Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Entretien avec Adama Diomandé (farouche partisan de Ouattara en France)

le Mercredi 22 Août 2012 à 02:15 | Lu 2126 fois

Il est l'un des principaux interlocuteurs des médias français, intervenant pour la défense des intérêts du régime Ouattara. Monsieur Adama Diomandé est le président de l'Association pour la défense des libertés. Une organisation à travers laquelle il a pris fait et cause pour le président ivoirien dont il passe pour être l'un des plus farouches partisans. Dans cet entretien, l'homme de passage à Abidjan, se prononce sur les derniers développements de l'actualité.



Entretien avec Adama Diomandé (farouche partisan de Ouattara en France)
M. Diomandé Adama, vous êtes un farouche partisan du président Ouattara très actif en France. Qu’est-ce qui vous emmène actuellement au pays?

Je suis venu pour raison familiale doublée d'une mission d'observation par rapport à mes partenaires en France, pour leur faire le point de la réalité politique de la situation en Côte d'Ivoire.



Vous tombez en pleine situation confuse avec ces attaques répétées çà et là. Quelle analyse faites-vous de cette situation?

De l'extérieur, ces attaques nous paniquent. A peine suis-je arrivé que j'ai été accueilli par ces informations. Mais, ce qui m'a surpris, c'est la réaction de la population. Elle est restée sereine, malgré les dommages causés, les émotions des tueries qui ont eu lieu. Quand on est loin du pays, on est paniqué quand on entend ces genres d'information. Aujourd'hui, je salue la réaction de cette population, qui a pris conscience qu'il faut stabiliser le pays pour le bonheur de tous. Il faudrait que les acteurs politiques songent vraiment à la réconciliation. Tant qu'une politique d'envergure volontariste et de vérité n'est pas menée, la population se sent un peu blasée. Malgré tout, on note une réelle volonté de réconciliation chez cette population.

Je peux même dire que la population veut la réconciliation. Ce sont les politiques qui n'ont rien compris encore en la chose. Je vous donne un exemple. J'ai été manger dans un ''maquis'' appelé le ''Maquis des manguiers'' qui a la réputation d'être un endroit où les dignitaires de l'ancien régime venaient manger. Comme je ne passe plus inaperçu, des gens m'ont reconnu et m'ont approché. J'ai eu à échanger avec eux, et ils m'ont dit: ''On a combattu contre le président Ouattara. On a perdu sur le plan militaire, sur le plan politique et même diplomatique. Il faut avouer qu'il y a un an et demi, il n'est même pas à mi-mandat, mais il s'est mis au travail malgré la situation. C'est ce dont la Côte d'Ivoire a besoin. Nous pensons qu'on peut faire la politique autrement sans être obligé de se tuer''. C'est ce que je souhaite. Alors, il faut que le gouvernement et les partis qui soutiennent Alassane Ouattara se mettent au travail. Parce que je pense que ce travail n'est pas fait suffisamment.



Où voulez-vous en venir?



Laissez-moi vous donner mon point de vue sur la réconciliation. Je n'y vais pas du dos de la cuillère, mais franchement on a l'impression que ceux qui ont la charge de cette mission dorment, attendant que quelque chose tombe du ciel. Depuis un an, ils sont incapables de donner un programme, un schéma clair de réconciliation. Le président de la commission Dialogue, Vérité et réconciliation est pourtant entouré de deux éminents dignitaires religieux. Mais, on n'a jamais vu à quoi ils servent. Aucune déclaration, aucune démarche. Pourtant la population a soif de réconciliation. En tout cas, sur le plan international, c'est mal vu tout çà. Il ne s'agit pas d'attirer les gens dans les émotions. On peut demander pardon, mais quand l'acte marquant la volonté de réconciliation n'est pas posé, cela crée des doutes.

Ce qui fait qu'aujourd'hui certains individus ou bien ceux qui ont le sentiment d'avoir perdu le pouvoir, font tonner des coups de fusil. Je pense que le gouvernement doit se mettre au travail, adopter une politique de communication dans ce sens. Je trouve que la communication n'est pas assez développée dans le sens de la réconciliation. Deuxième point, ce sont les partis politiques qui soutiennent Alassane Ouattara. Je les trouve dans une certaine posture. Chacun veut un poste, chacun veut avoir des ministres. Tout le monde ne peut pas être ministre ; on peut servir à tous les niveaux. Des gens me demande: '' M. Diomandé, vous qui vous êtes battu, on ne vous voit pas, est-ce que vous êtes promu?...''.

Non, ma priorité n'est pas d'être nommé. Ma priorité, c'est d'aider le président de la République à tenir sa promesse. Et, malgré les conditions difficiles, il est en train de réussir. Tout le monde connait Alassane comme un économiste chevronné. Mais, il se révèle aujourd'hui un grand diplomate. Après une crise aussi profonde, relancer les affaires économiques et la diplomatie en moins de deux ans, ce n'est pas donné à tout le monde. Des gens ont cru qu'après Nicolas Sarkozy, Alassane serait dans des difficultés avec le nouveau président français, François Hollande. Mais, ils se sont mis le doigt dans l’œil. Puisque le lien entre la France et la Côte d'Ivoire est une relation entre pays et pays. Même si l'amitié peut faciliter certaines choses, rien ne compromettrait cette relation d'intérêts mutuels. Qu'on soit de gauche ou de droite, ces relations seront toujours aux beau-fixe.



Revenons aux partis qui soutiennent le président Ouattara, que leur reprochez-vous?



J'ai été scandalisé qu'un jeune comme KKB (ndlr: Bertin Kouadio Konan), au lieu de penser à l'avenir de son pays, pense à des postes. Il se trompe d'époque. Aujourd'hui, le développement de la Côte d'Ivoire est la priorité, parce que cette jeunesse, qui a été négligée pendant 10 ans, va se relayer. Et quand les chantiers vont être en marche, il nous faudra des jeunes qui ont la volonté de travailler, de développer, de rattraper son retard. Le pouvoir FPI a pendant 10 ans, enfoncé ce pays dans un gouffre. Pour en sortir, il faut la volonté de tout le monde. Aussi, très sincèrement, je souhaite une position pacifique, combative pour contrôler le gouvernement. C'est ça aussi la démocratie et le développement. Mais, on ne se cache pas derrière des coups de fusil. La page de la confrontation est terminée. Maintenant, que l'opposition s'engage dans le combat démocratique et arrête d'attiser la haine. (…).



Vous attaquez de façon frontale la CDVR. Avez-vous le sentiment que cette commission a failli?



Je n'ai pas vu une action posée aujourd'hui par la commission de réconciliation. On ne leur reconnaît pas de schéma clair et net pour conduire les Ivoiriens à la réconciliation dont ils ont tant besoin. Il y a des gens qui ont tout perdu, qu'est-ce qu'on fait pour eux? Il y a des familles qui ont été endeuillées, que fait-on pour les consoler? Pour aller à la réconciliation, il faut réparer d'abord le tort. Qu'est-ce que la commission a proposé au président de la République? C'est tout cela qu’on attend. On n'attend pas un budget pour commencer à travailler. On fait d'abord l'effort de donner un schéma, et cet effort est récompensé par ce qu'on propose.



A côté de la CDVR, une autre initiative a vu le jour avec le dialogue républicain engagé par la Primature. Votre regard sur cette initiative?



Elle est bonne. Elle comble un vide, le fait que sur le plan international, les gens sentent qu'il n'y a pas une volonté de réconciliation des politiques. Je ne vais pas parler de la population, parce qu'à ce niveau, il n'y a pas de problème. Le gouvernement doit prendre cet aspect en charge, surtout que la commission de réconciliation a failli. C'est important pour sa crédibilité sur le plan international. Surtout qu'il y a un groupuscule d'acteurs politiques, qui veulent bloquer la réconciliation pour revendiquer ce qu'ils n'ont pas eu dans les urnes. Il y a des personnes, aujourd'hui, qui veulent le malheur de notre pays pour se venger. Le Gouvernement doit veiller pour ne pas que ces personnes réussissent.



Pour vous, qui sont ceux qui attaquent? Qui a intérêt à ces coups actuellement?



Ce sont des revanchards qui ne veulent pas le bien de la Côte d'Ivoire. Je suis persuadé qu'ils ne sont pas soutenus en majorité. C'est pour cela que je vous ai relevé la réaction de la population après ces coups de feu. La population a soif de se reconstruire, elle a vu un début de travail, elle veut que cela continue dans la sérénité. Et je sais qu'il y a des hommes politiques assez responsables pour dire: ''nous voulons nous opposer à ce gouvernement d'une manière démocratique''. Mais, il y en a qui veulent revenir coûte que coûte au pouvoir en pensant que la Côte d'Ivoire est un bien personnel dont ils ne peuvent pas accepter le fait de l'avoir perdu. A l'Ouest, c'est ce qui se passe ; on va manipuler des personnes vulnérables pour s'en servir.



En parlant de revanchard, ne craignez-vous pas que le mal soit interne, avec les ex-combattants pro-Ouattara frustrés, qui n'ont eu de cesse de crier leur mécontentement d'avoir été laissés pour compte ?



Il n'y a pas que des ex-combattants laissés pour compte. Il y a des militants qui se sont battus aussi, et qui se sentent aujourd'hui spoliés, frustrés. C'est là où les partis politiques, notamment le RHDP et le RDR en particulier, doivent jouer leur partition en les rencontrant, en se mettant à l'écoute de ces gens qui se sentent oubliés, ignorés, sacrifiés pour un combat existentiel. J'ai dis que je dirai toujours la vérité pour que le président entende, parce que je ne lui rendrai pas service si je n'exprime pas ce que je pense être juste pour lui remonter les sentiments de la population.

C'est vrai qu'il peut y avoir des frustrés, mais il faut expliquer à ces populations que nous sortons de 10 ans de gabegies. Et la transition n'a pas été facile. Il y a eu des dégâts. Il faut réparer ces dégâts d'abord pour que tout le monde bénéficie du changement. D'abord la Côte d'Ivoire, car ce ne sont pas les situations individuelles qui importent. Il faut voir l'intérêt général. Ce qui importe, c'est comment nous pouvons sortir le pays de la situation actuelle pour que tout le monde en bénéficie. Ceux qui sont chargés de l'expliquer ainsi, s'ils ne font pas leur travail, les gens seront impatients et le résultat, on le connaît.



Comment appréhendez-vous le jeu du RDR dans le processus de réconciliation?



Moi, je ne suis plus dans la mentalité du RDR, du PDCI et de tous les partis qui soutiennent Alassane Ouattara. Ils doivent former un parti unifié pour soutenir l'action du président de la République. Donc, je ne suis plus dans le schéma RDR ou PDCI. Le PDCI, Houphouët l'a construit à son image pour faire de la Côte d'Ivoire ce qu'il pouvait. Tout parti politique, construit par un grand homme d'Etat, disparaît 10 ans après la mort de son fondateur. Aujourd'hui, les gens sont face à des schémas dépassés. Cette jeunesse qui souffre aujourd'hui n'a pas connu l'heure de gloire du PDCI.

C'est dans l'histoire. Maintenant, si Bédié et Ouattara veulent honorer Houphouët, le RHDP doit devenir un parti politique pour relever la Côte d'Ivoire. Le PDCI et le RDR sont des partis dépassés. On doit rassembler cette jeunesse souffrante dans un parti solide pour soutenir le quinquennat du président Alassane pour sortir notre pays de la précarité. Les partis de l'opposition doivent aussi laisser Gbagbo là où il est pour penser à la démocratie en Côte d'Ivoire. Ils doivent s'atteler à reconstruire un parti d'opposition crédible qui peut faire évoluer le pays.



N'est-ce pas un discours tardif au moment où des voix s'élèvent au PDCI pour réclamer son indépendance du RHDP?



Tout dépende de la décision de deux leaders: le président Alassane Ouattara, qui est le président du RDR et le président Henri Konan Bédié du PDCI-RDA. S'ils décident aujourd'hui, la population va suivre. J'en ai vécu l'expérience à Grand-Bassam pour la désignation du futur candidat aux municipales. Les populations disent: ''pourquoi ne pas aller en RHDP, au lieu qu'il y ait deux prétendants, l'un du RDR et l'autre du PDCI, qui se disputent!''. Voyez combien la population est en avance. Nos querelles passées nous ont amenés à la création du RDR. Nous devons tourner cette page, et avec le PDCI. On ne peut pas rénover le PDCI aujourd'hui, il faut créer autre chose. C'est-à-dire que c'est terminé, l'action d'Houphouët, et son outil de travail est caduc maintenant.



Comment créer un parti RHDP sans Bédié de plus en plus contesté par le courant de ceux qui tiennent à la rénovation du PDCI-RDA?



Tantôt j'ai lu dans les journaux que Bédié est le dépositaire du PDCI. Soyons franc, l'apport personnel de Bédié à l'élection de M. Ouattara est considérable. Je ne dirai pas le PDCI, parce que je connais des gens qui n'ont pas voté pour Ouattara au sein du PDCI. En somme, le président Bédié a pris un risque énorme en soutenant sous la bombe, Alassane Ouattara. En le faisant, il a sauvé son pays. Alassane m'a confié ceci ci: ''Mon alliance avec Bédié est solide, parce que nous voulons sortir notre pays du chaos''. Maintenant, pour répondre à votre question, le RHDP peut se construire quand le PDCI rénové peut prendre une autre direction. Nous sommes dans un pays de démocratie, ceux qui veulent s'attaquer au projet peuvent créer leur parti. Sinon, moi je suis pour la dissolution du RDR et du PDCI à un congrès qui annonce un nouveau parti pour soutenir l'action du gouvernement. De là viendra la réconciliation. Cela amènera l'opposition à se rénover sans Gbagbo.



Comment entrevoyez-vous donc l'horizon 2015, en RHDP derrière le président Ouattara déjà ?



Le contraire, ce serait créer un corps parsemé de plaies, si nous voulons vraiment consolider la paix. Aujourd'hui, la CDVR est défaillante. Un parti solidifié, et même si ça s'apparente au parti unique, est une solution pour aller à la réconciliation, comme en Afrique du Sud avec l'ANC, un parti solide et solidifié. Au sein du RHDP, il peut y avoir des tendances. Moi, j'aurais aimé que KKB se batte avec Guillaume Soro au sein du RHDP. Idem pour tous ceux qui prétendraient à la Présidence.



Sans complaisance, comment jugez-vous le pouvoir Ouattara aujourd'hui, plus d'un an après son avènement?



Vous me posez une question embarrassante. Pour certains, je ne serai pas objectif, mais je l'assume, puisque j'ai confiance en l'homme. Mais, cela ne m'empêcherait pas de dénoncer ce qui me paraît inacceptable. Mais, j'ai confiance en la capacité de l'homme à surmonter toutes les frustrations et incompréhensions, parce qu'il s'est fixé un objectif à sa vie: être utile à son pays en taisant ses propres frustrations et regrets. Je soutiens l’action de l’homme politique, de l’homme engagé. Parce qu’il avait d’autres possibilités. Mais voyez combien il donne du sien à 70 ans maintenant, parce qu’il se dit qu’il n’a pas plus tellement de temps. Alors, je veux contribuer modestement à mon niveau, à l’aider. C’est pour cela que j’ai l’intention de revenir comme il l’a demandé à tous les Ivoiriens de l’extérieur, non pas pour revendiquer des postes, mais mettre son expérience acquise au service de sa nation.



On reproche au pouvoir Ouattara de faire de la discrimination dans les choix au niveau des administrations. On parle de rattrapage, pour employer le mot sorti de la bouche du chef de l’Etat lui-même. Qu’en dites-vous ?



Il n’y a pas de rattrapage. Mais, en politique, dès qu’il y a une faille, ses opposants l’utilisent. Est-ce que pendant 10 ans, nous n’avons pas subi de catégorisation des citoyens ivoiriens ? Si tant est-il que cela est vérifié, on peut parler d’équilibrage et non de rattrapage. Le président équilibre, parce qu’il y a eu des frustrations. Réparer ces torts, ce n’est pas une discrimination. Nous sommes en politique et c’est de la communication faite autour du mot utilisé par le président. Ils ont trouvé une faille, ils s’y sont engouffrés. Maintenant, il appartient à l’entourage de faire de la communication pour éclairer l’opinion sur cet aspect des choses.



On ne faut pas se le cacher, des Ivoiriens regardent d’autres Ivoiriens (c’est-à-dire les communautés du nord) comme des populations ‘’rattrapées’’ (des privilégiés avec l’avènement du régime Ouattara). Ce prisme ne fait-il pas craindre une autre explosion demain, si le pouvoir venait à changer de main ?



Cette manière de voir les choses n’est pas propre à la Côte d’Ivoire. Cela fait partie de la faiblesse de la démocratie en Afrique. Des gens pensent que lorsque quelqu’un de leur ethnie est au pouvoir, ils sont le pouvoir. C’est aux politiques de se battre contre cette manière de voir, c’est-à-dire la tribalisation du débat. C’est peut-être bénéfique à des candidats, quand ils sortent d’une communauté assez développée, mais on ne peut pas gérer un pays comme la Côte d’Ivoire sur cette base. C’est faire un procès d’intention malveillant au président de la République que de réagir de la sorte.

D’ailleurs, j’entends le contraire dans la population. Beaucoup de ceux qui ont soutenu Alassane Ouattara se plaignent d’avoir tout donné et de se retrouver oubliés. Vous me demandiez tantôt si les coups de canon que nous entendons ne sont pas le fait de frustrés, qui n’ont pas reçu ce qu’ils voulaient. C’est cela qu’il faut résoudre. Ce n’est pas parce qu’on a été catégorisé, on a subi une injustice que si nous sommes au pouvoir, maintenant il faut refaire le même schéma. Non, on ne s’en sortira pas. Il est toujours bon de dire aux gens qu’on s’est battu contre ces pratiques, et si nous sommes au pouvoir, il faut procéder autrement. Je fais confiance au président de la République, qui malgré les difficultés, j’en suis convaincu, ne va pas tomber dans ce schéma-là.



Par deux fois, le procès de l’ex-président, Laurent Gbagbo, a été reporté à la demande de ses avocats. Comment appréhendez-vous ces reports ?



Les avocats font leur boulot, ils sont payés pour ça. Me Altit a un marché considérable. Tant que ça dure et que les partisans de Gbagbo prennent cela pour une victoire, il ne s’en plaint pas. Moi, je ne voudrais pas que le procès de Gbagbo soit un ingrédient politique en Côte d’Ivoire. Le gars a des comptes à rendre devant la justice internationale, parce qu’il a posé des actes dans son pays qui l’ont amené là où il est. Il y a des accusations contre lui, on va lui présenter les preuves, il a ses avocats avec lui, il va se défendre. Je ne souhaite pas que le RHDP, notamment le RDR, utilise ce procès comme une action politique. On ne peut pas empêcher les partisans de Gbagbo de pleurer. Je ne souhaite pas une contre-manifestation contre les actions des partisans de Gbagbo à la Haye. Que les associations des victimes soient représentées d’une manière modeste, mais pas d’une manière politique.



Pourtant, il se dit que vous préparez un déferlement bientôt sur la Haye ?



Oui, mais ce n’est pas ma conception. Je ne me suis impliqué dans cette mobilisation, parce que je pense que ce n’est pas en faisant du bruit autour de la Haye qu’on va influencer la décision des juges. Même le boucan des partisans de Gbagbo à la Haye ne sert pas la cause de Gbagbo.



Ne craignez-vous pas que ce procès attire d’autres personnes vers la Haye dans les rangs du pouvoir actuel, suite aux tueries massives qu’il y a eu durant la crise post-électorale ?



Moi, je suis pour que la justice se fasse et dans n’importe quel camp, que ce soit celui du pouvoir ou celui de l’opposition. Il faut reconnaître une chose cependant : il y a un camp qui, malgré sa défaite, a voulu confisquer le pouvoir, bravant les injonctions de la communauté internationale. Des gens se sont battus pour faire respecter le verdict des urnes. C’est pourquoi je suis un peu réservé sur les conclusions de l’enquête de la commission nationale (CNE). Parce que catégoriser les victimes en RHDP et LMP, ce n’est pas juste. Il y a eu des tueries relevant d’une situation, du fait d’un individu, il doit les assumer. Même si les combattants FRCI, qui ont été constitués pour faire face aux mercenaires et autres miliciens, ont commis des dégâts, on ne peut pas les mettre sur le même pied. Par contre, s’ils ont outrepassé la défense et commis des crimes contre l’Humanité, des crimes de guerre, ils doivent en répondre. Le président de la République a dit, pour la crédibilité de son gouvernement, que ceux qui ont commis des crimes inacceptables dans les deux camps, doivent être déférés devant la justice.



Bientôt les élections locales en Côte d’Ivoire. Vous qui aviez manifesté de l’intérêt pour les législatives avant de vous retirer, avez-vous encore ces ambitions?



Oui, j’ai encore mes ambitions. Je n’ai pas été partant aux législatives, qui sont purement politiques. Il fallait la caution d’un parti politique. Moi, je souhaiterais aller en RHDP, ce qui m’a semblé un peu difficile. Mais, je suis attaché à mon village. Certes, je suis originaire du nord, mais je suis pleinement un fils de Zikisso, où tout le monde me reconnaît comme tel. Ce sont mes frères Dida, eux-mêmes, qui m’appellent pour les municipales à Zikisso.

Parce que, pour eux, le fait que mon combat a été reconnu auprès du président Alassane Ouattara, est un atout aujourd’hui pour que le pouvoir se penche sur cette sous-préfecture délaissée, alors qu’elle était réputée être un bastion du FPI. Ces personnes se tournent vers moi, parce que si je suis candidat, c’est pour amener le président de la République dans le schéma de la réconciliation, à se pencher sur les problèmes existentiels de ces populations qu’on pensait lui être hostiles. C’est le sens de mon combat. Mais, je souhaiterais, si cela devrait l’être, que ça se passe en RHDP. C’est-à-dire un mouvement qui soutient l’action de Bédié et de Ouattara. Je suis donc partant pour les municipales, et je réunirai les conditions politiques pour y arriver.



Entretien réalisé par F.D. BONY
L'Inter

Mercredi 22 Août 2012
Vu (s) 2126 fois



1.Posté par Kouadio KOUKOUGNON le 22/08/2012 03:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
si toi, Diomandé, étant en France ici, tu dois envoyer des lettres à ton président( qui lui, est sur le terrain, avec soit disant la population qui l'a élu),pour lui dire les peines et les préoccupations de la population qu'il côtoie tous les jours, mon cher Diomandé, ton président a de sérieux problèmes.
N'a-t-il pas de conseillers sur place?
J'oubliais. comme c'est un Président étranger,il faut que tout lui vienne de l'extérieur. Il nous fait croire qu'il travaille avec des gens sur le terrain.Dja, c'est faux.

2.Posté par Kouadio KOUKOUGNON le 22/08/2012 03:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Enfin , elle est prononcée ce que le boucher de Sindou préparait dans l'ombre.
Mr Diomandé vient de dire que dans peu de temps, le plus grand parti , le respectable parti du respectable père de la nation ivoirienne, feu et excellence,Monsieur le Président Félix, Houphouet Boigny va disparaître à jamais.Il sera phagocyté par Kong ou Syndou, ça dépend de quel côté on se trouve. Voici venu, de manière claire et limpide le parti unique de Ouatra.
PDCI, à bon entendeur , prépares-toi.

3.Posté par Dadi le 22/08/2012 07:55 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si tu livres le secret d effacer le pdci c est ton problème mais être maire de zikisso sur la terre de nos ancêtres ?va être maire au nord espèce de guinéen .dagnin

4.Posté par Yves le 22/08/2012 08:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette interview est longue et comme je connais la nullité de cet homme pas la peine de la lire.
Un type qui sur France 24 ne n’était pas convaincant face a une jeune journaliste française ,qui était en manque de preuves et paroles.
Cet idiot je ne sais pas pourquoi le lire,il ne connait rien d'autre si ce n'est de délirer.

5.Posté par Miroir le 22/08/2012 11:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Adama,
Je n'ai pas lu ton'interview.
J'ai simplement lu le titre
Il faut bien remonter le nord.
Voilà des imbéciles qui interviennent n'importe comment.
Je l'ai vu faire éloges de Banny quand ce dernier était de passage à Paris à l'hotel suffren dans le 15e.
Petit voyou de merde. Ton voyou menteur psychopate est toujours à l'extérieur; tu parles d'un président. Vas te faire soigner.
JOJO[

6.Posté par ZAOTO le 22/08/2012 11:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Adama,
Ton international de président est toujours en vadrouille.
Toi tu parles de Zikisso.
Quel Dida qui a besoin de toi.
Descends un peu sur terre.
Bande d'ignorants de falsificateurs de tricheurs de dipômes et j'en passe.
Vous verrez un jour.

7.Posté par Kouadio KOUKOUGNON le 22/08/2012 16:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Toi, Diomandé? encore toi ici?
Toi, l'envoyé de lucifer qui, sur le plateau de télé en 2009, accusant le Directeur du port d'Abidjan du temps de Gbagbo, comme étant le commanditaire du versement des déchets toxiques à Abidjan , lorsque le journaliste de 3A télésud , Elie Smith te demandait le nom de ce Directeur du port(Gossio Marcel que tout bon ivoirien sait); Diomandé, tu as été incapable de dire son nom. C'était la consternation totale sur la plateau de la télé;au point le journaliste surpris te demande, monsieur, vous ne connaissez même pas le nom de la personne que vous accusez? Il a fallu le secours, pendant la pause publicitaire de 5mn ,pour qu'un vigile te le souffle à l'oreille.
C'est toi ici là?
En fait, on finit tous par comprendre, avec des gens comme vous que, non seulement Ouatara n'est pas l'homme de la situation en CI, mais vous qu'il nomme aussi, vous êtes vous aussi , surpris de là où il vous a parachutés.Regardez votre collègue Kandia; elle ne peut même pas prononcer la phrase, lors d'une réunion, "Bienvenus les invités!" sans que cela ne lui soit écrit , en caractère gras et en couleur? Regardez-moi ça.
Je commence à donner raison à ceux qui disent qu'il est grand temps qu'on vous arrête. sinon, la CI serait irrécupérable dans 2 ans.

8.Posté par cool le 22/08/2012 19:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
qu'ils aillent un jour dans leur village je leur demande pardon faite un tour le week end svp les diomandé et autres

9.Posté par cool le 22/08/2012 19:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ah donc l'autre ne pouvait pas travailler quoi?c'est dramane qui peut travailler? il a empêché l'autre de travailler et lui il veut travailler ahh bon celui son congé va dans son village et celui son congé prend son temps a voyagé c'est le quel qui aime son pays ce qui est bien entre nous ivoiriens on se connais reste l'entente soyons vigilant les frères Dieu nous protège

10.Posté par Adiko le 23/08/2012 00:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
on comprend pourquoi la Côte d'Ivoire est en danger, des idiots de l'espèce d'adama diomandé, collaborateur du mossi dramane, j'ai mal pour mon pays. Zikisso n'appartient pas aux diomandé. mais adama diomandé tu seras élu à la manière du rattrapage ethnique

11.Posté par luxxor le 23/08/2012 00:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce Monsieur est un inculte et irresponsable. sa haine contre le PR Gbabgo va le tuer un jour. C'est un Minable et arrogant. C'est un falsificateur.

12.Posté par Fatim le 23/08/2012 01:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Madame adama diomande est Ce que vous comprenez ce que vs dites? Espece d idiot, mendiant, escro. Je ne veux plus que tu dises le nom de mon presi encore parce que vs n avez pas joue les billes ensemble. Vs etes incomparable ok! Dechet la.......

13.Posté par Hermann N'da le 23/08/2012 20:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cet activiste tribaliste du RDR ne peut pas nous convaincre. Lui qui a toujours tenu des propos extrêmement haineux contre GBAGBO et ses partisans chaque fois que l'occasion lui est donnée sur leur chaine néo coloniale de France 24.
il parle de 10 ans de gabegie du régime GBAGBO alors que le RHDP était largement majoritaire dans le Gouvernement de GBAGBO.
Alors qu'il a soutenu une rébellion armée depuis plus de 10 ans, c'est lui qui vient nous parler de réconciliation aujourd'hui? Que ce monsieur comprenne que dans toute société humaine, il y a toujours des contradictions internes, lesquelles ne doivent jamais être corrigées par la voie des armes. Si lui et son RDR-RHDP coalisés ont pris les armes hier pour se faire entendre, qu'ils comprennent que les mêmes causes produisant les mêmes effets, les contradictions étant inhérentes à toute vie sociale, d'autres groupes emprunteront, d'une manière ou d'une autre, des voies similaires pour parvenir à leurs fins. Le sieur DIOMANDE, vous avez semé, acceptez de récolter. C'est la période des récoltes. C'est la loi de cause à effet. Vous ne pouvez pas échapper à votre destin. Soyez-en certains. C'est même trop tard. Je sais de quoi je parle.

14.Posté par Hermann N'da le 23/08/2012 22:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salut amical à FATIM et DORIANE, nos deux GUERRIÈRES INTRAITABLES. La Révolution Permanente est fière de vous.

CE COMMENTAIRE SPÉCIAL POUR VOUS:

ADAMA DIOMANDE veut se présenter à des élections à ZIKISSO (DIVO), chez les DIDA. Il veut contribuer ainsi au développement de cette cité. OK. Mais qu'il ne vienne pas nous dire, dans quelques années, que le NORD est en retard, délaissé et patati et patata. Qu'il aille directement, cette fois-ci, se présenter dans son village. S'il en a un. Ou bien?
Coucou à GAOU;

15.Posté par Yuotam le 25/08/2012 20:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce Guinéen de merde, est un apatride, comme son menteur de mossi Drame le moro naba adokaflêt 1er, avec sa pute JUIVE, ce qui est fou avec tous ces bognôrôdjan, Usurpateur de pays et de région, ce connard veut se présenter à DIVO, na t' il pas de région.

Aller voir cette vidéo, comment les Frères Cissé maltraitent les ressortissant d'Alépé, je suis très très très calme.

http://www.youtube.com/watch?v=tgqZ8vLanqM&feature=relmfu

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !