Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Crise postélectorale : L’Onu exige à nouveau que les pro-Ouattara soient poursuivis

le Vendredi 2 Août 2013 à 00:00 | Lu 581 fois



Crise postélectorale : L’Onu exige à nouveau que les pro-Ouattara soient poursuivis
Les Nations unies continuent d’exiger que tous les auteurs de violations des Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire soient traduits devant la justice pour répondre de leurs actes. En effet, dans la dernière résolution du Conseil de sécurité relative à la situation en Côte d’Ivoire, résolution disponible depuis mardi, le Conseil demande au régime de «traduire en justice les auteurs de violations graves des Droits de l’Homme ou d’atteinte au droit international humanitaire».

Cette exigence, qui rejoint celle de nombreuses organisations de défense des Droits de l’Homme, sonne comme un désaveu cinglant à la justice des vainqueurs du régime Ouattara. Car, comme tout le monde le sait, on ne compte plus les militants du Fpi ou ex-collaborateurs proches du président Gbagbo qui sont détenus. Non seulement les militants, mais aussi les membres de la famille Gbagbo. Puisque Simone, Michel et les autres sont également sous les verrous.

C’est bien du côté des pro-Ouattara que le Conseil de sécurité lorgne. A cet égard, il est bon de rappeler que la commission nationale d’enquête mise en place par Alassane Ouattara lui-même, composée exclusivement de militants et sympathisants du Rdr, a conclu que les forces pro-Ouattara ont commis des violations graves des Droits de l’Homme. Mais, plusieurs mois après ces conclusions, aucun de ces présumés coupables n’a été jusque-là interpellé.

Et pourtant, toutes les investigations menées par les organisations sérieuses ont clairement mis en lumière la responsabilité, entre autres, de Guillaume Soro, Wattao, Shérif Ousmane, Losséni Fofana. Aujourd’hui encore, l’Onu demande que ces personnes soient traduites devant la justice. Il y a de fortes chances que cette exigence tombe encore dans les oreilles de sourds, si l’on s’en tient à la récente sortie de Venance Konan, le Dg de Fraternité Matin, qui a soutenu que «les vaincus ne jugent pas les vainqueurs». Selon lui, Ouattara et ses partisans ayant gagné la guerre, il n’y a pas de raison qu’on leur demande des comptes par rapport aux violations des Droits de l’Homme.

La résolution du Conseil de sécurité demande également qu’un espace politique soit aménagé à l’opposition. Sur ce point, il est bon de rappeler que les libertés d’opinion sont constamment violées. Plusieurs fois, les manifestations de l’opposition ont été réprimées et certains responsables, dont Alphonse Douati et Laurent Akoun, ont été arrêtés pour des délits d’opinion.

Sur la sécurité, les Nations unies ont enjoint le pouvoir à «lancer sans tarder le processus visant à désarmer et à démobiliser 30 000 ex-combattants d’ici à la fin de 2013 et 65 000 ex-combattants d’ici à 2015. La protection des civils doit rester la priorité de l’Onuci», insiste le Conseil de sécurité.



César Ebrokié
Notrevoie

Vendredi 2 Août 2013
Vu (s) 581 fois



1.Posté par FRANCAIS REVOLTE le 03/08/2013 09:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'ONUCI DOIT ETRE AUSSI POURSUIVIE AVEC LES CHEFS DE GUERRE IVOIRIEN

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !