Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

De Korhogo à La Haye: Comment Gbagbo a retourné la situation à son avantage

le Vendredi 29 Mars 2013 à 09:16 | Lu 1502 fois



De Korhogo à La Haye: Comment Gbagbo a retourné la situation à son avantage
Un mois après l’audience de confirmation des charges dans l’affaire «Le Procureur de la Cpi contre Laurent Gbagbo», le moins qu’on puisse dire, c’est que l’ancien chef de l’Etat de Côte d’Ivoire, bombardé par l’armée française au profit de Ouattara, a, par son génie politique, retourné une situation qui, apparemment, lui était défavorable.

Quand le président Laurent Gbagbo est arrivé à retourner à son avantage la situation de l’après- Marcoussis qui visait manifestement à le dépouiller de tous ses pouvoirs de président de la République démocratiquement élu au profit de la rébellion, l’hebdomadaire panafricain «Jeune Afrique l’Intelligent» l’avait qualifié de «bête politique». Comme pour louer son extrême habileté politique. C’était en janvier 2003. 10 ans après, on pourrait dire de Laurent Gbagbo qu’il est véritablement un génie politique. En ce sens qu’il a su très habillement retourner en sa faveur la situation issue de la crise postélectorale qui l’a conduit à Korhogo, puis à La Haye.

Le courage fait homme

Pendant la bataille d’Abidjan, et au moment où l’aviation de l’armée française pilonnait sa résidence officielle de Cocody, des hommes politiques ont conseillé au président Gbagbo de démissionner et de prendre la fuite. A ceux-là, il avait invariablement répondu : « Il ne sera pas dit que Gbagbo était en train de fuir quand on l’a abattu ou arrêté. Si je dois tomber, je tomberai ici à la résidence officielle du chef de l’Etat ».

Laurent Gbagbo a donc essuyé dignement et courageusement les bombardements intenses et ininterrompus de l’armée française pendant 11 jours, avant d’être arrêté par les hommes de Sarkozy. Lesquels l’ont ensuite remis aux forces de Ouattara. Gbagbo n’a donc pas fui face aux bombardements de l’armée française et à la furia des rebelles de Ouattara comme certains chefs d’Etat l’ont fait sous d’autres cieux. L’exemple le plus récent est celui du général François Bozizé de la Centrafrique. Gbagbo est donc un homme politique doté d’un courage exceptionnel. Ce courage est motivé par le fait qu’il est convaincu de la justesse et du bien-fondé du combat qu’il mène. De sorte qu’il est conscient que la victoire se trouve forcément au bout de ce combat.

En optant de ne pas fuir, le fondateur du Front populaire ivoirien (Fpi) savait qu’il s’exposait à des risques qui pouvaient s’exprimer soit en terme d’assassinat, soit en terme d’emprisonnement. Mais il savait également qu’on ne l’assassinerait pas sans courir le risque de brûler définitivement la Côte d’Ivoire. Ses bourreaux le savaient très bien aussi. Or leur objectif n’était pas de voir la Côte d’Ivoire partir en fumée. Mais de s’en emparer pour lui sucer toutes ses richesses au détriment des Ivoiriens. Ils ne pouvaient donc pas le tuer. «Sortez d’ici et allez chez vous.

Vous n’êtes pas des militaires. Si les gens (rebelles) vous trouvent ici, ils vont vous tuer. Mais moi, personne ne peut me tuer. Et nous allons gagner ce combat au bout du compte. Il faut donc que vous soyez en vie pour savourer aussi notre victoire demain», avait confié le président Gbagbo aux civils qui étaient avec lui à la résidence officielle des chefs d’Etat ivoiriens sise à Abidjan-Cocody, dans les derniers jours de la crise postélectorale.
La seule voie qui restait donc à Ouattara et à ses alliés, c’était de l’emprisonner. Et c’est ce qu’ils ont fait.

Le génie politique de Gbagbo

Mais là aussi, Laurent Gbagbo était convaincu que ses bourreaux n’avaient aucun argument juridique pour le condamner. Il savait que l’affaire était plus politique que juridique. De sorte que ses avocats et lui se sont partagé le travail quant à sa défense. Ses avocats devaient, pour leur part, avec des arguments de droit, détruire tous les chefs d’accusation du procureur de la Cpi. Ce que Me Altit et son équipe ont magistralement réussi. Quant à lui Gbagbo, il devait développer des arguments plutôt politiques. C’est là que le père du multipartisme en Côte d’Ivoire a étalé tout son génie politique. D’abord lors de sa première comparution. Ensuite à l’audience de confirmation des charges.

On ira jusqu’au bout

A sa première comparution, le président Laurent Gbagbo a dénoncé les conditions inhumaines de sa détention dans un camp de concentration à Korhogo où il a été torturé par Kouakou Fofié pendant 8 mois avant d’être déporté à La Haye. Mais il a aussi dénoncé les circonstances de sa déportation. Ceci pour souligner que ce sont ces deux faits qu’il déplorait et non sa comparution devant la Cpi. «Si on me dit, Gbagbo tu vas à la Cpi, je fais mes bagages, je monte dans l’avion et je viens. Parce que si on a décidé de m’emmener ici, je suppose que ceux qui l’ont décidé ont les preuves des accusations qu’ils ont contre moi. Je comparais donc et j’oppose ma vérité à ces preuves. Madame la Présidente, je suis donc là et on ira jusqu’au bout».

Sa brève intervention a eu un effet très positif sur l’opinion nationale et internationale.
Au plan national, même si l’intervention du président Gbagbo ne visait pas à amener les uns et les autres à s’apitoyer sur son sort, les Ivoiriens qui connaissent son humanisme, son respect pour la personne humaine, sa générosité et son esprit de partage ne pouvaient pas admettre qu’il ait été traité de la sorte, même si on n’est pas de son bord politique. Cette intervention a donc davantage accru la dose de sympathie à son endroit de la part de ceux qui ne sont pas de son bord politique et raffermi l’affection que lui vouent ses partisans.

Au plan international, son intervention a semé le doute dans les esprits de ce ceux qui, sans savoir grand-chose de la crise ivoirienne, croyaient aux thèses développées par le procureur de la Cpi sur la base de la campagne de dénigrement et d’intoxication de la presse internationale. Ils avaient dès lors commencé à se poser des questions. Notamment : quel est cet homme qu’on accuse de crime contre l’humanité, de viols, etc., et qui affiche une telle sérénité, et affirme même vouloir aller jusqu’au bout ? Se demandaient nombre de leaders d’opinion.

C’est dans ces circonstances qu’arrive l’audience de confirmation des charges. Dans leur déclaration d’ouverture, les avocats du président Gbagbo ont de façon méthodique et professionnelle montré la vacuité du dossier du procureur de la Cpi. A leur suite, le président Gbagbo a, dans une intervention tout aussi brève que celle de sa première comparution, montré que le combat pour la démocratie est une passion pour lui.

Et qu’il n’est pas juste de le traiter de tyran. Bien au contraire, c’est justement parce qu’il a respecté la Constitution de son pays, attitude propre aux démocrates, qu’il a été conduit devant la Cpi. Mais c’est surtout quand il a appelé les Africains qui le soutiennent à travers le monde, non pas à se lever contre la France, son principal bourreau, mais à comprendre que seule la démocratie peut sauver notre contient que Laurent Gbagbo a laissé une très bonne impression au monde entier. «Madame la Présidente, quel que soit ce que vous déciderez, ce que je veux que tous ces Africains qui me soutiennent et qui manifestent devant cette prison et partout dans le monde retiennent, c’est que seule la démocratie est la voie du salut de l’Afrique».

Avec ces propos, il a donné de lui l’image d’un grand homme d’Etat qui ne mérite pas toute cette injustice. De sorte qu’on peut dire, quelle que soit la décision que vont prendre les juges de la Cpi, que Gbagbo a su retourner la situation qui, apparemment, semblait lui être défavorable.


Boga Sivori bogasivo@yahoo.fr
notrevoie

Vendredi 29 Mars 2013
Vu (s) 1502 fois



1.Posté par GOLAH le 29/03/2013 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
GBAGBO laurent la légende vivante n'est pas un homme, c'est un esprit, un missionnaire pour sauver la Côte . Bedié à un seul coup de feu tiré par les jeunes gens s'est retrouvé au 43ème bima en 1999.
Ouattara au moindre bruit a escaladé le mur pour se retrouver dans une ambassade.
Gbagbo avait déjà fait preuve d'abnégation le 18 février 1992 quand le même Ouattara a voulu l'assassiner. hier encore, il a affronté les bombes de Ouattara via sarkozy.
la sociologie politqique démontre qu'aucun chef d'état na survecu à ce genre de coup d'état Gbagbo est l'exception à cette règle.

2.Posté par GOLAH le 29/03/2013 12:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Kragbé Gbagbé , le président du PANA qui avait cru en la bonne foi d'Houphouet Boigny quant à l'article 7 de la constitution d'alors qui prévoyait la pluralité politique à travers le multipartisme, en quittant la France avec son doctorat en poche pour venir faire la politique dans son pays.
c'était mal connaitre Houphouet qui avait une peur bleue des intellectuels, n'a t-il pas organisé des faux complots en 1963-64 pour faire arreter l'élite qu'il a lui même envoyé se former en France? dans les années 70, après avoir fait exterminer (Guébiés) les villages du groupe social (tribue) de kragbé gnagbé, ce dernier fut arrêté par le groupe de Ouassena Koné en ce moment officier des FANCI puis exécuté. mais Kragbé Gbagbé avait dit a ses bourreaux d'alors que certes il mourra, mais un homme viendra de sa région pour continuer le combat de la démocratie qu'il a commencé. il parlait

3.Posté par GOLAH le 29/03/2013 13:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
de GAGBO LAURENT, soukouté, l'homme dont le nom a des significations dans plusieurs langues du pays, donc aux multiples noms comme soundjata. gbagbo n'était pas connu, il n'était même pas syndicaliste. et GBAGBO entra en politique comme un véritable missionaire. mission d'enmener la démocratie pour laquelle Kragbé Gnagbé avait perdu la vie. missionnaire, n'est pas par lui que les ivoiriens ont pris conscience des potentialités de la Côte D'ivoire (budget sécurisé). missionnaire n'est pas par lui que le monde entier découvre les affres de l'impérialisme. toute la coalition mondiale (ONU- USA - ONUCI - LICORNE - ECOMOG - REBELLES - DOZOS ) n'ont pu le vaincre. il a certes perdu le pouvoir, nous affirmons qu'i a gagné parce qu'ils n'ont pas pu le tuer; mieux, grace à eux son combat est aujourd'hui connu du monde entier.
voici pour quoi en résumé, nous qui l'avons cotoyé depuis la clandestinité du FPI disont que Gbagbo n'est pas de ce monde, il est un esprit.

4.Posté par ozigre le 29/03/2013 14:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
moi chaque jour je pris pour mon président meme ses ennemis aussi

5.Posté par doriane le 29/03/2013 18:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le président Gbagbo Laurent est une étoile de la même nature que le Roi David, que Moïse. Dieu n'en crée pas beaucoup. Il a une mission de libération de tout un continent. et pour cette tâche, Dieu n'envoie pas des couards comme l'ivrogne baoulé ou le mossi coureur de fonds dans les ambassades ,aux mollets de pintade durs, à force de courir à la moindre pétarade. Dieu envoie Garçon. En côte d'Ivoire, on ne trouve pas Woody partout; ce n'est que chez les Bétés qu'on trouve ce spécimen rare. Woody, ayokah ! woody ,ayo!!!!!!!!!!!! Président Gbagbo Ayo !!!!!!!!!!!!!
Signé: doriane, la varie

6.Posté par psul le 29/03/2013 23:30 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis un Gbagbo for life mais je sais qu on trouve les woody dans chaque qui lutte aujourd hui au pays,soyons humble.Le PR LG a ete choisi par Dieu pour guider les autres.N oublions pas Konan Boniface,Dogbo Ble,Cdt Abehi et Affi N Guessan et autres

7.Posté par monnet le 29/03/2013 23:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je ne suis pas surpri de sa determination de lutter pour son pays.j.c a donne sa vie pour ns et gbagbo vient de faire autant.ourjourdhui la verite est devant nous.la politique est un metier.

8.Posté par begin le 30/03/2013 01:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est malheureux de faire allusion a l'ethnie bete du president. c'est vraiment malheureux. je suis vraiment decu de lire de telle connerie qui auront pour resultats de demotiver d'autres patriotes n'apparteneant pas a l'ethnie du president.

9.Posté par TCHEDJOUGOU OUATTARA le 30/03/2013 12:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tous mes regrets pour ma combattante Doriane. C'est vrai, c'est un écart de langage en faisant référence à l'ethnie du P.R. Ce n'était ni nécessaire, ni utile.

Dieu a doté notre Président de certains atouts. Dieu pouvait le faire pour n'importe quel membre de n'importe quelle ethnie.
C'est ainsi qu'alors qu'il était loisible à Dieu de se faire homme à travers un blanc, un noir, un jaune.....etc, il lui a plu d'utiliser souverainement une jeune juive et son fiancé du même groupe racial. Dieu ne fait acception de personne.

GBAGBO, sans être Jesus de Nazareth, est un don de l'Eternel. Qu'il soit bété ou taguana, l'honneur revient à Dieu de l'avoir ainsi qualifié.

Ce que GBAGBO affronte va au-delà des capacités d'un être humain. Il fallait le soutien de l'Eternel, d'abord pour lui donner la capacité de résister, ensuite de voir sa vie épargnée à chaque opération, depuis Houphouët à aujourd'hui, et enfin, à faire triompher la vérité à son profit.

Tout cela n'est pas à mettre au compte d'une ethnie mais plutôt d'une pure grâce....
Je crois que tous les combattantes, tous les combattants ne doivent pas se démarquer de la base spirituelle de ce combat qui court inévitablement vers son dénouement à notre profit.

Car, si nous nous mettons à célébrer des ethnies, des religions et des régions, Dieu ne va pas aimer cela.....Or, nous ne pouvons rien sans son dernier mot....

Attention donc aux déviations qui peuvent fâcher l'Eternel..........

10.Posté par BEN SAK le 30/03/2013 13:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ma Soeur DORIANE;
je mets cet écart de langage regrétable sur le compte de ta passion pour la lutte. Je ne t'en veux pas mais en toute chose, il faut savoir raison gardé.
Il sont nombreux ceux qui souffrent et parmi eux ceux qui sont tombés sur le front de la lutte. Ils ne sont pas tous ni Bété, ni de Mama. Parmi les Bété, on compte aussi des Dacoury Tabley et bien d'autres qui ont contribué à la chute du Président GBAGBO. Ils sont pourtant Bété de souche multiséculaire. Non la lutte n'est pas ethnique.
Très fraternellement.

11.Posté par doriane le 30/03/2013 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je sais que la lutte n'est pas ethnique. Mais je parle d'un point de vue sociologique et habituel. Tous , dans ce pays, nous savons qu'un bété qui se dit garçon ne fuit jamais devant un adversaire! c'est aussi culture!. Je ne suis pas bété; je suis même très loin de cette ethnie. Mais je sais que chez mes parents maternels akan, on dit toujours" comme nous on n'aime pas palabre-là..." Et alors on laisse l'ennemi dominer sur nous ou on prend la fuite en lui abandonnant tout et on part s'installer ailleurs. mes parents paternels guérés quand,ils ne se déplaçaient pas au libéria pour fuir l'ennemi, se cachaient dans la forêt. C'est historique; les peuples qui affrontent sans détour de front leurs ennemis ,en côte d'ivoire. Je parlerai des abourés, abbeys, attiés et bétés, de façon générale. Et je n'ai jamais diit qu'il n' ya pas de couards ni de traîtres chez les bétés. Mais je parle de spécimen rare. Gbagbo a communiqué à ceux qui le suivent et qui partagent son idéal de liberté cet esprit de courage et de tenacité, toute ethnie confondue. il a montré qu'on pouvait s'opposer à Houphouët et vivre; avant lui Kragbé Gnagbé l'a affronté jusqu'à dans la mort. Quant à certains comme Victor Biaka Boda, Jean Baptiste Mockey....; ils n'ont pas eu le temps d'exprimer leurs idéaux que le vieux les a expédiés dans l'autre mondre. D'autres ,n'ont jamais eu le courage d'affronter Houphouët,au point de l'aider à brader notre nation. Alors je répète, Gbagbo est un spécimen rare comme jadis on en cherchait chez les bétés. je n'ai pas dit qu'il n' ya que chez les bétés qu'on trouve des hommes courageux! Lisez entre les lignes s'il vous plaît avant me lapider. Le combat qu'on mène est trop important pour l'arrimer à une seule ethnie et ce serait faire preuve d'esprit carré que de penser cela.
Merci, de bien comprendre ce que je veux dire!
Signé: doriane, la vraie

12.Posté par DIDIE le 30/03/2013 17:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LAURENT GBAGBO EST DIEU .EN REGARDENT GBAGBO SES L ESPRIT DE DIEU QUE JE VOIE CAR NUL NE POUVAIT SURVIVRE A CET ACHARNEMENT DES DEMONS DE SE MONDE.

13.Posté par TCHEDJOUGOU OUATTARA le 30/03/2013 17:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci combattante Doriane d'avoir développé, précisé, arrondi, enjolivé, "beautifié", ton idée. Je crois que le débat est clair. Et il devrait être clos. Tu as bien fait de révéler que tu es guéré de part ton père et froussard akan, de part ta mère.

Tout le monde s'est jeté sur toi à bras raccourcis à l'idée surtout que tu étais une belle bété qui voulait profiter de la lutte pour célébrer son ethnie.

Or, ce que tu viens de développer est imbattable. Entre-nous, même si ce n'est pas communautaire, c'est tout comme. On se connaît. On sait que les akan, et plus particulièrement les baoulé ne disent jamais ce qu'ils pensent. Même si un baoulé est fâché avec toi, tu ne sauras que lorsqu'on apprêtera ton cercueil. Ca, chers combattants, c'est aussi la vérité. Le baoulé dit que "sa bouche se trouve sur l'anus...".

Qui ne sait pas dans ce pays que Abbey rime avec petite taille mais gros gros gros gros cœur ? Dans l'histoire de la C.I, quel est ce peuple qui est donné avoir déboulonné les rails ? Avoir tué et mangé un petit blanc qui leur pompait l'air ? N'est-ce pas les Abbey ?

Et leurs cousins les Attié ? Que dire d'eux ? Eux qui n'ont pas calculé HOUPHOUET Boigny en embrassant massivement le FPI dès 1990. L'attié, dit-on est fier. Positivement parlant.

Bédié qui a succédé à Houphouët et qui espérait que parce que la route de Daoukro passe par le peuple attié, il pouvait changer quelque chose, a joué bidet.

Finalement, il a changé sa route. Il prend l'Autoroute avec nous qui allons vers le Nord, et très très loin, avant l'échangeur de N'douci, hop !, il rentre à droite, et est dans sa chambre à Daoukro sans voir les têtes des attié qui ne " respectent personne".

Chez nous gens du nord, le poro nous a gâtés. On est des béni-oui oui. Notre culture ne nous autorise pas à nous dresser contre l'autorité même si on n'est pas d'accord. On fait avec jusqu'à recourir à la dernière "démonstration" diabolique imparable.

Nous étions dans un tel état jusqu'à ce que le RDR vienne semer chez nous la sève de la violence.
Mais être violent ne veut nullement dire être résistant.

Or, la combattante Doriane a voulu mettre en exergue le sens inné de la lutte par ce peuple bété. Et l'histoire lui donne raison.

Entre-nous, depuis que la C.I est C.I, y a qui, qui a dit quoi au dragon Houphouët ? Ce sont nos cousins bété. Ca, concédez-le à Doriane ! Quand mêmo han ! Ca se passe pas sur Internet hein ! C'est du vrai vrai.....

14.Posté par begin le 30/03/2013 23:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A Doriane,

Le débat est clos. Je m’excuse de m’être emporté hier. La lutte continue.

15.Posté par Koley le 31/03/2013 00:27 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les commercants trouv ke le temps de LG etais mieux.

16.Posté par dido le 02/04/2013 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je salut ce grand peuple de cote d'ivoire! je remercie surtout le seigneur d'avoir créé auprès des hommes des êtres comme le Président Laurent GBAGBO, sans être Ivoiriens, j'ai appris à l'aimer à travers sa vision et son combat.

il est vrai aujourd'hui incarcéré dans les geôles occidentaux, mais il reste présent dans notre vie au quotidien de par les actes et les actions qu'il a menés. c 'est un homme historique, un grand homme d'état et Africain que je suis, restera à jamais motivé par sa lutte acharnée pour la véritable démocratie des peuples du monde!

je souhaite encore beaucoup de courage à tous ceux la qui jusqu'aujourd'hui ont compris que le Président Gbagbo est un grand homme!


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !