Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Election présidentielle au Sénégal: Wade n’a donné aucune leçon à Gbagbo

le Mardi 27 Mars 2012 à 06:59 | Lu 1289 fois



Election présidentielle au Sénégal: Wade n’a donné aucune leçon à Gbagbo
Après sa défaite face à son ancien Premier ministre, Macky Sall, dimanche au terme du 2ème tour de l’élection présidentielle, le chef de l’Etat sortant du Sénégal, Me Abdoulaye Wade, a appelé le vainqueur pour le féliciter. Cette initiative de fair-play et de démocratie est à saluer. Et tous les Africains s’en sont réjouis. Curieusement, la presse pro-Ouattara en Côte d’Ivoire a trouvé là l’occasion pour brocarder le Président Laurent Gbagbo, renversé le 11 avril 2011, par l’armée française et injustement détenu actuellement à la Cpi à La Haye. Pour les partisans d’Alassane Dramane Ouattare, «le coup de fil de Wade à Macky constitue une leçon du premier cité à Gbagbo». Ce parallèle est à la fois inapproprié et infondé puisque la présidentielle du 28 novembre 2010 en Côte d’Ivoire était totalement différente, à tout point de vue, de celle du 25 mars 2012 au Sénégal. C’est donc établir un amalgame truffé de contrevérités que de rapprocher les situations ivoirienne et sénégalaise.

Au moment où s’organisaient les élections présidentielles en Côte d’Ivoire, le pays était toujours divisé en deux, en proie à une rébellion armée pro-Ouattara. Dont le Rdr, parti dirigé par Alassane Dramane Ouattara, ne cachait pas la proximité. Cette rébellion armée avait pris en otage une partie du pays, en l’occurrence le nord, où elle régnait en maître absolu. Elle s’est invitée, dès le premier tour en octobre puis en novembre lors du second tour, dans le jeu électoral en exerçant une violence inouïe sur les partisans du Président Gbagbo pour les empêcher de voter dans les zones Cno (Centre, nord et Ouest) qu’elle tenait.

Dans le nord du pays, les rebelles ont bourré frauduleusement les urnes au profit de Ouattara. Au vu et au su des observateurs internationaux qui ont dénoncé la fraude massive et la violence perpétrées par ces combattants pro-Ouattara. Seuls les observateurs de l’Union européenne sont restés bouche bée pour des raisons que tout le monde saura plus tard. Au Sénégal, la rébellion Casamançaise n’est pas l’œuvre d’un parti de l’opposition soutenu par des pays étrangers dont la France. Elle n’est pas spécialement dirigée contre Abdoulaye Wade.

Et ne s’est pas invitée dans le jeu électoral. De sorte que le vote s’est même bien déroulé en Casamance. Par ailleurs, en Côte d’Ivoire, avant que le président de la Commission électorale indépendante (Cei), Youssouf Bakayoko, ne soit kidnappé par les ambassadeurs de France et des Etats-Unis (Jean-Marc Simon et Philipp Carter 3) pour le contraindre à prononcer de vrais faux résultats au quartier général de campagne du candidat Ouattara au Golf Hôtel d’Abidjan, les résultats validés donnaient le candidat Gbagbo, vainqueur du scrutin. Par contre au Sénégal, Abdoulaye Wade a été dominé de bout en bout par Macky Sall. Et l’écart de voix entre les deux était tel que Wade n’avait d’autre choix que de reconnaitre sa défaite avant terme. Comme on le voit, si quelqu’un devrait reconnaitre sa défaite avant terme, c’est bien Alassane Dramane Ouattara.

Pour tout dire, Wade a été écrasé par une coalition de partis politiques sénégalais, quand Gbagbo lui, a battu le Rhdp, la coalition comprenant le Rdr, le Pdci-Rda, l’Udpci et le Mfa. Au Sénégal, bien que Wade ait reconnu sa défaite avant terme, Macky Sall attendra que le Conseil constitutionnel proclame les résultats définitifs et l’investisse comme président de la République avant d’exercer le pouvoir. Ceci dans le strict respect de la Constitution sénégalaise.

Pourtant en Côte d’Ivoire, Ouattara s’est opposé aux résultats proclamés par le Conseil constitutionnel qui est pourtant le seul organe habilité à le faire conformément à la Constitution ivoirienne. S’il y a une leçon à retenir des récentes électionsprésidentielles au Sénégal, c’est celle d’un scrutin libre et transparent, du respect des résultats des urnes et des règles institutionnelles du pays. Et cette leçon s’adresse bien évidemment à M. Ouattara. Mais pas à M. Gbagbo.




Boga Sivori bogasivo@yahoo.fr
notrevoie

Mardi 27 Mars 2012
Vu (s) 1289 fois



1.Posté par AL ISHA KARIM le 27/03/2012 08:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour la précision mon frère,que les griot de ouattson le mossi ne comparent pas le et la nuit

2.Posté par Marie21 le 27/03/2012 13:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Laissez claironner ces torchons appélés journaux.Leur journalistes sont des pigistes,des mangecraties.

3.Posté par imperialjoko le 27/03/2012 17:05 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il faut être assez con inculte pour affirmer des absurdités de genre.c'est dommage mais le manque de connaissance tue l'Afrique!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !