Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Descente musclée dans un établissement supérieur en zone 3, hier

le Mercredi 3 Octobre 2012 à 00:49 | Lu 1006 fois

Des échauffourées ont éclaté, le mardi 2 octobre 2012, à l’entrée et dans l’enceinte de l’établissement supérieur Groupe Ivoire académie (Gia), à Treichville en zone 3, lorsqu’une horde de vigiles en compagnie de chiens (bergers allemands) a tenté d’interdire l’accès aux nombreux élèves et étudiants.



Descente musclée dans un établissement supérieur en zone 3, hier
Débordés par des centaines d’étudiants et élèves en colère qui voulaient avoir accès à leur établissement, des vigiles ont lâché des chiens aux trousses des étudiants. Ces animaux ont bondi sur Cobbinah Antoine (étudiant en 2ème année de Gestion commerciale) et Konaté Zana (1ère B) et enfoncé leurs crocs dans plusieurs parties de leurs corps.

Les vigiles qui voulaient utiliser tous les moyens en leur possession ont également pulvérisé du gaz lacrymogène sur des élèves et étudiants qu’ils ne pouvaient contenir. N’Guessan Alida (Tle G2) qui n’a pu supporter le gaz a perdu connaissance. Camara Larissa, Kraba Dedi Serge, Traoré Junior et Coulibaly Aboudrame ont été également blessés, dans la bagarre qui s’en est suivie. Tous ont été d’abord conduits aux urgences du Chu de Treichville (fermées), avant d’être orientés vers des centres de santé appropriés. Le cas de certains étant jugé sérieux, ils ont été maintenus en observation.

Les éléments du commissariat de Police du 4ème arrondissement, appelés en renfort plus tard ont réussi à ramener le calme peu après onze heures. A l’origine de cette tentative d’expulsion menée par les vigiles, se trouve un litige entre Gia et l’Ecole supérieur africaine des technologies de l’information et de la communication (Esatic) qui revendique les bâtiments occupés par Gia. « Depuis 2004, nous occupons ces bâtiments qui étaient abandonnés.

Nous les avons réhabilités à hauteur d’environ trois cent millions de francs Cfa. C’est ainsi qu’un contrat a été passé avec la Sogepie qui gère le patrimoine mobilier et immobilier de l’Etat dont les bâtiments sont sous la responsabilité. Le dernier contrat date du 3 octobre 2011 pour une période de six ans renouvelables pour amortir nos dépenses puisque l’Etat ne peut pas nous les restituer », a expliqué Memel Charles, directeur des études de Gia qui a exprimé son étonnement lorsque le 18 juin, une note leur signifie la fin du contrat, au plus tard, le 31 juillet 2012.

La justice saisie

« Nous avons saisi la justice qui a débouté Esatic en lui ordonnant l’arrêt de tout trouble au droit de jouissance de Gia sur les bâtiments, objet du bail à usage professionnel nous liant à la Sogepie » , a déclaré le directeur des Etudes en brandissant l’ordonnance du référé (la grosse) N° 4080 du 21 août 2012. En tout état de cause, le directeur des études de Gia a parlé de harcèlement. « Je pense que le Président de la République n’est pas informé de cette situation. Sinon, comment comprendre qu’environ 1500 élèves et étudiants soient menacés d’expulsion par une structure étatique ? ».

Quant à Fofana Yaya, co-fondateur de Gia avec Senin Don Mello Roger, il a interpellé les autorités ivoiriennes : « Il faut que les autorités ivoiriennes soient vigilantes face à cette affaire qui sent du tripatouillage. La justice a rendu le verdict en notre faveur et Esatic a fait appel. La Cour nous a renvoyés au 12 août prochain. Et contre toute attente, ce sont des vigiles, et non la police ou la gendarmerie avec un huissier, qui viennent pour nous déloger. C’est l’occasion pour la justice ivoirienne de prouver au monde entier qu’elle est impartiale », a-t-il ajouté. Pour sa part, Konaté Adama, directeur général d’Esatic a balayé du revers de la main les propos tenus par les responsables de Gia en brandissant ses preuves. « Esatic n’a pas de contrat avec Gia.

Par décret N°2012-20 du 18 janvier 2012, en son article 25, le président de la République concédait à Esatic tout le patrimoine ici y compris les bâtiments occupés par Gia. Nous avons commencé les réhabilitations. Et les responsables de Gia sont informés depuis le mois de février 2012, que leur contrat prend fin le 30 septembre, puisque la Sogepie a rompu le contrat qui les liait avant qu’elle nous écrive pour récupérer nos locaux dès l’instant où nous sommes devenus une Etablissement publique national (Epn).

D’ailleurs, l’article 21 de leur contrat avec la Sogepie stipule qu’elle se réserve la reprise des bâtiments pour une utilité publique sous préavis du preneur. Mieux l'ordonnance N° 612 suspend l’exécution de l’ordonnance de référé N°4080 jusqu’à ce qu’il soit statué sur le fond par la cour d’appel », a-t-il martelé avant de rappeler que « Gia n’a plus sa place dans l’enceinte de l’Esatic, car tous les occupants illégaux, notamment les éléments des Frci, les riverains et des entreprises sont partis, pourquoi, Gia s’entête à occuper nos locaux, alors que nos étudiants vont effectuer leur rentrée en novembre prochain ?». C’est un peu plus tard, à 12h30mn, que deux policiers et un gendarme, armes en bandoulière, ont pris position sous un abri de fortune en face de Gia, au moment où nous quittions les lieux.

M’BRA Konan
Soir Info

Mercredi 3 Octobre 2012
Vu (s) 1006 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !