Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Déclaration relative à la visite de Mr François Hollande en Côte d'Ivoire

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Mardi 15 Juillet 2014 à 06:34 | Lu 1026 fois



Dès juin 2011, la coordination du FPI en exil, dans le cadre de sa mission s'est fixé les objectifs stratégiques suivants:
- La libération du Président Gbagbo;
- La libération de l'ensemble des prisonniers politiques civils et militaires et le retour sécurisé des exilés;
- La restauration de la démocratie et la souveraineté.

L’examen de la visite d'Etat en Côte d’Ivoire de Monsieur François Hollande, Président de la République Française, s’inscrit dans le cadre des objectifs stratégiques tels que définis. Ces objectifs sont contenus dans les résolutions de la dernière convention du FPI, en particulier au regard du sort réservé au Président Gbagbo qui symbolise pour l'immense majorité des Ivoiriens la démocratie et la souveraineté.

LES FAITS

Le 11 avril 2011, la France parvient, par un coup de force, à ses fins: installer Ouattara au pouvoir en Côte d'Ivoire. C'est le résultat d'un long processus entamé depuis le 19 septembre 2002. Il a commencé par un coup d'Etat manqué, mué en rébellion armée, soutenu par l'arsenal diplomatique, médiatique et militaire français. Il s'est prolongé par une auto proclamation de victoire électorale de M.Ouattara soutenue par la communauté internationale instrumentalisée par la France et enfin par une guerre postélectorale menée par l'armée française après l'échec patent de la milice tribale de M. Ouattara baptisée quelques jours plus tôt forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI).

Le Président Laurent Gbagbo est arrêté puis conduit au QG de campagne d'Alassane Ouattara ainsi que son épouse Simone Ehivet Gbagbo, ses enfants, ses petits-enfants et de nombreux cadres proches de lui. Une battue est organisée par les FRCI aux trousses des partisans du Président Gbagbo. Pour leur échapper, plus de 250 000 sont contraints à prendre le chemin de l'exil. Les autres confient leur sécurité aux forces onusiennes qui les livrent aux forces pro-Ouattara.

Leurs domiciles, leurs biens sont systématiquement pillés ou confisqués. La quasi-totalité de la direction du FPI est en état d'arrestation ou en exil, le Président Gbagbo est déporté dans le nord de la Côte d'Ivoire de même que son épouse et son fils Michel Gbagbo. Tous sont en détention sans chef d'accusation précis. Ceux qui y échappent font l'objet d'un mandat d'arrêt international. On compte depuis lors plus de 1000 prisonniers politiques. Ces prisonniers sont torturés. La coalition ivoirienne pour la cour pénale internationale enregistre 298 ivoiriens morts sous la torture et 2489 cas de traitements inhumains et cruels.


Pour se donner bonne conscience et satisfaire la communauté internationale, Alassane Ouattara met en place une commission nationale d'enquête pour faire la lumière sur les crimes commis durant la crise postélectorale. Cette commission établit clairement la responsabilité entière de quelques com'zone et certains civils et militaires des deux camps. Aucune suite judiciaire n’a été donnée au rapport de cette commission.

Entre temps des crimes de masse contre l'humanité sont perpétrés dans le camp de réfugiés de Nahibly à l’ouest de la Côte d’Ivoire sous les yeux des forces onusiennes. Tous les rapports des ONG établissent la responsabilité des FRCI. A ce jour aucune enquête n’a été ouverte à ce sujet encore moins des sanctions n’ont été prises à l’encontre des auteurs de ces crimes.

En réponse à tous ces faits, M. Alassane Ouattara fait transférer le président Gbagbo à la CPI et fait la promotion de tous ses chefs de guerre faisant du crime un exercice quotidien des FRCI.

Après plusieurs interpellations, M. Ouattara met en liberté provisoire la direction du FPI à l'exception de Simone Gbagbo. Il engage des discussions avec l'opposition sans résultat tangible. Pendant ce temps, il continue de faire arrêter les opposants politiques après avoir contraint à l'exil des villages entiers à l'ouest du pays. Il fait adopter une loi relative à la nationalité lui permettant d'attribuer la nationalité sans enquête préalable à tous ses mercenaires constitués à majorité de ressortissants ouest africains non nationaux pour remplacer les Ivoiriens contraints à l'exil et se constituer un bétail électoral.
Alassane Ouattara engage un recensement général de la population malgré le mot d'ordre de boycott du FPI largement suivi par les populations.

Alassane Ouattara fait adopter une nouvelle loi sur la CEI qui donne une représentation marginale de l'opposition en son sein.

Le 12 juin dernier, les charges retenues par la Cpi contre le Président Gbagbo ont été confirmées. Cette confirmation de charges qui consacre visiblement la justice des vainqueurs à l'échelle internationale, sonne comme un refus de la Communauté internationale d'une réconciliation incluant les pro-Gbagbo qui font de la libération de leur leader la condition d'une réconciliation inclusive.

Le FPI a décidé de se mettre en ordre de bataille pour la libération de son leader. Après l'échec de la voie judiciaire marqué par l'avis majoritaire des juges d'estimer que les charges contre le président Gbagbo étaient insuffisantes pour aller à un procès, les manœuvres politiques ont permis de confirmer les charges par le même collège de juges. Les manœuvres politiques viennent par ce verdict, de mettre le président Gbagbo en hibernation politique.

Au plan économique, la situation est marquée par la mainmise totale des parrains de la rébellion sur tous les marchés publics et l'ensemble des matières premières du pays. Mieux, la réduction de la dette consentie aux termes du processus PPTE par la communauté internationale a donné l'occasion à la France d'imposer à la Cote d'Ivoire, la constitution d'un fonds à hauteur de sa dette envers elle qui lui est rétrocédé sous forme d'aide au développement. C'est pour alimenter ce fonds que le gouvernement ivoirien procède à des augmentations tous azimuts (électricité, eau, péages...)

C'est dans ce contexte marqué par la transformation par la France de la Force Licorne en Forces françaises de Côte d'Ivoire ayant une compétence sous-régionale, l'entrainement des rebelles à la répression des foules et faisant penser à une planification visant la préparation d'un génocide du type rwandais en Côte d'Ivoire, la ratification des nouveaux accords signés à Paris, que le Président français François Hollande vient célébrer la mise sous tutelle de la Côte d'Ivoire.

ANALYSE ET PROPOSITIONS

La crise ivoirienne qui a éclaté depuis le 19 septembre 2002 suit une logique implacable marquée par la volonté de la France de recoloniser la Côte d'Ivoire.

Pour ce faire, après son installation au forceps, le clan Ouattara, avec le soutien financier, technique et militaire de la France, a mis en œuvre un plan en 4 phases:

• Violences inouïes sur les populations afin d’asseoir son pouvoir par la terreur. Cette phase s'est soldée par l'éloignement (exil forcé ou emprisonnement) de tous les leaders d'opinions pouvant contester les décisions prises mais aussi par l’exil de certaines populations ivoiriennes jugées hostiles, etc.
• Mesures pour modifier le corps électoral
• Loi sur la nationalité
• Recensement général de la population
• Mesures visant à tailler sur mesure les organes chargés des élections (loi sur la CEI)
• Mise en œuvre de mesures visant à organiser la répression au nombre desquelles figure en bonne place l’accord de défense signé avec la France. En effet, contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, cet accord de défense permet à la force française d’intervenir dans un conflit interne en Côte d'Ivoire en utilisant les uniformes militaires des FRCI mais précise que ses soldats ne peuvent être poursuivis pour les actes qu'ils seraient amenés à poser dans le cadre de leur mission.

Toutes ces mesures étant prises avec la bénédiction de la France, François Hollande arrive aujourd'hui dans un Etat conquis et en voie de pacification au profit de la France pour demander au FPI de rentrer dans les rangs, d'accompagner et légitimer Ouattara c'est-à-dire abdiquer ou s'attendre à une répression des nouveaux tirailleurs entrainés constitués par une armée tribale sous la direction des officiers français.



C'est pourquoi, la Coordination du FPI en exil,
• Consciente des enjeux importants à relever;
• Consciente des massacres de l'armée française en Côte d'Ivoire et dans plusieurs pays africains dont le Rwanda restés impunis.

Demande à la direction du FPI de s'en tenir à rappeler à monsieur le Président français les responsabilités de son pays dans le drame qui est arrivé en Côte d'Ivoire et qui risque encore d'arriver et lui demander en conséquence de faire en sorte que soient prises les mesures susceptibles de ramener la paix et reconstruire un Etat démocratique, à savoir:
• La libération du Président Laurent Gbagbo ;
• La libération de tous les prisonniers politiques civils et militaires;
• Le retour sécurisé des exilés ;

Tout cela pour permettre le dialogue afin de restaurer la démocratie et donner une chance à la Côte d’Ivoire d’aller à une réconciliation sincère entre tous ses enfants.



Fait à Accra, le 12 juillet 2014

Pour la Coordination FPI en exil
Le Coordonnateur et Porte-parole

Docteur ASSOA ADOU


Afrik53.com : Infos 7J/7
Mardi 15 Juillet 2014
Vu (s) 1026 fois



1.Posté par Joseph le 15/07/2014 11:40 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vs(fpi) parlez ds morts de Nahibly ils sont ls seuls ivoiriens ki sont dans cet crise et vs miliciens de l ouest ke ns les frere cisse avons extermines compter leur aussi lhistoire de la ci est telmnt recente Ke ns somme la pour ls contre verites .

2.Posté par Joseph le 15/07/2014 11:52 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hollande arrive vs pouvez faire koi Bandes ds insuportables donnez moi le nom ds presi ki venaient en visite ici Assoa Adou vient ecrire tn livre notre argent ke vs avez voler on vs attend ici ou mourez labas on senfou de vs.

3.Posté par Filsdafric le 15/07/2014 18:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ JOSEPH,

Tu as raison , mon frère, de faire preuve d'autant d'arrogance et d'inculture ! C'est ce qui m'amène à reconnaître en toi un vrai Burkinabè. Sache simplement que ton insouciance te perdra sans nul doute...
Aujourd'hui tu as le cul bien assis sur la chaise d'un vrai IVOIRIEN , tu manges très bien dans sa maison que tu occupes de force par la bonne grâce de la FRANCE..mais n'oublies surtout pas que demain tu auras le même cul assis sur de la braise et toi et les tiens vous n'aurez plus que vos yeux pour pleurer..
Car DEMAIN c'est un autre jour, c'est LE JOUR DE DIEU !

4.Posté par Joseph le 16/07/2014 01:58 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Filsdafric montre moi tn front ou c t ecrit ivoirien je vs (fpi) repete toujours vs ne serez rien dns pays la revez seulmnt .Ns c lemergence et vs voleurs ds biens publics dieu on a tout remener d autres sommes d argent grace a PRADO.

5.Posté par soro le 17/07/2014 01:35 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Joseph, je ne sais si c''est un nom d''emprunt, mais je trouve qu''il est assez bête pour mener un debat d''idées avec lui. On les reconnait à leurs fruits: violence, injures, incultes et analphabetes qui ne "prospèrent" que dans la violence. Ado, hamed

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !