Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

En Côte d’Ivoire, la réconciliation à la peine

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Lundi 15 Septembre 2014 à 18:01 | Lu 538 fois

Trois ans après sa création, en 2011, la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR) a commencé début septembre ses audiences publiques.



Inspirée de l’Afrique du Sud post-apartheid, c’est un forum où témoins, victimes et responsables viennent parler et se demander pardon. Elle n’a pas le pouvoir d’amnistie.

La tâche est loin d’être gagnée. À ce jour, aucun proche du président Ouattara n’a été inquiété.


Assis sur une chaise, un homme raconte pendant plus d’une heure son histoire. À sa droite, sept commissaires de la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR) de Côte d’Ivoire l’écoutent, le relancent parfois.

Originaire de l’ouest du pays, une région qui a connu parmi les pires atrocités de la décennie de crise politique, il raconte les tensions entre communautés, sa fuite, la perte de plusieurs proches, tués, les blessures subies. « On me dit parfois qu’il faut oublier, dit-il en concluant. On ne peut pas oublier… mais on peut pardonner. »

La CDVR a commencé début septembre ce qui était attendu comme son grand moment : les audiences publiques des victimes du début du multipartisme en 1990 aux violences post-électorales de 2010-2011. Pendant deux mois, une centaine de victimes – et quelques bourreaux –, sur les 63 000 auditionnées, vont venir témoigner à Abidjan, la capitale économique. Les victimes sont issues de différentes régions et ethnies du pays.

La CDVR est un forum

« Nous voulons que la nation tout entière se voie dans ces témoignages. Qu’ils réveillent aux Ivoiriens l’indignation, la répulsion, et qu’ils suscitent le rejet définitif de la violence », expliquait à La Croix le président de la commission Charles Konan Banny à la sortie d’une audience.

Inspirée de la Commission vérité et réconciliation de l’Afrique du Sud post-apartheid, la CDVR est un forum où témoins, victimes et responsables viennent parler et se demander pardon. Elle n’a pas le pouvoir d’amnistie.

Cette catharsis nationale est nécessaire mais la tâche est loin d’être gagnée. Selon Yacouba Doumbia, président du Mouvement Ivoirien des Droits Humains (MIDH), il manque un engouement populaire. « Les audiences publiques sont trop sélectives. Cela échappe aux Ivoiriens alors que l’objectif est de parvenir à la réconciliation », dit-il.

L’auditorium, minuscule, ne peut accueillir plus de 50 personnes et se situe au sein du très chic Ivoire Golf Club, un complexe fréquenté par la haute société abidjanaise pour sa piscine olympique et son parcours de golf. « Le choix du lieu est absurde. La CDVR paye un prix exorbitant pour cela. C’est malheureux… », estime un expert de la justice transitionnelle.

Selon lui, la CDVR s’est, à tort, centralisée à Abidjan. « L’accès aux auditions aurait dû être accessible à tous. Tout le monde ne peut pas venir jusqu’à Abidjan. La commission aurait pu se déplacer ou faire venir les populations quand sont abordés les problèmes de leur région », dit-il.

Audiences en différé

Certes, la télévision publique commence depuis mi septembre à retransmettre les audiences mais en différée. « La retransmission aurait dû être faite en direct depuis une plus grande salle. Il aurait fallu quelque chose de plus grandiose, de plus symbolique », estime Yacouba Doumbia. La commission justifie ses choix par des questions de sécurité.

Il lui sera par contre plus difficile de justifier le manque évident de préparation. Lors de cette première semaine d’audience, certaines victimes ne semblaient pas préparées à s’exprimer en public. L’attitude de quelques commissaires, peu au fait des dossiers, frôlait parfois le mépris et l’impatience.

Critiques autour de Charles Konan Banny

Selon les observateurs, ces débuts balbutiants sont le reflet des problèmes inhérents à cette instance depuis sa création il y a trois ans. Ils pointent son refus de collaborer avec les organisations de défense des droits de l’homme et la société civile, et le fait qu’elle soit centrée autour de son président Charles Konan Banny.

Membre d’un des partis de la coalition au pouvoir, ancien premier ministre sous Laurent Gbagbo, ce dernier est perçu comme trop politisé. On l’accuse d’utiliser la CDVR comme un tremplin pour ses ambitions politiques.

Pour Éric Semien, un militant des droits de l’homme, il sera aussi compliqué pour la commission de convaincre les Ivoiriens qu’elle peut les réconcilier tant que la justice est inféodée au pouvoir. À ce jour, aucun proche du président Ouattara n’a été inquiété par la justice.


Le parti de l’ex-président Laurent Gbagbo se retire de la commission électorale

Le Front populaire ivoirien (FPI), parti de l’ex-président Laurent Gbagbo, ne siège plus, depuis lundi 15 septembre, à la Commission électorale indépendante (CEI), l’organisme chargé de l’élection présidentielle de 2015. La CPI « n’est pas de nature à garantir des élections transparentes ni la paix », a justifié Alphonse Douati, un des responsables du FPI.

Pour preuve, à ses yeux, la réélection de Youssouf Bakayoko à la tête de la CEI, la semaine dernière. Personnalité du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, coalition au pouvoir), Youssouf Bakayoko présidait déjà la CEI en 2010 : à ce titre, il avait annoncé la victoire d’Alassan Ouattara contre Laurent Gbagbo à l’issue du second tour de l’élection présidentielle de novembre 2010. Un résultat refusé par Laurent Gbagbo et qui précipita le pays dans la guerre civile.

Le retrait du FPI de la CEI n’annonce pas une élection présidentielle apaisée en 2015. D’autant que le seul candidat déclaré à cette élection est l’actuel président ivoirien, Alassan Ouattara. Laurent Gbagbo, lui, est emprisonné à La Haye en attendant d’être jugé par la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité commis pendant la crise postélectorale de 2010.

OLIVIER MONNIER (à Abidjan)

Afrik53.com : Infos 7J/7
Lundi 15 Septembre 2014
Vu (s) 538 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !