Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

En tournée dans la région des montagnes Koua Justin : « Le peuple attend la liberté totale de Laurent Gbagbo »

le Mercredi 6 Novembre 2013 à 07:55 | Lu 687 fois



Biankouma, Gogouiné, Logoualé, Blolé, Kouibly, Facobly, Krikouma, Gbangbegouiné, et enfin Man. En trois jours, vendredi, samedi et dimanche, le secrétaire national de la Fpi, Koua Justin, a parcouru toutes ces localités, dans la région des Montagnes.

Une région où le parti de Laurent Gbagbo avait, pratiquement cessé toute activité politique depuis septembre 2002 parce que ses militants étaient la cible des rebelles qui l’occupent. Ils n’osaient plus afficher leur appartenance à ce parti dans les villes et villages de peur de se faire cribler de balles «parce que être militants du Fpi est considéré dans ce pays comme un crime, encore plus depuis la guerre postélectorale», ont fait observer les fédéraux Fpi et Jfpi dans les différentes localités visitées.

Pour nous, le Fpi est
une religion

Mais, l’arrivée de Koua Justin leur a redonné du courage. Ils ont dominé cette peur pour ces premières réunions avec le Fpi depuis l’irruption de rébellion du Nord. Ils ont sorti leurs chemises et pagnes Gbagbo, sous le regard médusé des soldats Frci qui s’interrogeaient sans doute sur la soudaine réapparition des militants Fpi, habillés dans tenues à l’effigie du président Laurent Gbagbo alors qu’ils les croyaient tous «enterrés» pour de bon.
«N’ayez plus peur.

Frci ne peut plus tirer sur quelqu’un. Dozo ne peut plus tirer ne peut plus tirer sur quelqu’un. Regardez-les bien et vous verrez, la peur s’est installer dans leur camp. Alors, mobilisez-vous, organisez-vous parce que nous reprenons le combat dans la région des montagnes là où nous l’avons laissé.

Man doit demeurer le bastion de Fpi qu’il n’a jamais cessé d’être», a-t-il martelé au cours de ses différents meetings. «Pour nous, le Fpi est une religion. Vous pouvez voir quelqu’un qui ne s’affiche pas Fpi publiquement parce qu’on nous a trop massacrés ici, mais son cœur est Fpi, son cœur est Gbagbo. On n’a pas tous la même façon d’affronter le danger. Les gens ont peur parce que ceux qui tiraient sur nous, sont ceux qui sont devenus Frci, l’armée de Côte d’Ivoire», a dit le Fédéral de Logoualé, Zio Paul André. Avant de demander, comme ses camarades de lutte des autres localités à Koua Justin, des nouvelles «de notre président, celui que nous avons élu».

Liberté totale, pas de liberté provisoire

«Les gens ont dit que c’est fini pour Gbagbo Laurent, que c’est fini pour le Fpi. Ouattara a même dit que Gbagbo tenait encore au pouvoir parce qu’il utilisait l’argent pour corrompre les Ivoiriens. Aujourd’hui, ils se rendent à l’évidence que le peuple c’est Gbagbo, parce que Gbagbo connaît son peuple et son peuple le connaît. Les gens ont dit aussi que Gbagbo est un criminel, un violeur, un voleur. Et c’est pour ça qu’ils l’ont déporté à la Cpi. A l’épreuve des preuves, la Cpi n’a rien. Ouattara et ses camarades Ocampo et Bensouda ont compilé les coupures de leurs journaux et sont allés déposer ça devant les juges. Ces juges qui n’y voyaient aucune preuve sérieuse, ont demandé à Bensouda d’aller revoir sa copie.

Donc, la Cpi n’a rien contre Gbagbo. Alors, il ne lui reste plus qu’à lui rendre sa liberté. Vous entendez que la Cpi lui a refusé la liberté provisoire. Mais n’ayez aucune crainte parce que ce que le peuple attend, ce n’est pas la liberté provisoire. Ce que le peuple attend, c’est la liberté totale de Laurent Gbagbo parce qu’il n’est coupable de rien.», a rassuré le National des jeunes du Fpi. Pour Koua Justin, ceux qui se sont rendus coupables de viols collectifs, de vols et de braquages de banques centrales, de crimes contre l’humanité, ce sont les Frci, ces hommes étranges, leurs com’zones, leur chef Guillaume Soro et leur parrain Alassane Ouattara que les Ivoiriens ne connaissent pas et qui ne connaît pas les Ivoiriens.

La misère nationalisée sous Ouattara

Et parce qu’il ne connaît pas les Ivoiriens, il gouverne mal le pays. D’où la misère qu’il a nationalisée. «Le litre d’huile qui coutait 700F sous Gbagbo coûte sous Ouattara 1200F. L’anacarde qui coûtait 700F sous Gbagbo coûte 35F. L’hévéa, le cacao, le palmier, le café etc., plus rien ne s’achète à bon prix», a-t-il déploré. Mais, selon lui, l’espoir est permis parce que Laurent Gbagbo reviendra, très bientôt, pour redonner la prospérité à la Côte d’Ivoire. La foi militante s’est rallumée dans la région des montagnes avec le passage du Koua Justin en attendant l’arrivée très prochaine d’Affi N’Guessan.


Bruno Kouadio envoyé spécial
Notrevoie

Mercredi 6 Novembre 2013
Vu (s) 687 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !