L'info Réelle...
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Diaspora/ Election de la présidente des femmes ivoiriennes de France, le samedi 28 janvier 2017.

News en temps réel - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Vendredi 27 Janvier 2017 à 12:20 | Lu 493 fois



Carole Sanni : « Pourquoi je suis candidate ».

Elle fait partie des sept (7) candidates retenues pour l’élection de la présidente des femmes ivoiriennes de France prévue le samedi 28 janvier prochain à Paris. Carole Sanni est ivoirienne et diplômée de l'école de communication Esic Afrique en Côte d'ivoire. Fondatrice de l’Agence événementielle, 2CC Event, spécialisée dans la création sur-mesure en Côte D’Ivoire et à l’étranger, elle est aussi chef d'entreprise et dirige depuis plusieurs années sa propre structure d'aides-soignantes.

Carole Sanni vit en France depuis 2002 et est très active au sein de plusieurs associations de défense des Droits des femmes. Mère de 2 enfants, indépendante et engagée, elle apporte quotidiennement son expertise dans divers champs d'actions sur les questions des diasporas africaines en Europe.


« Depuis plusieurs années, j’ai appris, construit et grandi aux côtés des femmes de la Diaspora. Je me bats au quotidien pour que les femmes, surtout mes sœurs ivoiriennes connaissent leurs Droits et soient épanouies. Pour qu’elles croient en elles et réalisent leurs rêves » a-t-elle dit et d’ajouter : « Aujourd’hui, j’ai envie que toutes ensembles, nous allions plus loin et que nous montrions l’image d’une diaspora ivoirienne unie, forte et entreprenante ». Et la candidate de conclure : « Voilà pourquoi j’ai décidé de me présenter à l’élection de la présidente des femmes ivoiriennes de France avec trois grands objectifs. D’abord aider les femmes ivoiriennes de France à entreprendre en Côte d’Ivoire, à y investir afin de préparer leur retour au pays. Ensuite, soutenir la jeunesse ivoirienne et faire de l’éducation de nos enfants mais aussi l’écoute des mères, une priorité. Et enfin, rendre la femme ivoirienne visible et rayonnante en France et en Côte d’Ivoire»

On le sait, l’Europe si elle est aujourd’hui convoitée à travers la forte présence des différentes diasporas du monde, elle a aussi ses réalités. Et parfois, la gente féminine est victime de beaucoup d’injustice, d’harcèlement sexuel et d’humiliation dans leurs foyers, sur leurs lieux de travail ou simplement dans les rues. Certaines femmes issues d’Afrique sont réduites au silence chez elles en respect des coutumes du pays d’origine. Enfin, si les femmes ivoiriennes sont très actives dans leurs associations communautaires respectives, elles ne sont pas toujours associées aux prises de décisions ou sont mises de côté quand il s’agit de certains débats. Alors qu’elles ont une capacité d’écoute et de rassemblement, les femmes ivoiriennes de France n’ont jamais eu l’opportunité d’apporter leur contribution en vue du retour de la paix durable et d’une vraie réconciliation entre les ivoiriens de la diaspora.

Tel est le défi que souhaite relever Carole Sanni dont la candidature bénéficie déjà de nombreux soutiens de taille au sein de l’ensemble des communautés ivoiriennes vivant en France. Qu’on soit originaire du Nord, du sud, de l’Ouest ou Centre de la Côte d’ivoire. Mieux, qu’on soit Bété, dioula, Guéré, baoulé ou Dida ! Enfin qu’on soit Pro-Gbagbo ou Pro-Ouattara.

Il faut noter que cette union des femmes ivoiriennes de France est une initiative de l’Ambassadeur Charles Gomis.
En effet, dans sa mission de rassembler nos compatriotes de France, en vue de leur apporter assistance et protection, mais aussi répondre à leurs préoccupations, SEM. Charles Gomis, ambassadeur de Côte d’Ivoire en France, veut s’appuyer sur les femmes, qui selon lui sont des vecteurs de paix et de cohésion sociale. Le diplomate le sait. Symbole de liberté, de démocratie et d’amour, la femme comme « mère patrie » saura contribuer si elle est organisée à une vraie réconciliation des ivoiriens, après toutes ces années de crises, qui ont profondément mis à mal l’entente, la cohésion et la solidarité entre nos compatriotes vivant hors de la Côte d’Ivoire.

Pour ce faire il a émis l’idée de la création d’une organisation qui regroupera l’ensemble des fédérations et associations des femmes ivoiriennes déjà existantes mais aussi qui intégrera toutes les femmes qui sont membres d’aucune association. En un mot, bâtir une association qui fédère toutes les énergies et sensibilités ivoiriennes existantes sur le sol français. Quelles soient apolitiques ou non. Quelles soient ethniques ou non. Quelles soient régionalistes ou non. Quelles soient communautaires ou non.


Après donc plusieurs mois de réflexion et de travail du comité ad-hoc et la désignation d’un comité électoral, l’élection de la future présidente des femmes ivoiriennes de France est fixée au samedi 28 janvier prochain à l’ambassade de Côte d’Ivoire à Paris sis au 102, avenue Raymond Poincaré dans le 16 e arrondissement de Paris (Métro Victor Hugo) de 9h à 18h. Selon une source proche de l’ambassade, est électrice, toute femme pouvant prouver son appartenance à la nationalité ivoirienne en produisant un passeport ivoirien, une carte nationale d’identité ou une carte consulaire ivoirienne en cours de validité.

Enfin s’il est constaté que la communication autour de cette élection est intervenue tardivement, il reste à savoir si une liste électorale a déjà été établie pour éviter que des femmes portant les mêmes patronymes votent plusieurs fois ou encore si le vote se fera avec un bulletin unique ou un bulletin nominal. Joins au téléphone ce mercredi autour de 12h (heure de Paris), Me Léa Nguessan, avocate au barreau de Paris et présidente du comité électoral nous en dit un peu plus. « Concernant la communication autour de cette élection, il appartenait au service de communication de l’Ambassade, initiatrice du projet d’en faire une plus large possible et à temps. Malheureusement cela n’a pas été le cas » reconnait, Léa Nguessan en charge de cette élection. « D’ailleurs une dernière réunion est prévue ce mercredi soir à 18h à l’Ambassade pour débattre de toutes ces questions que vous soulevez. Je ne peux pas en dire plus avant la fin de notre rencontre de ce soir avec les autorités de l’ambassade et le reste des membres du comité électoral» a-t-elle conclu. Affaire à suive.

Philippe Kouhon/ Correspondant Europe du Magazine Africa Leaders


Afrik53.com : Infos 7J/7
Vendredi 27 Janvier 2017
Vu (s) 493 fois


Mode | Inspiration | Bien être | Science Tech | Mobile | Insolite | Confidence | Buzz du net | High -Tech | Histoires vécues | Revélation | Amour & Couple | La Femme | Beauté | Bébé - Enfant | Grossesse | Santé | Sexualité | Mariage | Informatique | Ado Conseils | Nutrition | Ado Fille | Hommes Leaders | Femmes Leaders | Cuisine | Bon à Savoir | Trucs & Astuces | Immigration | La Diaspora Ivoirienne | Diaspora Africaine | Diaspora - Infos Utiles | News People | News Showbiz











Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !