Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Des signes du changement imminent en Côte d'Ivoire après la mascarade électorale de Dramane Ouattara

L'Afrique en mouvement - Isaac Pierre Bangoret le Lundi 2 Novembre 2015 à 14:24 | Lu 4066 fois




Au journaliste, qui l’interroge sur l’annonce de sa « victoire programmée » au premier tour,
Dramane Ouattara répond : « Je suis un homme heureux, cela se voit sur mon visage… ». Arborer
toujours le sourire du gagnant même quand tout s’écroule autour de lui s’inscrit dans son marketing
politique, alors que ses yeux sont remplis d’amertume et de haine. Les signes sont, au-delà des
apparences, des choses perçues qui permettent de conclure à l’existence, à la vérité d’une autre
chose. Interprétons l’un des premiers signes qui démontre que la Côte d’Ivoire construite par
Dramane Ouattara n’est qu’un château de cartes qui s’écroulera au moindre coup de vent ; il s’agit
des chiffres officiels communiqués par la CEI à sa solde. Le taux de participation étant l’enjeu de
l’élection présidentielle ivoirienne, les 52,86% de votants ont pour but de faire croire à l’opinion
publique internationale (et non aux Ivoiriens) que plus de la moitié des inscrits se sont rendus aux
urnes.

Si nous exprimons le suffrage obtenu par Dramane Ouattara, en fonction du nombre total
d’inscrits et non de votants, nous constatons que le RHDP correspond à moins de la moitié des
inscrits soit 41,55%, parmi lesquels il est possible de dénombrer des morts, des corrompus, des
personnes qui votent plus d’une fois, ou d’étrangers munis de cartes d’identité falsifiées etc... Le
score obtenu par les autres candidats à cette présidentielle démontre que cette opposition ivoirienne
qui l’a accompagné est peu représentative. Le décompte des voix attribuées à Mamadou Koulibaly,
à Konan Banny et à Essy Amara, qui se sont retirés de la course présidentielle pourrait faire penser
que ces scores étaient déjà inscrits par la CEI, bien avant les élections. Le taux d’abstention élevé
est étroitement lié à la politique répressive du régime de Ouattara ; les partisans du président
Gbagbo (les démocrates ivoiriens) sont en prison ou en exil. L’opposition voulue sur mesure par
Dramane a pour rôle de « vider les revendications des démocrates ivoiriens de leur substance», en
se contentant de dénoncer avec véhémence le régime de Dramane sans être pour autant inquiétés,
jetés en prison (cela n’exclut pas la présence d’infiltrés parmi les prisonniers politiques). Cette
opposition sur mesure évite toute action démocratique susceptible de pousser le peuple à la
révolution sociale. « Ce coup d’État électoral » confirme la rupture du contrat de confiance entre le
peuple ivoirien et Dramane Ouattara. Comme le disait si bien le ministre E ssy Amara, Dramane ne
connaît pas les Ivoiriens voire les Africains, qui ne sauraient s ’accommoder à cette politique fondée
sur le mensonge légitime. Cette élection vient aussi de rapprocher d’avantage le peuple ivoirien de
son leader charismatique le président Gbagbo, qui a toujours soutenu que la C ôte d’Ivoire ne
sortirait de cette crise politico-militaire que si les Ivoiriens privilégient un dialogue ivoiro-ivoirien.

Tous les efforts fournis par les autorités politiques françaises et l’ambassadeur américain pour
apporter une certaine légitimité internationale à la mascarade électorale ivoirienne démontrent que
leurs intérêts prévalent sur notre unité nationale, sur notre désir de vivre en paix. France 24,
sachons-le, a pour géniteur Jacques Chirac, un des piliers de la Françafrique traditionnelle, qui
incarne en France la politique du mensonge légitime ; un maître des discours hermétiques. La
finalité de cette chaîne de télévision d’information est assez claire ; il s’agit de mettre le quatrième
pouvoir français (l’information) au service des intérêts de la France dans le monde, avec pour arme
la propagande, le mensonge légitime. Lorsque nous parlons d’intérêts de la France dans le monde, il
faut tout de suite comprendre qu’aucun homme politique africain n’est incontournable, Blaise
Compaoré en sait quelque chose. En relayant en boucle la « victoire » le « coup d’État électoral » de
Dramane Ouattara, France 24 (la presse française) ne fait que sauver la face de la France dans le
monde après que l’armée française ait participé à l’assassinat de 16.000 personnes dans notre pays.

Soutenir « ce coup d’État électoral » de Dramane Ouattara revient à dire au monde entier qu’ils ne
s’étaient pas trompés en 2010 puisqu’ils sont conscients de sa défaite, voilà pourquoi ils refusèrent
le recomptage des voix et suggérèrent la guerre pour installer de force leur candidat. Ne soyons
donc pas surpris de voir Hollande et l’ambassadeur américain s’empresser de féliciter les candidats
à cette présidentielle qui ont apporté une certaine légitimité à Dramane Ouattara. C’est le second
signe de sa chute imminente car ces pays ne parieront plus sur « un cheval » incapable de vaincre.

Dramane Ouattara lâché officieusement par ses partenaires, d’une fois, qui se sentent aujourd’hui
trahis, s’empresse d’abandonner son refrain sur l’ivoirité pour entonner un autre chant funèbre sur
notre pays, celui qui diviserait les Ivoiriens en deux blocs, les libéraux d ’une part (les partisans du
rattrapage ethnique) et d’autre part les communistes (les démocrates, les souverainistes ivoiriens),
pour faire de nouveau la cour à l’opinion publique internationale. Ce nouveau refrain est le
troisième signe de sa chute imminente ; Dramane Ouattara, formé à l’école du paternalisme français
et américain qui concédait des diplômes à des Africains prêts à se mettre à leur service corps et âme
(adepte de la franc - maçonnerie), est un intellectuel dépassé. L ’ordre international classique qui
divisait le monde en deux blocs est révolu, sinon com ment expliquerait-il la visite en Russie de son
maître à penser Sarkosy faisant aux pieds de Poutine, ses éloges. Nous avons désormais en Chine et
en Russie des capitalistes, de riches propriétaires. Poutine après les sanctions de l’Europe et des
États-Unis à l’encontre de son pays à cause de la Crimée et de l ’Ukraine (un pays satellite de
l’Union Soviétique, l’URSS) a commencé à développer un autre ordre international, en interprétant
les sanctions économiques comme une option militaire pour combattre son pays et menace m ême de
divulguer au monde des informations secrètes sur l’implication des USA dans l ’attaque des Tours
jumelles en 2002, dans le but d’envahir les nations riches en pétrole pour enrichir des minorités
américaines qui contrôlent le monde. Poutine a démontré en Syrie, à travers ses puissants missiles,
qu’il a les moyens de sa politique, d’où la fébrilité qui traverse Sarkosy, qui pensait avoir, à travers
les navires de guerre « Mistral » une avance sur les autres puissances militaires, et le pied de grue
de l’ambassadeur américain auprès d’Affi N’Guessan et de KKB. Attaquer son propre peuple pour
avoir la caution de l’opinion publique internationale en faisant passer ses adversaires politiques
pour des truands nous fait penser aux escadrons de la mort en Côte d’Ivoire, à Kieffer etc… Un
véritable libéral respecte les lois du marché (les appels d’offres), il ne concède pas comme le fait
Dramane Ouattara des marchés de gré à gré aux membres de sa tribu, à ses amis. Aujourd’hui les
pays Africains ne sont pas jugés à partir de critères de l’économie classique mais sont inscrits dans
le processus du développement durable. On ne se contente plus, en effet, d’évoquer la croissance à
deux chiffres de Dramane Ouattara, les analystes sérieux se posent la question suivante : « Quels
sont les coûts humains, écologiques de la croissance économique du régime de Dramane (A quel
prix s’est-il développé)? ». Le coût humain de sa croissance économique dans notre pays est de
16.000 personnes tuées, des familles détruites, le chômage galopant, une croissance du nombre des
enfants de la rue, la misère, l’exil, les emprisonnement d’opposants politiques (la liste est longue).

Quant au coût écologique nous pouvons relever la destruction des réserves naturelles mondiales, la
transformation de notre pays en un immense champ de cacao où les populations connaîtront, à
terme, la famine sur des terres fertiles… On ne peut prétendre être un État de droit et se comporter
en État voyou, ce fut l’acte posé par le gouvernement de Bush (et non d’Obama), qui a fait envahir,
de manière unilatérale, l’Irak. Poutine prend les USA et les pays démocrates européens à leur
propre piège, celui du respect du droit international. La Russie a à sa tête un État interventionniste
censé limiter, pour les Occidentaux, le droit des laisser-fairistes (partisans de la politique
économique du laisser-faire), mais il se trouve que ces laisser-fairistes, qui se plaignent de
l’interventionnisme des États souverains sont des infanticides ; ils dévorent leurs propres enfants,
leur propre peuple pour sauvegarder les intérêts d’une minorité. C’est au piège de sa propre justice
que sera également pris Dramane Ouattara dont le régime ne repose désormais que sur son armée de
chasseurs traditionnels, de mercenaires étrangers et non sur le peuple ivoirien. Faire reporter
indéfiniment le procès de Gbagbo par Fatou Bensouda est donc inutile. Dramane pourra-t-il
appliquer à ses propres partisans poursuivis par la CPI les principes de cette justice internationale?

La France et les USA, qui se sont vautrés dans la boue de sa mascarade électorale pour sauver leur
face et son régime lui intimeront l’ordre de se débarrasser de « tous ses criminels » sur la liste de la
CPI, afin que leur pays ne soit mêlés ni de près ni de loin à tous ses crimes. C’est le dernier signe de
sa chute imminente parce qu’il aura deux options soit il les juge selon les normes internationales, en
acceptant d’envoyer certains d’entre eux dans les geôles de la CPI, soit il les élimine physiquement
pour qu’ils disparaissent avec leurs secrets. L’opposition ivoirienne l’a si bien compris qu’elle a
choisi de combattre Dramane Ouattara par des moyens démocratiques puisqu ’il n’attend qu’une
étincelle pour se débarrasser de ses propres partisans jugés gênants par ses soutiens internationaux
déçus de sa gouvernance, qui est désastreuse. Malgré l’argent distribué aux électeurs, malgré la
corruption, le peuple ivoirien, dans sa majorité, est resté digne, en boycottant ces élections truquées
d’avance. Ils ont respecté le mot d’ordre de la véritable opposition ivoirienne.

Isaac Pierre BANGORET (Écrivain)

Isaac Pierre Bangoret
Lundi 2 Novembre 2015
Vu (s) 4066 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Novembre 2016 - 00:00 Vive les politiques! À bas les politiciens!

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !