conclure qu’il y a lieu pour tous d’apprécier ensemble << la gravité toute particulière de ces propos que rien, absolument rien, ne saurait justifier, ni excuser >>.Pour lui, AFFI avouant clairement dans ses déclarations « les responsabilités» du FPI n’aurait fait qu’établir la responsabilité de Laurent GBAGBO dans les faits à lui imputés par la CPI. Poursuivant sur sa lancée, il se pose ensuite cette question, entre autres interrogations:“Que veut dire gérer le parti comme un syndicat?”. Nous allons donc tenter de lui répondre ici.

La différence entre une organisation syndicale et un parti politique est fondamentale; en un mot, la politique n’est pas du syndicalisme. Le syndicalisme est confronté aux conséquences des décisions en matière de fiscalité, de transports, de santé, d’éducation, de logement, d’emploi, de fonction publique, etc et son action se situe dans la sphère des politiques publiques.Il lutte pour la défense des intérêts matériels et moraux de ses membres, l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.

C’est en fonction de ses préoccupations corporatives que très souvent les syndicats interfèrent dans les débats et affrontements politiques qui caractérisent le monde moderne. Ainsi, en France par exemple, les syndicats avaient protesté contre le 13 mai 1958, appelé à la grève contre la semaine des barricades et le putsch du quarteron de généraux en Algérie, CGT et CFDT avaient appelé après le 21 avril 2002 à faire barrage à Jean-Marie Le Pen. Sur le plan international, les prises de position sur l’Espagne de Franco, le coup d’État de Pinochet, la guerre du Vietnam, l’état de guerre en Pologne, l’Irak, relèvent de la solidarité constitutive du mouvement ouvrier.Le Léninisme, le Communisme, le Travaillisme, le Socialisme sont des idéologies nées du syndicalisme bien qu’ayant forgé leurs spécificités.

La politique va au-délà des intérêts d’une corporation, d’un groupe ou d’une entité donnée.Elle est principalement ce qui a trait au collectif, à une somme d'individualités et/ou de multiplicités.C'est dans cette optique que les études politiques ou la science politique s'élargissent à tous les domaines d'une société (économie, droit, sociologie, etc).Dans une acception beaucoup plus restreinte, la politique, au sens de Politikè, ou d'art politique se réfère à la pratique du pouvoir, soit donc aux luttes de pouvoir et de représentativité entre des hommes et femmes de pouvoir, et aux différents partis politiques auxquels ils peuvent appartenir, tout comme à la gestion de ce pouvoir.

Que veulent donc ceux qui combattent Affi? Que le FPI fonctionne comme un syndicat?Que le parti se batte contre sa Direction pour des problèmes de postes des militants?Qu’il s’enferme dans une logique révendicative face au pouvoir en faisant planer des menaces de manifestations, grèves, marches, meetings et sit-in pour faire aboutir ses exigences? Qu’il engage un bras de fer avec la CPI pour exiger la libération de Laurent Gbagbo?

Contrairement à un syndicat qui ne vise pas à conquérir le pouvoir d’état, à édicter les règles générales de fonctionnement d’un pays au plan national et international, le FPI reste un parti politique qui lutte pour y accéder en vue de l’application de son programme de gouvernement et de la réalisation de son projet de société.Si donc aujourd’hui, il lutte pour la libération de Laurent Gbagbo et de tous les autres détenus, le dégel des avoirs, le retour des exilés et réfugiés, la restitution des biens, la constitution d’une CEI indépendante, équilibrée et consensuelle, il ne doit pas cependant perdre de vue les actions et objectifs qui fondent sa création.

D’une part, la libération de Laurent Gbagbo est un devoir et une impérieuse exigence. Mais comment le parti peut-il favoriser sa libération si nous radicalisons notre lutte sans aucune projection et sans perspectives?La Procureure de la CPI est en difficulté dans le dossier d’accusation, il y a des failles que la défense exploite pour démontrer l’innocence de notre président.

Où serait donc le mal si Affi oriente les activités du FPI selon les instructions des Avocats pour faciliter leur travail en vue d’obtenir une liberté provisoire ou conditionnelle?Il nous faut multiplier les initiatives d’apaisement pour mettre la CPI en confiance.Les agitations, les gesticulations et les vociférations nuisent à notre cause.L’extrémisme ne peut que conduire le FPI à sa perte.C’est par des stratégies d’apaisement, des actions souterraines d’approche, d’explication et de lobbying que notre combat pourra aboutir.

D’autre part, la négociation avec le pouvoir en place est une nécessité et une source de solutions.La profonde dégradation que subit notre pays, la désastreuse situation que vivent les populations ivoiriennes depuis le 11 avril 2011 imposent au parti l’urgence d’établir un dialogue solide et constant avec le régime pour ensemble discuter des mesures idoines à prendre afin de conduire la Côte D’Ivoire à la paix et à la réconciliation.

Il nous faut un dialogue franc et sincère avec les tenants actuels du pouvoir, mener avec eux des négociations constructives et sans compromission pour sortir définitivement de la crise.Engagé donc sur plusieurs fronts, le FPI ne doit pas se satisfaire de révendications comme un syndicat mais faire des propositions et rester conscient des motifs et objectifs qui fondent sa création.Non, le FPI ne peut prendre le risque de se trahir lui-même en fonctionnant comme un syndicat.Ni aujourd’hui, ni demain.

Océane Yacé, Politologue, Monaco.
oyace84@gmail.com

Afrik53.com : Infos 7J/7
Mercredi 27 Août 2014
Vu (s) 292 fois



1.Posté par Odile le 27/08/2014 08:39 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Toi là même " Océan " tu te prends pour ki même

2.Posté par Cyrille KONAN le 27/08/2014 10:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le peuple de CI doit définitivement se libérer un point c'est tout. Tout le reste c'est du blablabla. Les compromissions, les arrangements, les ceci, les cela.., les calculs politiciens qui font l'affaire des impérialistes, .tout ça doit prendre fin.

Il nous faut ici et maintenant une RÉVOLUTION POPULAIRE dans ce pays. point barre. GBAGBO lui-même a clairement dit : " si je tombe, enjambez-moi et continuez le combat.". Il n'a jamais dit" si je tombe, compromettez-vous, faites des arrangements, rendez-vous à l'ennemi etc..."

3.Posté par Sily Camara le 27/08/2014 11:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le parti politique peut être comparé à un syndicat. La différence, c'est le champ restreint de ceux dont on défend les intérêts,dans le cadre du syndicalisme (c'est-à-dire la corporation) et les moyens dont on dispose. Dans le fond, être un syndicaliste politicien est mieux qu'être un "dormeur" sorti du néant et propulsé devant une lutte nationale, plus âpre. Relisons l'histoire des luttes pour la démocratie, surtout en Afrique. Les plus grands résistants sont ceux qui ont été confrontés et forgés au combat syndical. Ici, vous avez les Gbagbo ( Laurent et Simone), Assoi Adou, Marcel Etté, Laurent Akoun, etc, et les plus jeunes dont Blé Goudé. En Guinée-Conakry vous avez Ahmed Sékou Touré. En Pologne, vous avez connu Lech Valessa. Le syndicaliste a une trajectoire claire, basée sur une lisibilité claire de l'objectif. Aguerri à la lutte, il est peu porté sur la compromission, donc sur la satisfaction à tout prix du besoin immédiat. "Quand c'est dur, seuls les durs avancent" disent les patriotes ivoiriens, et ça se vérifie. Oui à l'esprit syndicaliste, et on se comprend.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 22 Novembre 2016 - 00:00 Du rattrapage ethnique au parti unique.

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !