Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Démobilisation, réinsertion, Des ex-miliciens pro-Gbagbo menacent « La paix n’est pas à notre avantage »

le Lundi 9 Septembre 2013 à 08:08 | Lu 690 fois

Des ex-combattants de la région du Loh-Djiboua ont proféré des menaces contre le pouvoir, notant l’injustice dont ils sont les victimes depuis le début de l’opération de désarmement, de démobilisation et de réinsertion (DDR).



Démobilisation, réinsertion, Des ex-miliciens pro-Gbagbo menacent « La paix n’est pas à notre avantage »
Au nom de ces ex-combattants, leur '' commandant '' supérieur, Djessa Lobognon Innocent alias ''efficace 1'', a crié leur colère, lors d’un échange avec la presse, le mercredi 4 septembre 2013.

Au nombre de 764, ces ex-miliciens pro-Gbagbo sortis de plusieurs branches armées dont le Groupement des patriotes pour la paix (GPP) et d’autres groupes d’autodéfense, dénoncent leur non-prise en compte dans le processus de réinsertion, alors que certains de leurs compatriotes du nord, notamment les miliciens pro-Ouattara, sont insérés dans des corps de métiers ou dans l’armée régulière. Ils en veulent pour preuve, les ex-combattants qui ont été introduits à la douane et aux Eaux et Forêts. « Nous sommes au nombre de 764. Nous avons suivi une formation commune de base. Nous étions une base de l’armée régulière mais aujourd’hui, nous sommes pour la paix. Nous sommes des jeunes qui avons été approchés par les autorités compétentes pour tourner le dos à la violence. Mais ceux que nous avons gérés ne sont plus patients. Nous souhaitons que les autorités nous aident à les contenir car nous n’y arrivons plus avec la situation actuelle. Comment comprendre qu’on prenne en charge des groupes d’autodéfense au détriment d’autres ?

Nous sommes abandonnés alors qu’en suivant de près l’actualité, nous constatons que nos compatriotes démobilisés d’autres régions ont été insérés à la douane ou aux Eaux et Forêts. Il y a des privilégiés, ce qui leur fait dire que la paix n’est pas à notre avantage. Comme ils sont calmes, ils sont laissés pour compte. Ils m’ont prévenu qu’ils prendraient leurs responsabilités parce qu’ils ont déjà trop patienté. Nous souhaitons qu’avant la fin de l’année, l’État prenne ses responsabilités », nous a confié le porte-parole de ces hommes habitués au maniement des armes. Toujours dans la même veine, ''le commandant efficace 1'' a révélé que les conditions de vie précaires de ses hommes pourraient les amener à monnayer leur savoir-faire. « Ils savent très bien que nous existons, nous leur avons demandé de prendre les dispositions pour venir nous démobiliser. Mais tel n’est pas le cas. Nous sommes ignorés et les conditions de vie de ces éléments sont très critiques. La plupart sont dans les cabarets et s’adonnent à l’alcool, à la cigarette. Cela est très inquiétant.

Si rien n’est fait, ils peuvent être à la disposition des assoiffés de pouvoir qui peuvent les récupérer à leur guise. Ils préfèrent mourir les armes à la main, parce que la paix ne les a pas arrangés. Nous souhaitons, dans la mesure du possible, que l’État initie des projets pour la prise en compte de tout le monde. Après la crise, nous avons été approchés pour la démobilisation mais tous ne se sont pas fait enregistrer parce que nous avons estimé que toutes les conditions sécuritaires n’étaient pas réunies pour assurer leur sécurité », a-t-il expliqué.

A en croire, le commandant Djessa Lobognon Innocent, des mauvaises pratiques au sein du pouvoir actuel ne peuvent pas leur permettre de s’inscrire dans le processus de réconciliation, même s’ils ont décidé d’aller à la paix. « Nous n’avons pas encore digéré la mort de Boga Doudou et l’emprisonnement de Lida Kouassi. Qu’est-ce qui peut nous faire oublier tout cela, surtout que chaque jour, nous assistons à des scènes qui vont contre la réconciliation ? Nous sommes tous des fils de ce pays et nous avons décidé d'oublier le passé. Nous voulons faire de grands pas vers la paix. Alors, que les aînés nous aident en nous prenant au sérieux », a conclu le chef milicien.



Venance KOKORA
Envoyé spécial dans le Loh-Djiboua


Encadré : Une autorité militaire prévient :

« Le cas des démobilisés est une bombe à retardement »



Un cadre des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) que nous avons joint à la suite de la déclaration de ces miliciens démobilisés et qui a requis l'anonymat, a affirmé que le cas des démobilisés est une bombe à retardement qui pourrait porter préjudice au pouvoir d’Abidjan. C’est pourquoi il a suggéré que des mesures urgentes soient prises pour la création, dans les plus brefs délais, d’un bureau régional de l’Addr (ndlr : l’Autorité pour le Désarmement, la Démobilisation et la Réinsertion) en vue de s’imprégner des conditions de vie de ces jeunes qui ont décidé de retourner à la vie civile.

Homme de terrain avisé, cette autorité militaire basée dans la région du Loh-Djiboua a soutenu que les FRCI ont joué leur partition, invitant l'État à jouer son rôle. « On ne dit pas la vérité au chef de l’État et à ses collaborateurs. A tous les niveaux, tous nos responsables hiérarchiques doivent être interpellés car le cas des démobilisés est une bombe à retardement pour nous tous. Si rien n’est fait, un jour nous serons tous surpris. Tout se concentre au Nord alors que c’est dans cette zone que nous savons que beaucoup de jeunes ont été cooptés pour faire front. Donc l'on doit tenir compte de tous ces paramètres pour un retour à la paix », a-t-il indiqué. Poursuivant, notre confident a invité le président Ouattara, le chef suprême des armées, à prendre au sérieux les propos de ces ex-combattants parce qu’ils n’auraient pas été tous désarmés. A l’endroit des démobilisés, il a tout de même suggéré de garder patience et de ne pas désespérer.



Venance KOKORA à Gagnoa


Lundi 9 Septembre 2013
Vu (s) 690 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !