Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Déportation du Président Gbagbo à la Cpi: L’Offpi condamne et interpelle le pouvoir

le Vendredi 16 Décembre 2011 à 12:35 | Lu 594 fois



Déportation du Président Gbagbo à la Cpi: L’Offpi condamne et interpelle le pouvoir
Alors qu’officiellement, des négociations étaient encore en cours entre le Fpi / Cnrd et les nouvelles autorités ivoiriennes pour rechercher les voies de la normalisation politique, économique, sociale, et celle de la réconciliation nationale, les Femmes du Front populaire ivoirien ont appris avec amertume et angoisse, le tranfèrement du Président Laurent Gbagbo à la Cpi (Cour pénale internationale de la Haye ), le mardi 29 Novembre 2011.

Une semaine plus tard, C’est avec beaucoup d’émotion qu’elles ont été informées en même temps que le monde entier, lors de la première comparution du Président Laurent Gbagbo et par lui-même, des conditions effroyables, humiliantes et inhumaines de son arrestation, de sa détention à Korhogo et de sa déportation à la prison de la Cpi. Les Femmes du Front populaire ivoirien aimeraient, avant tout, rendre gloire au Dieu Tout-puissant qui a préservé sa vie.

La confirmation de la justice des vainqueurs

L’Offpi considère la déportation du Président Laurent Gbagbo hors de la terre ivoirienne comme une honte pour la Côte d’Ivoire et pour les autorités qui l’incarnent. En livrant le Président Laurent Gbagbo, un honnête et digne fils d’Afrique, menotté, alors que les vrais criminels aux méfaits notoirement connus sont promus, décorés, et pour narguer leurs victimes, assument publiquement leurs crimes, assurés qu’ils sont d’une totale impunité, le pouvoir Alassane Ouattara choque la conscience de la grande majorité des Ivoiriens et confirme à l’opinion, sous nos yeux à tous, la mise en œuvre de la justice des vainqueurs, par l’inculpation du seul camp du Président Laurent Gbagbo.

Le cynisme de Monsieur Ocampo

L’Offpi observe que Monsieur Ocampo, avant son départ prochain à la retraite, veut se glorifier de l’arrestation du Président Laurent Gbagbo, premier chef d’Etat africain démocratiquement élu à comparaître à la Cpi. Pour cela, il n’a pas hésité à violer toutes les procédures légales, sachant que ce dossier complexe serait refilé ensuite à son successeur, une Africaine, pour faire le « sale boulot » : c’est à une Africaine qu’il reviendra de condamner son frère Africain.

Toute fois, l’Offpi fait remarquer à Monsieur Ocampo, que le Président Laurent Gbagbo, un Africain, a su dire non au néo colonialisme français. Une Africaine pourrait, par conséquent, assumer de dire le Droit, rien que le droit, et de la sorte, sauver la crédibilité de la Cpi aujourd’hui fortement mise en cause. L’histoire a peut-être voulu que les destins d’un grand patriote africain victime de la mafia de l’impérialisme occidental et celui d’une grande juge africaine que l’on a l’intention de manipuler pour la cause impérialiste se rencontrent à la Haye, pour que la vérité soit révélée aux yeux du monde, et que s’écrive enfin la nouvelle histoire de l’Afrique. Une Afrique digne et s’assumant elle-même. C’est pourquoi l’Offpi, les femmes éprises de justice, de paix, de liberté, de démocratie, ainsi que tous les patriotes de Côte d’Ivoire, d’Afrique et du monde entier auront les yeux rivés vers la Haye jusqu’au verdict final de ce procès du siècle.

Le blocage du processus de réconciliation nationale

Les Femmes du Front populaire ivoirien s’interrogent : faut-il désespérer de la gestion actuelle du pouvoir ? Faut-il désespérer d’une Côte d’Ivoire avec une élite aux affaires incapable de rassembler et de réconcilier ses enfants ? L’Offpi est persuadée et réaffirme en effet que la déportation du Président Laurent Gbagbo, dont l’objectif est de l’effacer de la scène politique ivoirienne, ne règlera aucun problème en Côte d’Ivoire. Bien au contraire, cette déportation plombera sans aucun doute le processus de réconciliation nationale.

Les femmes du Front populaire ivoirien rappellent, sur la base des résultats consensuels obtenus lors des élections présidentielles, que le Président Laurent Gbagbo demeure l’homme politique le plus populaire de Côte d’Ivoire : Il est majoritaire à Abidjan ; il est majoritaire dans 14 régions représentant 83% de l’électorat sur les 19 régions du pays ; il est arrivé en tête du premier tour avec 38% des suffrages, contre seulement 32% pour le Président Alassane Ouattara, malgré les scores soviétiques enregistrés au nord pour ce dernier. L’Onuci, qui a refusé les résultats du Conseil constitutionnel proclamant Laurent Gbagbo vainqueur du scrutin, lui accorde 46% des suffrages au second tour. La popularité du Président Laurent Gbagbo, indiscutable, vient d’être vérifiée par une forte abstention des populations aux élections législatives, à l’appel de son parti, le Fpi, et du groupement politique qui le soutient, le Cnrd. Comment le processus de réconciliation pourrait-il avancer quand la manière de le conduire humilie un tel leader, heurte et exclut ses partisans ?

Appel et recommandations de l’Offpi

L’Offpi constate que depuis l’avènement au pouvoir du Président Alassane Outtara, la situation politique, économique et sociale fragilisée par une décennie de crise, s’est fortement dégradée, sans aucune perspective claire d’amélioration.
L’Offpi observe qu’à ce jour, les choix stratégiques et politiques opérés par le pouvoir Rhdp et ses soutiens sont demeurés inopérants pour la cohésion nationale. Ainsi, du fait de ces choix erronés, l’élection présidentielle sensée mettre fin à la crise politique en Côte d’Ivoire l’a plutôt aggravée.

Ainsi, les législatives qui auraient pu être une bonne occasion de rapprochement des Ivoiriens, de réconciliation et de légitimation du nouveau pouvoir a perdu toute crédibilité par le contexte, les conditions de sa tenue, et le taux de participation le plus bas de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Aussi, l’Offpi considère-t-elle la déportation du Président Laurent Gbagbo comme l’acte contreproductif de trop dans la perspective de la réconciliation et de la reconstruction nationales. C’est pourquoi :

° L’Offpi appelle en premier lieu le gouvernement du Président Alassane Ouattara à abandonner la politique de la vengeance, des règlements de compte, de la méchanceté gratuite, de l’arrogance et du tribalisme exacerbé, pour s’engager résolument et courageusement dans un vrai processus de réconciliation. Celui-ci passe par l’arrêt de toutes les procédures engagées contre le Président Laurent Gbagbo et son camp, le rétablissement de la sécurité pour tous et le retour de l’Etat de droit dans notre pays.
° L’Offpi encourage ensuite toutes les forces vives de la nation (leaders politiques et religieux, chefs d’institutions, chefs traditionnels, associations de la société civile, intellectuels, leaders économiques, etc.) à prendre une part plus active aux efforts pour ramener notre pays à la normalité, en soutenant les actions du gouvernement qui vont dans ce sens, mais aussi en dénonçant les nombreux actes qui entravent la réconciliation.

° L’Offpi appelle enfin toutes les femmes éprises de justice, de paix, de liberté et de démocratie, à se mobiliser pour la cause du Président Laurent Gbagbo et de tous les prisonniers injustement détenus. L’Offpi leur demande d’être fortes, de tenir bon, car, comme hier à Bassam, c’est avec les femmes que doit s’écrire aujourd’hui la nouvelle histoire de la Côte d’Ivoire, en se plaçant du côté de la vraie justice.

° L’Offpi tient à féliciter et à encourager les patriotes de Côte d’Ivoire, d’Afrique et du monde entier pour la mobilisation qui se met en place partout, pour la cause du Président Laurent Gbagbo.

Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire et l’Afrique.

Fait à Abidjan le mercredi 14 Décembre 2011 Pour l’Offpi Le Député Marie-Odette Lorougnon Secrétaire nationale



Vendredi 16 Décembre 2011
Vu (s) 594 fois



1.Posté par AFRICAIN le 16/12/2011 15:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est des hypocrites , tout le tribunal est illegitime, illegal , et illicite , son existence ,c'est plus un non droit que de soporifiques droits de l' homme !!!. Il dit çà pour mieux rebondir contre le syrien Bachar . On connait l' astuce , on peut se demander pourquoi GBagbo est détenu sur des """" soupcons de crimes contre l' humanité"""""Alassane Outara pourait aussi bien etre soupconé de crime contre l' humanité , et il serait fort possible que c'est Ouatara le veritable genocidaire ....ce tribunal , si vraiment il etait digne de ce nom , il devrait chercher a arreter les criminels israeliens ,et pour sa il a une panoplie de preuves que meme les aveugles et les sourds connaissent , il y a sarkosy , bush , cheney ,rumsfield ect .......la liste est longue et du travail pour beaucoup de temps ; c'est sur ce secteur ne connaitra pas les effets de la crise !!!.Les crimes de l' OTAN et des USA en irak ,en afganistan ,au pakistan en lybie et partout ailleurs dans le monde ,ne sont ils pas des preuves suffisantes pour poursuivre leurs auteurs ????Tribunal de mes deux va .......

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !