Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Endettement colossale de la Côte d’Ivoire: Ouattara compromet l’avenir des générations futures

le Mardi 7 Mai 2013 à 05:42 | Lu 1225 fois



Endettement colossale de la Côte d’Ivoire: Ouattara compromet l’avenir des générations futures
Le Front populaire ivoirien a organisé, samedi dernier, un séminaire sur l’endettement de la Côte d’Ivoire. Le parti créé par Laurent Gbagbo a cloué au pilori la politique d’endettement du pays sous Ouattara qui n’est pas sans risque sur les générations présentes et futures.

L’alternative crédible à la gestion chaotique de la Côte d’Ivoire par le Rassemblement des républicains (Rdr) d’Alassane Ouattara demeure le Font populaire ivoirien (Fpi). Le Rdr porté au pouvoir dans la brutalité par la communauté internationale a une politique de la dette du pays qui compromet dangereusement l’avenir des générations présentes et futures.

C’est le substrat du séminaire que le Fpi a organisé, le samedi 4 mai 2013, à l’ex-QG de campagne de Laurent Gbagbo, dans le cadre de la célébration de la 15è édition de la Fête de la Liberté. Autour du thème central : « les enjeux de la reprise de l’endettement de la Côte d’Ivoire par la gouvernance Ouattara », le panel composé de quatre cadres du Fpi, tous des économistes avertis, a posé la problématique de l’endettement de la Côte d’Ivoire par les différents régimes (Houphouët-Boigny, Bédié, Gbagbo, Ouattara) avant d’arriver à la conclusion que le surendettement dans lequel Ouattara entraine le pays aura inéluctablement des conséquences négatives sur les finances publiques du pays.

C’est l’avertissement donné par Dr Diegba Koto Blaise, enseignant-chercheur à l’Inphb de Yamoussoukro. Pour lui, le régime Ouattara mène une course effrénée vers un endettement massif sans se préoccuper des conditions dans lesquelles il endette la Côte d’Ivoire. Dans le style, tant qu’il peut emprunter à l’extérieur Alassane Ouattara ne s’en prive pas, du moment où ce n’est pas lui qui va rembourser. Cela pose donc la question de l’endettement optimal.

Or, selon lui, la Côte d’Ivoire ne remplit pas les conditions pour un endettement massif. Il prend pour exemples la situation très fragile des exportations qui reposent en grande partie sur la filière café-cacao ; les recettes fiscales qui sont en dents de scie ; la richesse nationale qui n’offre pas de garantie de croissance, et surtout le pays qui est très vulnérable aux chocs extérieurs. Il a donc abouti à la conclusion que le bilan à mi-parcours de la gestion du pays par Alassane Ouattara est inquiétant et que du fait du poids de l’endettement du pays, les perspectives économiques sont sombres et l’avenir du pays hypothéqué. «On ne développe pas un pays en s’appuyant sur la dette, mais plutôt sur les ressources internes », a-t-il dit.

L’approche de
Laurent Gbagbo

Le président Laurent Gbagbo n’a-t-il pas eu recours à la dette extérieure ? L’économiste-journaliste Maurice Lohourignon répond par l’affirmative. A une nuance près que, selon lui, ce recours à l’extérieur était encadré et occasionnel. A preuve, l’instauration du budget sécurisé qui impose au pays de ne compter en plus grande partie que sur ses ressources propres à travers une maximisation des recettes et une gestion rigoureuse des finances publiques. Et par la suite la mise en place de budgets prudents qui obéissent à la même logique que l’endettement n’est pas une fatalité. L’objectif global est d’éviter les erreurs du passé.

En effet, rappelle Maurice Lohourignon, les difficultés économiques de la Côte d’Ivoire commencent au début des années 1980 et sont marquées par les premières secousses socio-économiques et financières, liées aux multiples emprunts extérieurs du « mirage ivoirien » (expression plus indiquée que le « miracle ivoirien ») de la période Houphouët-Boigny. Elles sont étayées par quelques repères tangibles. Notamment la baisse des recettes d’exportation des principaux produits café, cacao, (campagne 82-83), le lancement des programmes d’ajustement structurel (PAS), dès 1982), le démantèlement de la Caisse de stabilisation et de soutien des prix des produits agricoles (Caistab) dès la campagne 89-90. On note également la libéralisation des filières agricoles, la privatisation des sociétés d’Etat et la dévaluation du FCFA en janvier 1994. « Ces repères économiques sont complétés par des repères de gouvernance ainsi que des chiffres qui permettent déjà de situer la responsabilité et le niveau de l’endettement du pays. En effet, en 1993 à l’arrivée au pouvoir de Konan Bédié, la dette extérieure de la Côte d’Ivoire s’élève à 4200 milliards FCFA, soit 142,5% du Pib. Elle atteindra 8500 milliards FCFA en 1996, soit 155% du Pib », soutient-il.

C’est alors que ce que Maurice Lohourignon appelle les « experts de la haute finance » irradient autour des acteurs au développement la notion de la dette et son traitement. Il rappelle ainsi les réflexions et les démarches qui vont conduire, de 1985 à 1996, au programme de l’initiative Pays pauvres très endettés (PPTE). Il s’agit d’un traitement différent du rééchelonnement, qui concerne les pays lourdement endettés, qui ne sont plus capables de rembourser leur dette et qui, du coup, deviennent un « danger » pour toute l’économie mondiale.

Gbagbo hérite
d’une dette de
6.700 milliard Fcfa

Cette nouvelle approche vise à alléger leur dette pour la rendre soutenable afin de leur permettre de continuer le remboursement. On s’aperçoit alors que la définition est plutôt opérationnelle. Elle renvoie à des indicateurs, à un niveau d’endettement déterminé : une dette supérieure à 150% du Pib et dont la « soutenabilité » excède le ratio de 250% du Pib.

La Côte d’Ivoire ayant atteint ces niveaux en 1996, le régime Bédié n’avait plus qu’à postuler !
Ainsi, soutient l’exposant, quand Laurent Gbagbo est élu président de la République en Octobre 2000, il hérite d’une dette de 6700 milliards FCFA et d’un taux de croissance négatif. Mais le plus important, c’est que la communauté internationale ne le connait pas assez bien parce qu’il n’est pas issu de la sphère économique. Car, il s’agit de savoir si ce nouveau président - qu’on n’attendait pas à cette haute fonction - a la volonté et la capacité de rembourser leur argent.

Pour les rassurer, le premier geste fort que pose Laurent Gbagbo, c’est de rembourser les 18 milliards FCFA de l’Union européenne que le régime précédent avait vendangés dans des factures douteuses au ministère de la Santé. Il engage par la suite des réformes pour mettre plus en confiance de la communauté financière internationale.

Ainsi, une atmosphère nouvelle semble renaître entre la Côte d’Ivoire et les institutions internationales. Ce qui permet de reprendre les négociations concernant la mise en œuvre de l’initiative PPTE. On se rappelle toute la campagne de raillerie orchestrée en son temps par l’opposition qui trouvait dégradant que la grande Côte d’Ivoire (40% de l’Uemoa) soit qualifiée de pays pauvre. Le conférencier donne une comparaison imagée pour marquer cette volonté de Laurent Gbagbo, c’est la situation de l’ancien ministre qui continue d’être « traité avec les honneurs dus à son rang ». On lui demande des cotisations identiques à celles des ministres en fonction, alors qu’il n’a plus les mêmes moyens financiers.

La dette tombe à
4.000 milliards Fcfa.

La Côte d’Ivoire était un pays à revenu intermédiaire, mais tellement endetté qu’elle ne pouvait plus supporter les engagements liés à ce rang. Il était donc plus juste, pour le président Laurent Gbagbo de se battre pour sortir le pays de ce rang devenu une chaîne, renoncer à ces honneurs artificiels et encombrants pour revêtir, comme d’autres pays autour de nous, l’habit de pays pauvre très endetté et bénéficier des facilités offertes à ce titre pour sortir de la pauvreté.

Cependant, selon le panéliste, Laurent Gbagbo n’en a pas pris la graine parce que l’initiative PPTE comporte par endroits des actions contenues dans son programme économique telles que l’amélioration de l’accessibilité et de la qualité des services sociaux de base, la préservation de l’environnement, la promotion de l’égalité du genre et de sécurité sociale, et la décentralisation comme moyen de participation des populations au processus de développement et de réduction des disparités régionales.

L’exposé en vient alors à la gestion-même du programme de l’initiative PPTE, aux actions de la gouvernance Gbagbo pour maitriser ce programme. L’objectif était de continuer à honorer le service de la dette, de l’ordre de 400 milliards FCFA par an, et être en mesure de réaliser le programme de la Refondation pour lequel il a été élu. Toute la rigueur et le sérieux mis dans gestion des ressources de l’Etat vont aider à une meilleure mobilisation des recettes.

« Ainsi, le budget de la Côte d’Ivoire passe progressivement de 1289,1 milliards FCFA en 2001 à 2529,5 milliard FCFA en 2009. Ces efforts de gestion et de bonne gouvernance, ajoutés aux négociations politiques engagées par le président Laurent Gbagbo, jusqu’à l’Accord politique de Ouagadougou (APO), vont aboutir à l’atteinte du point de décision du programme de l’initiative des PPTE le 31 mars 2009. On note qu’avec cette nouvelle gestion de la dette, la Côte d’Ivoire a pu rembourser régulièrement le service de sa dette. De sorte qu’à fin 2010, la dette de notre pays a diminué pour retomber à 4000 milliards FCFA, contre 6700 milliards FCFA en 2000, soit une baisse de 40%. Le ratio de la dette extérieure par rapport au Pib est tombé également à 16,6% contre 88,7% en 2000 », explique Maurice Lohourignon.

Toujours selon lui, toutes ces performances seront reconnues par les bailleurs de fonds au moment de l’atteinte du point d’achèvement, dans un rapport du Fmi de septembre 2012. Ce rapport note en effet qu’« (…) En 2009, l’économie ivoirienne a tiré avantage de l’amélioration relative de l’environnement sociopolitique, économique et financier. Cette situation a permis au gouvernement (du président Gbagbo, ndlr) de conclure un programme économique et financier appuyé par la Facilité élargie de crédit (FEC, ex-FRPC) en mars 2009, assorti de l’atteinte du point de décision de l’initiative en faveur des Pays pauvres très endettés (PPTE), de bénéficier d’appuis financiers extérieurs contribuant à l’apurement substantiel des arriérés de paiements intérieurs et d’obtenir une restructuration de la dette vis-à-vis des créanciers membres du Club de Paris. ».

Le même rapport ajoute : « (…) En Côte d’Ivoire, l’économie a relativement bien résisté aux effets de la crise financière mondiale de 2008. Le taux de croissance du Pib s’est établi à 3,8% en 2009 contre 2,3% en 2008, excédant pour la première fois le taux démographique (2,9%), depuis 1999.».

Ainsi, après l’atteinte du point de décision, le 31 mars 2009, la Côte d’Ivoire avait à réaliser 13 déclencheurs pour parvenir au point d’achèvement. Et lorsque ce point est atteint en juin 2012, les bailleurs de fonds (Banque mondiale, Fmi et Bad), dans leur évaluation, écrivent que sur ces 13 déclencheurs, 8 déclencheurs ont été effectivement réalisés entre 2009 et 2010. La réalisation des 5 déclencheurs restants a fait l’objet d’une dérogation en raison de la crise post-électorale dans le pays.

Les bailleurs de fonds félicitent le régime Gbagbo

C’est pourquoi le conférencier retient que le président Gbagbo a été spolié d’une victoire, puisque tous les déclencheurs ont été réalisés sous lui. Les tenants de la communauté financière internationale ont décidé de l’achever avant l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative des PPTE. Lequel sera accordé gracieusement par la formule des « dérogations », à celui qu’ils ont choisi de mettre à sa place par les armes. « Il s’agit de la diabolisation du régime Laurent Gbagbo, devant le succès de sa politique de gestion de l’initiative PPTE. Au plan interne, elle est conduite par la rébellion qui s’active sur le plan diplomatique où elle mène une campagne sur le travail des enfants dans les plantations de cacao, les assassinats montés de toute pièce pour accuser un supposé « escadron de la mort qui serait proche du couple présidentiel etc.

Elle gère pratiquement toute la moitié Nord du pays où elle lève un impôt spécial pendant que ses représentants sont membres du gouvernement Gbagbo. Ceux-ci détiennent même des postes-clés tels l’Agriculture, le Commerce, l’Industrie et même l’Economie et Finances comme on le découvrira après la chute du régime. Faisant ainsi obstruction à la réussite de la gouvernance Gbagbo. Au niveau international, les pays qui gouvernent les institutions financières imposent une surveillance stricte de l’utilisation des allègements obtenus dans la réalisation des programmes sociaux jugés alors irréalistes ou inadéquats. Ils réclament en même temps des élections alors que le programme de désarmement qu’ils financent par ailleurs n’est pas encore achevé. Cela conduit à la mise à l’écart des actions de développement intégré qui s’inspire de la base de la politique de la Refondation», conclut-il.

Le fpi, la vraie solution aux problèmes de la Côte d’Ivoire

Le Fpi et sa politique de Refondation est la seule alternative qui se présente aux malheurs de la Côte d’Ivoire relativement à la gestion du régime Ouattara.
Pour le Dr. Boni Béda, maître-assistant à l’niversité de Cocody, le parti de Laurent Gbagbo présente plus de crédibilité que le Rdr au pouvoir.

Il rappelle que le Fpi a été créé officiellement en 1982. C’est un parti qui prône l’alternance pacifique, soutient les libertés syndicales et politiques. Il soutient également une économie sociale du marché qui place l’Ivoirien au centre des décisions d’investissement. Toujours selon lui, le Fpi a mis un point d’honneur dans la gestion des finances publiques : transparence (amélioration et vulgarisation du Sigfip), efficacité (appel à candidature aux postes-clés de l’administration financière), restructuration du cadre réglementaire qui responsabilise les gestionnaires des fonds publics, et surtout une discipline budgétaire qui évite au mieux le recours à l’emprunt extérieur. Quand Laurent Gbagbo a été chassé du pouvoir, la Côte d’Ivoire revendiquait un excédent budgétaire de 113.385.312.240 FCFA.

Pour un pays où une partie des recettes était gérée par une rébellion qui était aussi prise en compte par les ressources générées par la partie gouvernementale.
Quant au Rdr, il a été créé le 27 septembre 1994. Pr Boni Béda le dépeint comme un parti néolibéral qui excelle dans la violence, place l’intérêt des étrangers avant celui des nationaux, applique une politique de discrimination ethnique ou «rattrapage ethnique », selon l’expression d’Alassane Ouattara, qui ronge la décence sociale. Au chapitre économique, le Rdr pratique un libéralisme sauvage du laisser-faire où les plus gros dévorent les plus petits, où les ressources productives sont contrôlées par les multinationales qui ont contribué à l’installer au pouvoir. Le budget tient sur les aides budgétaires et les emprunts extérieurs systématiques. Aux surfacturations des commandes aux détournements des fonds, il faut ajouter la gestion de l’économie par ordonnance.

En conclusion, Dr. Boni Béda indique que la politique de surendettement du régime Ouattara est très dangereuse pour le pays. Elle le rend vulnérable vis-à-vis de l’extérieur car celui qui donne, c’est lui qui ordonne. La décision idoine est celle de ramener le Fpi au pouvoir pour redresser l’économie et redonner la dignité à l’ivoirien», a-t-il dit.

Faisant le diagnostic de la crise de l’endettement, le Pr Adiko Bernard, enseignant-chercheur à l’université de Cocody, souligne que la Côte d’Ivoire a été contrainte de choisir de s’endetter au moment où l’épargne nationale s’est avéré insuffisante pour contrer les méfaits de l’eurodollar, du pétrodollar, des euro-obligations etc. Et face aux besoins de financement du pays, la dette s’est accrue de façon vertigineuse de 1973 à 1997 : 100 milliards FCFA (1973), 6500 milliards FCFA (1987), 4630 milliards FCFA (1991), 13103 milliards FCFA (1997). En 2000, la dette s’élevait à 7182 milliards FCFA. Selon lui, grâce à sa politique de désendettement, Laurent Gbagbo a réussi à ramener le fardeau de la dette à une proportion acceptable de 4000 milliards FCFA. A fin 2012, la dette de la Côte d’Ivoire était de 6175 milliards FCFA, malgré l’atteinte du point d’achèvement et les félicitations du Fmi.



J-S Lia liasylve@yahoo.fr
notrevoie

Mardi 7 Mai 2013
Vu (s) 1225 fois



1.Posté par Romx le 07/05/2013 09:13 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Grand Hommage á Monsieur Paul Antoine Bouabré.

2.Posté par ARMAND YORHAUD le 07/05/2013 14:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le probleme du PR LG etait un probleme de communication . sachant qu''il nétait ni lhomme voulu par la communauté internationale ni d'une ethnie "presidentiable" pour les caciques tribalistes de ce pays il aurait du investir enormement dans la communication pour au moins informer les gens de mauvaise foi des pas qu'il posait pour le pays. Wa atra lui est expert en communication mensongere , peut grossir un evenement dont il n'est pas lauteur , se lapproprier et faire croire à l'opinion publique que c'est nouveau en Cote d'Ivoire . aujourdhui ouattara et ses partisans font croire que LG n'a strictement rien fait pour ce pays.....alors que il est evident que Watra est un vendeur d'illusion et qu'en matiere de gestion , de gouvernance economique et politique ne fait pas le poids devant LG , malgré toute l'onction dont il beneficie de la communauté inter ilnationale malgré qu'il gere le pays en roue libre, ce dont LG n'a jamais beneficié.

le FPI n'est pas non plus blanchie dans la perte de souveraineté de ce pays. vous saviez que tout le monde voulait les ressources de ce pays, et que les non nationnaux dominaient deja la sphere economique mais , vous avez contribué directement ou indirectement au renforcement de leur pouvoir economique en ne pratiquant pas ce que ouattara appelle aujourdhui rattrapage. on peut critiquer watra pour son incompetence mais pas pour sa logique de deconstruction de la souveraineté de ce pays...il sait bien ou il va. ....A votre temps les refondateurs, il est connu qu'il fallait payer des sommes colossales pour entrer à la fonction publique. et vos tarifs obeissaient à la loi de l'offre et de la demande. ..il est evident que tous ceux qui pouvaient payer pouvaient donc acceder aux postes....ce n'est .vraiment pas un comportement strategique pour des gens qui veulent proteger leur pays de l'invasion. ...que dire du secteur privé; envahi deja par les non nationnaux ...rien n'a eté fait pour permettre aux Ivoiriens de se repositionner progressivement dans ces secteurs. mais vous preferiez comme les autres proteger implicitement vos rentes avec ces predateurs etrangers quelque soit ce que ca coute en matiere de souveraineté nationnale. quelques un dans votre regime l'avaient compris mais combien ils etaient et quel a eté leur impact regionale dabord puis nationale en matiere d'eveil des consciences pour le combat de la souveraineté economique .

yaako à nous tous, j'espere que vous avez bien medité les lecons du passé et que vous ne cherchez pas à revenir au pouvoir pour continuer la logique de partage de gateaux.

3.Posté par Hermann N'da le 07/05/2013 17:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A QUI PROFITE LA LÉTHARGIE EN AFRIQUE?

Déconstruire la CI, l'affaiblir et la livrer aux "charognards" en vue d'une destruction totale avec la perspective d'un nouveau recommencement sous la houlette des mêmes....

L'objectif final consiste à retarder ou à empêcher le décollage de ce pays et partant de la sous-région voire de l'Afrique toute entière, telles sont les missions assignées à Dramane OUATTATRA.

4.Posté par souscek le 07/05/2013 19:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Armand et herman ont tous les deux raison, l'un sur le plan intérieur et l'autre sur le plan extérieur ! En politique, il y a 20% de "faire" et 80% de "faire savoir ce qu'on a fait" ! drame âne wat à rat fait 20% de mensonge et 80% d'illusion ! Il n'est pas meilleure en communication, mais il a avec lui toute la presse tenue par les charognards marchants d'armes et d'illusions, dont il est un haut gradé. Après avoir tenu 10 ans face à cette machine de destruction, GBAGBO n'avait plus qu'une chose à faire, éliminer de la course présidentielle, lui, bète de dié, drame âne ! Peut importe qui aurait été le suivant, on y aurait gagné à le savoir en vie, libre et pas de chaos chez nous !

5.Posté par yobo le 07/05/2013 19:57 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
lorsque j'entend dire ouattara compromet l'avenir des générations futures ,non les gars ,c'est de nous qu'il s'agit. depuis sa prise de fonction de 1er ministre pour redresser le pays ,c'est en ce moment que cette génération future que nous sommes a eue l'avenir compromettant.
nous allons bientôt parler d'une génération à l'avenir promettant ....
le ciel s'assombri et Dieu est plus pressé que nous en ce moment ,on fait vite les gars Dieu nous guide dans l'inconnue ....
merci à tous les membres de la RP...

6.Posté par ABÉLARD le 11/06/2013 13:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'étais désespérément besoin d'un prêt de 100,000.00 pour créer une entreprise en Ukraine, et j'étais tellement heureux un ami de mon moi à un site dirigés ont été j'ai trouvé un véritable prêteur de prêt. Je contacte abacusfunding@ymail.com et mon prêt a été approuve sur mon compte bancaire, le lendemain de 48 heures. Contactez-les si besoin

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !