Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

De retour d’une tournée en Europe-Michel Gohou : “Il faut que tout s’arrête”

le Lundi 18 Juillet 2011 à 21:50 | Lu 1035 fois



De retour d’une tournée en Europe-Michel Gohou : “Il faut que tout s’arrête”
Notre Voie-17/7/2011

De retour d’une longue tournée trimestrielle européenne avec Les 100 Faces Comedy, Michel Gohou raconte l’aventure et annonce la suite.
Notre Voie : Vous rentrez d’une longue tournée européenne de 3 mois et demi. Que doit-on en retenir ?
Michel Gohou : Beaucoup de sentiment de joie et de convivialité non seulement de la part de ceux qui nous ont invités mais aussi de nos fans frères de la diaspora européenne qui nous connaissent à travers nos DVD et qui avaient envie de nous voir de visu à l’œuvre.

Avec Les 100 faces Comedy qui regroupe 5 comédiens dont Michel Blah dit Digbeu Kravate, Michel Bohiri, Sévérin Oupoh Dahé, Nastou et moi-même, ce fut une tournée pleine de renseignement. Nous avons monté ce groupe dont je suis le « président-dictateur très-très fort », il n’y a pas longtemps, après notre aventure avec la structure 225 productions avec lequel nous étions liés par un contrat de trois ans. Ce contrat étant arrivé à expiration, nous avons tenu à demeurer ensemble. Après une tournée qui nous a conduits au Burkina Faso, nous nous sommes rendus par la suite au Tchad pour 3 spectacles. C’est donc après ces tournées africaines que nous avons mis le cap sur l’Europe.

N.V. : Quelles sont les différentes étapes que vous avez parcourues

M.G. : En Belgique, nous avons donné un spectacle à Bruxelles, deux à Charleroi et un à Liège. Après la Belgique nous avons atterri en Italie, notamment à Parme. Le Luxembourg fut l’étape suivante. En Allemagne, ce sont successivement Hambourg, et Berlin Munich qui nous ont accueillis. La boucle a été bouclée en France avec les étapes de Toulouse (2), de Lyon, de Paris (3) et de Marseille (2). Voilà le tour d’horizon de voyage qui s’est déroulé du 15 avril au 16 juin 2011

N.V. : Avant cette période, vous étiez déjà hors du pays.

M.G. : Effectivement, moi, j’étais à Cotonou, au Bénin pour le tournage d’un film. C’était depuis le 23 mars. Pendant ce temps, les hostilités avaient déjà commencé à Abidjan. Mais avant cela, nous avions déjà en poche nos visas pour notre tournée européenne. Notre départ d’Abidjan était prévu pour le 6 avril suivant. Mais les frontières étant fermées, je ne pouvais plus rentrer. C’est ainsi que je suis allé directement en Belgique. Quant aux autres restés à Abidjan, ils se sont débrouillés pour qu’on se rejoigne. Maintenant que la tournée est terminée, nous voici tous de retour au bercail.

N.V. : Avec quel spectacle avez-vous fait ce tour d’Europe ?

M.G. : Le spectacle s’appelle « Cocktail Maison ». Comme son nom l’indique, on y trouve beaucoup de choses comme dans un cocktail de fruits. Ici, quand on évoque ce terme, cela signifie qu’on y aborde plusieurs sujets. Mais au cours de cette tournée, on a servi un seul ingrédient. Il s’agit du sketch intitulé « Un ticket de loterie ». C’est l’histoire d’une famille démunie qui vivait d’aumône de la part de ses voisins qui décroche le pactole dans une loterie. Lequel change son comportement en mal vis-à-vis de ces derniers. Mais est-ce que le montant de ce ticket gagnant sera touché effectivement ? Dans ce spectacle, on trouve beaucoup d’intrigues et de rebondissements. C’est donc avec le « Le ticket gagnant » que nous avons pratiquement fait cette tournée.

N.V. : Comment ce « Ticket gagnant » a-t-il été reçu par vos publics ?

M.G. : Très bien parce qu’il y est question de l’humour à l’africaine autant accepté par la diaspora africaine qu’une tranche d’Européens mariés à des Africains ou ayant séjourné sur le continent noir. C’est donc tout ce melting-pot qui a bien apprécié notre spectacle. Sans mentir, partout, ils se sont dit satisfaits. Je précise que, pendant cette tournée, Aristide Bancé, l’international attaquant burkinabé, nous a fait l’amitié, à la fin de leur championnat au Qatar, de se déplacer jusqu’à Bruxelles pour nous témoigner son soutien. On se connaissait depuis longtemps et on est resté ami. Franchement, c’est un frère à saluer. Il a un bon cœur et le sens de la fraternité. Le foot et la comédie ne font pas un mais avec lui et nous, on peut dire que les deux disciplines se rapprochent.

N.V. : Qui vous faisait tourner ?

M.G. : C’est la structure Tam-tam productions basée en Belgique et qui est dirigée par Rémi Akakpo, un Togolais propriétaire du célèbre night-club Monte Christo de Lomé. Tous les inconditionnels des discothèques savent de quoi et de qui je parle.

N.V. : Comment avez-vous vécu la guerre qui a endeuillé la Côte d’Ivoire pendant votre absence ?

M.G : Avec beaucoup d’amertume. Quand on a laissé derrière soi toute une famille, des parents, des amis et connaissances, on ne pouvait qu’être inquiet d’appendre que son pays bascule dans une guerre aussi dure, aussi coriace, aussi féroce. C’est une expérience à ne plus jamais se souhaiter. Même à son pire ennemi. Il faut que ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire soit enterré à jamais. Que cela ne se répète plus en Afrique. Je crois que chacun doit en tirer des leçons et se resserrer les coudes pour reconstruire l’Afrique. Car, ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire n’a pas commencé en Côte d’Ivoire. Il a commencé ailleurs. Alors il faut que tout s’arrête. On a tous pleuré. Maintenant, on doit se tourner vers la reconstruction et la réconciliation du pays.

N.V. : Quelles sont les prochaines étapes des 100 Faces Comedy ?

M.G. : Cette fin juillet, nous sommes attendus pour deux spectacles au Gabon. Au terme de ce voyage en Afrique centrale, nous repartiront à la conquête de l’Europe à l’invitation d’une association dénommée Azodé. Elle est composée de femmes d’Issia, de Saïoua…Nous profiteront de cette occasion, pour nous lancer dans une nouvelle tournée française de 6 spectacles, avant de revenir au pays. D’autres spectacles nous attendent en Guinée équatoriale. Elle sera suivie d’une présence en RDC.

N.V. : On peut dire que tout baigne pour vous…
M.G. : Ca va ! Mais il faut aussi Forcer le destin.

Entretien réalisé par Schadé Adédé schadeci@yahoo.fr

Lundi 18 Juillet 2011
Vu (s) 1035 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !